Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 08 – Avec les hommes riches et célèbres (Matthieu 19, Jean 3, Luc 16)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : L’argent est quelque chose de délicat. Au cours des dernières semaines, j’ai fait référence à Deutéronome 28, qui enseigne que ceux qui suivent les commandements de Dieu seront bénis matériellement. C’est cette règle de vie qui a amené les amis de Job à soutenir que sa perte de richesse et les autres problèmes étaient dus au manquement de Job d’obéir à Dieu. Même Job croyait cela, puisque dans Job 31 il retrace son obéissance et demande une audience pour que Dieu lui réponde. D’un autre côté, dans Matthieu 19.24 Jésus met en relation l’argent avec la difficulté d’aller au ciel. Comment l’obéissance peut-elle conduire à la richesse, puis la richesse vous tenir à l’écart du ciel ? Ouvrons la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre !
 
I.       Le jeune homme riche
 
1.     Lisez Matthieu 19.16-17. Si quelqu’un vous posait cette question, comment répondriez-vous ? (Je dirais : « Il n’y a rien de bien que vous puissiez faire pour entrer au ciel. Au lieu de cela, vous devez vous appuyer sur ce que Jésus a fait à votre place. »)
 
a.      Qu’a répondu Jésus ? (Je pense que Jésus a dit essentiellement la même chose – seul Dieu est bon, alors ne me demandez pas quelle bonne chose vous pouvez faire.)
 
b.      Notez que, nonobstant ce que je viens d’écrire, Jésus a clairement dit : « Observe les commandements ». Notre objectif devrait-il être de garder les commandements ? (Oui, bien sûr.)
 
2.     Lisez Matthieu 19.18-19. Étudiez la liste des commandements donnée par Jésus. Qu’y a-t-il d’étrange ? (Jésus n’énumère que nos obligations envers les autres. Il ne mentionne aucune obligation vis-à-vis de Dieu.)
 
a.      La question du jeune homme riche suppose que le fait de garder certains commandements est suffisant, et Jésus répond avec une liste partielle. Est-il suffisant de ne garder qu’une partie des commandements ? (Jacques 2.10-11 nous dit que violer un seul commandement équivaut à violer tous les commandements.)
 
3.     Lisez Matthieu 19.20-21. S’agit-il de la clé du ciel ? Le fait de vendre nos biens et d’en donner le produit aux pauvres nous rend-il parfaits ?
 
4.     Lisez Matthieu 19.22-25. Je sais pourquoi je suis étonné de la conversation de Jésus avec le jeune homme riche, mais pourquoi les disciples sont-ils « complètement ébahis » ? (Ils comprenaient les choses selon Deutéronome 28 – ce jeune homme était béni parce qu’il était bon. De plus, le jeune homme riche affirmait qu’il était obéissant.)
 
5.     Lisez Matthieu 19.26. Finalement, nous obtenons une réponse de Jésus qui semble être cohérente avec le reste de la Bible. Réfléchissons aux questions suivantes :
 
a.      Quel était le raisonnement cohérent du jeune homme riche ? (Que l’obéissance lui donnerait accès au ciel – et il était obéissant.)
 
b.      Qu’apprenons-nous finalement au sujet du jeune homme riche ? (Qu’il ne pouvait pas obéir (ou qu’il n’obéissait pas). Il était peu disposé à vendre tout ce qu’il avait.)
 
c.       Est-il possible qu’avec ses questions Jésus « tenait en haleine » le jeune homme riche, afin que ce dernier voie la vérité – qu’il ne peut pas gagner le ciel par ses œuvres ?
 
d.      Si Jésus le « tenait en haleine », pourquoi n’a-t-il pas dit au jeune homme riche : « Je voulais juste plaisanter, la clé vers le ciel est la grâce, il n’y a rien d’autre que vous ne puissiez faire pour être sauvé – y compris donner vos biens ou votre vie » ? (Lisez 1 Corinthiens 13.3 et comparez.)
 
6.     Lisez à nouveau Matthieu 19.23-24. Cela ressemble difficilement à Jésus qui plaisante sur l’argent comme étant un problème. Selon vous, que veut dire Jésus ? Y a-t-il un thème central dans tout ce dialogue ? (La conclusion de Jésus (Matthieu 19.26) est que le salut est impossible aux humains, mais possible à Dieu. Si nous revenons en arrière à partir de cela, nous voyons que ce jeune homme riche dépendait premièrement de ses œuvres et deuxièmement de sa richesse. Ces deux éléments faisaient partie de son pouvoir. Jésus lui a montré qu’il était dans l’erreur au sujet de ses œuvres, et Jésus nous montre que ce jeune homme riche était dépendant de son argent.)
 
a.      De quoi devrait dépendre le jeune homme riche ? (De Dieu !)
 
i.       Si cela est vrai, le fait qu’il donne son argent était-ce pour aider les pauvres ou pour qu’il soit sauvé ? (C’était pour le jeune homme riche. La question était de savoir s’il ferait confiance à Dieu ou à son argent. Il a décidé de faire confiance à son argent.)
 
7.     Lisez Matthieu 19.27-28. Pierre et les disciples disent qu’ils ont tout quitté pour suivre Jésus. Que dit Jésus que les disciples auront ? des biens ? (Non. Le pouvoir.)
 
