Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 05 - Les vêtements sacerdotaux de la grâce (Hébreux 7 et 8, Exode 28)

Copyright © 2011, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Vous êtes-vous déjà posé la question "Comment savoir si le Christianisme est la bonne religion ?" Le Judaïsme est plus ancien. L’Islam est plus récent que le Judaïsme ou que le Christianisme, mais il a une expansion plus rapide. Elles sont toutes des religions "apparentées" dans le sens qu’elles partagent un texte commun (l’Ancien Testament de la Bible). Mes amis juifs me disent que le Christianisme a détourné leur religion. Les Musulmans acceptent des parties de l’Ancien et du Nouveau Testaments. Je crois qu’il est juste de dire que Mahomet croyait qu’il était le dernier (et plus grand) dans la lignée des prophètes de l’Ancien Testament. Une grande partie de la réponse se trouve dans notre étude de cette semaine sur le système du sanctuaire. Débutons sans plus attendre notre étude de la Bible et voyons ce que Dieu nous réserve !
 
I.       Le modèle de preuve
 
1.     Lisez Hébreux 8:1-5. Quel tabernacle a construit Moïse ? (Lisez Exode 25:8-9 et Exode 26:30. Moïse a construit le sanctuaire dans le désert. Il constituait le centre d’adoration des Juifs. Le sanctuaire de Moïse était conçu selon le modèle du sanctuaire qui est dans le ciel.)
 
a.      Quel était le but du sanctuaire dans le désert ? (C’était là que Dieu demeurait avec son peuple. Il a fourni le moyen par lequel les péchés du peuple étaient pardonnés (voir Lévitique 16).)

b.      Quand Hébreux 8:3 réfère à "tout grand prêtre" qui présente "des offrandes et des sacrifices", cela réfère au service du sanctuaire de l’Ancien Testament. Comment nos amis juifs obtiennent-ils le pardon des péchés aujourd’hui ? (C’est là le problème avec le Judaïsme aujourd’hui. Pour des raisons non révélées dans l’Ancien Testament, ils ont abandonné le système sacrificiel.)

i.       Selon vous, quel argument avancent-ils pour justifier ce changement ? (Le temple a été détruit par les Romains en l’an 70 après Jésus-Christ. J’ai assisté à un repas de Pâques juif cette semaine, et une partie des récitations est en faveur de la reconstruction du temple.)
 
ii.     Le peuple de Dieu sacrifiait-il des animaux pour le pardon de leurs péchés avant la création du sanctuaire dans le désert ? (Oui. Lisez Genèse 8:20. Logiquement, nos amis juifs devraient encore sacrifier des animaux pour le pardon des péchés.)
 
2.     Lisez Hébreux 7:23-28. Quelle est notre revendication concernant Jésus et le système du sanctuaire ? (Nous avons vu que le système du sanctuaire de l’Ancien Testament n’était qu’une copie du sanctuaire céleste. Les sacrifices d’animaux de l’Ancien Testament symbolisaient la vie parfaite de Jésus (prophétisée) et sa mort à notre place pour le pardon de nos péchés. Jésus n’est pas seulement le sacrifice, il est également notre grand prêtre qui intercède en notre faveur dans le sanctuaire céleste pour l’expiation de nos péchés !)

a.      L’accusation d’avoir détourné le Judaïsme est-elle justifiée ? (Le Judaïsme sans sacrifice animal a un problème logique. Le Christianisme a la réponse à ce problème - Jésus est l’accomplissement du système du sanctuaire.)

b.      Où se situe l’Islam ? Le fait qu’il s’agisse d’une religion plus récente signifie-t-il que cela "accomplisse" tant le Judaïsme que le Christianisme ? (Non. L’Islam accepte comme véridique le système du sanctuaire de l’Ancien Testament, mais il n’a pas non plus de sacrifices. Il n’accepte pas que Jésus soit mort et ressuscité. Il n’a pas de sanctuaire, ni d’agneau pour la rémission des péchés. Aujourd’hui, tant le Judaïsme que l’Islam sont des religions "par les œuvres" - comme toutes les religions d’Orient. Le salut provient des œuvres humaines. Le système du sanctuaire ne signifie rien.)
 
II.     Le vêtement et l’honneur
 
1.     Avez-vous déjà lu la fin d’un livre en premier ? (Ma femme le fait tout le temps, moi jamais.)

a.      Quel serait le bénéfice de lire premièrement la fin ? (Cela enlève le mystère. Cela aide à comprendre le livre au fur et à mesure de sa lecture.)

b.      Est-ce là ce que je viens de faire avec vous ? Avons-nous d’abord lu la fin du livre dans notre étude aujourd’hui ? (Oui, dans le sens que nous sommes allés directement à la conclusion du symbolisme de l’agneau et du grand prêtre dans le système sacrificiel de l’Ancien Testament. Voyons si cela nous aide à mieux comprendre le vêtement du grand prêtre.)
 
2.     Revenons en arrière et lisons Exode 28:1-5. Quel est le but de ce vêtement ? (Donner à Aaron "son rang et sa dignité".)
 
a.      Lisez Exode 32:2-4. Aaron était-il digne de son rang et de sa dignité ? (Non.)

