Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 09 – Jésus, le maître (Luc 4, 5, 8 & 10)

Copyright © 2015, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà vu un autocollant de voiture qui disait : « Résistez à l’autorité » ? Ou alors : « Remettez en question l’autorité » ? Je n’ai jamais vu d’autocollant disant : « Agissez avec autorité ». L’autorité est-elle mauvaise ? Selon vous, qu’y a-t-il derrière ces citations qui attaquent l’autorité ? Les gens attaquent l’autorité parce qu’ils croient qu’ils sont plus intelligents, ou d’une certaine façon meilleurs, que ceux qui représentent l’autorité. S’agit-il d’une supposition raisonnable ? Si vous réclamez de l’autorité, ne réclamez-vous pas être meilleur(e) ? Notre étude de cette semaine porte sur Jésus en tant qu’enseignant, mais elle a aussi beaucoup à nous apprendre sur l’autorité. Débutons notre étude de la Bible et apprenons-en davantage !
 
I.  L’autorité et l’enseignement
 
1.     Lisez Luc 4.31-32. Selon vous, que signifie le fait de parler, ou d’enseigner, avec « autorité » ?
 
a.      Avez-vous été dans un groupe d’étude de la Bible où toutes les personnes présentes ont donné leur opinion et où personne ne s’est appuyé sur une autre autorité que leur propre réflexion ?
 
i.       Si tel est le cas, dans quelle mesure cela était-il utile ?
 
b.      Qu’est-ce qu’il y a de mieux dans une discussion sans autorité de référence ? (Les gens sont forcés de réfléchir à la problématique.)
 
i.       Qu’est-ce qu’il y a de pire dans ce genre de discussion – basée sur des opinions personnelles ? (Il n’y a aucune autorité ! Bien qu’il soit bon de promouvoir la réflexion attentive, la Bible est notre autorité. Ma philosophie est qu’un enseignant de la Bible doit enseigner la Bible, et cela signifie avoir une conclusion à laquelle vous pouvez diriger les gens.)
 
2.     Lisez Luc 4.33-36. Quelle autorité de Jésus est mentionnée ici ? (L’autorité sur les démons. Jésus enseignait avec autorité et il avait l’autorité sur le péché.)
 
a.      Pouvez-vous avoir l’autorité sur le péché ? sur les démons ?
 
3.     Quand vous réfléchissez à Jésus, pensez-vous qu’il fût un rebelle contre l’autorité en place ? (J’ai souvent entendu cela, et d’une certaine façon cela semble vrai.)
 
4.     Lisez Proverbes 24.21-22. Que nous enseigne ce texte sur le fait d’être un rebelle ? (C’est une mauvaise idée.)
 
a.      Qui punit les rebelles ? (Tant Dieu que le roi !)
 
b.      Qu’en est-il si Dieu et le roi ne sont pas du même côté ?
 
c.      Il semble y avoir trois sources d’autorité. Dieu, le roi et vous (moi). Quelle(s) source(s) d’autorité sont suspectes ?
 
II.  L’autorité et les éléments
 
1.     Lisez Luc 8.22-25. Regardons attentivement la question qui commence le verset 25 : « Où est votre foi ? » Pourquoi Jésus pose-t-il cette question ? Ils ont réveillé Jésus, donc cela témoigne de leur foi en lui ! (Jésus voulait savoir pourquoi ils avaient besoin de le réveiller, pourquoi ils n’ont pas rabroué eux-mêmes la tempête.)
 
a.      Pourquoi ne l’ont-ils pas fait eux-mêmes ? (Ils manquaient de foi.)
 
2.     Lisez à nouveau Luc 8.25. Sur quoi se focalisent les disciples ? (Sur l’autorité de Jésus sur le vent et sur l’eau !)
 
a.      Sur quoi leur attention aurait-elle dû se porter ? (Ils regardent trop bas ! Ils ont tiré la merveilleuse conclusion que Jésus est Dieu. Mais la question de Jésus sur leur foi me fait penser qu’ils auraient pu rabrouer les éléments – et les éléments leur auraient obéi !)
 
3.     Rappelez-vous ma question précédente sur les sources d’autorité. Vous avez peut-être répondu que vous étiez la source suspecte d’autorité. Si les disciples avaient rabroué la tempête, auraient-ils utilisé leur autorité pour diriger l’autorité divine ?
 
a.      Réfléchissez si la question de Jésus « Où est votre foi ? » était une réprimande contre leur peur plutôt qu’une réprimande du fait qu’ils n’avaient pas eux-mêmes fait attention à la tempête. Que pensez-vous ? Peut-être que je me trompais quand je disais qu’ils regardaient « trop bas ».
 
III.  L’autorité et le péché
 
1.     Lisez Luc 5.20. Le contexte est le suivant : les amis d’un homme paralysé font une ouverture dans un toit et le descendent devant Jésus alors qu’il enseignait. Selon vous, la réponse de Jésus correspond-elle à ce que l’homme paralysé et ses amis voulaient entendre ?
 