8.     Lisez Matthieu 19.29. Je vois deux choses sur cette liste qui représentent la richesse – les maisons et les terres. Cela semble-t-il être une discussion au sujet de l’argent ? (Non ! La question est de mettre Dieu à la première place, de dépendre de Dieu.)
 
a.      Laissez-moi vous poser à nouveau la question : pourquoi est-il difficile pour une personne riche d’entrer dans le royaume des cieux ? (La question porte sur la grâce et la dépendance. Nous ne pouvons pas dépendre de nos œuvres. Nous ne pouvons pas dépendre de notre argent. Nous ne pouvons pas dépendre de notre famille. Nous devons dépendre uniquement de Dieu.)
 
II.     Nicodème
 
1.     Lisez Jean 3.1. Qu’apprenons-nous sur Nicodème ? (Il était un homme d’influence. Dans le passé j’ai lu des sources extrabibliques qui indiquaient que la maison de Nicodème était l’une des plus riches.)
 
2.     Lisez Jean 3.2. Je pense que Nicodème avait l’intention de complimenter Jésus. À la place de Jésus, aimeriez-vous être complimenté(e) ? (Non. Nicodème est venu de nuit, ce qui laisse apparaître qu’il ne voulait pas être vu avec Jésus. Il dit que Jésus est un maître, il ne reconnaît pas qu’il est le Messie.)
 
3.     Lisez Jean 3.3. Jésus renonce-t-il à la « causette » ? (Oui, il va droit au but.)
 
4.     Lisez Jean 3.4-10. Nicodème vient avec ce qu’il pense être des compliments. Jésus complimente-t-il Nicodème ? (Non !)
 
a.      Que cela nous enseigne-t-il dans nos relations avec les gens riches et célèbres ? (Jésus partage la vérité avec Nicodème, mais il ne compromet pas la vérité pour que Nicodème l’approuve.)
 
5.     Lisez Jean 3.11. Le « vous » est-il un compliment ? Qui exactement est ce « vous » ? (Probablement les dirigeants riches et célèbres.)
 
6.     Lisez Jean 3.12-15. Que dit Jésus ici au sujet de sa divinité ? (Il dit qu’il « est descendu du ciel ».)
 
a.      À l’inverse du jeune homme riche, la réaction finale de Nicodème à cette discussion ne nous est pas communiquée. Que dit Jésus qui indique que Nicodème réfléchissait probablement à s’il allait accepter Jésus comme le Messie ? (Jésus annonce de façon précise comment il mourra. Il s’agissait d’une preuve puissante pour Nicodème.)
 
7.     Lisez Jean 7.50 et Jean 19.38-40. Qu’a décidé Nicodème en fin de compte au sujet de Jésus ? (Nous voyons que Nicodème a parlé contre l’arrestation de Jésus et qu’il a aidé à la préparation du corps de Jésus pour la mise au tombeau.)
 
8.     Revenons aux déclarations finales de Jésus dans sa discussion avec Nicodème. Lisez Jean 3.16-18. Quelle est la norme pour le jugement ? (Croire. Si vous ne croyez pas en Jésus, vous êtes « déjà jugé(e) ». Le « déjà » suggère que nos œuvres ne nous font pas gagner le salut. Si vous ne croyez pas, nous n’avons même pas besoin de discuter de la question de vos œuvres.)
 
9.     Lisez Jean 3.19-21. Y a-t-il un lien entre le fait de croire en Jésus et les œuvres ? (Si vous faites le mal, vous aimez les ténèbres. Si vous vivez par la vérité, vous aimez la lumière parce que vos œuvres « ont été accomplies en Dieu ».)
 
III.  L’attitude
 
1.     Lisez Luc 16.13-15 et Deutéronome 8.17-18. Quels sont les problèmes d’attitude majeurs pour ceux qui sont riches ? (Une attitude supérieure. Premièrement, l’attitude qui montre qu’ils sont responsables de leur richesse, et deuxièmement, une attitude de dévotion envers leur richesse.)
 
a.      De quelle façon cela correspond-il aux deux histoires que nous avons lues : le jeune homme riche et Nicodème ? (Le jeune homme riche recherchait une confirmation de sa justice. Nicodème était choqué quand Jésus lui a dit qu’il devait faire quelque chose de différent pour être sauvé.)
 
b.      Devez-vous être riche pour aimer l’argent ? (Non. Certains aiment l’argent (et sont avides de richesses) parce qu’ils n’en ont pas. Eux aussi sont dévoués à l’argent.)
 
2.     Quand Jésus dit dans Matthieu 19.23 qu’il est difficile à un riche d’entrer dans le royaume des cieux, que pensez-vous qu’il veuille dire ? (Le fait d’aller au ciel relève de la grâce, de la dépendance envers Dieu. Les gens riches ont souvent une attitude d’auto-dépendance. Les deux attitudes sont en tension.)
 
3.     Cher(ère) ami(e), quelle est votre attitude vis-à-vis de l’argent ? Dépendez-vous de l’argent ? Pourquoi ne pas vous engager aujourd’hui à dépendre de Dieu – que ce soit pour votre salut ou pour vos besoins quotidiens ?
 
IV.    La semaine prochaine : Faire des gens de pouvoir des disciples.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don