Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 05 – Faire des disciples en soignant les malades (1 Jean 3, Marc 2, Deutéronome 28, Luc 9)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Aimeriez-vous avoir davantage de membres dans votre église ? Il s’agit du thème de discussion actuel dans mon église ! Les gens ont des idées pour sensibiliser les autres, mais mon opinion est « Soignons des gens malades ! » Avez-vous déjà considéré quelle belle approche c’est que d’amener des nouvelles personnes dans votre église ? C’était l’approche de Jésus, n’est-ce pas ? Ou bien ? Jésus a-t-il guéri des gens afin que davantage de gens l’écoutent, ou a-t-il guéri des gens par compassion envers eux ? Si vous soignez des gens pour attirer les autres à l’évangile, n’est-ce pas faire preuve de compassion ? Débutons notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre sur le fait de gérer la maladie !
 
I.      Les cœurs et la guérison
 
1.     Lisez 1 Jean 3.16-18. Combien d’entre vous préfèrent aimer avec des mots ? (Cela coûte moins, prend moins de temps et est moins pénible !)
 
a.      Comment la Bible nous appelle-t-elle à aimer ? (« En œuvre et en vérité. »)
 
i.      Que signifie « en œuvre et en vérité » dans ce contexte ? (Cela signifie que le fait de faire quelque chose rend vos paroles d’amour plus crédibles.)
 
2.     Lisez 1 Jean 3.19-20. Que signifie le fait que « notre cœur nous condamne » ? (Cela signifie se sentir coupables.)
 
a.      Que nous dit la Bible dans ces versets que nous venons d’étudier ? (Nous devons montrer notre amour avec davantage que des simples mots. Nous nous sentirons bien en aidant les autres qui sont dans le besoin.)
 
3.     Que suggèrent ces versets relativement à la question que j’ai posée dans l’introduction ? Si nous pouvions faire de la guérison un moyen de sensibilisation à l’évangile, devrions-nous le faire ? (Oui ! Que vous soigniez pour amener des gens à entendre l’évangile, ou que vous soigniez ceux qui sont déjà attirés à l’évangile, vous montrer un intérêt pour les deux aspects de la personne – spirituel et physique.)
 
4.     Lisez 1 Jean 3.21-22. Avez-vous déjà vu des guérisons dans votre église ?
 
a.      Si tel n’est pas le cas, que suggère ce texte ? (Que nous pouvons les demander.)
 
b.      Cette offre est-elle conditionnelle de quoi que ce soit ? (Il est dit que nous pouvons recevoir ce que nous demandons si nous obéissons à Dieu.)
 
5.     Lisez 1 Jean 3.23. De quelle sorte d’obéissance parlons-nous ici ? (Le fait de croire en Jésus et d’aimer les autres. Cela suggère que nous devons prêter une plus grande attention aux prières pour la guérison (croire en Jésus) en faveur de personnes spécifiques (amour pour les autres).)
 
6.     Lisez 1 Jean 3.24. Comment pouvons-nous demeurer en Jésus et comment Jésus peut-il demeurer en nous ? (Il s’agit d’une référence très spécifique à l’Esprit saint qui vit en nous et à nous qui vivons une vie en harmonie avec l’Esprit saint. Cela est très important.)
 
7.     Soyons très honnêtes quelques instants. Qu’est-ce qui est pénible en aidant les autres ? Je viens de dire que le fait d’aider les autres nous donne un sentiment positif. Y a-t-il des deux ?
 
a.      Pouvez-vous identifier des situations où cela vous a apporté un sentiment positif et d’autres situations où c’était pénible ? Qu’est-ce qui fait la différence ? (Résoudre le problème pour une personne reconnaissante fait du bien. Par contre, un problème perpétuel, non résolu, qui implique une personne ingrate est pénible.)
 
b.      Comment Jésus a-t-il géré les problèmes des gens qui venaient à lui ? (Il a résolu le problème instantanément. Regardons un exemple dans la suite de notre étude.)
 
II.    Jésus et la guérison
 
1.     Lisez Marc 2.1-3. Les gens viennent-ils pour les paroles ou pour la guérison ? (Les deux. Mais il semble que ce soit davantage pour les paroles de Jésus.)
 
2.     Lisez Marc 2.4. Si vous parliez à une foule, dans quelle mesure aimeriez-vous que quelqu’un fasse un trou dans le toit, au-dessus de l’endroit d’où vous parlez ?
 
a.      Dans quelle mesure aimeriez-vous qu’une personne soit descendue entre vous et vos auditeurs ? (Ce serait une source de déconcentration.)
 
3.     Lisez Marc 2.5. À la foi de qui est-il fait référence ? (Il semble s’agir d’une foi de groupe, et pas uniquement de la foi du malade, parce qu’il est dit : « leur foi ».)
 
a.      Mettez-vous à la place de l’un des quatre aides. Jésus dit-il les paroles que vous espériez entendre ? (Non ! Mon camarade est paralysé. Je n’aurais pas eu besoin de le porter sur le toit, puis de le descendre au travers du toit pour le pardon des péchés. J’aimerais que Jésus le guérisse.)
 
i.      Est-il possible que Jésus parle du péché de l’avoir interrompu ?
 
