Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 - Le Seigneur de nos désirs (Genèse 2 & 3, Romains 7 & 9)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Dans l’un des parcs de loisirs Disney se trouve une attraction où vous simulez être dans un "bateau" microscopique et vous naviguez dans la bouche d’une personne, puis dans les poumons, puis de plus en plus profond dans le système circulatoire. Je ressens la même chose avec ces études. La semaine dernière, nous avons appris que le péché commence par les pensées et non pas par nos actions. Nous avons navigué de la main au cœur. Cette semaine nous continuons notre périple plus profondément dans l’esprit et étudions nos désirs et notre nature. Embarquons ensemble sur ce bateau et voguons sur le sujet du désir !
 
I.          La création du désir

1.    Lisez Genèse 2:8-9. Nous apprenons que Dieu a créé un jardin pour Adam. Quel est le but d’un jardin ?
 
a.         Quel but est mentionné dans Genèse 2:9 ? (Que les arbres du jardin étaient agréables à voir et donnaient de bons fruits à manger.)
 
i.         Pourquoi Dieu a-t-il créé les arbres agréables à voir ? Quel besoin y a-t-il à cela ?

ii.        Quand il est écrit que les aliments créés par Dieu étaient "bons", cela veut-il dire qu’ils étaient savoureux ? (Bien que le mot utilisé soit "bon", signifiant bon sous tous les aspects, je crois qu’ils étaient savoureux pour la simple raison que Dieu nous a créés avec la faculté de goûter.)
 
2.    Lisez Genèse 2:21-24. Selon vous, à quoi ressemblait Ève ? Était-elle belle ou non ? (Il est difficile de croire que Dieu ait créé des arbres agréables à voir (Genèse 2:9) et qu’il ait créé une femme qui ne le soit pas.)
 
a.         Quand il est écrit qu’Adam et Ève sont devenus "une seule chair", à quoi cela se réfère-t-il ? (Cela se réfère au processus de procréation, au fait d’avoir des enfants.)

b.         Pourquoi Dieu a-t-il fait la conception des enfants agréable ?
 
3.    Trouvons-nous un exemple ici ? Dieu crée un cadre de vie agréable à regarder, de la nourriture bonne à manger et une méthode de reproduction de la race humaine qui est très agréable. (Le modèle montre que Dieu a créé le plaisir pour les hommes.)
 
a.         Que cela nous enseigne-t-il sur Dieu et le désir ? (Que Dieu a créé le désir en nous.)
 
i.         Aurait-il été mieux pour Dieu de créer des aliments insipides et le sexe sans plaisir ? (Nous serions plus minces et bien moins nombreux. Mais la vie ne serait pas la même.)
 
II.        Le désir et la création du péché
 
1.    Lisez Genèse 3:1-3. Pourquoi le serpent a-t-il demandé à Ève de répéter ce que Dieu avait dit ? (Je suppose qu’il a voulu éviter tout débat ultérieur sur ce qu’Ève a fait. Il a voulu éviter qu’elle prétende avoir fait un faux pas et avoir accidentellement mangé du fruit défendu.)

2.    Lisez Genèse 3:4-5. Quel est l’argument de Satan pour désobéir à Dieu ? (Que Dieu veut empêcher Ève de ressembler à Dieu. Car si elle mange de ce fruit, elle connaîtra les choses que Dieu connaît.)

3.    Lisez Genèse 3:6. Pourquoi Ève a-t-elle mangé de ce fruit ? Était-ce de la faim ? Une envie de manger ? (Il n’est pas logique qu’Ève ait péché à cause d’un quelconque appétit. Elle était entourée d’arbres pleins de bons fruits. Ce n’est pas la nourriture qui l’a fait pécher, mais son désir de ressembler à Dieu.)
 
a.         S’il est juste que ce n’est pas son appétit qui a causé le péché d’Ève, pourquoi alors est-il écrit dans Genèse 3:6 que le fruit était "bon pour la nourriture et plaisant pour la vue" ? (Pensez-vous que Satan lui aurait donné une pomme moisie ou véreuse ? Il fallait qu’elle soit attirante.)
 
