Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 12 - Le péché contre le Saint-Esprit (Matthieu 22, Marc 3, Romains 14)

Copyright © 2006, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Vous prenez constamment des décisions. Quand vous prenez ces décisions vous ne dites pas juste "oui" ou "non", mais vous dites parfois "absolument", "cela me rendra célèbre", "cela me rendra riche" ou "cela pourrait être un vrai désastre". Cette semaine nous étudions le pire désastre imaginable suite à une décision. Nous abordons la façon dont nous pouvons commettre le "péché impardonnable". Une telle chose est-elle possible ? Ouvrons la Bible et découvrons !
 
I.          Un péché peut-il être impardonnable ?
 
1.       Lisez 1 Timothée 1:15. La Bible en français courant traduit la fin du verset par : "Je suis le pire d’entre eux". Si le pire des pécheurs peut être pardonné, cela va à l’encontre d’un "péché impardonnable", n’est-ce pas ? S’il y avait un péché "pire", celui qui est impardonnable, alors Paul (l’auteur des épîtres à Timothée) ne serait pas le pire pécheur, n’est-ce pas ?
 
a.         Ou alors Paul nous taquine-t-il juste en disant qu’il est le pire pécheur ?
 
2.       Lisez Matthieu 12:31-32. De quel péché parle Jésus en disant qu’il ne peut pas être pardonné ? (Parler contre l’Esprit saint.)
 
a.         Ce texte nous dit que nous pouvons parler contre Jésus et être pardonné, mais nous ne pouvons pas parler contre l’Esprit saint et être pardonné. Dès lors que tous les deux sont Dieu, dès lors qu’ils font tous les deux partie de la Trinité, comment cela peut-il avoir du sens ? (Logiquement, le problème ne peut pas venir de la nature ou du statut de Jésus ou de l’Esprit saint. Ils sont égaux en importance. Cela suggère que ce n’est pas parce que l’Esprit saint est Dieu que nous avons des ennuis en parlant contre lui. Au lieu de cela, il doit s’agir d’une autre qualité de l’Esprit saint qui crée le problème.)
 
II.        Le péché impardonnable
 
1.       Regardons le contexte de la déclaration de Jésus pour identifier cette "autre qualité" de l’Esprit saint qui crée le problème. Lisez Matthieu 12:22-23. Que suggère la foule en disant : "N’est-ce pas là le fils de David ?" (Ils suggèrent que Jésus pourrait être le Messie attendu depuis longtemps.)

2.       Lisez Matthieu 12:24. Quelle réponse avaient les Pharisiens à cette question de savoir si Jésus pouvait être le Messie ? (Il ne pouvait pas être le Messie parce qu’il utilisait la puissance de Satan et de ses démons.)

3.       Lisez Matthieu 12:25-28. Quel argument logique avance Jésus ? Quel est le point central de son argumentation ? (Comment Satan peut-il avancer en nuisant à son propre travail ? C’est peu probable et illogique. En conséquence, la réponse logique est que je suis le Messie.)

4.       Lisez Matthieu 12:29. Qui est "l’homme fort" ? Qui est le "pilleur" ? (Satan est l’homme fort et Jésus est le "pilleur" !)
 
a.         Comment Jésus "pille-t-il" ? (Il prend des âmes à Satan. Vous n’avez probablement jamais pensé à cela sous cet angle. Remarquez que pour vaincre Satan, vous devez le "lier". Avez-vous déjà demandé à Dieu de lier la puissance de Satan ?)
 
5.       Lisez Matthieu 12:30-32. Les seuls mots que j’ai lus étaient contre Jésus. Est-il fait mention d’une attaque contre l’Esprit saint ? De quoi parle Jésus ?

6.       Lisez Marc 3:28-30. Comment le récit de Marc nous fait-il comprendre l’attaque contre l’Esprit saint ? (Marc nous explique que la discussion de Jésus sur le péché impardonnable du blasphème contre l’Esprit saint a été générée par les dirigeants juifs qui attribuaient la puissance de l’Esprit saint à Satan.)
 
a.         Pensez-vous que les dirigeants juifs dans cette histoire avaient commis le péché impardonnable ? Jésus leur annonçait-il une damnation éternelle ?
 
III.     La logique du péché impardonnable
 
1.       Si vous pensez que les dirigeants juifs avaient commis le péché impardonnable en disant (Matthieu 12:24) ou même en pensant (Matthieu 12:25) "Il ne chasse les démons que par Béelzéboul, prince des démons !" - alors vous devez soigneusement prendre garde à vos mots et à vos pensées. Est-ce correct ? Vous glissez dans une mauvaise pensée et, boum, vous avez commis un péché dans votre pensée qui ne peut pas être pardonné ? Un mot de travers et vous êtes grillé ?

