Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 11 - La croix et la justification (Romains 3)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : À la convention National Religious Broadcasters, Meic Pearse m’a donné une copie dédicacée de son livre Why The Rest Hates The West (Pourquoi le reste hait l’Occident). Ce livre fascinant, dont j’ai déjà lu la moitié, suggère que "le reste" déteste "l’Occident" parce que notre culture immorale balaie leur culture. Ce qui m’a vraiment interpellé, c’est que Pearse suggère que notre sujet d’étude de cette semaine est une des sources de ce problème. Pearse dit que l’acceptation en Occident de la thèse de Martin Luther de la "justification par la foi" a abouti à un déclin de la juste conduite en Occident. Quelle est cette doctrine ? Est-elle contraire à la volonté de Dieu ? Cela produit-il des mauvaises actions ? Cette semaine notre étude se porte sur la justification et l’étude de la semaine prochaine abordera la sanctification. Débutons ensemble notre étude pour apprendre la volonté de Dieu !
 
I.          Des bouches closes
 
1.       Lisez Romains 3:19. Vous est-il déjà arrivé, au cours d’une discussion, de dire quelque chose qui a convaincu vos interlocuteurs qu’ils avaient tord et que vous aviez raison ? Que pouvez-vous en dire ? (J’ai déjà vu des gens commencer à dire quelque chose, puis fermer leur bouche en comprenant que ce qu’ils étaient sur le point de dire était faux.)
 
a.         Qu’est-ce que les personnes à la "bouche fermée" sont sur le point de dire dans Romains 3:19 ? (Le contexte (Romains 3:10-18) décrit à quel point nous sommes tournés vers le mal. Ceux qui ferment leur bouche sont sur le point dire qu’ils sont justes, qu’ils obéissent à la loi.)
 
2.       Lisez Romains 3:20. Combien de personnes peuvent tenir les exigences de la loi ?
 
a.         Nous est-il possible de croire que nous respectons la loi ? (Je pense que nous pouvons nous duper nous-mêmes. C’est pourquoi ce verset nous donne la perspective de Dieu sur le sujet, plutôt que notre propre perspective. Il est écrit que "personne" ne sera trouvé juste devant Dieu en obéissant à la loi.)

b.         Si nous ne pouvons pas la respecter, quel est le but de la loi ? (Elle nous fait prendre conscience de nos péchés.)
 
i.                Quel sens y a-t-il à cela ? Si nous ne pouvons pas respecter la loi, quelle raison y a-t-il d’avoir quelque chose qui nous dit continuellement : "Tu es un pécheur ! Tu ne peux pas faire ce qui est juste !" ?

ii.        Imaginez que vous avez une surcharge pondérale et que chaque fois que vous vous asseyez dans votre voiture un petit dispositif vocal vous dit : "Hé mon gros, mets ta ceinture de sécurité". Débrancheriez-vous le module vocal ?
 
II.        Les bras ouverts
 
1.       Lisez Romains 3:21. Pourquoi vouloir une justice qui est "en dehors de la loi" ? (Je pense que cela répond aux questions que j’ai posées auparavant. La raison pour laquelle nous voulons que la loi nous fasse "connaître le péché" est que nous voulons faire quelque chose quant à nos péchés. Si notre voiture nous rappelait constamment notre surcharge pondérale, cela nous stimulerait à chercher une solution à notre problème de poids. Ici, nous nous voyons offrir une solution "faisable" au problème, parce que cette solution est "en dehors de la loi". Il y a une solution réaliste pour sortir du péché.)
 
a.         Comment savons-nous que cette solution alternative est valable ? ("La loi et les prophètes" l’attestent. Ils affirment qu’elle est valable.)
 
i.         Si "la loi et les prophètes" nous affirment qu’elle est valable, pourquoi la croyance selon laquelle vivre de façon juste peut nous sauver est-elle si largement répandue ?
 
2.       Lisez Romains 3:22. Comment obtenir cette justice "en dehors de la loi" ? (Par la foi en Jésus Christ.)
 
a.         Quelle est la source de cette justice ? (Ceci est très important. Romains 3:22 nous dit que cette justice vient de Dieu. Ainsi, elle a une origine beaucoup plus élevée qu’une justice venant des hommes. Une dame, qui a travaillé dans notre bureau il y a plusieurs années, a maintenant le cancer et il lui a été annoncé qu’elle n’a plus beaucoup de temps à vivre. Je ne l’ai pas très bien connue, mais j’ai voulu lui rendre visite. Avant cela, j’ai discuté avec une de ses amies, notamment au sujet de sa condition spirituelle, tout en lui affirmant que je souhaitais en discuter avec elle avant qu’elle ne décède. Son amie, une dame religieuse, a répondu : "Oh, je pense qu’elle est sauvée. Elle a vécu une bonne vie.")
 
i.         Est-ce que vivre une bonne vie est la bonne réponse ? (Vivre une bonne vie est le but de chaque Chrétien, mais cela ne nous rend pas justes. La justice vient seulement de Dieu.)
 
b.         Qu’est-il requis de notre part pour obtenir cette foi en Jésus ? (Nous devons croire en lui.)
 
i.         Croire quoi ? (Croire que Jésus est la solution au péché, ce dont la loi et les prophètes ont témoigné (Romains 3:21) : que Dieu, dans sa forme humaine, est venu sur la terre, a vécu une vie parfaite et a été mis à mort pour payer le prix de nos péchés.)
 
