Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 07 – « S’armer » pour la victoire (1 Samuel 17, Éphésiens 6)

Copyright © 2012, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà regardé attentivement une armure utilisée par les chevaliers du Moyen-âge ? Elle semble un peu dangereuse pour celui qui la porte ! Bien sûr, elle peut empêcher qu’une flèche vous transperce, mais elle ne vous aidera pas si vous voulez vous déplacer rapidement pour esquiver les flèches. Mercedes-Benz a fabriqué la voiture « Smart ». Cette petite voiture a un habitacle tellement protégé qu’il est difficile d’y faire une brèche. Tout comme l’armure du chevalier, vous devez vous questionner quant à son aspect pratique. Qu’arrive-t-il à votre corps lorsque l’habitacle protégé commence à se déformer dans un accident ? Ces deux dernières semaines nous avons relevé les textes d’Éphésiens 6 au sujet de l’armure pour la guerre spirituelle, mais nous n’avons pas abordé en détail la nature de l’armure. Ouvrons la Bible et voyons quelle armure est la bonne et quelles attitudes vis-à-vis de l’armure peuvent être dangereuses !
 
I.       L’armure pour la bataille
 
1.     Lisez 1 Samuel 17.32 et 1 Samuel 17.38-39. Vous connaissez certainement l’histoire du jeune David qui se porte volontaire pour aller affronter le géant Goliath qui insulte le Seigneur. Qu’est-ce qui ne va pas avec l’armure de David ? (Elle était faite pour quelqu’un d’autre. Il n’avait pas l’habitude.)
 
2.     Lisez 1 Samuel 17.34-37 et 1 Samuel 17.40. Quelle sorte d’armure choisit David ? (Une armure spirituelle. Il choisit d’aller avec Dieu. Il a également quelques armes offensives : un bâton, des pierres et une fronde.)

3.     Lisez 1 Samuel 17.41-43. Que pense Goliath de l’armure et des armes de David ? (Il les méprisait, elles constituaient une insulte à sa puissance et à ses armes.)

4.     Lisez 1 Samuel 17.45-50. Quelles erreurs fait Goliath dans son appréciation des armes de David ? (Il a complètement écarté l’aspect spirituel de l’approche de David. Il n’a jamais considéré qu’une petite pierre et une fronde étaient dangereuses.)
 
5.     Considérons cela du point de vue de David. Il décide de ne pas utiliser d’armure traditionnelle (1 Samuel 17.39) parce qu’il n’en a pas l’habitude. Selon vous, que se serait-il passé s’il avait eu l’habitude de porter une armure traditionnelle ?
 
a.      Si vous lisez à nouveau 1 Samuel 17.49 vous verrez qu’une vraie fronde et une vraie pierre ont tué Goliath, et non une fronde spirituelle et une pierre spirituelle. Que cela suggère-t-il au sujet du rejet de l’armure traditionnelle de la part de David ? (Si David avait eu l’habitude d’en porter une, il l’aurait utilisée, tout comme il a utilisé les armes qui lui étaient familières.)

b.      Pourquoi David ne choisit-il que cinq pierres ? Combien en auriez-vous prises dans votre sac ?

6.     Réfléchissez à cette histoire. Quel rôle joue l’aspect spirituel et quel rôle jouent les vraies armes ? (Lisez à nouveau 1 Samuel 17.47. David a fait preuve de bon sens. Il a utilisé ses compétences et son expérience avec de vraies armes. Il a rejeté les vraies armes dont il n’avait pas l’habitude de se servir. Mais David a réalisé que Dieu dirigeait l’issue du combat. Il ne s’agissait pas d’une bataille de « vraies » armes, mais d’une bataille spirituelle.)
 
7.     Lisez à nouveau 1 Samuel 17.37. Quelle aurait été l’issue de la bataille si le roi Saül avait simplement prié au sujet du problème qu’était Goliath ?
 
a.      Que nous enseignent ces deux derniers textes au sujet des batailles auxquelles nous sommes confrontés ? (Dieu est notre partenaire dans notre combat contre les forces du mal. Nous devons demander si davantage que la prière est requis de notre part pour une issue favorable. Il ne nous est pas permis de débrancher notre bon sens. Nous devons utiliser toute notre expérience et notre sagesse. Mais nous devons réaliser que tout notre bon sens et toutes nos armes physiques ne vont pas gagner la bataille. La bataille est entre les mains de Dieu.)

II.     La zone de la bataille

1.     Lisez Éphésiens 6.10-12. Mon père a passé trente-trois mois dans une zone de combat durant la deuxième guerre mondiale. J’étais assez grand pour me battre au Vietnam et mes enfants assez grands pour se battre en Irak. Un soldat se préparerait-il de la même manière dans ces trois situations de combat ?
 
a.      Que nous enseigne notre texte de l’épître aux Éphésiens au sujet de la nature de notre combat aujourd’hui ? Cela suggère-t-il un certain type de préparation ? (Le stratège de l’autre côté est Satan. La bataille est principalement institutionnelle et spirituelle.)
 
i.       Réfléchissez-y un instant. Semble-t-il correct que la plupart des batailles soient spirituelles ? Selon vous, que signifie une « bataille spirituelle » ?

ii.     LisezProverbes 4.23 et Matthieu 5.27-28. Selon ces textes, où se déroule une bataille entre le bien et le mal ? (Il ne s’agit pas de nos actions, mais de notre esprit. Cela correspond parfaitement à l’idée selon laquelle nous sommes dans une bataille spirituelle.)

b.      Le livre The Purpose Driven Life (Une vie dirigée par l’essentiel) nous rappelle que la vie n’est pas centrée sur nous. Quand nous avons décidé que la bataille spirituelle avait lieu dans notre esprit, avons-nous violé la règle « je ne suis pas le centre » ? Si tel est le cas, cette règle est-elle correcte ? (Cette règle est correcte dès lors qu’il s’agit de faire avancer le royaume de Dieu, mais elle est incorrecte dès lors qu’il s’agit d’une guerre spirituelle – dans ce cas, la bataille est bien davantage centrée sur vous et moi, comme nous le allons le voir ci-après.)
 