4.    Revenons un instant en arrière. Nous avons appris que Dieu a créé le désir en nous comme une bonne chose. Comment Satan a-t-il utilisé le désir humain dans cette histoire ? (Il utilise nos désirs pour nous amener à pécher.)
 
a.         Quel enseignement cela nous donne-t-il sur péché et le désir ? (Le désir n’est pas un péché. Le désir est un outil que Satan utilise pour nous attirer au péché. La question est de déterminer si l’objet de notre désir est approprié. À la faculté de Droit, j’ai appris que l’étape la plus importante dans la résolution d’un conflit juridique est de déterminer le problème. Dans le cas d’Ève, le problème n’était pas l’appétit. Si c’était le cas, vous pourriez alors soutenir que le désir lui-même est un péché. Au lieu de cela, la question était de déterminer s’il était possible de devenir comme Dieu par ses propres desseins. C’est un problème continu depuis la chute de Satan jusqu’à la question actuelle de la justification.)
 
III.        Plus profond dans le désir
 
1.    Lisez 1 Pierre 1:13-16. Jusqu’ici nous avons appris que Dieu a créé le désir et que ce dernier n’est pas inhérent au bien ou au mal. Comment concilier cette conclusion avec la déclaration de Pierre sur les "désirs que vous aviez auparavant" ? Notre conclusion est-elle fausse ? (Si vous regardez ces trois versets, le thème global semble être de bien fixer ses objectifs. Aspirez à être saint. Cela suggère que si notre but est mauvais, nos désirs sont mauvais. Si notre but est bon, nos désirs sont bons.)
 
a.         Que cela suggère-t-il sur la relation entre les pensées et les désirs ? (En traçant la ligne du péché, nous sommes allés des mains au cœur et au désir. Nous avons atteint le désir en creusant plus profondément que la pensée. Pierre nous suggère que nos pensées, des objectifs divins et l’enseignement divin contrôlent nos désirs les plus profonds.)
 
2.    Lisez Romains 7:7. Vous rappelez-vous avoir appris la semaine dernière que le commandement sur la convoitise est une récognition que le péché commence dans l’esprit ? Pourquoi pensez-vous que Paul choisisse ce commandement plutôt que n’importe quel autre pour en faire une illustration ? (Un échec dans le domaine de la pensée mène à la violation des autres commandements. Paul nous enseigne que la loi est cruciale pour nous aider à apprendre sur ce type de péché.)

3.    Lisez Romains 7:8. Paul est-il en désaccord avec Pierre ? Si nous comprenons correctement Pierre pour dire que nos pensées contrôlent nos désirs, comment Paul peut-il enseigner que le contrôle de nos pensées (l’enseignement selon lequel nous ne devons pas convoiter) produit toutes sortes de mauvais désirs ? De mauvais désirs sont-ils produits par de bonnes pensées ? De mauvais désirs sont-ils produits parce que nous savons que nous devrions avoir de bonnes pensées ?
 
a.         Avez-vous déjà vu une pancarte vous disant de ne pas faire quelque chose, tout en vous faisant penser à le faire ? Par exemple, vous voyez un panneau dans la salle de bains qui dit : "N’écrivez pas sur les murs". Vous donne-t-il envie d’écrire sur les murs ? (Normalement, je ne songerais même pas à écrire sur le mur de la salle de bains. Je suis dans la salle de bains pour autre chose que des activités littéraires. Mais l’indication me fait considérer ce que les autres ont écrit, ainsi que le sujet dans sa globalité. Paul dit que s’entendre dire de ne pas faire quelque chose nous fait penser à le faire.)
 
