Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 - La sagesse de ses enseignements (Matthieu 5)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La plupart de mes courriers électroniques de ces derniers jours finissent par une salutation qui inclut une bénédiction. Que pensez-vous que cela signifie ? Dans mon esprit, je souhaite que Dieu bénisse la personne à laquelle j’écris. Mais cela ne répond pas à la question : "Qu’est-ce qu’une bénédiction ?" Qu’est-ce que je souhaite pour l’autre personne ? Quand je regarde le mot grec traduit par "béni", je constate qu’il signifie (d’après Strong) "heureux", "chanceux" et "fortuné". Aimeriez-vous être béni ? Cette semaine nous mettons notre attention sur la sagesse de ce que Jésus essayait de nous enseigner. Commençons par son enseignement sur la façon d’être heureux !
 
I.          Le bonheur

1.       Dites-mois ce qui, selon vous, vous apporte ou vous apporterait le bonheur ? (Écrivez-le.)

2.       Lisez Matthieu 5:1-3. Il nous est dit que le premier chemin vers les bénédictions (le bonheur) est d’être pauvre en esprit. Ce n’est pas sur votre liste ! Pourquoi pas ?

a.         Le mot grec traduit par "pauvre en esprit" signifie "s’accroupir" ou "ramper". Il s’agit de la façon dont nous pouvons imaginer un honnête mendiant qui viendrait nous demander de l’argent. Cette attitude vous apporterait-elle logiquement du bonheur ?

b.         Selon vous, quel chemin vers le bonheur est réellement suggéré quand Jésus parle des "pauvres en esprit" ? (L’idée est que vous venez à Jésus en réalisant que vous êtes spirituellement pauvre, nu et un mendiant. Vous dites : "Dieu, j’ai besoin de toi !" Les personnes qui ont cette attitude envers Dieu sont fortunées, heureuses, et bénies.)

c.         Selon vous, comment une personne arrive-t-elle le plus souvent au point de réaliser qu’elle est un mendiant ? (Certaines circonstances les plus dures de la vie sont une bénédiction parce qu’elles nous amènent à réaliser que nous sommes vraiment des mendiants spirituels. J’ai vu une affiche qui disait que nous pouvons pardonner l’incroyable parce que Jésus pardonne les choses incroyables que nous avons faites !)

d.         Quel est le résultat final pour les personnes qui ont cette attitude dans leur esprit ? (Matthieu 5:3 dit que ces personnes vont au ciel ! C’est ici la bénédiction finale, le bonheur final.)

3.       Lisez Matthieu 5:4. Cela n’est pas non plus sur votre liste des facteurs de bonheur ! Pourquoi pas ?

a.         Le mot grec traduit par "pleurer" réfère à un deuil intense. Cela va au-delà d’un simple chagrin. Le bonheur et le deuil sont opposés, n’est-ce pas ?

b.         Comment est-il possible d’être heureux tout en pleurant intensément ? Le fait de pleurer a-t-il parfois été une bonne chose pour vous ? (Il y a une histoire très intéressante et unique dans Ézéchiel 9:1-5, qui est un parallèle au jugement final. L’histoire parle de six guerriers et d’un scribe. Le scribe va à la ville et fait une marque sur le front de tous ceux qui "soupirent et gémissent" (NBS) ou "gémissent et pleurent" (FBJ) ou "se lamentent et s’affligent" (BFC) sur les péchés commis. Tous ceux qui n’ont pas la marque sont tués par l’un de ces six guerriers. Ainsi, la survie dépend de si "vous gémissez et pleurez" au sujet des péchés commis.)

4.       Voyons si nous pouvons concilier tout cela. Matthieu 5:3 parle des pauvres en esprit. Matthieu 5:4 parle de ceux qui réalisent qu’ils sont pauvres en esprit et qui sont véritablement inquiets à ce sujet. Ceux qui sont réconfortés sont ceux qui non seulement réalisent leur besoin, mais sont tristes à propos de cet abîme qu’il y a entre leur caractère et la perfection. Nous venons à Jésus comme des pécheurs dans le besoin. Nous regrettons nos échecs. Notre âme aspire au pardon. Jésus nous réconforte avec son pardon et la promesse de vie éternelle. Cela met un sourire sur mon visage !)

5.       Lisez Matthieu 5:5. La douceur se trouve-t-elle sur votre liste des facteurs de bonheur ?

a.         La suggestion selon laquelle je devrais être doux va de façon certaine à l’encontre de ma nature. Qu’en est-il de vous ?

b.         Le mot grec signifie "tempéré", et Strong suggère que cela implique "l’humilité". Pensez-vous que cela veuille vraiment dire que nous devrions être tempérés et humbles ? Cela se réfère-t-il également aux "vrais hommes" ?

c.         La philosophie de la société séculière est d’apporter l’attention sur nous-mêmes. Nous disons : "C’est ce que nous avons fait." "C’est ce que nous avons." "C’est ce que nous pensons." En vous basant simplement sur votre connaissance de la vie, la déclaration "C’est ce que j’ai fait" vous cause-t-elle un quelconque problème ? (C’est comme un défi public. Vous devez vivre en accord avec ce que vous dites que vous pouvez faire. Les gens essayeront de vous renverser.)

d.         J’aime la concurrence parce que j’aime gagner ! Aimez-vous gagner ? Si tel est le cas, recevons-nous une exemption à l’exigence de douceur et d’humilité ? (Jésus suggère une philosophie de vie différente. Il suggère que nous nous focalisions sur Dieu et sur sa volonté et non sur nous-mêmes. Ce qui est exceptionnel et ironique à ce sujet est que ceux qui ne se mettent pas à la première place hériteront tout - la terre entière !