3.       Lisons la dernière phrase de Romains 3:22, ainsi que le verset 23. Quand la Bible dit : "il n’y a pas de distinction", de quelle distinction s’agit-il ? (Il n’y a aucune différence entre vous et n’importe quelle autre personne !)
 
a.         Aimez-vous entendre cela ? (À différents niveaux, non. J’aime avoir différents degrés ! Je n’aime pas la simplification "réussi/échoué". J’aime savoir que je fais mieux que d’autres !)
 
i.         Lisez Romains 3:15-18. Combien de personnes connaissez-vous qui ne craignent pas Dieu ? (J’en connais certains. Ils s’opposent à Dieu. Je n’aime pas l’idée d’être considéré comme "pas différent" d’eux, mais cela est vrai quand il s’agit de justification.)
 
b.         Si vous pensez faire mieux que les autres, quel est le problème ? (La fierté, l’orgueil ! Personne, du pasteur d’église au membre qui est en prison, n’atteint un "niveau suffisant". Si nous admettons cela, l’attitude "plus saint que les autres" disparaît.)

c.         Sautons quelques versets et continuons avec la question "plus saint que les autres". Lisez Romains 3:27. Qu’arrive-t-il à la fierté ? (Elle est exclue. Bien que certaines personnes obéissent mieux à Dieu que d’autres, aucune de ces obéissances ne nous permet d’atteindre un "niveau suffisant". Nous sommes tous recalés. Nous avons tous besoin de ce chemin alternatif qui mène au salut : Jésus.)
 
4.       Relisez Romains 3:23 et continuez la lecture avec le verset 24. Quel est le niveau de difficulté pour nous d’être sauvés par ce "chemin alternatif" ? (Nous sommes "librement" justifiés par la grâce de Dieu par Jésus. Vous, ainsi que les autres, avez tous la même occasion de l’obtenir. Il n’est pas nécessaire d’être un grand scientifique pour l’obtenir.)
 
III.     La justice
 
1.       Lisez Romains 3:25-26. Pourquoi Dieu parle-t-il de la "justice" de la mort de Jésus sur la croix ? Cela vous semble-t-il être de la justice ? (Jésus, le Créateur des hommes, a accepté la punition pour leurs péchés. Le sang vivifiant du Créateur a couvert les péchés des hommes dont résulte la mort. Mourir pour nos péchés représente la justice par excellence selon notre point de vue. Nous ne méritons pas un tel traitement rempli de tant d’amour et de grâce ! Cependant, du point de vue de Dieu le péché exige la mort. Nous ne devons jamais oublier le point de vue de Dieu sur le péché.)
 
a.         Dans ce contexte, que comprenez-vous que signifie le fait d’être justifié ? (Jésus a payé la pénalité pour nos péchés. La dette a été payée. Nous nous tenons devant Dieu avec une ardoise effacée.)
 
2.       Lisez Romains 4:4-5. Quand vous travaillez et que votre employeur vous paye, il s’agit de justice et non d’un cadeau. Dieu ne nous est-il pas redevable de nos bonnes actions ?

3.       Lisez Romains 4:1-3. Abraham a-t-il fait de bonnes actions ? (La semaine dernière nous avons appris qu’il était un intercesseur ! Il a fait beaucoup de bonnes œuvres. Dans Genèse 18:19 nous avons appris la semaine dernière qu’Abraham "gardait la voie du Seigneur en agissant selon la justice et l’équité".)
 
a.         Dieu a-t-il été redevable à Abraham de ses œuvres "justes et équitables" ? (Relisez Romains 3:23. Aucun, y compris Abraham, n’a été à la hauteur des attentes de Dieu. Quand on en vient au salut, tous ont péché, personne n’a atteint le "niveau suffisant", tous méritent la punition pour leurs péchés et non une récompense pour de bonnes actions. Selon Romains 4:3 Abraham a été considéré comme juste sur la base de sa croyance en Jésus, et non grâce à ses œuvres. Votre seul chemin vers le salut est la foi en ce que Jésus a fait à votre place.)
 
4.       Cher ami, croyez-vous en Jésus ? La porte du salut est ouverte devant vous !
 
IV.      La semaine prochaine : La croix et la sanctification.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don