Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 11 - La gestion chrétienne (Matthieu 25)

Copyright © 2009, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : L’ordre des études est inversé, n’est-ce pas ? Nous avons apprécié l’étude sur le jour de repos hebdomadaire, ensuite nous avons approfondi les vacances éternelles, le ciel. La semaine passée nous avons commencé à nous focaliser sur les œuvres en abordant ce que signifie "être disciple" et maintenant (horreur) nous abordons la "gestion chrétienne" ! Ne devrions-nous pas finir par une note positive ? Ou alors, la gestion chrétienne est-elle quelque chose de positif ? Quand une personne officielle vient dans mon église pour discuter de la gestion chrétienne, cela signifie presque toujours qu’elle désire plus d’argent ou plus de travail de ma part. Mais je pense que nous allons découvrir cette semaine que la Bible a une approche plus positive que cela. Débutons sans plus attendre notre étude biblique et découvrons ce qu’il y a de magnifique au sujet de la gestion chrétienne !
 
I.         Être gagnant dans la vie
 
1.      Lisez Matthieu 25:14-15. Sur quelles bases le maître donne-t-il plus d’argent à un serviteur plutôt qu’à un autre ? Ne s’agit-il que de favoritisme ? (Non. Tous les serviteurs n’avaient pas les mêmes compétences naturelles. Il a donné plus d’argent au serviteur qui a le plus de compétences.)
 
a.        Est-ce injuste ? Tous ne devraient-ils pas recevoir la même somme d’argent ?

i.        Ou alors, est-ce injuste envers le serviteur ayant le plus de talents naturels parce que désormais il a un plus grand challenge ?

2.      Lisez Matthieu 25:16-18. Y a-t-il un quelconque argument en faveur de l’approche du serviteur qui ne reçoit qu’un seul talent ? Qu’en est-il de la récente chute des marchés boursiers ? Qu’en est-il des difficultés de nos institutions bancaires ? Un trou dans la terre n’est-il pas la façon la plus sûre de conserver un capital ?
 
a.        Y a-t-il une quelconque raison de croire que le serviteur qui ne reçoit qu’un talent n’agit pas de bonne foi ? (Oui. Si le maître voulait conserver son argent en le cachant, il aurait pu le cacher lui-même - sans prendre le risque que le serviteur qui n’a reçu qu’un talent sache où il était caché.)
 
3.      Lisez Matthieu 25:19-23. Pourquoi le serviteur qui ne reçoit que deux talents supplémentaires reçoit-il la même récompense que le serviteur qui a gagné cinq talents supplémentaires ? Est-ce juste ? (Ils ont tous les deux doublé ce qui leur avait été donné. Cela montre que, dès lors que le maître a distribué l’argent en fonction des capacités naturelles, le maître n’impose pas de pénalité lors d’un manque de talent naturel. La question n’est pas de savoir quel talent vous aviez à la naissance, la question est de savoir ce que vous faites de vos talents.)

4.      Lisez Matthieu 25:24. Cela révèle l’état d’esprit du serviteur qui ne reçoit qu’un seul talent. Pourquoi injurie-t-il son maître ("homme dur") ?

a.        N’est-il pas vrai qu’une personne ne doit pas tirer profit du dur labeur d’une autre personne ? Cela ne s’appelle-t-il pas de "l’exploitation" ?
 
5.      Lisez Matthieu 25:25. Attendez une minute ! L’homme qui n’a reçu qu’un seul talent a-t-il changé son histoire ? (Oui ! Il affirme maintenant qu’il avait peur. Premièrement il affirme que son maître est un capitaliste, et ensuite il affirme qu’il a peur.)
 
6.      Lisez Matthieu 25:26-27. Comment le maître analyse-t-il le problème ? Le serviteur qui n’a reçu qu’un seul talent a-t-il peur ? Sa plainte contre les capitalistes est-elle légitime ? (Le maître le traite de "mauvais et paresseux".)

a.        Le maître a-t-il raison en affirmant qu’il est "mauvais" ? Je pensais que le serviteur qui n’a reçu qu’un talent soulevait une objection morale. (Voilà l’idée que le capitalisme est mauvais aux yeux de Dieu ! Il ne fait aucun doute que le terme "mauvais" a un rapport avec le serviteur qui a des obligations pour faire avancer la cause du maître. "Paresseux" s’applique parce qu’il n’a presque rien fait.)

