Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 05 - Quand les pierres crient (Jean 20, Genèse 23, Matthieu 28)

Copyright © 2007, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Une des questions importantes dans n’importe quelle affaire judiciaire américaine est la responsabilité de la preuve. Qui porte la responsabilité de démontrer que les faits se sont passés d’une certaine manière ? L’attribution de la responsabilité de la preuve peut faire toute la différence pour la victoire. Supposons que le plaignant gagne si le feu de signalisation routière était rouge et que le défenseur gagne si le feu était vert. Si le plaignant a la responsabilité de la preuve, et que personne n’est sûr de la couleur du feu, alors le défenseur gagne. Mais si le défenseur a la responsabilité de la preuve, alors le plaignant gagne. Qu’en est-il des vérités bibliques ? Qui a la responsabilité de la preuve aux yeux de Dieu ? Dieu croit-il qu’il a la responsabilité de nous prouver ses vérités ? Ou alors, Dieu croit-il que nous avons l’obligation de représenter la vérité ? Peut-être s’agit-il de quelque chose d’intermédiaire ? Débutons notre étude et voyons comment Dieu a répondu à cette question dans le passé !
 
I.          L’attitude de Jésus face à la preuve

1.       Lisez Jean 3:36. Quelle est l’importance de la question de croire que Jésus est Dieu ? (C’est la question la plus importante dans la vie.)

2.       Lisez Jean 20:24-25. D’après Thomas, qui semble avoir la responsabilité de démontrer que Jésus est ressuscité de son tombeau ? (Jésus.)

a.         Quelle preuve est à la disposition de Thomas ? (1. Lisez Matthieu 16:21. Jésus en avait parlé à l’avance aux disciples. 2. Il a eu le témoignage oculaire de tous les disciples.)

b.         Jésus a-t-il déjà porté la responsabilité de la preuve avec Thomas ?

i.         Thomas demande-t-il davantage de preuves que ce qui est à votre disposition ?

3.       Lisez Jean 20:26-29. Quelle est la conclusion de Thomas ? (Jésus est Dieu et Seigneur et il est ressuscité. Thomas a trouvé la réponse à la question posée dans Jean 3:36.)

a.         Qui a assumé la responsabilité de la preuve de la résurrection de Jésus avec Thomas ? (Jésus. Il est allé au-delà de ce qui aurait dû être exigé.)

b.         Que nous enseigne cela au sujet de l’attitude de Jésus envers nous concernant la responsabilité de la preuve des vérités de Dieu ? (Dieu semble être disposé à aller à l’étape suivante.)

c.         Lisez Jean 20:29. Qu’arrive-t-il à ceux qui acceptent Jésus sans le niveau de preuves exigé par Thomas ? (Ils sont bénis.)

i.         Que cela signifie-t-il ? Sont-ils bénis parce qu’ils acceptent Jésus comme Dieu ? Alors que ceux qui ont la même approche que Thomas, et ne voient pas Jésus en chair, sont perdus ?

II.        Voir Jésus dans l’archéologie

1.       Quelle est l’importance de l’évidence physique dans votre croyance en la Parole de Dieu ?

2.       Lisez Genèse 23:1-6. Quelle est l’importance pour votre foi de trouver l’évidence archéologique que les Hittites ont existé ? (Pendant bien des années il était considéré comme un problème qu’aucune évidence archéologique ne démontrait l’existence des Hittites. Cependant, il y a plusieurs récentes découvertes archéologiques qui attestent de leur existence.)

3.       Lisez Nombres 1:17-19. Dans le contexte de ces versets, Dieu dit à Moïse d’effectuer un recensement du peuple. Nous voyons que Moïse et Aaron non seulement comptent les gens du peuple, mais ils enregistrent leur nom. Le problème avec cela est que pendant de nombreuses années les critiques de la Bible ont prétendu que l’écriture n’existait pas au temps de Moïse. Les hommes étaient trop primitifs pour savoir écrire. Ceci signifiait que Moïse n’a pas écrit les cinq premiers livres de la Bible, et ceci mettait en doute le fait que Dieu ait écrit les Dix Commandements et Moïse la loi cérémonielle. Comment pouvons-nous savoir que l’écriture existait au temps de Moïse ? (Des archéologues ont sorti de terre une stèle de pierre noire sculptée qui contient les lois détaillées d’Hammurabi - qui est antérieure à l’époque de Moïse. Les tablettes d’Ebla, trouvées dans le nord de la Syrie dans les années 70, révèlent que l’écriture existait mille ans avant Moïse.)