4.     Lisez Jean 9.1-3. Que révèle la question des disciples au sujet de la pensée du peuple concernant le péché et la maladie ? (Les deux sont liés.)
 
a.      Jésus conteste-t-il cette croyance populaire ? (Seulement dans ce cas. Il ne répond pas : « Pardon ? Vous êtes fous ! » Au lieu de cela, il dit que ni les péchés des parents, ni les siens n’ont contribué au problème présent.)
 
b.      Que pensez-vous de la raison avancée par Jésus ?
 
i.      Vous rappelez-vous l’histoire de Job et de ses amis ? Les amis de Job lui disaient qu’il souffrait à cause de ses péchés. La réponse de Jésus à l’aveugle est-elle applicable à la situation de Job ? (Oui !)
 
5.     Revenons à notre histoire avec l’homme du toit. Lisez Marc 2.6-8. Les scribes ont-ils raison ? (Oui, c’est Dieu qui pardonne les péchés.)
 
a.      Si les scribes ont raison, pourquoi Jésus les questionne-t-il ? (Parce qu’il s’agit de la question critique depuis des siècles – Jésus est-il Dieu ?)
 
6.     Lisez Marc 2.9-12. Reprenons quelques questions que nous avons posées précédemment. Pourquoi Jésus fait-il cette guérison ? (La raison principale semble être de prouver qu’il est Dieu.)
 
a.      Si nous demandions à l’Esprit saint de guérir des personnes afin d’amener des gens à l’église, cela serait-il une bonne raison ? (Nous voulons convertir les gens afin qu’ils sachent que Jésus est Dieu.)
 
b.      Quelle autre raison de guérison suggère cette histoire ? (Lisez à nouveau Marc 2.5. Jésus était motivé par leur foi.)
 
i.      Que cela nous enseigne-t-il au sujet d’un plan à utiliser pour soigner et promouvoir l’évangile ? (Nous devons avoir la foi. Nous devons prier pour cela.)
 
ii.    En vous basant sur cette histoire, pensez-vous que nous puissions faire cela dans notre église ? Pourrions-nous guérir si nous avions l’Esprit saint en puissance ? (La pensée traditionnelle peut être un piège. Réfléchissez à l’approche non-traditionnelle des amis. Ils n’ont pas dit à leurs amis : « Nous ne pouvons pas le faire aujourd’hui, la foule est trop nombreuse. » Au lieu de cela, quelqu’un a suggéré : « Montons sur le toit et faisons-y un trou et interrompons le discours de Jésus en te faisant descendre devant lui. Je pense que Jésus nous récompensera pour cela ! » Il s’agit de foi, pas de logique.)
 
7.     Lisez Deutéronome 28.15 et Deutéronome 28.20-22. Le peuple a-t-il raison de penser qu’il y a une connexion entre le péché et la maladie ? (Oui, bien sûr. Je vois au moins trois raisons principales à la maladie : (a) nous vivons dans un monde de péché ; (b) nos propres défaillances ; et (c) nous donner l’occasion de rendre gloire à Dieu. Parfois les trois raisons semblent s’appliquer.)
 
III.  La guérison et la sensibilisation
 
1.     Lisez Luc 9.1-2. S’il y a un lien entre le péché et la maladie, « soignons »-nous les gens en les convertissant ? (Oui !)
 
a.      S’agit-il d’une façon de promouvoir l’église ? (Nous faisons preuve d’un esprit créatif en promulguant l’église en disant que si l’on suit Jésus on sera guéri, et la vie sera meilleure.)
 
2.     L’une des belles choses en enseignant à Regent University est que beaucoup de professeurs et d’étudiants font partie de ce que j’appelle le segment de la « sainteté pentecôtiste » du christianisme. Il s’agit de Chrétiens qui prennent très au sérieux l’obéissance à Dieu, ainsi que la puissance de l’Esprit saint. Notez que Luc 9.1 s’adresse aux « Douze » disciples. La guérison est-elle limitée à eux ou à leur temps ? (Lisez Jean 14.12-14. Il est écrit que « de plus grandes [œuvres] » sont possibles pour « celui qui met sa foi en moi ». Dans les versets qui suivent (Jean 14.16-17), Jésus promet d’envoyer l’Esprit saint pour qu’il vive en nous. C’est par la puissance de l’Esprit saint que la guérison est possible.)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 12.8-9. Que nous enseigne cela ? (Deux choses. Premièrement, la guérison est un don spirituel. Deuxièmement, Dieu est souverain. Il décide à qui il donne le don et qui est guéri.)
 
4.     Lisez Apocalypse 21.3-4. Quelle est la promesse ultime de guérison ? (Ceux qui sont sauvés vivront sur la nouvelle terre, où la mort, la souffrance et la maladie seront des choses du passé. Gloire à Dieu !)
 
5.     Cher(ère) ami(e), Dieu peut vous donner le don spirituel de guérison, mais même s’il ne le fait pas, vous avez la compétence de parler de Jésus aux autres. Une relation avec Jésus nous aide à prévenir la maladie sur nous-mêmes et nous donne la promesse d’un monde libéré du péché et de la maladie. Pourquoi ne pas partager cela avec les autres aujourd’hui ?
 
IV.   La semaine prochaine : Faire des gens ordinaires des disciples.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don