Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 08 – L’Église : au service de l’humanité (1 Corinthiens 12, Matthieu 25 & 28)

Copyright © 2012, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Quel rôle devrait jouer l’Église dans la vie du croyant ? Certains pensent qu’ils peuvent confortablement vivre une vie chrétienne séparée d’une religion organisée. Le fait d’éviter une religion organisée, avec ses conflits institutionnels, leur permet d’avoir une relation plus proche, plus personnelle, avec Dieu. Je pense qu’il s’agit d’une illusion et d’une grande erreur. L’Église joue beaucoup de rôles indispensables dans la vie du Chrétien. Mais quelle importance a ce que je pense ? Ce qui importe c’est ce que Dieu pense. Ouvrons la Bible et voyons ce qu’elle a à nous enseigner sur le rôle de l’Église dans notre vie !
 
I.       Les dons spirituels
 
1.     Lisez Jean 16.12-15. La plupart d’entre vous reconnaissent qu’il s’agit là de quelques mots d’adieu de Jésus à ses disciples. Dans quelle mesure le rôle de l’Esprit saint est-il important dans la vie d’un Chrétien ? (Il remplace Jésus pour être personnellement avec nous.)
 
2.     Lisez 1 Corinthiens 12.1-3. Qui dirige les non-Juifs et qui dirige les Chrétiens ? (Les non-Juifs sont égarés par les idoles. Les Chrétiens sont inspirés et guidés par l’Esprit saint.)

3.     Lisez 1 Corinthiens 12.4-6. Comment l’Esprit saint nous guide-t-il ? (Une façon qu’il a de nous guider est de nous donner des dons, de telle sorte que nous pouvons être au service de Dieu. Il nous guide par le service.)

a.      Nos dons et notre service sont-ils tous les mêmes ? (Non. Différentes personnes reçoivent différents dons. Ils ont différents dons parce qu’ils ont différentes façons de servir et ils ont différentes tâches.)
 
II.     L’utilité commune
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 12.7. En quoi y a-t-il du sens dans le fait de donner aux Chrétiens différents dons ? (Dans la faculté de droit où j’enseigne, nous essayons de donner à nos étudiants des compétences-clés qui vont leur permettre d’être de bons avocats. Ces compétences-clés sont les mêmes.)

a.      Qu’est-ce que « l’utilité commune » ? (Le corps des croyants, l’Église.)

2.     En quoi l’Église est-elle essentielle à la méthode par laquelle travaille l’Esprit saint ? (Commencez-vous à voir le tableau ? Sans le corps des croyants qui contribuent tous au travers des divers dons qui leur sont attribués par l’Esprit saint, l’œuvre s’écroulerait. La méthode utilisée par l’Esprit saint rend l’Église essentielle !)
 
3.     Lisez 1 Corinthiens 12.8-11. Dans quelle mesure ces dons sont-ils essentiels à la vie du croyant ? (À moins que nous ne soyons ensemble dans un groupe, nous sommes privés de l’avantage de certains de ces dons.)
 
4.     Lisez 1 Corinthiens 12.12-14. Quelle analogie nous donne Paul pour nous aider à comprendre l’importance de l’Église ? (Il dit qu’elle est comme un corps. Les individus sont comme des parties du corps.)

a.      Si les membres d’une Église sont comme des parties d’un corps, que cela veut-il dire au sujet de la personne qui dit refuser de faire partie d’une « religion organisée » ?

b.      L’unité et la diversité sont des visions opposées. De nos jours je pense que nous sommes sortis du chemin et que nous sommes dans les mauvaises herbes, du côté de la diversité. Qu’est-ce qui constitue tant une bénédiction qu’un antidote à la diversité ? (L’Esprit saint nous rassemble tous, sans considération de race ou de statut social. La clé est que l’Esprit saint nous unifie. Le point focal est l’unité. Si le point focal était la diversité, nous serions comme une multitude de parties corporelles déconnectées !)
 
III.  Le loup solitaire
 
1.     Lisez 1 Corinthiens 12.15-17. Qu’est-ce qui ne va pas avec la pensée du Chrétien « loup solitaire » – celui qui ne veut pas faire partie d’un groupe de croyants ? (Je vois deux choses. Premièrement, cette personne nie la réalité de la manière dont travaille l’Esprit saint en nous donnant des dons individuels. Deuxièmement, cette personne ne peut pas être efficace dans son ministère parce que certains dons lui manquent. C’est comme essayer de regarder avec une oreille !)

