Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 12 - Mission et mandat (Marc 16, Matthieu 25, Ézéchiel 24, Apocalypse 14)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Quand j’ai commencé à lire les textes bibliques pour l’étude de cette semaine je me suis découragé. Jésus semble faire passer un "test" aux croyants, test auquel, franchement, j’ai échoué. Pourquoi ne pas me rejoindre dans l’étude de cette semaine, afin de voir comment vous passez ce "test" ? Si vous le ratez aussi, j’ai une explication qui semble aller à l’encontre du langage franc du texte. Débutons notre étude de la Bible et voyons ce que vous pensez !
 
I.          Croyez et agissez

1.       Lisez Marc 16:14. Pourquoi Jésus fait-il des reproches à ses disciples ? (Parce qu’ils n’ont pas cru ceux qui leur avaient dit que Jésus était vivant.)

a.         Pourquoi les disciples ont-ils une telle attitude ? Cela ne correspond-il pas exactement à ce qu’ils espéraient ? (Peut-être s’agit-il d’orgueil. Si Jésus ne leur apparaissait pas, ils ne croiraient pas qu’il est vivant. Comparez Jean 20:24-25.)

2.       Lisez Marc 16:15-16. Qu’est-ce qui fait la différence entre ceux qui sont sauvés et ceux qui sont condamnés ? (Le fait de croire en Jésus.)

3.       Lisez Marc 16:17-18. Y a-t-il un test qui vous permette de dire si quelqu’un croit sincèrement ? (Jésus dit que ceux qui croient montrent certains signes : chasser les démons, parler des langues nouvelles, saisir des serpents, boire du poison et guérir des personnes malades.)

a.         S’il s’agit du test, alors je peux vous assurer que je l’ai échoué. Autant que je puisse le dire, les cours d’espagnol auxquels j’ai assisté alors que j’étais en faculté, et manger au [une chaîne de restaurants que je ne nommerai pas] sont les éléments de ma vie qui sont les plus proches de l’un de ces tests.)

b.         Quand je veux affirmer qu’un texte de la Bible ne signifie pas ce qu’il dit explicitement, je deviens nerveux. Cette analyse semble si illogique. En quoi le fait de saisir des serpents ou de boire du poison a-t-il un rapport avec le fait de croire en Jésus ? (Ils n’ont aucun rapport que je puisse déceler.)

i.         Nous est-il dit ailleurs dans la Bible de saisir des serpents ou de boire du poison ? Lisons-nous quelque part que Jésus a pris des serpents ou a bu du poison ? (La réponse aux deux questions est négative.)

ii.        Aucun commentaire que j’ai lu ne suggérait que nous devrions boire du poison pour prouver notre foi. Les commentaires Barnes’ Notes et Adam Clarke’s Commentary parle de ces signes comme ayant été donnés à ceux "dans l’âge primitif" ou "dans les temps primitifs". Est-il juste d’appeler Jésus et les disciples des personnes "primitives" ? (Quand nous commençons à prétendre que nous sommes plus avancés que les personnes du temps de la Bible, cela me rend aussi nerveux. Cela ressemble à de l’orgueil au travail. Nous pouvons avoir une meilleure technologie, mais je doute que nous ayons plus d’intelligence émotionnelle.)

c.         Lisez à nouveau Marc 16:17. Y a-t-il un dénominateur commun parmi tous  ces signes ? (Tous ont à faire avec l’adversité. Les démons, les barrières linguistiques, les serpents, le poison et la maladie sont tous des obstacles auxquels étaient confrontés les disciples alors qu’ils partageaient l’évangile. Je pense que Jésus dit qu’un signe qui montre que vous êtes un croyant est que Dieu enlèvera les obstacles sérieux à votre témoignage.)

i.         Lisez Actes 28:3-6. S’agit-il là d’un exemple de signification que je suggère pour ces versets ? (Oui. Il nous est parlé de Paul qui se fait mordre par un serpent. Parce qu’il ne meure pas, ce fait est utilisé comme méthode pour promouvoir l’évangile.)

II.        La croyance et le jugement

1.       Lisez Matthieu 25:31-33. Que symbolisent les moutons et les chèvres ? (Il s’agit d’une autre description de ceux qui croient et sont sauvés et ceux qui sont condamnés.)

2.       Lisez Matthieu 25:34-40. Quel est votre performance sur ce test ? (Je me sens beaucoup mieux après la lecture de ce texte qu’après la lecture de Marc 16:17-18. Je viens de finir de remplir ma déclaration d’impôts et j’ai déduit des centaines de dollars que ma femme et moi avons donnés en vêtements et en nourriture.)

a.         Le fait de donner des vêtements ou de la nourriture à des œuvres de charité compte-t-il ? Je ne rencontre pas face à face ceux qui bénéficient de mes donations.

i.         Aimeriez-vous rencontrer face à face les sans-logis et les indigents ?

