Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 02 - L’art d’être disciple hier et aujourd’hui (Marc 16, Jean 3, Apocalypse 14)

Copyright © 2008, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Vous avez probablement entendu plus d’un chrétien dire : "Je veux suivre Jésus". Probablement l’avez-vous dit vous-même. Comment cela fonctionne-t-il aujourd’hui ? Au temps de Jésus, les disciples le suivaient littéralement. Que devons-nous faire aujourd’hui ? Nous avons appris la semaine dernière que le but originel des disciples en suivant Jésus était leur intérêt personnel. Cela les fait nous ressembler un peu plus ! En quoi d’autre étaient-ils comme nous ? Qu’en est-il de la rivalité parmi eux ? Cela existait-il au temps de Jésus ? Ouvrons la Bible et voyons comment nous pouvons être de meilleurs disciples aujourd’hui !
 
I.          Des ordres de marche

1.       Si vous deviez rechercher dans la Bible des instructions sur la façon d’être un disciple de Jésus, regarderiez-vous les instructions de Jésus aux douze disciples ?

a.         Les disciples étaient physiquement avec Jésus. Comment modifieriez-vous votre recherche pour la rendre plus pertinente ? (Je chercherais les instructions que Jésus leur a donné après s’en être allé.)

2.       Lisons une telle instruction. Lisez Marc 16:15. Que nous est-il demandé de faire si nous sommes des disciples de Jésus ? (Proclamer au monde entier la bonne nouvelle au sujet de Jésus.)

a.         Diriez-vous que c’était là la tâche principale des douze disciples de Jésus ?

b.         Nous avons parlé du fait que Jésus n’était pas physiquement présent. Quelle était la tâche principale des douze disciples quand Jésus était présent avec eux ? (Jésus les enseignait au sujet de la bonne nouvelle. Logiquement, ils avaient besoin d’apprendre la bonne nouvelle avant de pouvoir la partager.)

i.         Cela signifie-t-il que nous avons besoin d’apprendre la "bonne nouvelle" avant de commencer à la prêcher au monde ?

(1)    Dans l’affirmative, existe-t-il aujourd’hui un substitut à la présence de Jésus ? (Lisez Jean 14:25-26. L’Esprit saint nous enseigne aujourd’hui au sujet de la bonne nouvelle. Les disciples ont également écrit les paroles que Jésus leur a dit et nous pouvons et devons lire et étudier la Bible - demandant à l’Esprit saint de nous aider à la comprendre.)

3.       Lisez Apocalypse 14:6-7. Cela signifie-t-il que nous n’avons pas de tâche à accomplir ? Nous avons failli à partager l’évangile, alors ce sont les anges qui le font à la fin des temps ? (Non. Il y a deux points. Premièrement, cet ange prêche l’évangile "à toute nation, tribu, langue et peuple". Il ne s’agit pas d’une nouvelle tâche. Cela est équivalent à la tâche de Marc 16:15 de "proclamer la bonne nouvelle à toute la création". Cette tâche a été donnée par Jésus à ses disciples originels (et à nous) et elle est répétée dans l’Apocalypse. Deuxièmement, l’Apocalypse est remplie de symboles. Il n’est pas clair si l’ange nous représente ou s’il est littéralement un ange qui nous aide. Conclusion : ce message est la tâche des disciples d’aujourd’hui.)

4.       Continuons avec les instructions de Jésus rapportées dans Marc 16. Lisez Marc 16:16. Après avoir partagé la bonne nouvelle avec autrui, que devrions-nous rechercher ? (Une réaction ! Les personnes vont soit croire et être baptisées, soit ne pas croire et être condamnées.)

a.         Que cela suggère-t-il quant à notre travail en tant que disciples ? (Notre rôle est de partager. Nous laissons la décision à l’auditeur.)

b.         L’auditeur est-il seul dans sa prise de décision ? (Lisez Jean 16:7-11 (traduction LSG ou NEG). Nous voyons à nouveau l’important travail d’équipe de l’Esprit saint quand nous partageons la bonne nouvelle. Nous partageons, l’Esprit saint convainc, et l’auditeur décide.)