7.      Lisez Matthieu 25:28-30. Pourquoi le serviteur qui a dix talents reçoit-il le peu d’argent que possède le serviteur qui n’a reçu qu’un seul talent ? Désormais, le serviteur qui a dix talents est "dans l’abondance", tandis que le serviteur qui n’a reçu qu’un seul talent n’a plus rien. Est-ce juste ? (Nous allons résoudre le mystère ci-dessous, lorsque nous lirons Matthieu 25:34-40.)
 
8.      Revenons en arrière une minute et considérons cette histoire. Que nous enseigne Jésus ? Est-ce au sujet de l’argent, des talents et du temps ? (Il s’agit d’une "parabole du Royaume". Toutes les histoires dans ce chapitre sont en relation avec les moyens d’aller au ciel.)
 
a.        Quand le serviteur qui fait preuve de gestion chrétienne entre en scène, ma réaction est qu’il gagnera finalement plus et que j’en aurai finalement moins. Que nous enseigne cette histoire au sujet de la gestion chrétienne ? (L’histoire parle spécifiquement d’argent, mais je pense qu’il symbolise toutes sortes de talents naturels. Le moyen pour les faire fructifier est de mettre votre argent et vos talents en action (Matthieu 25:16). Ce qui est magnifique c’est que cela ne dépend pas du nombre de talents que vous avez reçu au début. Ce qui importe c’est ce que vous en faites. Si vous êtes fidèle, vous serez récompensé en recevant davantage. Le principe de la gestion chrétienne est de faire fructifier.)

II.       Considérer les pauvres

1.      Lisez Matthieu 25:31-40. Le serviteur qui n’a reçu qu’un seul talent serait-il qualifié de "l’un de ses plus petits, l’un de mes frères" (verset 40), spécialement après avoir été dépouillé de son argent par le maître ?
 
a.        Supposez que vous soyez le serviteur qui a (désormais) onze talents (le maître vient juste de vous donner le talent du serviteur mauvais et paresseux), et que vous vous heurtiez au serviteur qui n’a (désormais) plus de talent. Jésus vous enseigne-t-il de donner de l’argent au serviteur qui n’a plus de talent ?
 
b.        Cela ne serait-il pas un veto contre la décision du maître ?

c.        Pensez-vous que cela ferait une différence si le récit ne mentionnait pas l’argent ? Celui qui a faim reçoit à manger, celui qui a soif reçoit à boire, l’étranger se fait recueillir, ceux qui ont besoin de vêtements reçoivent de quoi se vêtir. Pourquoi aucun ne reçoit d’argent ? (Le récit des talents que nous venons d’étudier mentionne spécifiquement l’argent. L’histoire présente ne mentionne pas du tout d’argent. S’il est juste de donner de l’argent au serviteur qui n’a plus de talent après que le maître le lui ai retiré, alors répondre aux besoins du serviteur qui n’a plus de talent a du sens.)

2.      Est-il possible que bien que Jésus réfère à l’argent dans la première parabole, celle-ci est symbolique n’a pas grand-chose à voir avec l’argent ? (Si vous lisez Matthieu 13:12, vous trouvez le même principe de prendre au paresseux pour donner au diligent, énoncé dans un contexte spirituel très clair.)
 
3.      Est-il possible que lorsque l’homme qui a les onze talents aide celui qui n’en a pas il investit encore ses talents ? (Il n’est pas mentionné comment les talents sont investis. Si cela a une application spirituelle, alors cela du sens que les talents soient investis au service du royaume de Dieu.)
 
4.      J’ai posé plusieurs questions pour vous faire réfléchir à ce que Jésus nous enseigne. De quels enseignements pouvons-nous être certains à partir de ces deux paraboles ? (Dieu veut que nous soyons diligents dans le travail à son service. Une partie de notre tâche est de venir en aide à ceux qui en ont besoin.)

