Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 02 – Crise en Éden (Genèse 1 & 3)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Notre étude de cette semaine vient avec deux éléments en sa défaveur. Premièrement, quand nous voyons une histoire familière, notre réaction immédiate est de penser : « Je connais déjà cela ». Deuxièmement, beaucoup de Chrétiens ne croient pas au récit de la Création. Peut-être ne disent-ils pas ouvertement « Dieu nous a menti », mais ils suggèrent qu’il s’agit de quelque chose de figuratif ou d’une allégorie. Cela n’a aucun sens logique. Le récit de la Création a de loin trop de détails spécifiques pour être figuratif. S’il s’agit d’une allégorie, il est difficile de la faire correspondre à la théorie de l’évolution. Le récit de la Création rapporte que Dieu a intentionnellement amené la création à l’existence par la parole, plutôt que de suggérer la chance et la sélection naturelle. Il mentionne de la complexité et un achèvement, plutôt que la suggestion du simple qui devient progressivement plus complexe. Le récit de la Création est très familier, mais je pense qu’il contient des aspects spirituels vitaux. Débutons notre étude de la Bible et voyons si nous pouvons y trouver quelque chose de nouveau, d’intéressant et d’important !
 
I.  Des petits dieux
 
1.     Lisez Genèse 1.26. Que dit Dieu au sujet des humains ? (Ils sont faits à la ressemblance de Dieu.)
 
a.      En quoi sont-ils semblables à Dieu ? (Ils ont « l’image » de Dieu, ainsi que sa « ressemblance », et ils gèrent le reste de la création.)
 
i.       Alors que ce verset n’explique pas précisément ce que signifient « l’image » et « la ressemblance », notez qu’elles sont liées à l’activité de gestion et de direction. Que cela nous dit-il sur l’image et la ressemblance ? (Nous gérons le reste de la création parce que nous sommes plus intelligents. Ainsi, la logique est que nous sommes comme Dieu dans le domaine de la pensée.)
 
2.     Lisez Genèse 1.27-28. Dieu suit-il son plan à l’égard des humains ? (Oui. Non seulement il propose que nous soyons faits à son image, mais il le fait concrètement.)
 
a.      Notez que Dieu mentionne spécifiquement « homme et femme », comme correspondant à l’image de Dieu. Comment cela peut-il être dès lors que la Bible réfère à Dieu et à Jésus comme étant masculins ? (Lisez Genèse 2.23-24. Quand un homme et une femme deviennent « une seule chair », ils deviennent comme Dieu dans le fait qu’ils sont également créateurs de vie. C’est la raison pour laquelle d’autres formes de mariage sont inconsistants avec les plans de Dieu pour nous.)
 
b.      Cette semaine on m’a demandé d’aider à des funérailles d’un homme que je n’avais jamais rencontré. Ma seule relation avec la famille était un lien occasionnel avec l’un des fils du défunt. Aux funérailles, j’ai appris que le défunt et son épouse ont eu 13 enfants, et qu’ils avaient au moins 78 petits- et arrière-petits-enfants. Un intervenant pensait qu’un nombre plus correct serait supérieur à 100 ! Voilà un exemple d’un homme et d’une femme qui ont créé la vie !
 
II.  Exploiter le plan de Dieu
 
1.     Lisez Genèse 3.1. S’agit-il de ce que Dieu a dit ? (Ça n’y ressemble même pas. Dans Genèse 2.16-17 Dieu dit qu’ils pouvaient manger de tous les arbres – à l’exception d’un seul.)
 
2.     Lisez Genèse 3.2-3. Selon vous, pourquoi Satan voulait-il cette réponse ? (S’il s’agit d’un concours d’allégeance de la race humaine, personnellement je chercherais à balayer toute allégation selon laquelle les humains ont mal compris la règle. Ève réaffirme la règle de Dieu, de telle sorte qu’il ne peut y avoir aucune erreur sur ce qu’elle fait.)
 
a.      Est-ce qu’Ève énonce correctement la règle ? (Il est écrit nulle part que Dieu a dit de ne pas toucher sous peine de mort.)
 
b.      Si vous voulez empêcher les humains de manger du fruit, c’est mieux pour eux de penser qu’ils ne peuvent même pas le toucher, n’est-ce pas ? (Tandis qu’il s’agit là d’une vision courante parmi les parents et les responsables de jeunesse religieux, elle est fausse. Deutéronome 4.2 nous enseigne de ne rien ajouter ou soustraire aux commandements de Dieu. Je crois que lorsqu’Ève a touché le fruit et que rien n’est arrivé, cela l’a encouragée à manger du fruit.)
 
c.      Je me rappelle que dans ma jeunesse on me disait que je ne devais pas aller dans un cinéma. Pourquoi ? Parce que mon ange n’y entrerait pas. Ainsi, si je me retrouvais dans une situation où ma vie était en danger, j’y serais sans mon ange ! Je restais hors des cinémas. Mais, quand des films ont commencé à passer à la télévision, et même à la gym de mon université chrétienne, cela a dévoilé le non-sens de la règle – et cela a sapé l’autorité des autres règles qui m’avaient été données. Pourquoi ne m’a-t-on pas simplement dit d’éviter les films (ainsi que les livres et autres chansons) qui m’influenceraient vers le mal ?
 