2.     Lisez Luc 5.21-23. Comment auriez-vous répondu à la question de Jésus ?
 
3.     Lisez Luc 5.24-26. Quelle autorité démontre Jésus ? (Il a l’autorité pour pardonner les péchés !)
 
a.      Si c’est le cas, pourquoi Jésus devait-il mourir ? (Lisez Colossiens 2.13-15. La victoire de Jésus sur le péché s’est passée à la croix. Nous sommes ressuscités avec Jésus quand il est ressuscité du tombeau.)
 
4.     Réfléchissez à cette histoire de l’homme paralysé. Selon vous, quelle est la clé de l’enseignement de Jésus ? (Son autorité sur le péché et sur la maladie.)
 
a.      Dans l’enseignement de Jésus concernant la tempête, quelle est la clé ? (Son autorité sur la tempête.)
 
b.      Dans l’enseignement en relation avec le démon (Luc 4), quelle est la clé ? (Son autorité sur le démon.)
 
c.      Qu’en est-il de votre enseignement, pouvez-vous enseigner avec autorité ? Ou alors, vous manque-t-il les outils que Jésus a utilisés pour enseigner avec autorité ?
 
5.     Lisez à nouveau Luc 8.24-25 et Luc 9.1-2. Les disciples auraient-il pu calmer la tempête ? (Nous savons que Jésus leur a donné l’autorité sur les démons et les maladies. Pourquoi pas l’autorité sur les tempêtes ?)
 
a.      Pouvez-vous avoir la même autorité ? Ou alors, le temps de cela est-il révolu ? (Rappelez-vous notre discussion dans notre étude 7, en relation avec Luc 11.5-13, sur le fait de demander hardiment dans la prière. Je pense que nous devrions demander ! Imaginez de quelle façon cela accroîtrait l’autorité de votre enseignement !)
 
6.     Lisez Luc 22.42-43. Rappelez-vous que la victoire de Jésus sur la croix lui a donné l’autorité finale sur le péché. Quelles lignes d’autorité trouvons-nous dans ces versets ? (Cela semble essentiel à notre discussion sur l’autorité et sur l’enseignement. Notre objectif est d’être en phase avec l’autorité divine. Nous ne pouvons pas être rebelles contre Dieu. Nous ne pouvons pas chercher notre propre autorité. Mais Dieu s’associe à nous dans son autorité. C’est la raison pour laquelle il nous invite à « demander hardiment ».)
 
IV.  Mettre à l’épreuve l’enseignement de Jésus
 
1.     Lisez Luc 10.25. Quel est le motif de la question de l’expert de la loi ? (Il voulait mettre Jésus à l’épreuve.)
 
2.     Lisez Luc 10.26-29. Qui se voit finalement être mis à l’épreuve ? (L’expert de la loi ! Il voulait « se justifier ».)
 
3.     Lisez Luc 10.30-32. De quelle race est l’homme qui se fait dépouiller et ruer de coups ? (En considérant le trajet, il y a de fortes chances pour qu’il fût Juif.)
 
a.      De quelle race sont le prêtre et le lévite ? (Clairement Juifs.)
 
4.     Lisez Luc 10.33. Pourquoi la race de cet homme (peut-être que l’origine est plus précise) est-elle mentionnée ? (Parce que les Samaritains et les Juifs se détestaient mutuellement. Le prêtre et le lévite étaient des « prochains » naturels de la victime juive, par opposition au Samaritain.)
 
a.      Pourquoi le Samaritain s’arrête-t-il ? (Il « fut ému » et eu pitié de lui.)
 
5.     Lisez Luc 10.34-36. Revenons à la question originelle (Luc 10.27-29), qui est le prochain que nous devons aimer comme nous-mêmes ? (Cela inclut les gens que nous n’aimons pas pour des raisons d’origine ethnique/nationale. Bien sûr, cela n’est pas ce que l’expert de la loi avait à l’esprit pour le « prochain ».)
 
6.     Lisez Luc 10.37. Qu’est-ce que Jésus dit à l’expert de la loi de faire ? (La loi dit « aime » et l’histoire dit que le Samaritain « fut ému ». Nous devons avoir de la compassion pour ceux qui ne sont pas nos ami(e)s naturel(le)s.)
 
7.     Y a-t-il dans cette histoire davantage que « soyez gentils envers les autres, même envers ceux que vous n’aimez pas » ?
 
a.      Jésus met le Samaritain dans le rôle d’un « enseignant » devant l’expert de la loi Juif. Qu’est-ce qui a donné suffisamment d’autorité au Samaritain pour que l’expert de la loi admette la réponse correcte ? (Son amour désintéressé. Sa miséricorde.)
 
i.       Quand je suggérais que vous devriez demander hardiment dans la prière pour ces puissances extraordinaires que Jésus utilisait et enseignait, quelle puissance extraordinaire avez-vous pour enseigner maintenant ? (La capacité d’être aimable envers celles et ceux qui ne sont pas vos ami(e)s naturel(le)s !)
 
ii.       Une telle gentillesse vous apportera-t-elle une autorité divine à votre enseignement ?
 
8.     Cher(ère) ami(e), Dieu peut vous donner une grande autorité, mais l’autorité pour enseigner qu’il donne à nous tous maintenant est d’agir avec amour et miséricorde envers ceux qui ne sont pas nos prochains naturels. Voulez-vous enseigner avec autorité ?
 
V.    La semaine prochaine : Suivre Jésus chaque jour.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don