Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 06 – Les femmes dans le ministère de Jésus (Luc 2, 7, 8 & 10)

Copyright © 2015, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Un matin de cette semaine j’ai lu un article qui rapportait que les femmes sont traitées comme des animaux à maints endroits dans le monde. Je ne peux personnellement pas attester de la véracité de cette affirmation, mais je suis sûr qu’aujourd’hui, ainsi qu’à l’époque de Jésus, et en certains lieux, les femmes n’ont pas un statut égal à celui des hommes. Quelle est l’approche de Jésus envers les femmes ? Quels enseignements peut-on tirer pour aujourd’hui ? Débutons notre étude de l’évangile de Luc et découvrons-en davantage !
 
I.  Anne
 
1.     Lisez Luc 2.36-37. Quand nous avons étudié le deuxième chapitre de l’évangile de Luc, nous nous sommes arrêtés avant d’aborder l’histoire d’Anne. Auriez-vous voulu être Anne ? (Elle a vécu une vraie tragédie, son mari est mort sept ans après leur mariage. Elle ne s’est jamais remariée, et apparemment elle n’a jamais eu d’enfants.)
 
a.      Comment réagiriez-vous si cela vous arrivait ?
 
b.      Comment réagit Anne ? (Elle consacre sa vie au service de Dieu.)
 
c.      Comment réagit Dieu au dévouement de cette femme au milieu de la tragédie ? (Elle était prophétesse, ce qui signifie que Dieu parlait par son intermédiaire.)
 
2.     Lisez Luc 2.38. Où « survint » Anne ? (Le contexte est Luc 2.25-34. Elle « survint » auprès de Marie, de Joseph, de Syméon et de l’enfant Jésus.)
 
a.      De quelle autre façon Dieu récompense-t-il Anne pour sa fidélité ? (Elle semble n’avoir aucun enfant, mais elle est parmi les premiers à être présentée au Fils de Dieu.)
 
b.      Quand je lis dans Luc 2.37 le déroulement d’une journée typique d’Anne, je ne suis pas pressé d’échanger nos activités. De quelle façon Luc 2.38 élargit-il notre compréhension de ses activités quotidiennes ? (Son adoration, ses jeûnes et ses prières impliquaient d’annoncer à « ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem » la bonne nouvelle de Jésus. Considérez son travail à cet instant. À ceux qui venaient au temple pour faire des sacrifices et adorer, elle enseigne que l’accomplissement de l’adoration du système sacrificiel est arrivé !)
 
3.     Lisez Exode 38.8. Que cela suggère-t-il quant à la nature du travail d’Anne ? (Apparemment, elle tient le rôle des femmes qui « accomplissaient leur service » à l’entrée du sanctuaire.)
 
4.     Lisez 1 Timothée 2.12-13. Sur quoi Paul base-t-il son enseignement ? (Le récit de la Création.)
 
5.     Lisez 1 Corinthiens 14.33-35. Que disent ces versets sur les femmes dans l’église ? (Ils disent qu’elles ne peuvent pas parler.)
 
a.      Connaissez-vous une église qui ne permet pas du tout aux femmes de parler ?
 
6.     Une règle importante concernant la compréhension de la volonté de Dieu est que nous devons voir ce que dit la Bible entière sur un sujet, et non pas juste un ou deux versets. Lisez à nouveau Luc 2.38. Anne agit-elle de façon contraire aux limitations de 1 Timothée et de 1 Corinthiens ? (Oui. « Elle ne s’éloignait pas du temple » – de telle sorte que ses paroles ont été dites dans « l’église ». Quand elle « parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la rédemption de Jérusalem », elle enseignait aux visiteurs que Jésus était le Messie. Quand Luc nous dit qu’elle était une prophétesse, cela signifie que Dieu communiquait par son intermédiaire. Dieu approuve ses activités, dès lors qu’il la récompense pour sa fidélité.)
 
a.      Les activités d’Anne sont-elles conciliables avec les enseignements de Paul ? (Je suis un enseignant qui admet ne pas savoir. Je n’ai pas encore étudié en détail la question, mais je pense qu’il est significatif que dans 1 Timothée 2.12 Paul dit qu’il s’agit de sa pratique personnelle (« je ne permets pas »). Je n’ai jamais été dans une église où les femmes n’étaient pas du tout autorisées à parler, ce qui suggère qu’aucune église dans mon rayonnement ne lit 1 Corinthiens 14.34 comme reflétant la volonté de Dieu.)
 
II.  Marthe et Marie
 
1.     Lisez Luc 10.38. Qui est Marthe ? (Une propriétaire. Elle a dû avoir une maison d’une certaine grandeur pour accueillir Jésus et les disciples.)
 
2.     Lisez Luc 10.39-40. La requête de Marthe est-elle justifiée ? (Pourquoi est-ce Jésus qui prend la décision ? Je fais cette supposition parce que Marie écoute Jésus et cela aurait été très impoli de lui dire d’arrêter d’écouter.)
 