3.     Lisez Genèse 3.4-5. Selon Satan, quelle est la meilleure raison pour manger du fruit ? (Ève serait « comme des dieux ».)
 
a.      N’est-ce pas exactement ce que Dieu avait à l’esprit pour Adam et pour Ève – qu’ils soient comme lui ?
 
b.      Pourquoi Ève n’a-t-elle pas répondu : « Je suis déjà comme Dieu, je n’ai pas besoin de désobéir à Dieu pour lui ressembler » ? (Ève n’a pas mis sa confiance en Dieu.)
 
4.     Lisez Genèse 3.6. Selon vous, pourquoi Ève n’a-t-elle pas mis sa confiance en Dieu ? (Ses sens lui disaient qu’il n’y avait rien de mauvais dans ces fruits. Ils avaient l’air bons. Ensuite, elle les a touchés et rien ne s’est passé. Elle a alors cru Satan qui lui disait qu’elle gagnerait en sagesse.)
 
a.      Considérez cela du point de vue de Dieu. Que vient de faire Ève ? (Ève a décidé que Dieu mentait. Dieu lui a refusé quelque chose de bon. Ève a cru le discours du serpent plutôt que son ami et Créateur !)
 
b.      Combien de fois en relation avec le péché ne détournons-nous pas notre confiance en Dieu pour nous fier à notre capacité limitée de juger la vérité ?
 
i.       Réfléchissez à trois vérités qui ressortent du récit de la Création : la Création, le mariage et le sabbat. Combien acceptent la théorie de l’évolution en se basant sur une vérité limitée ? Combien acceptent le mariage entre personnes de même sexe, ou les mariages en série, en se basant sur la pratique de la majorité ? (Dans les trois cas, il s’agit de doctrines originelles et fondamentales que nous trouvons dans le récit de la Création, et chacune d’entre elles est fortement attaquée.)
 
III.  Les terribles conséquences
 
1.     Lisez Genèse 3.9-12. Qui Adam blâme-t-il pour sa décision de désobéir à Dieu ? (Finalement il blâme Dieu. Dieu a mis Ève dans le jardin avec lui.)
 
a.      Que nous enseigne cela au sujet du problème du péché dans notre vie ? (Nous résistons à prendre notre propre responsabilité pour nos péchés.)
 
i.       Avez-vous déjà entendu quelqu’un dire, en relation avec le péché : « Dieu m’a fait ainsi », ou « C’est comme ça que j’ai toujours été », ou encore « Mes parents m’ont fait ainsi » ? Ne s’agit-il pas de tentatives pour éviter une responsabilité personnelle pour nos péchés ?
 
2.     Lisez Genèse 3.17-19. Qu’est-il arrivé à la domination sur la terre, que Dieu avait donnée aux humains ? (Leur domination a certainement diminué. Dorénavant la terre résistera à leur travail.)
 
3.     Lisez Genèse 3.16. Qu’arrive-t-il à Ève ? (À nouveau, l’autorité des humains, semblable à celle de Dieu, a diminué. Désormais ils auront encore le pouvoir de créer la vie, mais ce sera au travers d’une expérience pénible.)
 
a.      La pénalité du mari dominant est-elle plutôt un non-sens ?
 
b.      Est-elle logique en relation avec le péché d’Ève ? (Oui. Ève voulait devenir davantage comme Dieu. De la même manière que la domination des humains sur la terre est réduite, et que le pouvoir de créer la vie est réduit, ainsi l’autorité d’Ève, semblable à celle de Dieu, est réduite.)
 
i.       Est-ce juste ? (Si votre réponse est : « Non, ce n’est pas juste et je vais y résister », n’est-ce pas là exactement le problème qu’avait Ève lors du péché originel – elle ne faisait pas confiance au jugement de Dieu ?)
 
4.     Lisez Genèse 3.14-15. Rappelez-vous que dans notre dernière étude nous avons appris que Satan a été chassé du ciel. Il a maintenant gagné l’allégeance des humains en les amenant dans le péché. Que dit Dieu à Satan qui sera le résultat de la controverse entre le bien et le mal qui a maintenant contaminé la planète terre ? (Les humains écraseront la tête de Satan.)
 
a.      Comment comprenez-vous la signification de cela ? (Quand Jésus est venu sur la terre en tant qu’homme, il a vaincu Satan. Il a gagné la guerre qui se terminera par la destruction de Satan.)
 
5.     Cher(ère) ami(e), qu’en est-il de votre vie ? Acceptez-vous les règles de Dieu comme vérité, et comme la meilleure façon de vivre ? Ou alors, vous basez-vous et vous appuyez-vous sur votre vision limitée de ce qu’est la vérité ? Le récit de la Création montre les terribles conséquences du fait de ne pas faire confiance à Dieu et du rejet de ses règles. Pourquoi ne pas demander maintenant à l’Esprit saint de changer votre attitude pour être en harmonie avec la vérité de Dieu ?
 
IV.    La semaine prochaine : La crise globale et les patriarches.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don