Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 11 - Une œuvre de restauration (Genèse 3, Romains 4 à 6)

Copyright © 2006, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Les hommes sont tombés dans le péché, mais cela ne s’est pas passé en trébuchant accidentellement sur une racine. Adam et Ève ont fait quelques choix importants dans leur "aventure" dans le péché. Mais heureusement, notre Dieu ne nous a pas abandonnés par dégoût. Au lieu de cela, son désir d’alors et son désir actuel est de nous sortir du péché. Cette semaine, notre étude aborde la façon dont nous sommes tombés dans le péché et ce que fait l’Esprit saint pour nous aider à en sortir et à nous préparer pour la vie éternelle. Ouvrons la Bible et découvrons !
 
I.          Le péché
 
1.       Lisez Genèse 3:1. Le texte nous dit que le serpent était l’animal le plus avisé (rusé) de la campagne. Visiblement il devait s’agir d’un serpent très avisé pour qu’il parle. S’agissait-il juste d’un serpent ? (Non. Lisez Apocalypse 20:2. C’était Satan sous la forme d’un serpent.)
 
a.         Ève aurait dû partir en courant face à un serpent qui parle. Pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? (D’abord il nous est dit que le serpent était un animal très avisé - ainsi, elle pourrait avoir trouvé cela inhabituel, mais pas impossible. Un peu comme si vous trouviez un dauphin qui parle. Deuxièmement, les hommes avaient la domination sur tous les animaux (Genèse 1:28), ainsi le serpent était sous la "responsabilité" d’Ève, ce qui pourrait l’avoir rendue confiante.)
 
2.       Lisez Genèse 3:2-5. Quelle attitude a le serpent vis-à-vis de Dieu ? (On ne peut pas avoir confiance en Dieu. Il essaye de profiter d’Ève. Il veut tenir Ève dans l’obscurité. Dieu ne veut pas qu’Ève soit égale à lui.)
 
a.         Quels outils possède Ève pour résister à cette tentation ? (Elle avait suffisamment été auprès de Dieu pour être capable d’avoir confiance en Dieu.)

b.         Quels outils manquaient à Ève pour résister à cette tentation ? (Ève ne connaissait pas ce que Dieu connaissait. Elle ne pouvait pas être certaine que les paroles de Satan étaient trompeuses. Peut-être s’agissait-il d’un arbre spécial aux pouvoirs spéciaux, présenté par un serpent spécial aux pouvoirs spéciaux.)

c.         Quelle comparaison peut-on faire entre la tentation d’Ève et la plupart de vos tentations ? (Dans la plupart de nos tentations nous avons une assez bonne idée de la nature trompeuse des propos de Satan. Nous avons vu les résultats du péché. Nous avons probablement vu les résultats du même péché pour lequel Satan nous tente actuellement.)
 
i.         Dans quelle mesure vos tentations sont-elles comparables à la tentation d’Ève ? (Satan demandait à Ève de faire deux choses. Premièrement, ne pas faire confiance à Dieu. Deuxièmement, exercer son propre jugement par-dessus le commandement spécifique de Dieu.)

ii.        Dans quelle mesure le fait de croire notre propre jugement à la place du jugement de Dieu est-il une tentation courante ? (Chaque fois que nous négligeons la Bible parce que nous savons mieux ou parce que nous sommes plus "intelligents", nous plaçons notre confiance en notre sagesse et jugement au-dessus du commandement de Dieu.)
 
II.        L’anti-péché
 
1.       Lisez Romains 4:1-3. Quel est "l’anti-péché" ? (Abraham "crut Dieu". La foi en la Parole de Dieu. La foi en Dieu. Cela lui fut compté comme justice.)

2.       Lisons quelque peu le contexte de cela. Lisez Genèse 15:2-6. Comparez la situation d’Ève avec celle d’Abraham. (Ils désiraient tous les deux quelque chose qu’ils n’avaient pas à ce moment-là. L’un a cru en Dieu et l’autre non.)
 
a.         Dans quelle mesure pouvait-on faire confiance à Dieu dans chacune des situations ?

b.         Sur quoi Ève pouvait-elle baser sa foi ?

c.         Sur quoi Abraham pouvait-il baser sa foi ?

d.         Quelle contradiction évidente trouve-t-on dans chacune des situations ?

e.         Dans votre situation, êtes-vous plutôt Abraham ou plutôt Ève ?
 
3.       Continuons avec Romains 4. Lisez Romains 4:4-5. Qui Dieu justifie-t-il ? L’impie sans œuvre qui a confiance en Dieu ?

4.       J’ai déjà entendu l’expression suivante : "Dieu vous sauve de vos péchés, pas dans vos péchés." Cela correspond-il à ce que nous venons juste de lire dans Romains 4:4-5 ?
 
a.         Lisez Romains 4:6-8. Y a-t-il concordance entre l’expression ci-dessus et les paroles de David ?
 
i.         David parle-t-il de nos péchés étant "recouverts" (par opposition à éliminés) parce qu’il est un "pécheur évident" ? (Les "pécheurs évidents" devraient reconnaître plus clairement ce que Dieu a fait pour eux.)
 