5.       Lisez Apocalypse 14:7. Quel est le parallèle avec Marc 16:16 ? (Cela répète le besoin qu’ont les humains de prendre une décision parce que le jugement est devant nous.)

a.         Cela définit-il notre rôle pour proclamer un jugement plus clairement ? (Apocalypse 14:7 accentue davantage le côté du jugement que Marc 16:16. Au fur et à mesure que la seconde venue de Jésus se rapproche, proclamer l’issue de ce choix rend le message plus urgent.)

b.         Quel autre point est davantage marqué dans Apocalypse 14:7 que dans Marc 16:15-16 ? (Que Jésus est le Créateur. Marc 16:15 parle de "toute la création", suggérant qu’il y a un Créateur. Mais, Apocalypse 14:7 établit la base de notre adoration sur le fait que Dieu est notre Créateur.)

i.         En regardant autour de vous, voyez-vous que le rôle de Dieu en tant que Créateur est la question centrale de notre temps (de la fin) ? (Oui ! Le débat entre l’évolution et la création n’a jamais fait autant rage auparavant - même parmi ceux qui sont supposés croire à la Bible. Deuxièmement, l’adoration du sabbat est un mémorial de la Création (Genèse 2:2-3 ; Exode 20:8-11). L’adoration hebdomadaire est maintenant davantage mise en relation avec la résurrection du Christ qu’avec la Création. Il s’agit d’un changement de focalisation qui s’éloigne d’Apocalypse 14.)

II.        Les signes de marche

1.       Lisez Marc 16:17-19. Le dernier verset nous indique qu’il s’agissait, en effet, des dernières instructions de Jésus. Où se situe votre église sur l’échelle des signes ? Comment les comptabilisez-vous ?

a.         Nous avons supposé que les dernières instructions de Jésus à ses disciples s’appliquent également à nous. Devrions-nous décider que seule une partie des instructions s’appliquent à nous et non la totalité ?

b.         Si vous pensez que toutes s’appliquent, regardons cela de plus près. Jésus nous dit-il de prendre des serpents mortels entre nos mains et de boire du poison ?

i.         Quel rapport logique cela peut-il avoir avec le fait de partager l’évangile ?

ii.        Alors que vous considérez ce que vous avez lu dans la Bible au sujet de l’église naissante, vous souvenez-vous avoir lu quoi que ce soit en rapport avec le fait de prendre des serpents mortels ou de boire du poison ? (Non. Le récit de Paul se faisant accidentellement mordre par un serpent (Actes 28:3-5) est le seul qui me vient à l’esprit.)

(1)    Si nous ne voyons pas cela dans l’église naissante, que pensez-vous que cela signifie ? (Si nous raisonnons à partir de cet unique exemple que nous avons (Paul qui se fait mordre accidentellement et qui ne meurt pas), il semble que Jésus dit qu’alors que nous sortons et proclamons l’évangile, nous pouvons nous trouver en danger. Il nous protégera.)

(2)    Devrions-nous prendre des serpents dangereux dans nos mains et boire du poison pour vérifier cette promesse ? (Non. Lisez Matthieu 4:5-7. Cela semble être une situation identique. Satan rappelle à Jésus les promesses de protection de la part de Dieu, mais Jésus répond que nous ne devons pas délibérément nous mettre dans une situation de préjudice.)

III.     Jean et la rivalité

1.       Avançons un peu dans notre étude et abordons maintenant un autre aspect du fait d’être disciple. Lisez Jean 3:22-23, 26. Quelle plainte au sujet de Jésus adressent les disciples de Jean le Baptiseur ? (Que la "concurrence" est en train de gagner. Les gens quittent Jean le Baptiseur et vont vers Jésus.)

a.         Pourquoi cela inquiète-t-il les disciples de Jean ? (Apparemment pas tous les disciples de Jean n’avaient eu le message selon lequel il préparait le chemin de Jésus. Il est naturel dans la vie d’être concurrentiel avec les autres. Ils voulaient que leur maître reste plus populaire que tout autre concurrent.)

b.         Pourquoi les disciples de Jean se plaignaient-ils du fait que Jésus baptisait ? (Jésus "volait" même leurs méthodes ! Qu’est-ce qui pourrait être plus injuste ?)

