Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 10 – Suivre Jésus chaque jour (Luc 12 & 19)

Copyright © 2015, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Voulez-vous que les autres aient une haute opinion de vous ? Moi oui. Quand je faisais des erreurs, ma principale préoccupation était ma réputation. Au cours de mes années d’étude de la Bible, j’ai appris que je devrais être davantage préoccupé par l’opinion de Dieu à mon égard. Le fait de se préoccuper de ce que pensent les autres de moi peut être en partie une bonne chose, pour autant que l’objectif soit d’influencer les autres vers Dieu. Mais cette semaine j’ai discuté avec un homme pieux qui m’a dit qu’il était pire que l’image que j’avais de lui. Je suppose que vous diriez la même chose – vous êtes pire que votre réputation. Que cela nous dit-il sur votre préoccupation relative à l’opinion de Dieu à votre égard ? Débutons notre étude et voyons ce que la Bible nous enseigne à ce sujet !
 
I.  Sans peur
 
1.     Lisez Luc 12.4-5. Qui est cette personne qui peut vous jeter dans la géhenne ? (Je pense que Jésus parle de Dieu.)
 
a.      Qui ne peut « rien faire de plus » que tuer le corps ? (Les autres humains.)
 
b.      Quel est l’enseignement de Jésus ? (Nous devons craindre Dieu davantage que les humains.)
 
2.     Lisez Luc 12.6-7. Dieu vous connaît-il ? (Oui ! Dieu n’oublie pas même le moineau. Il sait combien de cheveux sont sur ma tête !)
 
a.      Pourquoi Jésus nous dit-il de craindre Dieu qui peut nous jeter dans la géhenne, pour ensuite nous dire « n’ayez donc pas peur » ? (Jésus construit une argumentation contre la peur. Il dit que si nous devons craindre quelqu’un, cela doit être Dieu. Mais Dieu nous aime et prend soin de nous.)
 
3.     Revenons en arrière et lisons Luc 12.1-3. Qui sait ce que nous avons dit dans les ténèbres et dans les pièces retirées ? (Dieu !)
 
a.      Pourquoi l’hypocrisie est-elle si stupide ? Quel rapport cela a-t-il avec le fait de craindre les humains ? (L’hypocrisie dit une chose en public et fait autre chose en privé. Jésus affirme que cela est stupide parce que Dieu sait comment nous vivons. Pourquoi devrions-nous cacher des choses aux humains – à ceux qui ne peuvent pas nous envoyer dans la géhenne – et être content que Dieu les connaisse ?
 
b.      Une réponse est que cela fait du bien que d’autres humains pensent que nous sommes meilleurs que ce que nous sommes réellement. Que dit Jésus à ce propos ? (Les mauvaises choses sortiront au grand jour.)
 
4.     Lisez Luc 12.8-9. Revenons à notre dernière question. Si cela fait du bien d’avoir des humains qui pensent à tort que nous sommes meilleurs qu’en réalité, qui affirmons-nous être le plus important : Dieu, les humains, ou nous-mêmes ? (Les humains et nous-mêmes.)
 
a.      Si je pense que je suis plus important, et que l’opinion des humains est plus importante que celle de Dieu, en quoi cela a-t-il un lien avec la déclaration de Jésus, selon laquelle nous devons reconnaître Dieu avant les humains ? (Je pense que l’enseignement de Jésus est que nos priorités sont inversées.)
 
5.     Lisez Luc 12.9-10. Vous rappelez-vous de moments dans le passé où vous n’avez pas parlé de Dieu parce que vous ne vouliez pas être gêné(e) ? S’agit-il d’un reniement ?
 
II.  La bonne crainte
 
1.     Lisez à nouveau Luc 12.10. Voyez-vous le schéma de l’argumentation de Jésus ? L’hypocrisie préfère l’opinion des humains à l’opinion de Dieu. Renier (ou manquer de reconnaître) Dieu équivaut à mettre l’opinion des humains avant Dieu. Cet état d’esprit montre que nous craignons les humains davantage que nous craignons Dieu. Jésus nous enseigne que cette attitude est irrationnelle. Luc 12.10 est-il un avertissement ou un confort ? (Si vous trouvez, comme moi-même, que les commentaires de Jésus parlent de nos péchés, la bonne nouvelle est que Jésus dit que cela peut être pardonné.)
 
a.      Y a-t-il un avertissement ? (Le blasphème contre l’Esprit saint ne sera pas pardonné !)
 
2.     Lisez Matthieu 12.30-32 et Marc 3.28-30. Selon vous, que signifie le blasphème contre l’Esprit saint ? (Je pense que Jésus dit que certaines attitudes sont sans espoir. Dans Luc, le problème est de penser que l’opinion des autres est plus importante que l’opinion de Dieu. Dans Matthieu et dans Marc, le problème est de faire passer l’œuvre de l’Esprit saint pour celle de Satan. Je ne pense pas que Jésus dessine une ligne dans le sable et dise : « Si vous passer cette ligne, vous ne pourrez plus jamais être pardonné(e) ». Au lieu de cela, il dit : « Si chez vous tout est inversé, vous n’avez aucune chance d’arriver à la bonne réponse ».)
 
