Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 05 – Comment être sauvé (Jean 16, 1 Jean 2, Marc 16, Matthieu 22)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Au cours de nos deux dernières études nous avons discuté de la puissance de l’Esprit saint, de la grâce et du salut. Cela nous amène logiquement à notre étude de cette semaine. Que répondriez-vous si quelqu’un vous demandait : « Comment puis-je être sauvé(e) ? » Il y plusieurs années, un homme présent dans mon groupe d’étude de la Bible m’a demandé s’il était sauvé. Je lui ai répondu que j’étais sûr qu’il était sauvé parce qu’il connaissait l’évangile, il comprenait la grâce. Cependant, alors que je repensais à notre conversation plus tard, il m’est apparu qu’en me focalisant sur la grâce je ne lui avais pas suggéré de se repentir de ses péchés. Il est décédé inopinément peu de temps après. Parfois nos conversations sont plus importantes que nous le réalisons. Débutons notre étude de la Bible pour être sûrs de savoir quoi répondre si quelqu’un nous demande : « Comment puis-je être sauvé(e) ? »
 
I.  La culpabilité
 
1.     Lisez Jean 16.7-8. Mon meilleur ami quand j’étais petit ne semble plus avoir aucun intérêt pour moi. J’avais l’habitude de le voir régulièrement quand nos itinéraires de voyage se croisaient. Puisque cela faisait des décennies qu’il ne fréquentait plus l’église, je lui parlais parfois de son salut quand je le voyais. Il avait l’habitude de dire : « J’ai passé des années en thérapie pour m’enlever mon sentiment de culpabilité ». Je lui répondait : « La culpabilité est bonne » – dans le sens qu’il devait prêter attention à sa conscience. Ma femme dit que c’est de ma faute si nous ne sommes plus amis. Que pensez-vous : est-ce uniquement le travail de l’Esprit saint qui nous aide à reconnaître notre besoin de repentance, ou devons-nous également y contribuer ?
 
a.      Dans quelle mesure êtes-vous convaincu(e) de vos péchés ? Est-ce par les paroles des autres, ou par l’Esprit saint qui vous parle ? (Je suis principalement convaincu de péché quand j’étudie la Bible. Mais les paroles des autres m’aident également à voir les choses plus clairement. Je crois que l’Esprit saint parle au-travers de la Bible et au-travers des autres. Cependant, je sais que personne n’aime être critiqué. Mon ami et moi avions l’habitude d’être très ouverts et francs l’un envers l’autre, mais je pense que ma femme a raison sur le fait que je suis allé trop loin.)
 
b.      Si vous vous inquiétez au sujet du salut d’amis, de collègues, de membres de votre famille ou de voisins, que devriez-vous faire ? (La règle la plus fondamentale dans le christianisme est l’amour (Matthieu 22.37-40). Je pense que nous devons aimer ceux qui ne sont pas sérieux au sujet de Dieu, et prier que l’Esprit saint les convainque de leur besoin de grâce.)
 
2.     Lisez 1 Jean 1.8. Quel est le problème avec cette personne ? (Cette personne se trompe elle-même.)
 
a.      Est-ce courant ? (Lisez Romains 3.10-12 et Jérémie 17.9. Nous voulons tous nous tromper nous-mêmes en ce qui concerne notre problème de péché, vous et moi inclus.)
 
b.      Que suggère ce problème relativement à nous et au fait de reconnaître notre besoin de repentance ? (Nous devons prendre le temps de bien examiner notre propre cœur. Abordons cela plus en détail dans la suite.)
 
II.  La repentance
 
1.     Lisez 1 Jean 1.9-10. Qu’est-ce qui est nécessaire pour le pardon des péchés ? (De les reconnaître, contrairement à notre inclination naturelle, et de les confesser.)
 
2.     Lisez Actes 2.37-38 (version à la Colombe). Que nous dit Pierre de faire quand nous sommes convaincus de péché ? (Nous repentir et être baptisés.)
 
a.      Notez quelque chose d’étrange. Pierre dit que vous recevrez l’Esprit saint après vous être repenti(e). Comment expliquez-vous cela ? Nous avons appris précédemment que l’Esprit saint apporte la repentance. (Nous savons à partir de l’histoire de la Pentecôte que l’Esprit saint était déjà présent en puissance. C’était l’Esprit saint, travaillant avec Pierre et les autres, qui a convaincu les auditeurs de péché. Pierre leur dit qu’à l’avenir ils pourront avoir l’Esprit saint comme un agent actif qui dirige leur vie et qui vit en eux.)
 
3.     Lisez Psaumes 51.5-6. À qui devons-nous confesser nos péchés ? (Le roi David dit que nous ne péchons qu’envers Dieu. Ainsi, nous nous confessons à Dieu.)
 
4.     Lisez Lévitique 5.20-24. Notez que cela répète l’idée selon laquelle le péché est une infidélité envers Dieu. Mais qu’est-il suggéré que nous fassions ? (Il est dit que nous devons faire une restitution. Il y a un aspect personnel au péché qui requiert de notre part d’essayer de faire les choses aussi justes que possible.)
 
5.     Lisez Jacques 5.16. Que signifie ce texte ? Les versets que nous avons lus dans les Psaumes et dans le Lévitique disent que nous ne péchons que contre Dieu ; Jacques est-il en désaccord avec cela ? (Cela semble davantage ressembler à une situation de « groupe de soutien » chrétien où nous confessons nos fautes et prions les uns pour les autres.)
 