3.     Lisez Luc 10.41-42. À qui ressemblez-vous plutôt : à Marthe ou à Marie ? (J’ai bien peur d’être comme Marthe – j’aime que les choses soient faites.)
 
a.      Que fait Marie qui est mieux ? (Écouter Jésus.)
 
b.      La Marthe qui est en moi dit : « Aurais-tu quand même l’attitude "une seule chose est nécessaire" de Jésus, dès lors qu’il est temps de manger et que rien n’est prêt ? »
 
c.      Réfléchissons à l’enseignement plus large ici. Que suggère la culture relativement au rôle des femmes à l’époque ? (Vraisemblablement le rôle des femmes de l’époque était de faire ce que Marthe faisait.)
 
i.       Selon Jésus, quel est le « meilleur » rôle pour les femmes ? (La formation spirituelle.)
 
ii.       Ne s’agit-il que de quelque chose limité dans le temps ? Marie peut retourner faire à manger et nettoyer après le départ de Jésus ?
 
d.      Qu’enseigne cette histoire à ceux d’entre nous qui ont tendance à être comme Marthe ? (Être inquiet et contrarié n’est pas quelque chose qui est « nécessaire » dans notre vie.)
 
III.  Les femmes  philanthropes
 
1.     Lisez Luc 8.1-3. Qu’a fait Jésus pour ces femmes ? (Il les a guéries des problèmes qui les assaillaient. De plus, Jésus leur a permis de voyager avec lui.)
 
2.     Lisez à nouveau Luc 8.3. Selon vous, pourquoi Luc mentionne-t-il que les femmes soutenaient financièrement Jésus et ses disciples ? (Cela montre la profondeur de leur amour et de leur attention envers Jésus. Elles mettaient leur argent où était leur cœur. Cela dit également quelque chose sur Jésus et ses disciples masculins qui voulaient être soutenus par des femmes.)
 
IV.  Marie la courtisane
 
1.     Lisez Luc 7.36. Jésus a généralement des problèmes avec les Pharisiens. Pourquoi un Pharisien invite-t-il Jésus à manger chez lui ?
 
2.     Lisez Luc 7.37-38. Comment cette femme est-elle arrivée dans la maison d’un Pharisien ? (Cela suggère qu’il s’agissait d’une grande maison avec beaucoup de personnes qui mangeaient.)
 
a.      Pourquoi cette femme fait-elle cela ? (Il semble que Jésus avait fait quelque chose pour elle qui avait touché son cœur. Elle pleure quand elle pense à ce que Jésus a fait pour elle.)
 
3.     Lisez Luc 7.39. Auriez-vous remarqué cela à la place de Jésus ? (Bien sûr !)
 
a.      Aux hommes : comment auriez-vous réagi si cela vous était arrivé ? (Si elle ne pleurait pas, j’aurais considéré ses baisers et ses attouchements comme une suggestion de nature sexuelle.)
 
b.      Comment interprétez-vous la pensée du Pharisien : « ce qu’elle est : une pécheresse » ? (Certains commentateurs disent qu’elle n’était pas une prostituée, parce que cette conclusion n’est pas requise par le langage. Dès lors que nous sommes tous pécheurs, j’aurais tendance à penser qu’il ne s’agit pas d’un commentaire sur l’état général de l’humanité, mais plutôt qu’elle a fait quelques erreurs d’ordre sexuel dans le passé. Cela correspond à l’idée selon laquelle le Pharisien a pu interpréter la scène comme je l’aurais fait – une invitation d’ordre sexuel.)
 
c.      Lisez Matthieu 26.7. Que cela ajoute-t-il au débat sur la nature de l’approche de cette femme ? (Elle n’aurait pas utilisé un parfum « de grand prix » s’il s’était agi d’une transaction commerciale.)
 
4.     Lisez Luc 7.40-43. Donneriez-vous la même réponse que Simon le Pharisien ?
 
5.     Lisez Luc 7.44-47. Appliquez cela à votre église. Ceux qui ont été « bons » toute leur vie ont-ils moins de profondeur dans l’émotion relativement à l’évangile et à Dieu ? (Je pense que c’est vrai.)
 
a.      Notez une étrange déclaration. Jésus dit : « ses nombreux péchés ont été pardonnés, puisqu’elle a beaucoup aimé ». Les péchés sont-ils pardonnés sur la base de notre amour ? Qu’en est-il de la grâce ? (Jésus décrit une attitude. Je ne pense pas que le pardon soit une question de simples mots, mais plutôt une question d’attitude. Jésus dit que cette femme a une grande attitude au-delà du fait d’être sauvée de ses péchés. Cette attitude devient de l’amour.)
 
i.       Quand vous réalisez que Dieu a pardonné certains de vos grands péchés, cela augmente-t-il votre amour pour Jésus ?
 
6.     Lisez Luc 7.48-50. Quel est le contraste entre cette femme qui n’est pas nommée et Simon le Pharisien ? Qui est le responsable religieux ? Qui est celui qui sert Dieu de la bonne façon ? Qui est enseigné ici ?
 
7.     Cher(ère) ami(e), nous pouvons voir à partir de ces histoires que Dieu valorise les femmes. Il a honoré Anne en lui amenant Jésus. Dieu a confié à Anne son message aux visiteurs du temple, selon lequel Jésus est venu. Jésus a considéré l’éducation religieuse de Marie comme plus importante que le travail ordinaire. Jésus a utilisé une femme pécheresse pour transmettre à un Pharisien un enseignement important sur l’amour. Dieu utilise les femmes pour enseigner ! Voulez-vous étudier davantage le rôle des femmes dans le ministère ?
 
V.    La semaine prochaine : Jésus, le Saint-Esprit et la prière.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don