2.       Sortons cela du contexte du récit de Matthieu 12. Je lis un livre chrétien sur les "limites". Une des suggestions intéressantes de ce livre est que nous pouvons avoir une conscience qui est "mal formée", d’une telle façon que notre conscience nous fait penser que certaines choses sont des péchés, alors qu’elles n’en sont pas vraiment. Cela est-il possible ? Ou alors, notre conscience est-elle en fait l’Esprit saint qui nous parle ? S’il s’agit de l’Esprit saint, alors elle aurait du mal à être "mal formée".
 
a.         Lisez Romains 14:22-23. Le chapitre entier de Romains 14 est consacré à une discussion sur ce que nous devrions faire si notre conscience ne nous contrarie pas au sujet de quelque chose qui contrarie la conscience de quelqu’un d’autre. De façon remarquable, Paul appelle "faible" dans la foi celui dont la conscience le contrarie, et "fort" dans la foi celui dont la conscience ne le contrarie pas. D’après vous, qui ou quoi contrarie la conscience du "faible" dans la foi ? L’Esprit saint ou Satan ?

b.         Lisez Romains 14:1. De quel type de questions parle Paul dans Romains 14 ? (Il s’agit d’un élément qui ne doit pas être laissé de côté : Paul écrit au sujet de "discrimination d’opinions". Je pense que le livre sur les "limites" a raison en cela - nous pouvons avoir une conscience qui est autre chose que l’Esprit saint qui nous parle.)

c.         Si l’Esprit saint ne nous parle pas, alors logiquement cela soutient la conclusion selon laquelle un quelconque démon nous souffle à l’oreille de ne pas faire quelque chose que Dieu permet. Lisez Romains 14:5-7. Vous semble-t-il que le chrétien "faible dans la foi" (Romains 14:1) est guidé par un démon ? (Il est difficile de conclure que les démons guidaient le faible dans la foi, Paul écrit que la personne faible dans la foi agit "pour le Seigneur" et "rend grâce à Dieu". Cela nous ramène à l’argument de Jésus dans Matthieu 12, selon lequel Satan ne va pas saper son propre travail.)

d.         Réfléchissez à la discussion que vous venez d’avoir. Réfléchissez à vos pensées. Ne venez-vous pas de fouler le même sol que les dirigeants juifs dans Matthieu 12 ? Ne venez-vous pas juste de débattre dans votre esprit pour savoir si les actions de l’Esprit saint pouvaient être les actions de Satan et de ses démons ?
 
i.         Venez-vous de faire un faux pas dans la pensée du péché impardonnable ?
 
3.       Lisez Jean 16:7-8. C’est une révision de ce que nous avons étudié dans des études précédentes du même thème. Quelle est l’une des œuvres principales de l’Esprit saint ? (Convaincre le monde de péché, de justice et de jugement.)

4.       Lisez Jude 1:17-19. Si une personne ne peut pas distinguer entre ses instincts naturels et la conviction de l’Esprit saint, quel genre d’avenir spirituel a-t-elle ?

5.       Que cela suggère-t-il quant à la nature du péché impardonnable : s’agit-il d’un acte simple ? Ou alors, s’agit-il d’un processus graduel de refus d’écouter l’Esprit saint, jusqu’à l’impossibilité de faire la distinction entre des instincts naturels et l’incitation de l’Esprit saint ?
 
a.         Est-il possible qu’à un certain point l’Esprit saint arrête simplement de travailler avec une personne ?
 
b.         Lisez Genèse 6:3 parce que je sais que ces mots vont apporter une réponse à la question précédente. Ce texte semble dire que l’Esprit saint "ne restera pas toujours" avec quelqu’un. Quelle est la durée de cette contention ? (La vie entière de la personne ! Ce texte semble dire que l’Esprit saint quitte le champ de bataille pour un individu quand cette personne meurt. Après un examen minutieux, le texte ne semble pas dire ce que vous aviez pensé, n’est-ce pas ?)
 
6.       Lisez Hébreux 10:26-29. Rappelez-vous notre discussion de la semaine dernière au sujet de Romains 7:14-24. Comment réconcilier ces deux passages bibliques ? (Paul dit qu’il se retrouve à faire les choses qu’il ne veut pas faire. Le texte d’Hébreux dit que si vous continuez à pécher vous êtes grillé – il ne reste plus de sacrifice pour les péchés. La clé de cet apparent conflit se trouve dans Hébreux 10:26 : "Si nous péchons volontairement". Paul ne voulait clairement pas continuer à pécher. Il est difficile de décrire son péché comme "délibéré".)
 
a.         Avez-vous des péchés délibérés ?

b.         Remarquez dans Hébreux 10:29 l’expression : "qui aura outragé l’Esprit de la grâce !" Que signifie-t-elle ? (Dans Hébreux, il est question d’une personne qui a refusé d’écouter l’Esprit saint au point que c’est insultant. Cette personne continue délibérément à pécher après avoir pris connaissance de la vérité. La conclusion est que le péché impardonnable est une question graduelle, délibérée. La personne en arrive au point où elle n’écoute plus ou ne veut plus écouter l’Esprit saint. À ce point, elle a pris la décision de passer du côté de la mort éternelle.)
 
7.       Cher ami, voulez-vous prier pour être ouvert à l’Esprit saint ? Voulez-vous avoir un "cœur tendre" qui recherche et désire faire la volonté de Dieu ?
 
IV.      La semaine prochaine : Le Saint-Esprit aux derniers jours.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don