III.    La nature des talents

1.      Nous venons de voir que Jésus raconte des paraboles qui comparent nos talents (que nous devons développer) à de l’argent et à des biens. Nos talents incluent-ils également nos compétences naturelles ? (Lisez à nouveau Matthieu 25:15. "Chacun selon ses capacités" doit référer aux compétences naturelles. Les compétences naturelles sont un élément-clé dans la somme d’argent donnée par le maître.)
 
2.      Lisez Matthieu 24:45-51. Voici une autre histoire avec un maître qui voyage. À quel sujet le serviteur doit-il rendre des comptes ici ? (Au sujet des responsabilités et du temps. Parce que le maître "tarde à venir" le serviteur croit qu’il a le temps d’abuser de ceux qui se trouvent sous sa responsabilité et de perdre son propre temps.)
 
a.        Le temps est-il un talent dont nous devons être de bons gestionnaires ? (Oui. Cependant, le fait que Dieu ait créé le besoin de dormir pour les humains montre qu’il faut un certain équilibre entre le travail et le repos.)

i.        Quel pourcentage de votre temps est-il utilisé à promouvoir vos intérêts, par opposition aux intérêts des autres ?

ii.       Quel pourcentage de votre temps est-il essentiellement perdu et n’aide personne ?
 
iii.     Dans le cas de ce serviteur, à quoi aboutit le fait d’abuser des autres et de perdre son temps ? (À pas grand-chose. Nous assistons à une autre fin avec "des pleurs et des grincements de dents".)
 
3.      Cher ami, nous voyons que les disciples de Jésus diligents prospèrent, tandis que les disciples paresseux et dilapidateurs pleurent et grincent des dents. J’interprète le "grincement de dents" comme un regret des décisions prises dans le passé. Vous avez des décisions à prendre concernant l’avenir, voulez-vous prendre la décision d’être un serviteur de Jésus fidèle et diligent ?

IV.     La semaine prochaine : La communauté de foi.
Amour, sexe et rencontres

Amour, sexe et rencontres

Andy Stanley aborde ici le sujet des relations amoureuses, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il propose un regard différent. Très réaliste, sans utiliser de langue de bois, il nous livre des réflexions profondément utiles et extrêmement pratiques.
Réinventer le couple au 21ème siècle

Réinventer le couple au 21ème siècle

Le monde a tellement changé que les anciens schémas ne fonctionnent plus. Il faut réinventer la relation de couple. Plus qu'une méthode, c'est un art de vivre que promeut John Gray.
Toujours mariés, toujours amoureux

Toujours mariés, toujours amoureux

Le but de l'auteur est d'encourager les couples à faire face de manière réaliste aux joies et aux difficultés de la deuxième partie de la vie conjugale.
35 devises pour un mariage heureux

35 devises pour un mariage heureux

Ce livre pratique expose 35 devises fondées sur l’expérience de plus de cent couples pour enrichir le mariage. Les auteurs, Myke et Gayle Tucker identifient trois catégories de devises pouvant être utiles dans des moments de crise : décision, connexion et communication.
Langages d'amour des solos

Langages d'amour des solos

Après un rapide examen de toutes les différentes manières de vivre seul aujourd'hui, l'auteur cherche pourquoi l'amour est la clé des relations.
Vos enfants et le divorce

Vos enfants et le divorce

Ce livre vous aidera à comprendre la mentalité et les sentiments des enfants au cours de l'une des périodes les plus critiques de la vie de famille.
Le foyer chrétien

Le foyer chrétien

Ce livre constitue une sorte de manuel pour des parents très occupés et il présente l'idéal même que le foyer devrait s'efforcer d'atteindre.
Langages d'amour des enfants

Langages d'amour des enfants

Apprenez comment communiquer efficacement à votre enfant des sentiments de respect, d'affection et d'engagements.
Propos intempestifs de la Bible sur la famille

Propos intempestifs de la Bible sur la famille

Qu'est-ce qu'une famille ? La Bible interroge cette réalité et met en scène des situations réelles à partir desquelles elle nous invite à réfléchir.
 

faire un don