5.       Lisez Romains 6:1. Que suggère cette question quant à la réponse logique à la question de savoir si l’impie est sauvé par la foi ? (Cette question rend la réponse beaucoup plus claire - la conclusion évidente est que les pécheurs sont sauvés par la foi. Ils sont sauvés "dans" leurs péchés. L’extension logique de cela est "continuons à pécher pour que la grâce de Dieu puisse couvrir plus de nos péchés".)
 
a.         Quelle est la volonté de Dieu pour nous et le péché ? (Lisez Romains 6:2-4. (La grâce sauve les pécheurs dans leur péché. Mais Dieu nous dit que, de même que Jésus s’est réveillé d’entre les morts, nous devons mourir à nos péchés et "vivre une nouvelle vie".)

b.         Lisez Romains 6:15-18. Que pensez-vous des paroles : "vous avez obéi, de cœur, au modèle d’enseignement auquel vous avez été confiés" ? Que signifie cela ? (Ces gens ont travaillé de tout leur cœur pour obéir à Dieu.)
 
i.         Comment ces mots s’appliquent-ils à la réaction d’Ève et à la réaction d’Abraham que nous avons étudiées précédemment ?

ii.        Comment ces mots s’accordent-ils à Romains 4:5 : "celui qui ne fait pas œuvre, mais qui croit en Dieu [est juste]" ? (Les œuvres sont déconnectées du salut. Mais quand nous choisissons Dieu et la grâce nous choisissons l’obéissance.)

iii.      Comment ces paroles s’appliquent-elles maintenant à l’expression : "vous avez été sauvés de vos péchés, mais pas dans vos péchés" ? (Dieu sauve des pécheurs. Mais le but de Dieu pour nous est de sortir du péché et de laisser nos péchés derrière.)
 
III.     Le Saint-Esprit et la foi
 
1.       Lisez Romains 5:1-2. Sur quelle base avons-nous accès à la paix et à la grâce ? (La foi en Jésus.)
 
a.         Nous avons vu précédemment que Satan demandait à Ève de faire deux choses. Premièrement, ne pas faire confiance à Dieu. Deuxièmement, exercer son propre jugement par-dessus le commandement spécifique de Dieu. S’agit-il là toujours de l’approche de Satan envers nous aujourd’hui ? (Oui. C’est pourquoi la foi, la confiance en Jésus, est tellement importante.)
 
2.       Sautons quelques versets et lisons Romains 5:18-19. Qu’avez-vous fait pour être "collé" au péché d’Adam et Ève ?
 
a.         Qu’avez-vous fait pour mériter l’obéissance de Jésus ? (C’est une excellente façon pour nous de regarder comment nos "œuvres" nous sauvent. Nous sommes autant concernés par le péché d’Adam et Ève que nous le sommes par la victoire de Jésus sur le péché. Nous ne pouvons pas en revendiquer le crédit.)
 
3.       Lisez Romains 5:1-5. Je voulais que nous lisions à nouveau les versets 1 et 2 pour que nous puissions voir comment tous s’imbriquent ensemble. D’après le verset 2, quelle est la base de notre fierté ? (L’espérance de la gloire de Dieu.)
 
a.         Qu’est-ce qui nous fait espérer ? (Il y a là un message selon lequel la vie du chrétien ne sera pas toujours facile. L’espérance est le résultat d’une série de transformations qui commencent par la souffrance !)

b.         Dans quelle mesure notre nature pécheresse joue-t-elle un rôle dans nos souffrances ? (Dans Romains 7 Paul parle de sa lutte personnelle contre le péché. Je crois que cette "souffrance" inclut notre bataille contre le péché. Nous n’aimons pas le fait que nous avons toujours un problème de péché, mais nous pouvons être en paix à ce sujet parce que nous verrons la transformation issue de la persévérance, vers le développement de notre caractère et l’espérance d’un avenir meilleur.)

c.         Quel rôle joue l’Esprit saint dans cette série de transformations ? (L’Esprit saint déverse l’amour de Dieu dans notre cœur – et de ce fait nous octroie de la substance à notre espérance.)
 
4.       Lisez Romains 5:6-8. Nous venons de dire que dans la bataille contre le péché, l’Esprit saint déverse l’amour de Dieu dans nos cœurs. Que signifie cela concrètement ? Comment ces versets l’expliquent-ils ? (L’amour incommensurable de Dieu pour nous a été dévoilé dans la crucifixion de Jésus pour nos péchés. Il est mort pour vous. Le travail de l’Esprit saint est de nous rappeler que Jésus a payé la pénalité pour nos péchés. Nous sommes sauvés par la foi, et par aucune œuvre qui nous est propre. La connaissance de ce que Jésus a fait par amour à notre place pour vaincre le péché et la mort nous donne la volonté de le choisir et de lui faire confiance au-delà du péché. De plus, l’Esprit saint déverse son amour dans nos cœurs pour nous aider à affermir notre espérance à marcher plus près de Dieu, et ainsi pour nous aider à refléter plus fidèlement et complètement le caractère de Dieu.)

5.       Lisez 2 Pierre 1:2-4. Que nous aide à faire la puissance de l’Esprit saint ? ("Échapper à la pourriture que le désir entretient dans le monde.")

6.       Cher ami, voulez-vous aujourd’hui faire confiance à Jésus et choisir de marcher avec lui ?
 
IV.      La semaine prochaine : Le péché contre le Saint-Esprit.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don