2.       Lisez Jean 3:27. De quel homme parle Jean ? (Il parle de lui-même et de chacun. Chacun reçoit des dons de la part de Dieu.)

a.         Quelle est le point soulevé par Jean ? (Il ne devrait y avoir aucune concurrence pour deux raisons. Premièrement, tous les talents des hommes viennent de Dieu. Pourquoi revendiquer un quelconque crédit de quelque chose qui vous est donné par quelqu’un d’autre ? Deuxièmement, la quantité qui vous est donnée est déterminée par Dieu. Si Jésus a plus de "dons", c’est très bien. Les disciples de Jean ne devraient pas espérer qu’il ait plus de dons que ceux qui lui sont donnés par Dieu.)

b.         Réfléchissons à cela un instant. Que nous enseigne cela sur notre orgueil qui nous place souvent au-dessus de notre "statut" dans la vie ?

i.         Que nous enseigne cela sur la jalousie ? Sur la convoitise ?

ii.        Avant d’aller trop loin sur ce chemin, est-ce que tout le monde utilise tous les dons donnés par Dieu ?

(1)    Si la réponse est négative, est-il alors incorrect de tirer de la fierté de l’utilisation de plus de dons que les escargots que sont nos concurrents ?

(2)    Si la réponse est négative, alors nous ne devrions pas ressentir de jalousie quand nous sommes l’escargot et que notre "concurrent" agit avec plus de foi et fait un meilleur travail parce qu’il utilise davantage de ses dons. (La jalousie et la convoitise sont mauvaises. Que nous nous basions sur des dons limités de la part de Dieu ou sur notre échec de tirer pleinement avantage des dons de Dieu, nous sommes là où nous sommes dans la vie et nous ne pouvons pas changer le passé. Tout ce que nous pouvons faire est tirer avantage des dons et des occasions que Dieu nous donne maintenant et en laisser l’issue à Dieu.)

3.       Cher ami, Dieu vous a offert la tâche d’être son disciple. Voulez-vous l’accepter ? Voulez-vous partager la bonne nouvelle du salut ? Voulez-vous travailler sans jalousie ou concurrence ?

IV.      La semaine prochaine :Appelés par Jésus à être disciples.
Amour, sexe et rencontres

Amour, sexe et rencontres

Andy Stanley aborde ici le sujet des relations amoureuses, qui a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais il propose un regard différent. Très réaliste, sans utiliser de langue de bois, il nous livre des réflexions profondément utiles et extrêmement pratiques.
Réinventer le couple au 21ème siècle

Réinventer le couple au 21ème siècle

Le monde a tellement changé que les anciens schémas ne fonctionnent plus. Il faut réinventer la relation de couple. Plus qu'une méthode, c'est un art de vivre que promeut John Gray.
Toujours mariés, toujours amoureux

Toujours mariés, toujours amoureux

Le but de l'auteur est d'encourager les couples à faire face de manière réaliste aux joies et aux difficultés de la deuxième partie de la vie conjugale.
35 devises pour un mariage heureux

35 devises pour un mariage heureux

Ce livre pratique expose 35 devises fondées sur l’expérience de plus de cent couples pour enrichir le mariage. Les auteurs, Myke et Gayle Tucker identifient trois catégories de devises pouvant être utiles dans des moments de crise : décision, connexion et communication.
Langages d'amour des solos

Langages d'amour des solos

Après un rapide examen de toutes les différentes manières de vivre seul aujourd'hui, l'auteur cherche pourquoi l'amour est la clé des relations.
Vos enfants et le divorce

Vos enfants et le divorce

Ce livre vous aidera à comprendre la mentalité et les sentiments des enfants au cours de l'une des périodes les plus critiques de la vie de famille.
Le foyer chrétien

Le foyer chrétien

Ce livre constitue une sorte de manuel pour des parents très occupés et il présente l'idéal même que le foyer devrait s'efforcer d'atteindre.
Langages d'amour des enfants

Langages d'amour des enfants

Apprenez comment communiquer efficacement à votre enfant des sentiments de respect, d'affection et d'engagements.
Propos intempestifs de la Bible sur la famille

Propos intempestifs de la Bible sur la famille

Qu'est-ce qu'une famille ? La Bible interroge cette réalité et met en scène des situations réelles à partir desquelles elle nous invite à réfléchir.
 

faire un don