Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 06 - L’expiation symbolisée, première partie (Lévitique 4-6 & 17, Romains 3, 5 & 6)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Dimanche dernier j’étais assis sur un banc, surplombant le lac près de chez moi. Cette soirée tranquille et magnifique m’a fait penser à Dieu et à ma place dans son monde. J’ai réfléchi à la raison pour laquelle je crois que Dieu existe, que le christianisme est vrai et que Jésus est le Messie. Notre étude de cette semaine aborde ces questions. La raison pour laquelle je crois que Dieu existe est l’ordre que je vois dans la Création. Le fait d’avoir possédé des voitures et des maisons m’a enseigné que les choses évoluent de l’ordre vers le désordre, et non l’inverse. Le fait que Dieu annonce le Messie au travers des symboles de l’expiation, ou réparation, montre son ordre. Les trois religions principales sur la terre croient au récit du service du sanctuaire, or seul le christianisme le recoupe avec Jésus le Messie. Seul le christianisme s’appuie sur ces symboles accomplis pour le pardon des péchés. Dans ce sens, le christianisme est la religion logique, consistante et raisonnable. Débutons sans plus attendre cette étude pour mieux comprendre cela !
 
I.          Le chemin depuis le péché
 
1.       Lisez Lévitique 5:20-23 (dans certaines traductions, telles que LSG ou NEG, le chapitre 6 commence à ces versets). Pourquoi tous ces péchés sont-ils un "sacrilège envers le Seigneur" ? N’est-ce pas le compatriote qui est lésé ? (Dieu est Celui qui a dit que ces choses sont mauvaises dans les Dix Commandements. C’est la norme de Dieu qui a été rompue.)
 
2.       Lisez Lévitique 5:24. Quelle est la première étape de rachat du péché sous le système de l’Ancien Testament ? (Bien que la loi de Dieu ait été transgressée, Dieu veut que nous restaurions ce que nous avons pris. Nous devons essayer de réparer les choses. La première étape est d’admettre notre erreur et d’essayer de faire les choses justes.)

3.       Lisez Lévitique 5:25. Pourquoi est-il écrit "en réparation" ? Je pensais que le cinquième rendu en plus constituait déjà une réparation ! Qu’est-il demandé d’autre pour le péché ici ? (Le cinquième était donné à la personne lésée. Cette réparation-là est pour Dieu.)

a.         Si l’animal est choisi "d’après la valeur fixée", est-il important qu’il soit "sans défaut" ? Pourquoi ne pas sacrifier les animaux "imparfaits" s’ils ont la valeur suffisante pour satisfaire la réparation ?
 
b.         Pourquoi tueriez-vous l’animal ? Vous payez une réparation avec quelque chose qui est en ordre, pas avec quelque chose de mort ! "Je suis désolé, j’ai volé vos jantes, voici une batterie morte pour vous dédommager." (Ces deux éléments requis n’ont pas de sens hors de la compréhension chrétienne du Messie.)
 
4.       Lisez Lévitique 5:26. Jusqu’à ce dernier point dans le texte nous avons ce que j’appellerais un système typique de justice. L’État essaye de tirer du profit de l’activité criminelle, restaure la victime d’un crime et requiert qu’une pénalité soit payée à l’État pour le maintient de l’ordre. Qu’ajoute ce texte d’inhabituel ? (Cela est en rapport avec le dernier point relatif à l’animal mort. Nous avançons dans quelque chose qui dépasse l’activité criminelle. Nous abordons maintenant spécifiquement la question du péché.)

a.         Selon ce texte, qui fait l’expiation ou la réparation ? (Le prêtre fait l’expiation pour son péché.)

5.       Explorons davantage cette idée d’expiation. Lisez Lévitique 4:27-31. Qui sacrifie l’animal ? (La personne qui a péché met sa main sur la tête de l’animal et le tue.)
 
a.         Notez que cela est relatif au péché non-intentionnel. Ce processus vous rendrait-il plus attentif à ne plus pécher à l’avenir ? (Je détesterais avoir à tuer un animal. En ce qui me concerne, cela me dissuaderait de pécher.)
 
b.         Si vous marchiez avec une personne sage et lui demandiez : "J’ai fait du tort à quelqu’un, que penses-tu que je dois faire ?" La réponse serait probablement : "Essaye d’agir de façon juste et ne le refais plus." Nous avons étudié l’idée de restitution. Le fait de tuer un animal m’aiderait à ne pas récidiver. Est-ce tout ? Est-ce cela que signifie l’expiation - décourager les futures mauvaises actions ? Quel élément important manque-t-il ?

6.       Lisez Lévitique 17:11-12. Dans ce texte, ainsi que dans le dernier, nous trouvons toute une discussion sur la prise en charge du sang. Comment le sang s’intègre-t-il dans ce tableau général ?

a.         Pourquoi le sang est-il quelque chose qui peut expier ? (Lisez Genèse 2:15-17. Le résultat du péché est la mort. Dieu dit dans le Lévitique que la vie est dans le sang. La mort de l’animal se substituait d’une certaine façon à la mort consécutive au péché de l’humain. Le sang de l’animal expie le péché de la personne. Il s’agit de quelque chose de tout à fait différent de la restitution ou de la dissuasion. Nous avons débuté en disant que le péché est un sacrilège envers Dieu. Il est une violation de sa norme. Celle-ci dit que le péché aboutit à la mort.)
 
