Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 03 – Justice et miséricorde dans l’Ancien Testament : 1ère partie (Exode 23, Amos 8, Lévitique 25)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà considéré la « règle de droit » comme un programme au bénéfice du pauvre ? Pour rafraîchir votre mémoire, le terme « règle de droit » signifie que les gens vivent sous des lois établies, et non selon les humeurs et décisions constamment sujettes à variation de la part d’un dirigeant. J’ai récemment regardé un documentaire qui disait que la meilleure façon d’aider les pauvres dans les pays moins développés n’était pas de leur envoyer constamment de l’aide, mais plutôt de les aider avec des outils pour qu’ils puissent gagner leur vie. Ces outils incluent le fait de vivre sous une règle de droit, qui traite le pauvre et le riche de manière équitable. Débutons notre étude en ouvrant la Bible et découvrons ce qu’elle nous enseigne à ce sujet ! 
 
I.  La justice
 
1.     Lisez Exode 23.2. Pourquoi la Bible nous met-elle en garde contre la foule en relation avec une justice pervertie ? (Un documentaire que j’ai vu cette semaine montrait que l’escroquerie augmentait considérablement en voyant les autres s’y adonner.)
 
2.     Lisez Exode 23.3. Pourquoi pas ? (Comme mentionné dans l’introduction, un autre documentaire que j’ai vu cette semaine soutenait que la majorité de l’aide à l’étranger n’était pas donnée de façon intelligente parce qu’elle supposait que ses bénéficiaires étaient sans ressources. Favoriser le pauvre n’est pas faire preuve de justice, et cela suppose qu’il a besoin que la balance penche en sa faveur simplement parce qu’il est inférieur.)
 
a.      Avez-vous déjà réfléchi auparavant que le fait de favoriser le pauvre montre un parti pris contre lui ? Cela semble contre-intuitif !
 
b.      Notez le contexte : « dans son procès ». Cela fait-il une différence dans l’interdiction de favoriser les pauvres ? (Je le pense. Il s’agit d’un différend qui doit être réglé, et que vous soyez pauvre ou non est sans importance pour les mérites.)
 
3.     Lisez Exode 23.4-5. Quel autre motif peut affecter négativement notre jugement ? (La vengeance. Si nous n’aimons pas quelqu’un nous ne donnerons pas l’aide que nous donnerions à quelqu’un d’autre.)
 
4.     Lisez Exode 23.6. Il nous est dit de ne pas refuser la justice au pauvre ! Pourquoi le ferions-nous ? (Parce qu’ils ne peuvent pas nous aider. L’approche envers le pauvre devrait être équitable. Ne pas le favoriser et ne pas le défavoriser dans les procès.)
 
5.     Lisez Exode 23.7. Dans quelle mesure est-ce un problème sérieux ? (Dieu dit qu’il ne nous acquittera pas ! Il y a apparemment le risque de perdre la vie éternelle.)
 
6.     Lisez Exode 23.8. Si vous me demandiez si une personne juste pourrait un jour accepter un pot-de-vin, je répondrais négativement. Que suggère ce texte ? (Il suggère qu’ils accepteraient un pot-de-vin, et cela affecterait leur jugement.)
 
7.     Lisez Exode 23.9. Le monde occidental regorge d’étrangers. Quel est le devoir des Chrétiens à leur égard ? (Ce texte semble plutôt limité – ne pas les opprimer.)
 
a.      Réfléchissez à la référence historique dans ce texte. Comment les Égyptiens traitaient-ils le peuple de Dieu ? (Ils ont fait d’eux des esclaves.)
 
II.  Le sabbat et la justice
 
1.     Lisez Exode 23.10-11. Cela favorise-t-il le pauvre ? (Pas vraiment. Le fait de laisser la terre se reposer chaque septième année lui permettait de produire de meilleures cultures les autres années. C’était le but – rendre les terres des paysans plus productives. Un dérivé était d’aider les pauvres. Même si le paysan ne faisait aucun travail sur ses terres, certaines cultures poussaient naturellement.)
 
a.      S’agit-il d’un sucre pour les pauvres ? (Les pauvres devaient récolter eux-mêmes la nourriture. Cependant, ils pouvaient bénéficier de la terre du paysan.)
 
b.      Selon vous, le paysan devait-il contrôler ses terres pour être sûr que seuls les pauvres récoltaient de la nourriture ? (Il apparaît que les gens décidaient s’ils étaient qualifiés.)
 
2.     Lisez Exode 23.12. Quel est le but du sabbat selon ce texte ? (Que les animaux et les aides reprennent leur souffle.)
 
a.      Voyez-vous le sabbat comme un jour pour reprendre votre souffle ?
 
3.     Lisez Amos 8.4-5. Qu’est-ce que ces gens sont soi-disant en train de faire ? (Ils gardent le sabbat au moins superficiellement. Mais ils espèrent qu’il se termine rapidement afin de pouvoir retourner au travail.)
 
a.      Ces gens reprennent-ils leur souffle grâce au sabbat ?
 
b.      Que font ces gens qui est injuste envers les pauvres ? (Ils les escroquent. Ils donnent aux pauvres moins que ce pour quoi ils ont payé.)
 
c.      Pourquoi trouvons-nous ensemble des références au sabbat et au fait d’escroquer les pauvres ? (Dieu veut que nous voyions notre hypocrisie. Nous pensons garder le sabbat, mais en réalité notre vie est corrompue.)
 
