Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 07 – Le Christ, notre sacrifice (Deutéronome 17, Ésaïe 53, Romains 6, Hébreux 10)

Copyright © 2013, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Depuis des centaines d’années les Chrétiens débattent des raisons pour lesquelles la mort de Jésus nous sauve. Dans notre étude d’il y a deux semaines, j’ai suggéré qu’une raison logique découle de l’application de la « règle de droit » qui s’applique dans un « État de droit ». Des lecteurs alertes m’ont laissé savoir que je n’était pas clair sur ce que signifiait « l’État de droit », et que cela négligeait une autre explication logique du sacrifice de Jésus. Ces deux points d’intérêt sont bien ciblés, et notre étude de cette semaine nous permet d’explorer à nouveau ce que nous dit la Bible sur l’un et l’autre. Débutons sans plus attendre notre étude de la Bible !
 
I.      La règle de droit dans un État de droit
 
1.     Lisez Deutéronome 17.14-17. Que voyait Dieu comme avenir pour son peuple ? (Il désirerait avoir un roi, comme les autres nations.)
 
a.      Selon Dieu, quelles sont les caractéristiques essentielles pour le roi ? (Il doit faire partie du peuple de Dieu. Il ne doit pas désobéir à Dieu et il ne doit pas acquérir trop de biens.)
 
i.      Quelle est la relation entre le fait d’avoir trop de biens et le fait d’être roi ? (Cela distrairait le roi loin de Dieu.)
 
2.     Lisez Deutéronome 17.18-19. Qui écrit la copie personnelle de la loi de Dieu pour le roi ? (Le roi lui-même !)
 
a.      Pourquoi ?  (Écrire quelque chose aide à s’en souvenir.)
 
b.      Qu’est-ce qui doit guider le roi dans ses prises de décision ? (Les paroles de la loi.)
 
3.     Lisez Deutéronome 17.19-20. Qu’est-ce qui n’est pas supposé guider le roi ? (Commencer à penser qu’il est meilleur que ses sujets et qu’ainsi il a l’autorité de s’écarter de la loi.)
 
4.     Il existe deux grandes théories opposées sur la façon dont un roi devrait régner. La première théorie est que le roi est une sorte de dieu, meilleur que ses sujets, et ainsi le roi est habilité à établir les lois durant l’accomplissement de son règne. La seconde théorie est que le roi, tout comme n’importe qui d’autre, est assujetti à la loi. Soit le roi est la loi, soit la loi est reine. Quelle est l’approche à la loi que Dieu requiert ? (Il demande au roi d’être un sujet de la loi. « Lex rex », la loi est reine. C’est ce que signifie la « règle de droit ».)
 
II.    La mort de Jésus à notre place
 
1.     Il y a deux semaines nous avons commenté une histoire de 1 Samuel 14. Cette dernière a révélé que lorsque le roi « corrompt » la règle de droit en ne la respectant pas, le roi en prend la responsabilité. Ainsi, si un roi faillit à imposer la pénalité requise à quelqu’un qui a commis un crime, le roi doit en répondre. Étudions la conclusion d’une histoire similaire. Lisez 1 Rois 20.41-43. Quelle sentence a été prononcée contre le roi qui a relâché un condamné à mort ? (Le roi a corrompu la règle de droit en n’imposant pas la pénalité de la mort, et ainsi le roi doit perdre sa vie.)
 
a.      Cette pensée est-elle cohérente avec la règle de droit ? (Oui. Si le roi décide de la loi, il peut décider ce qu’il veut. Mais la règle de droit dit que lorsque le roi s’écarte de la loi, une autre loi s’applique qui requiert que le roi prenne une responsabilité personnelle. La loi a le dernier mot – pas le roi.)
 
2.     Lisez Ésaïe 53.4. De qui est-il question dans cette prophétie ? (De Jésus !)
 
a.      Qu’a fait Jésus ? (Il a porté nos fautes et nos douleurs.)
 
3.     Lisez Ésaïe 53.5-6. Pourquoi Jésus a-t-il été puni ? Pourquoi est-il mort ? (Il est mort pour nos péchés.)
 
a.      Cela reflète-t-il le système du sanctuaire ? (Oui ! L’animal mourait pour les péchés de la personne.)
 
b.      Cela reflète-t-il la règle de droit ? (Oui ! Dieu a changé la loi selon laquelle le péché entraîne la mort. Ainsi, Dieu (le Roi) a accepté la pénalité pour nos péchés.)
 
III.  Notre mort avec Jésus
 
1.     Lisez 1 Pierre 2.23-25. Quelque chose d’étrange est contenue dans ces versets. Regardez le verset 24 : « afin que, morts aux péchés, nous vivions pour la justice ». Selon vous qu’est-ce que cela signifie ? (C’est l’autre partie de la logique de l’expiation. Quand Jésus est mort, nous sommes morts. Quand Jésus est revenu à la vie, il nous est donné la promesse de la vie après la mort.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 15.22 et Romains 5.14. Qu’a fait Adam pour nous quand il a péché ? (Il nous a condamné à la mort.)
 
a.      Pourquoi ? Il ne s’agit pas de la règle de droit ! Lisez Ézéchiel 18.20. (Je ne le comprends pas entièrement, mais Adam était le représentant de la race humaine. Ainsi, nous avons tous été condamnés à mort quand il a péché.)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 15.20-22. En quoi Jésus est-il comme Adam ? En quoi est-il différent d’Adam ? (Le péché d’Adam nous a tous plongés dans la mort. La vie parfaite de Jésus et sa mort à notre place nous donnent la vie. Cependant, la règle de droit s’est opérée pour nous donner la mort quand Adam a péché, et la règle de droit nous a donné la vie sur la base de la vie parfaite de Jésus, de sa mort pour nos péchés, et de sa résurrection !)
 
