Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 10 - La signification de sa mort (Matthieu 16, Romains 3, 5 et 6)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Si vous lisez régulièrement ces études, vous savez que je considère toujours la logique du texte biblique. Comment réagirais-je si j’étais dans les souliers de ceux qui écoutent Jésus ? Quel est de façon logique le message de Dieu ? Un message avec lequel j’ai eu historiquement beaucoup de difficultés est la logique du salut. Pourquoi la mort de mon Dieu me donne-t-elle la vie éternelle ? Pourquoi satisfait-elle la condamnation à mort qui m’est imposée à cause de mon péché ? La logique de la justice américaine est complètement inverse. Quand j’étais à la faculté de droit, on m’a enseigné l’expression suivante : "Il est préférable de laisser 1'000 personnes coupables libres que d’exécuter une seule innocente". Pourquoi Dieu a-t-il conçu un plan dans lequel l’innocent est torturé et mis à mort ? Comment cela peut-il logiquement être "crédité" comme paiement pour ma culpabilité ? Débutons notre étude et voyons ce que nous pouvons trouver dans la Bible !
 
I.          La rançon
 
1.       Lisez Matthieu 16:21-22. Pourquoi Pierre contredit-il Jésus avec tant de véhémence ? (Lisez Actes 1:6. Jésus était sur le point de retourner au ciel et ses disciples pensaient toujours que l’objectif immédiat de Jésus était d’établir un royaume sur la terre ! Pierre avait évidemment des pensées de "royaume" quand il corrige Jésus. Comment Jésus peut-il mourir s’il est sur le point de diriger ?)
 
2.       Lisez Matthieu 16:23. Quelles sont les "pensées des humains" que Pierre a à l’esprit ? (Régner avec Jésus. Pierre voulait aussi être un dirigeant terrestre. Comment peut-il diriger si le Maître ne dirige pas ?)
 
3.       Lisez Matthieu 16:24-26. D’après Jésus, quel est précisément le plan de Dieu pour notre vie ? (Suivre Jésus en renonçant à nous-mêmes.)
 
a.         Renoncer à quoi ? Rappelez-vous que le contexte est le conflit entre la mort proche de Jésus et son règne. (Renoncer à notre objectif de gagner le monde. Il s’agissait précisément du plan de Pierre - diriger avec Jésus. Il y avait une discordance de vues du monde. Pierre voulait diriger, auquel cas les autres le serviraient. Jésus voulait que Pierre serve les autres.)
 
b.         Que signifie prendre la croix de Jésus ? Ne donnez aucune réponse "automatique". Que ferez-vous ce lundi pour prendre la croix de Jésus ?
 
i.         Que dites-vous sur le fait que quand Jésus a pris sa croix il était sur le chemin de la mort ?
 
4.       Juste après une autre conversation avec les disciples au sujet de leur rôle de dirigeant, Jésus parle encore de sa mort. Lisez Marc 10:42-45. Selon ce texte, que devrions-nous faire pour renoncer à nous-mêmes et prendre notre croix ? (Servir les autres.)
 
a.         Jésus emploie un terme très étrange. Il dit que sa vie est une "rançon pour une multitude". À qui est payée la rançon ? Pour qui est-elle payée ?
 
i.         Cela a-t-il un sens logique à vos yeux ? (Dans l’introduction j’ai mentionné comment l’État cherche à ne jamais exécuter un innocent. Cependant, je comprends la logique des voleurs et des ravisseurs qui exigent de l’argent en rançon pour libérer quelqu’un.)
 
ii.        Jésus compare le fait d’être un serviteur avec le fait de payer une rançon. Pouvez-vous y voir une logique ? (Quand je sers une autre personne, je renonce à quelque chose pour rendre la vie de cette personne meilleure. C’est une façon de voir une rançon. Vous renoncez à quelque chose pour le donner à quelqu’un d’autre. Il y a quelque temps maintenant j’ai tondu la pelouse de mes voisins âgés. Cela m’a pris du temps (qui est de l’argent) et de l’argent (pour l’essence). J’ai clairement renoncé à quelque chose au bénéfice de ce couple. Une pelouse tondue améliore leur vie - et la mienne, puisqu’ils sont mes voisins immédiats.)
 
iii.      Dès lors que des rançons sont exigées de la part des personnes mal intentionnées, est-il incorrect que Dieu exige de nous d’être des serviteurs pour les autres ?
 