II.        L’expiation comme prophétie
 
1.       Nous avons considéré précédemment ce qu’une personne sage dirait à quelqu’un qui aurait fait quelque chose de mal. Je pense qu’il est raisonnable de dire qu’un sacrifice de sang ne viendra jamais à l’esprit d’une personne sage. Y a-t-il une quelconque grande religion qui croit aux sacrifices de sang pour des fautes personnelles ? En existe-t-il qui croient ou enseignent une expiation ?

2.       Lisez Romains 3:23-26. Comment la Bible suggère-t-elle que le composant d’expiation du système du sanctuaire était une préfiguration de Jésus ? (Le système du sanctuaire a introduit la nouvelle idée selon laquelle le sang de l’animal peut d’une certaine façon libérer l’humain de son devoir de payer de sa vie pour son péché. La personne peut éviter la conséquence ultime du péché par l’utilisation d’un substitut.)

a.         Notez que Romains 3:25 dit que cette idée d’expiation montre de la "justice". La voyez-vous de cette façon ? Si j’étais l’avocat des animaux, j’appellerais ce système de l’injustice.
 
3.       Le judaïsme ne pratique plus le sacrifice des animaux parce que le temple a été détruit et n’a pas été reconstruit. S’agit-il d’une excuse raisonnable pour ne pas suivre les procédures clairement définies pour éliminer le péché ? (Lisez Exode 20:24-25. Le sacrifice ne nécessitait pas un temple. Il pouvait être fait sur un autel de terre ou de pierres.)
 
4.       Est-ce que l’islam, qui accepte l’Ancien Testament comme la révélation de Dieu, a quelque chose qui s’approche de l’expiation par quelqu’un d’autre que le pécheur ?

5.       Lisez 1 Pierre 1:18-21. Selon Pierre, quelle est la façon courante de rédimer notre conduite futile ? (Payer une pénalité : de l’argent ou de l’or ou toute sorte d’argent.)

a.         Comment votre mauvaise conduite est-elle rédimée ? (Par le sang de Jésus.)
 
b.         Notez que Pierre réfère à un agneau sans défaut ni tache. J’ai soulevé cela avant de dire que cela n’avait aucun sens de façon abstraite. En quoi cela a-t-il du sens maintenant ? (La raison pour laquelle Dieu exigeait un animal parfait - sans défaut - était de préfigurer le fait que Jésus, qui a vécu une vie parfaite, mourrait pour l’expiation de nos péchés.)
 
c.         Dieu a-t-il conçu le système du sanctuaire quand il est venu ? (Non. Ce texte dit que Dieu avait ce plan à l’esprit avant même que le monde ne fût créé. Il a mis en place le service du sanctuaire comme élément symbolique pour nous enseigner son plan de salut pour les humains.)

d.         Pourquoi ne pas avoir simplement établi le sacrifice des animaux ? Pourquoi Jésus devait-il mourir ? En quoi cela est-il justice ? Si j’étais Dieu, j’aurais certainement utilisé des animaux de ferme plutôt que mon fils ! (C’est toujours un concept auquel il m’est difficile de m’accrocher de façon logique. Le père de mon ami, Patrick Stevenson, m’a aidé à mieux comprendre cela. Si j’avais commis un crime à la hauteur de la mort, je ne pourrais pas offrir à la cour mon chien ou n’importe quel autre animal. Je ne pourrais pas offrir à la cour un autre membre de ma famille. La cour exigerait ma vie. Nous sommes tombés corporellement dans le péché quand Adam et Ève ont péché. Lorsque nous devenons chrétiens nous devenons "en Christ". Jésus est le "second Adam" et nous devenons corporellement une part de Jésus qui a vécu, qui est mort et qui est ressuscité à notre place. Ainsi, nous sommes morts quand il est mort. Lisez Romains 5:12-19 pour mieux comprendre cela.)

III.     La vie concrète
 
1.       Le fait que Jésus ait expié nos péchés nous donne-t-il la liberté de pécher ? (Lisez Romains 6:1-2. Lorsque nous sommes morts avec Jésus, nous sommes morts au péché. Si vous restez en Jésus, vous voulez rester loin du péché.)
 
a.         Si le fait de tuer un animal vous dissuaderait de pécher à l’avenir, qu’en est-il de tuer Jésus ?

2.       Lisez Psaumes 51:5-6 (dans certaines traductions, telles que LSG ou NEG, la référence est Psaumes 51:3-4). Quel élément ce texte met-il en évidence ? (Dieu dit que faire le mal est un péché contre lui. La confession des péchés se fait à Dieu parce qu’il est le seul qui a été lésé de façon ultime.)

3.       Lisez Jacques 5:13-16. Jacques nous dit-il que nous devons confesser nos péchés à d’autres croyants pour être pardonnés ? Comment cela s’accorde-t-il avec l’idée que nous péchons contre Dieu quand nous transgressons ses lois ? (Jacques semble écrire sur la façon dont les croyants peuvent s’entraider à rester loin du péché. En laissant un croyant de confiance savoir que vous avez un problème dans un certain domaine, cette personne peut être capable de vous encourager et de vous conseiller. Ceci peut vous aider à éviter le péché.)
 
4.       Cher ami, le christianisme est la religion de la personne qui réfléchit. Si vous acceptez l’Ancien Testament comme révélation de Dieu pour les humains, tout le système pour effacer le péché focalise sur un Messie qui vient pour mourir pour l’expiation de nos péchés. Le christianisme seul accepte cette relation logique. Voulez-vous vous accrocher à ce que Jésus a fait pour vous ? Voulez-vous vivre aujourd’hui avec la conviction que Jésus est mort pour vos péchés ?
 
IV.      La semaine prochaine : L’expiation symbolisée, deuxième partie.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don