4.    Avançons un peu dans notre lecture. Lisez Romains 7:18-21. Dans ces versets Paul nous dit qu’il a les désirs justes, les pensées justes, mais les fausses actions. Devons-nous en déduire que la conclusion de notre étude soigneusement réfléchie pendant les deux dernières semaines est simplement fausse ? Pouvons-nous (1) réaliser que la bataille contre le péché se passe dans l’esprit, (2) y mettre les bonnes choses, (3) avoir les bons objectifs, (4) avoir les désirs qui conviennent, et être toujours embourbés dans des mauvaises actions ? (Paul ajoute deux points très importants à notre discussion. Bien que nous ayons appris que Dieu a créé les désirs en nous et que ces désirs en soi sont neutres, après Adam et Ève le reste d’entre nous est né avec ce que Paul appelle "ma chair" (connotation négative, pécheresse, comme le montre le début du verset 18). Cette force puissante pousse nos pensées, nos désirs et nos actes vers le péché. Comparez 2 Pierre 2:10 pour voir que Pierre s’accorde sur ce point.)
 
a.         Rappelez-vous que nous avons commencé notre étude avec l’illustration du bateau microscopique de Disney. Il semble que lorsque nous en arrivons à notre conduite, nous voyageons de nos mains, à notre cœur (les pensées), à nos désirs, à notre nature pécheresse. Nous creusons vers une nature que Paul (et donc nous) ne peut pas contrôler.

b.         Quelle est la solution au problème de notre nature pécheresse ? (Le deuxième point important de Paul consiste en ce que Dieu, et seulement Dieu, peut nous sauver de notre nature pécheresse.)
 
i.         Comment le récit d’Ève, le récit de la chute des hommes, s’accorde-t-il avec cela ? (Ève a voulu ressembler à Dieu par ses propres moyens. Dieu nous invite à avoir confiance en lui. Nous avons besoin de sa puissance pour vaincre notre nature pécheresse.)
 
5.    Lisez Romains 9:16. Comment les écrits de Paul s’accordent-ils avec notre discussion jusqu’ici ? Dit-il maintenant que notre relation avec Dieu n’a absolument rien à voir avec nos pensées et désirs ? Ou alors, avons-nous tort en concluant que nos pensées et désirs ont un rapport direct avec notre relation avec Dieu ? (Nous devons nous rendre compte que tous nos efforts pour être bons, même ceux qui se focalisent sur nos pensées, ne sont tout simplement pas suffisants sans la puissance de l’Esprit de Dieu dans notre vie. C’est une reconnaissance que Dieu a la puissance de donner de l’efficacité à notre choix de pensées justes. En reconnaissant la place de la puissance et de l’autorité de Dieu, nous reconnaissons également que nous lui déférons la question du salut.)
 
a.         Ceux d’entre vous qui sont embarrassés par ce verset peuvent lire les versets suivants (Romains 9:17-18) et être même davantage embarrassés. Dieu sera-t-il arbitraire dans sa décision sur le salut parce qu’il a la puissance suprême ? Était-il arbitraire avec le Pharaon ? (S’il était arbitraire, nous n’aurions aucune base pour nous plaindre. Voir Romains 9:20-21. Cependant, ce qui nous a été révélé montre que Dieu n’était pas arbitraire quand il est allé vers le Pharaon. Si vous comparez Exode 8 avec Exode 9, vous verrez que le Pharaon a endurci son cœur envers Dieu avant que Dieu endurcît le cœur du Pharaon.)
 
6.    Cher ami, Dieu a créé nos désirs. Il nous demande de placer nos pensées sur ce qui encourage un désir pour le bien. Mais, dans tous les aspects de notre cheminement chrétien, que ce soit dans nos pensées ou dans nos actes, nous devons nous rappeler que nous dépendons entièrement de Dieu pour notre salut. Voulez-vous demander à Dieu cette puissance dans votre vie ?
 
IV.      La semaine prochaine : Le Seigneur de nos paroles.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don