(1)    Ne serons-nous plus des serviteurs pour les autres dans un monde parfait ? (Dans notre monde mauvais, seules les personnes mauvaises exigent des rançons. Imaginez un monde dans lequel nous nous servons tous volontairement les uns les autres. Je pense que c’est là le but de Dieu pour son peuple. Dieu a illustré ceci en mourant pour nous.)
 
5.       Je comprends la logique de la rançon à un certain degré. Je comprends la "vue du monde" sur le fait de servir les autres. Le problème avec le fait de payer une rançon est qu’elle encourage les mauvaises personnes à faire davantage de mal à davantage de personnes. De plus, j’ai toujours un problème de logique avec les "mathématiques" de la façon dont la mort de Jésus paye mon péché. Explorons cela dans la suite de notre étude.
 
II.        La mort du moi
 
1.       Lisez Romains 6:8 et 2 Timothée 2:11. Pensez-vous que nous sommes morts quand Jésus est mort ? Personne d’entre tous ceux qui lisent cette étude n’était même né lorsque Jésus est mort. Comment la Bible peut-elle affirmer que nous "sommes morts" avec Jésus ?
 
2.       Lisez Hébreux 7:1-9. Comment peut-il être dit que Lévi a payé la dîme à Melchisédek ? Lévi n’était pas encore né à ce moment-là.
 
3.       Lisez Romains 5:12-14 et 1 Corinthiens 15:22. Comment pourrais-je mourir quand Adam est mort ? Je n’étais pas encore né. (Un des vieux amis de mon père, Patrick Stevenson, m’a récemment contacté et m’a expliqué la théorie qui résulte de ces textes. Quand Jésus est mort pour nos péchés, nous sommes morts avec lui. Stevenson appelle cela la théorie de "l’identité en commun". Ceci me semble parfaitement raisonnable et logique. Pourquoi ? Parce que cela m’a fait mourir - moi le coupable - pour mes péchés "en commun" à travers Jésus. (S’il y a des erreurs dans mon expression de l’explication de Stevenson, celles-ci le sont par ma faute et non la sienne.))
 
4.       Une des interrogations que j’ai au sujet de cette explication est qu’elle signifie que chacun est sauvé - une idée qui est en désaccord avec beaucoup d’autres textes de la Bible. Si tout le monde n’est pas sauvé, comment pouvons-nous être inclus dans la mort "en commun" pour le péché ? Comment notre "facture de péché" peut-elle recevoir la marque "payé" ? (Lisez Romains 6:3-4. La Bible nous dit que quand nous sommes baptisés nous recevons le "baptême de sa mort". Quand nous acceptons Jésus comme notre sauveur et sommes baptisés, nous acceptons sa mort comme notre mort.)
 
5.       Que signifie cette mort pour le reste de votre vie sur la terre ? Qu’est-ce qui devrait être différent dans votre vie après avoir constaté que vous êtes mort avec Jésus - mis à part le fait d’exprimer un grand soupir de soulagement ? (Lisez Romains 6:1-2. À travers le baptême nous mourons avec Jésus et nous revenons à la vie nouvelle avec Jésus. Nous mourrons à l’ancienne vie. Notre objectif devrait être la sainteté. Explorons cela davantage.)
 
III.     La vie sainte
 
1.       Lisez Romains 3:10-12. Bien, mon idée de vivre une vie sainte était certainement de courte durée. Sommes-nous destinés à "ne pas faire le bien", malgré que nous soyons morts au péché ?
 
2.       Lisez Romains 3:20. Quel bien y a-t-il pour moi de vivre avec le fait que je ne fais pas le bien ? Comment cela m’aide-t-il à être conscient de ma culpabilité ? (La loi de Dieu montre le vaste abîme entre ma vie et sa loi parfaite.)
 
a.         Mais cela est-il bon pour moi - de réaliser à quel point je ne fais pas le bien ? Quand j’étais jeune, j’ai lu les écrits d’Ellen White. Elle croit à la sainteté. Quand j’ai vu la norme qu’elle fixait pour moi, cela m’a simplement incité à vouloir m’améliorer. Je ne pouvais d’aucune manière atteindre la norme. D’aucune manière.
 