III.  L’avidité
 
1.     Lisez Luc 12.13-15. Que faire si le frère viole les droits de succession de cet homme ? (Jésus dit que ce n’est pas le plus important – il est ici pour sauver nos âmes, pas notre portemonnaie.)
 
a.      S’agit-il d’une autre vision « inversée » de la vie ? Nous focalisons sur les choses et non sur Dieu ?
 
2.     Lisez Luc 12.16-20. Est-ce mal d’être riche ? Devons-nous préparer notre retraite ? (Deutéronome 28 et les héros de l’Ancien Testament suggèrent que le fait d’être riche est en relation avec une vie juste. Nombres 8.23-26 suggère que Dieu croit à la retraite.)
 
3.     Lisez Luc 12.20-21. Quel est le problème ? (Si cet homme riche meurt cette nuit-là, il aura perdu tout ce pour quoi il a travaillé et ce qu’il a planifié.)
 
a.      Quelle est la relation de tout cela avec l’hypocrisie et le blasphème contre l’Esprit saint ? (Je pense qu’il s’agit d’un autre exemple de choses inversées dans notre esprit. Cet homme est davantage préoccupé par son avenir financier que par son avenir avec Dieu. Il est approprié de se préoccuper de ce que pensent les autres, il est approprié de craindre les humains, il est approprié de préparer ses vieux jours, mais nous devons avoir l’attitude juste : l’opinion de Dieu est le plus important. Craindre Dieu (qui nous aime) est l’aspect de la vie le plus important. Cela signifie que notre relation avec Dieu est la partie la plus importante de notre plan pour l’avenir, et non notre relation à l’argent.)
 
IV.  Le capitalisme
 
1.     Lisez Luc 19.11. Les gens avaient-ils raison concernant ce qui allait arriver ? (Jésus était présent, mais le royaume de Dieu n’est pas apparu immédiatement.)
 
2.     Lisez Luc 19.12-14. Pourquoi Jésus ajoute-t-il ce détail sur les sujets qui détestent le futur roi ? Quel est le rapport avec les fausses attentes du peuple concernant le royaume de Dieu ? (Ils voulaient que Jésus affirme son pouvoir, renverse les Romains, et établisse le royaume de Dieu.)
 
a.      Y a-t-il ici quelque chose qui semble familier en ce qui concerne la pensée inversée ? (À nouveau, les gens sont focalisés sur la mauvaise chose.)
 
3.     Lisez Luc 19.15-19. Jésus est-il un capitaliste ? Pourquoi ne dit-il pas à l’homme aux dix mines qu’il devrait donner 2.5 mines à l’homme des cinq mines, afin qu’ils en aient tous les deux le même nombre : 7.5 mines ?
 
4.     Lisez Luc 19.20-23. Quelle plainte fait l’homme à une mine à l’encontre du roi ? (Il se plaint que le roi est un capitaliste et il a peur du roi.)
 
a.      S’il s’agit d’une parabole sur Dieu, cet homme craint-il Dieu ? (Oui, mais c’est la mauvaise sorte de crainte.)
 
b.      Notez qu’il garde soigneusement la mine dans un tissu. Que cela suggère-t-il ?
 
5.     Lisez Luc 19.24-25. Êtes-vous d’accord avec les objecteurs ?
 
a.      Notez que l’homme qui a eu le plus de succès se voit attribuer l’argent de l’homme à une mine qui n’a pas géré son argent correctement. Comment pouvez-vous réconcilier cela avec l’histoire de l’homme riche (que nous venons d’étudier) qui a décidé de prendre sa retraite et de jouir de sa richesse ? L’homme riche jouirait de son propre argent.
 
6.     Lisez Luc 19.26-27. Voilà une histoire ! L’homme paresseux qui hait le capitalisme doit donner son argent à celui qui est le plus riche. Les ennemis du roi sont amenés et tués. Ce n’est pas vraiment ce qu’on a l’habitude d’entendre de la part de Jésus, n’est-ce pas ?
 
a.      Qu’est-ce qu’une mine ? (Il s’agit d’argent, selon Luc 19.15. Il s’agit d’environ trois mois de salaire.)
 
b.      Selon vous, cette parabole concerne-t-elle l’argent ?
 
c.      Selon vous, qui sont le roi et les ennemis dans la parabole ? (Jésus apparaît être le roi et les Juifs ses ennemis. Ils pensaient que Jésus renverserait les Romains, et quand il ne l’a pas fait, ils sont devenus les ennemis de ce que Jésus avait à l’esprit. Notez que Jérusalem a été détruite quelques décades plus tard.)
 
7.     Voyons si nous pouvons réconcilier tout cela. Si Jésus est le roi, et que ceux qui l’ont rejeté sont ses ennemis, les mines représentent-elles vraiment de l’argent ? (Je pense que ça peut être le cas. Mais je ne pense pas que ce soit le point important. Les mines représentent les talents utilisés pour faire avancer le royaume de Dieu.)
 
8.     Cher(ère) ami(e), pouvez-vous voir comment les différentes histoires dans notre étude ont un point commun ? L’aspect de la vie le plus important est notre relation avec Dieu ! Voulez-vous vous engager aujourd’hui à développer vos talents pour faire avancer le royaume de Dieu ?
 
V.    La semaine prochaine : Le royaume de Dieu.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don