4.       Lisez Hébreux 11:24-26. Il y a plusieurs années, le musée Smithsonien exposait un objet provenant du tombeau du pharaon égyptien Toutankhamon. Qui d’entre vous a vu cet objet exposé ? Si vous en faites partie, qu’en avez-vous pensé ? (J’ai vu cet objet et j’ai pensé qu’il était fantastique. L’art incroyable dans ce masque de mort tout en or vous laisse deviner ce que peuvent être les "trésors de l’Égypte" dont la Bible fait mention.)

a.         Que suggèrent ces trésors égyptiens, en plus des autres choses que nous connaissons sur l’Égypte, au sujet de l’aptitude de Moïse à écrire ? (Ces trésors font passer les critiques qui suggèrent que Moïse ne pouvait pas écrire pour des gens qui ne sont pas assez informés. La civilisation des Égyptiens était de façon évidente très avancée. Leurs constructions architecturales témoignent d’une très bonne connaissance des mathématiques. Ils avaient un langage écrit. Dès lors que Moïse a grandi comme fils du pharaon, il a évidemment reçu la meilleure instruction en science et en écriture.)

III.     La foi et la preuve

1.       Lisez Matthieu 28:2-7. Imaginez que vous soyez un inspecteur chargé de déterminer la véracité de cette histoire. Quelles étapes définiriez-vous pour confirmer ou réfuter cette histoire ?

a.         Qu’en serait-il si vous étiez un inspecteur arrivant 100 ans après les faits, toujours pour confirmer ou réfuter l’histoire. Comment cela changerait-il votre approche ?

b.         Nous avons commencé notre étude par Thomas qui exigeait des preuves basées sur les blessures corporelles de Jésus. Quelle est la différence pour prouver cette histoire ? (Thomas connaissait Jésus. Quand Jésus est allé vers lui, il était facile de faire correspondre ses observations et les faits. Quand vous recherchez des tombeaux ou toute autre évidence physique, il est beaucoup plus difficile quand vous ne savez même pas avec certitude où était situé le tombeau de Jésus.)

c.         Le Dr. William Shea a récemment donné une conférence dans mon église locale au sujet de la revendication de la chaîne de télévision Discovery Channel d’avoir découvert le tombeau de Jésus. Une partie de la "preuve" était l’utilisation de l’évidence ADN des os qu’ils ont retrouvés. Mis à part la contradiction avec la Bible, qu’est-ce qui semble improbable au sujet de l’utilisation de cette "archéologie" pour réfuter la résurrection ? (Dès lors qu’ils n’ont aucun ADN de Jésus vivant, ils peuvent difficilement prétendre quoi que ce soit sur la base des échantillons ADN pour prouver leur revendication. Le Dr. Shea a relevé que les noms "Jésus" et "Joseph" étaient très courants au temps de Jésus. Trouver un tombeau avec ces deux noms n’a rien d’extraordinaire.)

2.       Revenons à notre histoire dans Matthieu 28. Relisez Matthieu 28:5-7. Quelle évidence physique l’ange a-t-il offerte aux femmes ? (Le messager était tout à fait remarquable ! Hormis cela, la preuve était que Jésus n’était pas à l’endroit où il avait été enseveli.)

a.         L’absence de Jésus vous serait-elle une évidence suffisante ? (Il était suffisant de montrer qu’il n’était pas là. Mais, quant à la preuve qu’il était ressuscité, c’est une autre histoire.)

b.         Quelle évidence additionnelle l’ange a-t-il donnée ? (Ils verraient Jésus en Galilée.)

3.       Lisez Matthieu 28:8-10. Quelle preuve supplémentaire de sa résurrection Jésus donne-t-il aux femmes ?

a.         Quelle preuve supplémentaire a-t-il promise aux disciples ? (Qu’ils le verraient.)

4.       Nous voyons que Jésus offre de façon consistante la preuve physique de lui-même. Il ne laisse pas la preuve à la parole des autres. Il ne laisse pas la preuve au tombeau vide. Que cela suggère-t-il quant à la preuve de Jésus pour nous aujourd’hui ? (Strictement parlant, je n’ai pas vu Jésus et personne que je connais ne l’a vu. S’il m’apparaissait personnellement, je m’inquiéterais que cela puisse être l’un des tours de Satan (2 Corinthiens 11:14). Mais je sens l’interaction de Dieu dans ma vie. Il y a beaucoup d’histoires que je pourrais raconter qui se sont passées juste dans les six derniers mois, mais la plus récente implique ma fille. Son véhicule était en panne à l’entrée de l’université qu’elle fréquente. Une courroie s’était cassée. Elle a considéré ceci comme un signe de la défaveur de Dieu. Mais elle (et peut-être moi !) doit conduire son véhicule sur presque 1000 km jusqu’à la maison dans environ une semaine. Je vois ceci comme une faveur extraordinaire de la part de Dieu que ce problème mécanique majeur ne se soit pas produit à des centaines de kilomètres de la maison et de l’université.)

5.       Cher ami, Dieu semble disposé à prendre la responsabilité de la preuve qu’il existe et qu’il est venu pour vous sauver du péché. Voulez-vous accepter l’évidence qu’il a donnée ?

IV.      La semaine prochaine : La Bible et la science.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don