4.     Lisez Amos 8.6. De quelle autre façon pouvons-nous traiter injustement les pauvres ? (Amos 8.5 fait référence à « augmenter les prix » et ce verset semble faire référence à payer les pauvres trop peu pour leurs services. Nous devrions payer les pauvres à la hauteur de leur valeur.)
 
5.     Lisez Ésaïe 1.13. À nouveau, nous voyons une référence au sabbat et à l’adoration. Comment Dieu peut-il qualifier des offrandes « inutiles » ? Comment notre adoration peut-elle être une « abomination » pour Dieu ? (Lisez Ésaïe 1.16-17. Le fait d’adorer Dieu n’est pas un substitut au fait de traiter le pauvre et le faible avec justice. Ésaïe 1.13 dit que les offrandes et l’encens sont « une abomination ». Dieu ne veut pas que nous lui donnions ce que nous avons volé au pauvre.)
 
6.     Dernièrement je me suis rendu à des rencontres et j’ai lu des articles au sujet de la justice pour les pauvres dans les tribunaux des États-Unis. Le principal problème est que les pauvres ne peuvent pas payer un avocat, et ils sont souvent opposés devant les tribunaux à des riches qui peuvent payer un avocat. Que suggère la Bible pour résoudre ce problème ? (Les textes que nous avons lus disent que le juge devrait traiter les pauvres et les riches de manière équitable. Les pauvres ne devraient ni être favorisés, ni être défavorisés.)
 
a.      Qu’en est-il de procurer un avocat au pauvre ?
 
i.       Si vous payez un avocat pour le pauvre, mais pas pour le riche, s’agit-il d’un favoritisme ?
 
b.      Si un juge n’est pas supposé favoriser le pauvre, à quoi fait référence la phrase « rendez justice à l’orphelin, défendez la veuve » (Ésaïe 1.17) ? (Cela place une obligation sur les avocats et sur ceux qui financent les avocats.)
 
i.       Nous avons discuté des fausses suppositions au sujet des pauvres. La Bible suggère-t-elle que les veuves et les orphelins sont sans ressources ? (Oui. Notez que la société impliquée est un grand facteur. Les veuves étaient dépourvues de droits légaux.)
 
7.     Lisez Lévitique 25.8-12. Il s’agit là d’un « super sabbat » ! Après chaque période de 49 ans s’ensuit une 50ème année de « jubilé ». Chacun doit retourner chez lui. Comment mangent-ils tous ? (Lisez Lévitique 25.20-22. Ils ne devaient pas s’engager dans l’ensemencement et dans la récolte. Au lieu de cela, Dieu les bénissait par une récolte abondante lors de la 6ème année.)
 
8.     Lisez Lévitique 25.25-28. Qu’arrive-t-il d’autre durant l’année de jubilé ? (Chacun récupère sa propriété. Cela explique comment chacun pouvait retourner chez lui.)
 
a.      Est-ce cohérent avec la règle de droit ? (Oui, parce que tous connaissent les règles.)
 
b.      Lisez Lévitique 25.23-24. Quelle est la base de cette règle ? (Dieu possède toutes les propriétés, et dès lors que nous sommes de simples locataires nous respectons sa règle.)
 
c.      Cette règle du « retour de la propriété » favorise-t-elle les pauvres ? (Je ne le pense pas. Dès lors que cette règle est connue, les gens ne paient que la valeur de 49 années de bail pour un morceau de propriété.)
 
9.     Lisez Lévitique 25.29-30. Pourquoi cette règle est-elle différente ? (Les terres libres seraient cultivées, ainsi le retour du jubilé permettait aux gens de conserver leur capacité de travailler et de se nourrir. Dans le cas des maisons des villes fortifiées, la question est logiquement différente.)
 
10.     Lisez Lévitique 25.39-43. Qu’arrive-t-il d’autre durant l’année du jubilé ? (Les dettes personnelles sont annulées. Cela donne aux gens une seconde chance.)
 
11.     Lisez Lévitique 25.35-37. Cela favorise-t-il le pauvre ? (Oui, dans le fait qu’ils ne paient pas d’intérêts et obtiennent la nourriture à prix coûtant.)
 
a.      Lisez à nouveau Lévitique 25.35. Quelle est la condition pour ce genre d’aide ? (Il faut que « les ressources lui manquent ». Ceux qui ne peuvent pas travailler doivent être aidés, mais cela ne suggère pas l’aumône. Cela suggère de l’aide.)
 
12.     Ce que nous avons lu au sujet du sabbat est quelque chose que nous pouvons facilement faire maintenant. Mais comment pourrions-nous appliquer les règles du jubilé ? (Bien qu’il s’agisse d’un système de lois complètement différent de celui que nous avons aux États-Unis, nous avons certainement plusieurs concepts similaires. Par exemple, les gens sont libérés de leurs dettes par une faillite. Bien que leurs terres ne leur reviennent pas, des lois sur les « fermes » protègent des fermes familiales dans une certaine mesure.)
 
13.     Cher(ère) ami(e), réfléchissez à la façon dont les principes de justice de l’Ancien Testament pourraient s’appliquer dans votre vie. Que pouvez-vous faire pour refléter le sens de la justice et de la miséricorde de Dieu ?
 
III.    La semaine prochaine : Justice et miséricorde dans l’Ancien Testament : 2ème partie.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don