4.     Si Jésus, en tant que Roi, est mort pour tous, cela signifie-t-il logiquement que tout humain échappera à la mort éternelle ? (Jésus a payé le prix pour tous, de telle sorte que chacun a une « autorisation de sortir de prison (la mort) ».)
 
5.     Lisez Romains 6.1-3. Comment sommes-nous morts au péché quand Jésus est mort sur la croix ? (Nous mourons avec Jésus quand nous nous faisons baptiser. Ainsi, le baptême est central dans notre participation avec Jésus à sa mort pour nos péchés.)
 
6.     Lisez Romains 6.4. Que signifie le fait que nous ayons été « ensevelis » ? (De la même manière que Jésus a été enseveli après sa mort, ainsi quand nous sommes ensevelis dans l’eau du baptême nous sommes ensevelis avec Jésus.)
 
7.     Lisez Romains 6.5. Que signifie notre relèvement des eaux du baptême ? (Cela signifie que nous sommes unis avec Jésus dans sa résurrection.)
 
8.     Voyez-vous les deux lignes de logique ici ? Le Roi Jésus a été entraîné dans notre pétrin quand il a décidé, dans son amour, de changer ses règles et de ne pas nous laisser dans la mort éternelle. Il a souffert de la pénalité de la loi, mais quand nous nous faisons baptiser nous mourons avec Jésus, nous sommes ensevelis avec Jésus et nous ressuscitons dans la promesse de la vie éternelle avec Jésus !
 
IV.   Prêter attention
 
1.     Lisez Hébreux 10.28. Êtes-vous d’accord que certains criminels devraient subir la peine de mort ?
 
a.      Quels genres de crimes sont concernés ?
 
2.     Lisez Hébreux 10.29. Pouvons-nous simplement dire que nous n’achetons pas ce que Dieu nous offre ? Pouvons-nous affirmer que nous ne sommes impliqués d’aucune façon ? (Romains 3.23 nous dit que « tous ont péché ». Nous apprenons que quand Adam a péché, il a tiré toute l’humanité dans le péché et dans la mort. Personne n’est innocent. Personne n’y échappe.)
 
a.      Quand nous rejetons le sacrifice de Jésus à notre place, que faisons-nous ? (Jésus est mort à notre place. Nous ne sommes pas coupables de notre propre péché, mais nos péchés ont causé la mort de Jésus. De plus, nous avons ignoré ce grand sacrifice à notre place. Dieu dit que nous méritons la mort – parce que nous sommes pécheurs, parce que nous sommes ingrats, et parce que nous avons insulté Dieu et nous l’avons foulé aux pieds !)
 
3.     Cher(ère) ami(e), Dieu nous a donné une offre que personne de sensé ne devrait refuser ! Voulez-vous l’accepter maintenant ?
 
V.     La semaine prochaine : Le Christ, notre prêtre.
Une Bible, du café... des disciples

Une Bible, du café... des disciples

Rempli d’aventures et d’humour, le livre de Neil Cole retient le coeur et l’imagination de ses lecteurs. Il donnera les clés d’une transformation durable pour devenir un disciple authentique et rayonnant pour Christ.
Vous serez mes témoins

Vous serez mes témoins

Gabriel Monet propose, à travers ce livre, un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses fi gures missionnaires un encouragement à considérer à nouveau notre situation de témoins.
Un admirable christianisme

Un admirable christianisme

On le sait, à la fi n du 1er siècle, la situation des chrétiens n’était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d’un marché religieux foisonnant, brimades romaines... Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
L'Église au quotidien

L'Église au quotidien

Nous devons rencontrer ceux qui n’ont pas d’église là où ils se trouvent, dans le contexte de leur vie de tous les jours - en mettant l’accent sur la création de communautés attrayantes plutôt que sur l’organisation d’événements attractifs.
Vivre et partager l'Évangile

Vivre et partager l'Évangile

Qu’est-ce que l’Évangile change dans les relations humaines et sociales ? Ce livre décrit la mission des Églises au près comme au loin, qui s’accomplit par la vie communautaire, la justice, la guérison et le partage d’Évangile.
Dire la foi aujourd'hui

Dire la foi aujourd'hui

Rien de plus intime que la relation qui unit le croyant au Christ. Comme l’amour, la foi échappe d’emblée au langage. Il faut pourtant bien trouver des mots pour la dire. Car dire, c’est comprendre. Pédagogie subtile, où il ne s’agit pas d’imposer à quiconque ce qu’il doit croire, mais de l’inviter à trouver dans l’Évangile les mots capables de traduire dans l’existence son expérience de croyant.
L'évangélisation durable

L'évangélisation durable

Pourquoi évangéliser ? Comment le faire avec sagesse ? Comment déjouer les 7 freins principaux qui font obstacle à notre témoignage ? L’auteur part de la métaphore de l’agriculteur et propose un quadruple mouvement : labourer, semer, récolter et arroser. Un processus pertinent, biblique et global qu’il agrémente de nombreuses illustrations, tableaux, exemples et questions personnelles.
 

faire un don