III.  Les armes de la bataille
 
1.     Lisez Éphésiens 6.13. Quels sont nos objectifs territoriaux dans cette bataille ? (Il suffit de simplement tenir le terrain sur lequel vous vous trouvez !)

a.      Cela ne semble-t-il pas être une vision très limitée ? (Cela renforce l’idée selon laquelle la bataille primaire est centrée sur nous.)

2.     Lisez Éphésiens 6.14. Pourquoi la vérité est-elle la première arme mentionnée ? (C’est la raison pour laquelle l’étude de la Bible est si importante. Comment pouvez-vous savoir où vous tenir si vous n’êtes pas informé(e) par la vérité ? Je me confronte régulièrement à des gens qui prennent position pour un non-sens. Il s’agit souvent du non-sens du monde, mais parfois il s’agit de non-sens religieux.)
 
a.      Dans quelle mesure l’idée selon laquelle notre cuirasse de la justice est attachée à nous est-elle importante ? (Lisez Romains 5.18-19. Jésus nous rend justes. Il s’agit d’un don que nous pouvons revêtir.)
 
3.     Lisez Éphésiens 6.15. Que font de nouvelles chaussures pour vous ? La plupart des matins je marche quelques kilomètres sur la plage. Mes chaussures sont des chaussures de marin, du même type que celles que l’on porte sur les voiliers, et elles sont très usées. La semaine dernière j’ai acheté une nouvelle paire afin de les remplacer. Elles sont supposées être parmi les chaussures les plus confortables, mais les nouvelles chaussures ont fait saigner mes pieds. Quel est le rapport entre les chaussures et « la bonne nouvelle de la paix » ? (Vous n’avez pas la paix si vos chaussures vous font mal ! Nous devons être « bien usés » dans notre connaissance de la bonne nouvelle. Nous devons commencer à étudier la Bible, et ne pas attendre que la bataille soit sur nous. Cela nous donne la paix.)

4.     Lisez Éphésiens 6.16. Pourquoi Paul écrit-il qu’un bouclier de la foi va « éteindre » les traits enflammés ? Pourquoi ne pas dire « le tuyau de la foi » ? (J’aime cette illustration. La foi ne fait pas que vous préserver des attaques de Satan qui vous perfore, elle éteint le feu. Elle enlève le mal.)

5.     Lisez Éphésiens 6.17. Pourquoi le « salut » est-il l’armure de la tête ? (C’est pour cela que je continue à m’appuyer sur la grâce. Voulez-vous protéger votre esprit quand vous êtes au milieu d’une terrible bataille spirituelle ? Alors reconnaissez que vous êtes sauvé(e) par la grâce seule – cela n’a rien à voir avec vos œuvres.)
 
a.      La seule arme offensive dans cette liste est l’épée. Pourquoi l’inspiration de l’Esprit saint, la Bible, est-elle une épée ? (La vérité de la Bible coupe à travers le non-sens du monde. Un membre de ma famille vient d’écrire un article sur « l’égalité dans le mariage ». Cela suppose que tous les points de vue sont égaux. Ève voulait être « comme des dieux » (Genèse 3.5-6) et a apparemment considéré le point de vue de Satan comme étant égal à la vision de Dieu. D’un autre côté, Jésus n’a pas considéré l’égalité comme quelque chose à atteindre (Philippiens 2.6), au lieu de cela il cherchait à faire la volonté de Dieu. L’égalité n’est pas la norme de notre jugement. La parole de Dieu est la norme.)
 
6.     Lisez Éphésiens 6.18. Quelle est notre dernière arme ? (La prière.)

a.      Notez une phrase très importante : « Priez […] par l’Esprit ». Que cela signifie-t-il ?

b.      Lisez Romains 8.26-27. Le mot « intercède » est utilisé à deux reprises dans ces versets. Nous pensons à Jésus comme notre intercesseur. Que cela suggère-t-il quant au rôle de l’Esprit saint et de la prière ? (L’Esprit saint est également un intercesseur, dès lors qu’il nous aide dans la composition et dans l’expression de nos prières.)
 
c.       S’agit-il d’une arme qui fait partie de votre arsenal ?
 
7.     Revenons au début de notre étude. Quelles armes David a-t-il utilisées ? (Celles qu’il avait l’habitude d’utiliser. Celles qui lui convenaient.)

a.      Quel enseignement pouvons-nous tirer des actions de David, relativement aux armes spirituelles d’Éphésiens 6 ? (Ces armes doivent nous être familières. Nous devons les utiliser maintenant. Elles doivent être comme de « vieilles chaussures » dans notre vie.)

8.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous demander maintenant à l’Esprit saint de vous apprendre à utiliser ces armes spirituelles aujourd’hui et à l’avenir ?
 
IV.    La semaine prochaine : L’Église : au service de l’humanité.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don