6.       Lisez Matthieu 5:6. Le fait d’avoir faim et soif est-il sur votre liste des facteurs de bonheur ? (Je sais que je pourrais perdre un peu de poids, mais je ne suis jamais heureux d’avoir faim ou soif.)

a.         Selon vous, que signifie avoir "faim et soif de justice" ? (Cela présente un angle un peu différent de la notion de deuil à cause de notre situation pécheresse. Nous voulons ardemment avoir cette justice que Jésus donne.)

b.         Aimeriez-vous être juste ? (Le texte dit que les personnes qui le veulent vraiment seront rassasiées de justice.)

7.       Lisez Matthieu 5:7. La compassion se trouve-t-elle sur votre liste des facteurs de bonheur ?

a.         Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez entendu qu’Eliot Spitzer (Gouverneur de New York et ancien procureur général de l’État de New York) s’est fait surprendre avec des prostituées ? C’était un homme qui terrorisait le milieu des affaires de New York avec ce que certains voyaient comme des accusations impitoyables sur des sujets très discutables.

b.         Avez-vous souri d’un air satisfait et dit (ou pensé) : "Quel hypocrite qui se définit comme juste !" (Une part de moi a souri. En même temps, j’ai réalisé quelle attitude horrible et hypocrite j’avais. Je jubilais à cause des péchés de cet homme, alors je serais, moi aussi, très embarrassé que tout le monde connaisse mes péchés. Qui serait disposé à avoir ses péchés publiés en première page des journaux, à la télévision et à la radio ?)

c.         Quelle attitude le texte de Matthieu 5:7 suggère-t-il que nous ayons ? (Nous devons être compatissants.)

d.         Quel est le revers de la médaille si nous n’avons pas cette attitude ? (Aucune compassion ne nous sera témoignée.)

i.         Cher ami, avez-vous besoin de compassion ?

8.       Lisez Matthieu 5:8. Cela se trouve-t-il sur votre liste des facteurs de bonheur ?

a.         Le mot traduit par "cœur" signifie l’intellect, la conscience. Pensez-vous qu’avoir "le cœur pur" veuille dire être sans péché ?

b.         Pourquoi Jésus n’a-t-il pas dit : "Heureux ceux qui ont des actions pures à leur actif" ? (Tout cela revient à ma théorie selon laquelle la justice est une affaire d’attitude. Ce sont nos motifs et non pas nos actions qui sont très importants. Jésus cherche des personnes qui ont une telle attitude. Ils peuvent ne pas avoir des actions parfaites, mais ils ont une attitude pure.)

c.         Nous pouvons souvent changer nos actions par la détermination. Dans quelle mesure est-il facile de changer notre attitude ? (Seul l’Esprit saint peut changer notre cœur. Les béatitudes qui nous y amènent nous dirigent sur le chemin d’un cœur pur. Ce sont là les étapes pour nous placer sous la compassion de Jésus.)

9.       Lisez Matthieu 5:9. Cela se trouve-t-il sur votre liste des facteurs de bonheur ?

a.         Cela fait-il référence à ceux qui ont un mariage qui dure ?

b.         Qu’en est-il de ceux qui aident à résoudre les problèmes ?

c.         Remarquez qu’il est dit qu’ils sont les enfants de Dieu. Avançons de quelques chapitres dans Matthieu et lisons Matthieu 10:34. Que devrions-nous conclure au sujet de ces deux déclarations ? Bénis sont ceux qui apportent la paix et bénis sont ceux qui font la guerre ? (Il semble évident que Jésus ne parle pas des relations entre êtres humains. La référence que fait Christ est d’amener des humains en harmonie avec Dieu. Christ est venu pour montrer que Dieu n’est pas notre ennemi, et il s’agit également de notre tâche.)

10.   Lisez Matthieu 5:10-12. Ces versets parlent plus de ce qui nous arrive plutôt que du genre d’attitude que nous devrions avoir.

a.         Cela se trouve-t-il sur la liste des facteurs de bonheur de quelqu’un ? Je suis le plus heureux quand les gens m’offensent, me persécutent et mentent à mon sujet !

b.         Comment pouvez-vous être heureux dans de telles circonstances ? (Une guerre fait rage entre Jésus et Satan. Jésus dit que vous pouvez être heureux dans de tels moments parce que vous savez que ces insultes veulent dire que vous faites partie du royaume de Dieu !)

c.         En repensant à des moments difficiles passés, cela vous fait-il vous sentir mieux ou plus amer ?

d.         Réfléchissez à ceci : passiez-vous par des moments difficiles à cause de Dieu ou à cause de quelque chose que vous aviez fait.

11.   Cher ami, peut-être avez-vous besoin d’une nouvelle liste de choses qui vous rendent heureux. Si vous ressentez un désir profond et insatisfait d’être heureux, pourquoi ne pas regarder aux sages enseignements de Jésus ? Pourquoi ne pas diriger votre vie vers Jésus ? Pourquoi pas dès à présent ?

II.        La semaine prochaine : Ses œuvres miraculeuses.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don