3.     Lisez Luc 15:21-22. Quel est le but de mettre la robe, la bague et les sandales au jeune fils ? (Lui donner la dignité et le rang d’un fils.)

a.      Le jeune homme était-il digne du rang et de la dignité d’un fils ? (Il a dit qu’il ne l’était pas.)
 
4.     Lisez Matthieu 22:8-12. Rappelez-vous que nous avons discuté cela il y a quelques semaines. Ces invités sont-ils dignes d’être invités ? (En aucune façon. Il nous est dit que certains sont "mauvais".)
 
a.      Quel est le but de leur fournir un habit de noces ? (Leur donner la dignité et le rang que vous attendez de la part d’invités aux noces du fils du roi. Ils couvraient ainsi leurs propres habits.)

5.     Y a-t-il un fil conducteur de logique entre le vêtement du grand prêtre, la robe du père et l’habit de noces ? Ou alors je mélange des pommes et des oranges ? (Dans les trois cas, une personne indigne est rendue digne par quelque chose qui lui est donnée pour se vêtir. Ils devaient améliorer leur statut pour célébrer un évènement important.)

a.      Que serait-il arrivé si l’invité aux noces avait refusé l’habit de noces, si le fils avait refusé la robe de son père, ou si le grand prêtre avait refusé son vêtement de prêtrise ? (Nous savons avec certitude que le grand prêtre et l’invité aux noces n’auraient pas été autorisés à rester en présence de Dieu. Le fils prodigue voulait être dans la présence de son père, et il a accepté avec joie la robe du père.)
 
b.      Quel enseignement tirons-nous de ces vêtements ? (Si nous voulons célébrer avec le Roi, nous devons améliorer notre statut en revêtant la robe qu’il nous offre.)
 
i.       Que cela nous enseigne-t-il quant aux religions des "œuvres" ?

III.  Détails, détails

1.     Revenons à Exode 28 et lisons quelques détails au sujet de l’habit du grand prêtre. Lisez Exode 28:9-12. Dès lors que tout cela est symbolique, que symbolisent toutes ces pierres commémoratives ? (Dieu veut toujours avoir les noms des gens de son peuple devant lui.)
 
a.      Pourquoi ne pas simplement afficher une liste des douze tribus sur le mur du sanctuaire céleste ? Quelle importance voyez-vous dans le symbole du grand prêtre qui porte leurs noms sur ses épaules ? (Cela symbolise Jésus qui porte nos péchés sur ses épaules.)
 
b.      Voulez-vous avoir toujours votre nom devant votre chef ? (Regardez le contexte. Le nom vient devant le chef dans le contexte du péché pardonné !

2.     Lisez Exode 28:15-21. Quel enseignement trouvons-nous dans le fait que le nom des tribus était gravé dans des pierres précieuses avec des montures d’or ? (Nous sommes précieux pour Dieu. Nous avons une grande valeur à ses yeux !)

3.     Lisez Exode 28:29-30. Notez que les noms des gens du peuple de Dieu ne sont pas simplement nés sur les épaules du grand prêtre, mais ils sont portés sur son cœur. Quel enseignement tirons-nous de ce symbole ? (Dès lors que le grand prêtre symbolise Jésus, nous apprenons que nous sommes proches du cœur de Dieu qui intercède pour nous dans le ciel.)
 
a.      Ces versets introduisent une autre idée, celle de l’ourim et du toummim. Quel est le but de ces pierres ? (Lisez Nombres 27:21. Le fait que pectoral soit appelé "le pectoral du jugement", couplé à ce récit dans lequel ces pierres sont utilisées pour connaître la volonté de Dieu, nous montre que ces deux pierres servaient à communiquer la volonté de Dieu à son peuple.)
 
b.      Quel symbole trouvez-vous dans l’ourim et le toummim ? (Considérez la façon dont le grand prêtre, Jésus, illumine la volonté du Père à nos yeux. Si vous voulez connaître la réponse de Dieu aux problèmes difficiles de la vie, tournez vos yeux vers Jésus.)

IV.    Aujourd’hui

1.     Lisez 1 Pierre 2:9 et 1 Timothée 2:5-6. Pierre nous appelle un "sacerdoce royal", mais Paul nous rappelle qu’il n’y a qu’un seul médiateur : Jésus. Compte tenu de tout ce que nous avons appris au sujet du grand prêtre, que devrions-nous conclure quant à notre rôle de prêtre aujourd’hui ? (Le but de la prêtrise humaine était de révéler le plan du salut de la part de Dieu et de partager sa volonté avec le monde. Notez que 1 Pierre 2:9 nous appelle à "annoncer les hauts faits" de Dieu. C’est là notre mission de prêtres aujourd’hui !
 
2.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous accepter et agir selon votre vocation à être un(e) prêtre(sse) du Dieu vivant ? Voulez-vous partager avec le monde que ce ne sont pas nos œuvres qui nous sauvent, mais uniquement notre dépendance à la vie, à la mort et à la résurrection de l’Agneau de Dieu ? Voulez-vous placer votre confiance entièrement dans la médiation de notre Grand Prêtre dans le sanctuaire céleste ?
 
V.      La semaine prochaine : Le manteau d’Élie et d’Élisée.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don