3.       Lisez Romains 3:21-23 et Romains 3:27-28. Pouvez-vous répondre à la norme de Dieu ? (Grâce à Dieu, oui ! Tout comme nous sommes morts en commun avec Jésus, de la même manière nous sommes rendus parfait en commun avec Jésus. La foi est ce qui nous sauve et nous rend parfaits.)
 
a.         Comment devrais-je donc vivre ? Ellen White a-t-elle raison avec son emphase sur la vie sainte ? (Oui. Relisez Romains 6:1-2 et Hébreux 10:26. Nous devons constamment travailler (oui, je dis bien travailler) pour prendre les bonnes décisions. Nous "confirmons la loi" (Romains 3:31) par notre détermination à vivre une vie sainte. Quand j’étais si découragé par Ellen White, je pensais qu’une vie parfaite était essentielle au salut. Maintenant, je me rends compte que mon salut est par la foi en Christ. Si je glisse en marchant sur le chemin vers la sainteté, cela ne me met pas hors de la grâce de Dieu. Ce qui me met hors de sa grâce, c’est le moment où je cesserai de faire attention à mon cheminement vers la sainteté. Si je continue à pécher délibérément, je commence à gigoter et risque de sortir de la main de Dieu.)
 
4.       Cher ami, qu’en est-il de vous ? Vous méritez de mourir pour ce que vous avez fait. Mais vous pouvez mourir pour vos péchés en les confessant à Dieu et en acceptant Jésus et sa mort pour vos péchés à travers votre baptême. Vous pouvez être justifié et avoir la vie éternelle en acceptant la résurrection de Jésus pour une vie nouvelle à votre place. Avec l’assurance du salut, vous pouvez commencer le périple vers une vie sainte. Qu’en dites-vous ? Voulez-vous accepter Jésus maintenant ?
 
IV.      La semaine prochaine : La puissance de sa résurrection.
Le soupir de la terre

Le soupir de la terre

Un commentaire sur le livre de Daniel qui fait preuve d’une grande sensibilité prophétique et d’une solide connaissance de la culture hébraïque.
1844 simplifié

1844 simplifié

Quel est, pour les chrétiens d’aujourd’hui, la signification, s’il y en a une, de l’année 1844 et des événements qui y sont associés ? Ce livre est destiné à devenir l’un des ouvrages les plus importants pour un chrétien qui attend l’imminent retour du Christ.
Islam & christianisme dans la prophetie

Islam & christianisme dans la prophetie

Ce livre explore soigneusement le mystérieux livre de Daniel, les chapitres 11 et 12 en particulier, et dévoile un tableau fascinant de la prophétie concernant le Catholicisme, le Protestantisme, l’Islam et les États-Unis. Il examine leur rôle passé, présent et futur dans le conflit final qui est à nos portes.
Le dernier échelon de la prophétie biblique

Le dernier échelon de la prophétie biblique

Ce livre se concentre sur les dernières prophéties de Daniel qui couvrent les temps du prophète jusqu’à nos jours. Les derniers chapitres constituent un échelon prophétique que nous pouvons gravir et duquel nous pouvons attendre l’avenir avec espérance.
Nabuchodonosor II, roi de Babylone

Nabuchodonosor II, roi de Babylone

Cette biographie replace l’homme et le roi dans son époque et dans son cadre, la Babylonie et l’ensemble du Proche-Orient antique. Ainsi fait-on connaissance avec un souverain à la personnalité exceptionnelle, et peut-on en admirer l’oeuvre, dont les ruines retrouvées à Babylone et ailleurs portent encore témoignage. En achevant son propos sur ce règne, ce livre porte ainsi un jugement équilibré sur Nabuchodonosor et ressuscite la civilisation dont il se voulut le symbole dans son plus bel éclat.
Les prophéties de Daniel

Les prophéties de Daniel

Coffret de 5 DVD avec 12 conférences du Dr. Jean-Paul Lagarde sur les prophéties de Daniel. Le Dr. Lagarde nous dévoile avec beaucoup de simplicité le fruit de plusieurs dizaines d'années de recherche et d'étude sur le livre de Daniel. Une référence sur le sujet.
 

faire un don