2.     Lisez 1 Corinthiens 12.18-20. Qui a décidé que les Chrétiens devaient travailler ensemble comme un corps ? (Dieu ! Il s’agit du plan de Dieu. Ainsi, ceux qui travaillent seuls travaillent d’une façon inconsistante avec le plan de Dieu.)

a.      Jusqu’à quel point Dieu est-il impliqué dans l’organisation de l’Église locale ? (« Dieu a placé chacune des parties dans le corps comme il l’a voulu. » Dieu a décidé qui devait tenir quel rôle.)
 
i.       Si quelqu’un essaye de tenir un rôle pour lequel il n’a pas été choisi par Dieu, est-il en opposition à Dieu ? (Il est au moins en opposition au plan de Dieu.)
 
IV.    Le langage du corps

1.     Chacun d’entre nous a un corps. Les parties de notre corps (espérons) travaillent ensemble sans problèmes sérieux. Est-ce là le but de la vie – avoir un corps fonctionnel ? (Non. Nous avons besoin de faire quelque chose avec notre corps.)

a.      Est-ce également vrai pour le corps qu’est l’Église ?
 
2.     Lisez Matthieu 28.19-20. Quelle est la mission de l’Église ? (Faire des disciples.)
 
a.      Quelles sont les parties qui composent cette mission ? (Baptiser et enseigner.)

b.      Cette séquence est-elle importante ? (La façon dont Jésus établit la mission semble correcte. Le fait d’enseigner les disciples à obéir succède au baptême.)

i.       Quelle séquence votre Église suit-elle ?
 
c.       Pourquoi Jésus finit-il par : « Je suis avec vous » ? (Il veut que nous sachions qu’il est présent, par l’Esprit saint, pour nous aider dans notre mission centrale.)
 
d.      Y a-t-il quelque chose de plus dans la mission que de convertir les autres et de faire des disciples ? (Je ne pense pas. Toute autre tâche spécifique à laquelle nous pouvons penser se place sous ces deux rubriques. Mais regardons davantage de textes pour mettre ma théorie à l’épreuve.)

3.     Lisez 1 Pierre 2.9. Cela fait-il partie de la mission ? Si tel est le cas, de quelle rubrique ? (Louer Dieu et le représenter font partie de la mission de convertir et d’enseigner.)

4.     Lisez Matthieu 10.5-10. Dans la section suivante, nous allons discuter le problème de l’Église et de l’aide aux nécessiteux. Pourquoi le don d’argent aux nécessiteux n’est-il pas mentionné ici ?
 
a.      Qu’est-il mentionné dans ces versets qui constitue une « aide » aux autres ?
 
b.      Si quelqu’un vous dit que vous n’avez pas suffisamment aidé les nécessiteux, est-il approprié de lui répondre qu’il n’a pas suffisamment guéri ou ressuscité ?

i.       Pourquoi, dans le modèle donné par Jésus, les disciples collectent de l’argent, mais ne le donnent pas ?

5.     Lisez Jacques 1.27. Quelle est la première chose que Jacques mentionne au sujet de la mission de la religion ? (Aider les orphelins et les veuves.)
 
a.      Que cela nous enseigne-t-il sur le fait d’aider les nécessiteux ? (Cela fait partie de la mission de l’Église – mais notez que ceux qui se font aider étaient impuissants.)
 
V.      Le test du mouton et de la chèvre ?

1.     Parcourez Matthieu 25.31-46 et lisez Matthieu 25.34-36. Jésus semble dire que le test du salut, et donc logiquement le premier travail de l’Église, est l’aide aux nécessiteux. Êtes-vous d’accord ?

2.     Lisez Romains 10.9 et Jean 6.29. Pouvez-vous réconcilier ces deux textes avec l’histoire de Jésus sur le mouton et la chèvre ?
 
3.     Lisez Matthieu 25.37-39. Ces gens se sont-ils retrouvés au ciel accidentellement ? À moins que ce ne soit une question piège, comment peuvent-ils ne pas être conscients qu’ils remplissaient la mission « centrale » de l’Église ? (Il s’agit de la partie la plus importante de l’histoire. Les sauvés ne sont pas conscients de la partie des « bonnes œuvres » de la mission. Aider les nécessiteux n’est pas le rôle central de l’Église. Convertir et faire des disciples est le travail central que doit accomplir l’Église. Ce sont les cœurs convertis, ceux qui comprennent l’amour de Dieu, qui vont automatiquement aider les autres. Il s’agit de l’impulsion naturelle d’un cœur converti. Vous ne pouvez pas davantage aider les nécessiteux à être sauvés que vous ne pouvez faire quoi que ce soit pour gagner le salut.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), êtes-vous un « loup solitaire » ? L’Esprit saint dirige ses dons et sa puissance de telle sorte qu’ils œuvrent au mieux dans le corps qu’est l’Église. Quand ce corps fonctionne correctement, il convertit et fait des disciples. Voulez-vous décider maintenant de partager vos dons avec l’Église pour faire avancer le Royaume de Dieu ?

VI.    La semaine prochaine : L’Église : rites et rituels.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don