(1)    Si la réponse est négative, cela veut-il dire que nous échouons aussi à ce test ?

ii.        Les deux dernières fois que j’ai été face à face avec un sans-abri ou un indigent, tout s’est bien passé. Mais le moment juste avant n’était pas terrible. Une sans-abri avec un téléphone mobile (!) m’a appelé et a insisté pour que j’achète un certain type de matelas pneumatique et que je l’amène au refuge des sans-logis parce que le matelas qu’il y avait là-bas était insatisfaisant. Elle a continué à m’appeler et à crier. Cela ne semblait pas être l’équivalent d’aider Jésus.

3.       Lisez Matthieu 25:41-46. Devrions-nous enlever cette "justification par la foi" qui semble être une absurdité ? (Non. Je vois cela comme étant très semblable à notre texte de Marc. Dans Marc, Jésus décrit ce qui arriverait à ses vrais disciples s’ils rencontraient de l’adversité dans leur œuvre de partage de l’évangile. Ici, Jésus décrit la réaction des vrais croyants envers ceux qui sont dans le besoin. Si votre attitude est d’aider, et vous aidez, alors vous reflétez ce qui est dans votre cœur - un désir de suivre Jésus.)

III.     La croyance et le témoignage

1.       Lisez Luc 24:45-49. Jusqu’à présent nous avons vu quelques tests qui génèrent quelque doute dans mon esprit sur mon niveau de qualité de disciple. Que nous promet Jésus pour nous permettre de remplir les exigences requises pour être un disciple ? (L’Esprit saint.)

2.       Lisez Ézéchiel 24:3-4. Pensez-vous que ces gens avaient besoin de cours de cuisine ?

a.         Quelle indication trouvez-vous dans ces versets au sujet du problème que Dieu essaye d’adresser avec son histoire de cuisine ? (Il les appelle une "maison rebelle". Ils ont un problème spirituel.)

3.       Lisez Ézéchiel 24:5. Quelle est la solution à leur problème spirituel ? (Mettre la marmite sur le feu et faire bouillir.)

a.         Selon vous, que symbolise le feu ? (L’Esprit saint !)

b.         Qu’en est-il de vous - est-ce que votre "marmite" est sur le feu et en ébullition ? Ou alors, êtes-vous une marmite remplie d’eau froide et de viande avariée ? (Peut-être que si la "température" de l’Esprit saint était plus élevée dans nos vies, nous nous en sortirions mieux dans les tests pour être disciples.)

IV.      La théorie de la mission

1.       Jusqu’à présent nous avons parlé des potentielles adversités rencontrées au cours de la mission, nous avons parlé des actes de la mission et nous avons parlé de la puissance pour la mission. Quelle est la théorie par excellence pour notre mission - particulièrement si vous pensez que nous sommes dans les derniers jours avant la seconde venue de Jésus ?

2.       Lisez Apocalypse 14:6-7. Comment la Bible caractérise-t-elle le message de cet ange ? (Il s’agit d’une "bonne nouvelle éternelle".)

3.       Quel est le message ? (Préparez-vous pour le jugement final !)

a.         Comment faisons-nous cela ? (Adorez Dieu, craignez Dieu, donnez-lui gloire.)

b.         Sur quelle base Dieu mérite-t-il notre adoration, notre crainte et notre louange ? (Il est le Créateur !)

i.         Cher ami, comprenez-vous la question de base dans la bataille ? Avez-vous le bon message ?

4.       La chronologie est une chose très importante. Est-il possible que je (nous) ne m’en sorte pas très bien en parlant des serpents, du poison, des démons ou de la guérison de maladies parce qu’il s’agissait de l’élément principal de la bataille d’alors, alors que maintenant l’élément principal de la bataille est la notion de la création/évolution et l’adoration du samedi/dimanche, respectivement ?

5.       Pouvons-nous aussi considérer l’histoire des moutons et des chèvres comme étant la plus inappropriée sur la base de la chronologie ? (Non. Il s’agit d’une histoire à propos du jugement. Dieu ne nous laisse jamais rester au stade d’une compréhension intellectuelle simple de l’évangile. Cette compréhension doit pénétrer nos vies et changer notre attitude et notre comportement.)

6.       Cher ami, comprenez-vous la mission du disciple ? Comprenez-vous les questions du temps de la fin ? Votre compréhension change-t-elle votre vie ?

V.        La semaine prochaine : Le modèle à suivre.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don