6.     Après avoir lu ces textes sur la repentance, selon vous pourquoi Dieu nous dit-il de nous repentir ? Pourquoi la repentance est-elle dirigée vers Dieu ? Y a-t-il une raison concrète pour cela ?
 
7.     Lisez Jean 3.19-20. Quelle raison suggère ce texte, pour laquelle nous ne voudrions pas confesser notre péché à Dieu ? (Parce que nous aimons le péché. Si nous confessons le péché, nous disons que nous devrions nous en détourner. Confesser notre péché envers Dieu signifie admettre que nous avons un problème – et c’est la première étape pour se détourner du péché.)
 
III.  La croyance
 
1.     Lisez Marc 16.15-16. Dans quelle mesure le fait de croire est-il important ? (Cela fait la différence entre la vie et la mort.)
 
2.     Que devons-nous croire exactement pour être sauvés ? (Lisez Romains 10.9-10. Nous devons croire que Jésus est notre Seigneur, qu’il est mort pour nos péchés, et qu’il est ressuscité pour la vie éternelle. Nous devons croire qu’il a fait cela pour nous, et que si nous acceptons ce qu’il a fait pour nous, nous sommes morts et nous ressusciterons en lui pour vivre éternellement.)
 
3.     Si Jésus est notre substitut, si le fait de croire en lui nous donne le salut, pourquoi devons-nous nous repentir et confesser nos péchés ? (Je n’ai pas complètement réfléchi à la question dans mon esprit, et mes réflexions jusqu’ici sont plutôt provisoires, mais je pense que cela a un grand lien avec notre décision de nous détourner du péché et de nous tourner vers Dieu. Il ne s’agit pas tant de péchés isolés que de domaines de péché dans notre vie. Nous donnons à Dieu toute notre vie.)
 
IV.  Une illustration du salut
 
1.     Lisez Matthieu 22.2-3. Il est souvent plus facile d’apprendre quelque chose avec une histoire qui illustre cette chose. De quoi parle cette histoire ? (Elle est une illustration du royaume des cieux.)
 
2.     Lisez Matthieu 22.4-6. Pourquoi les invités ne viennent-ils pas à ces noces ? (Ils y sont soit indifférents, soit hostiles.)
 
a.      Cela décrit-il le monde aujourd’hui ?
 
3.     Lisez Matthieu 22.8-10. Quelle sorte de gens finissent par venir ? (Tant des gens bons que des gens mauvais.)
 
a.      Qu’est-ce qui était le plus important pour ces gens venant aux noces – qui représentent le royaume des cieux ? (Ils sont venus. Ils n’étaient pas indifférents, ils n’étaient pas hostiles, ils ont pris la décision de venir.)
 
i.       Est-ce que ceci signifie réellement la repentance du péché ? Le fait que nous ayons décidé de venir à Dieu ?
 
ii.       Ces gens ont-ils été aidés à venir ? (Notez qu’ils ont été « rassemblés ». Dieu nous encourage à être sauvés.)
 
4.     Lisez Matthieu 22.11. Selon vous, où les invités se sont-ils procurés leur habit de noces ? (Ils étaient auparavant dans les rues, ils doivent l’avoir reçu de la part du roi quand ils sont venus aux noces.)
 
5.     Lisez Matthieu 22.12. Pourquoi l’homme « resta[-t-il] muet » ? (Il n’avait aucune excuse. Il s’agit là d’une preuve supplémentaire que l’habit de noces était un cadeau – tout ce qu’il avait à faire était de l’accepter !)
 
6.     Lisez Matthieu 22.13-14. Après avoir réfléchi à cette histoire, selon vous que veut dire Dieu quand il dit : « peu sont choisis » ? (Dieu ne peut pas vouloir dire « peu sont invités ». Il ne peut pas vouloir dire que le mérite est la base pour être choisi, parce que tant des gens bons que mauvais sont venus. Ce que Dieu doit vouloir dire est que peu choisissent le don gratuit de l’habit de noces. Peu acceptent le don gratuit de la justice de Jésus.)
 
a.      Selon vous, pourquoi cela ? (Les gens aiment davantage le péché que Dieu.)
 
V.  La liberté
 
1.     Lisez Jean 8.31-32. Qu’arrive-t-il après avoir reçu le don gratuit du salut ? (Nous gardons les enseignements de Jésus.)
 
a.      Pourquoi ? Méritons-nous le salut par l’obéissance ? (Non. Notre robe de justice est un don gratuit. Dans l’obéissance nous expérimentons la liberté d’une vie bien vécue. Nous expérimentons la liberté d’être libérés de l’esclavage du péché. Nous expérimentons la liberté de marcher avec Dieu ! Tout cela reflète notre décision d’aimer Dieu plutôt que le péché.)
 
2.     Cher(ère) ami(e), qu’allez-vous dire quand quelqu’un vous demandera comment être sauvé ? Qu’en est-il de ceci : « Repentez-vous de vos péchés, acceptez la vie, la mort et la résurrection de Jésus par le baptême, acceptez la justification comme un don gratuit de Dieu, et ensuite expérimentez la liberté de vivre une vie en harmonie avec la volonté de Dieu. Si vous n’avez pas accepté le salut, pourquoi ne pas l’accepter maintenant ?
 
VI.    La semaine prochaine : Croître en Christ.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don