Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 05 – Christ, maître du sabbat (Luc 4, 6 & 13)

Copyright © 2015, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Que pensez-vous de l’Ancien Testament ? Est-il rempli de règles sévères ? Pensez-vous que le Nouveau Testament soit focalisé sur l’amour, plutôt que sur les règles ? Récemment, la controverse sur les droits des homosexuels m’a fait lire et discuter l’approche biblique du mariage. Avez-vous déjà réalisé que le Nouveau Testament renforce les lois sur le mariage (Matthieu 19.3-9), en comparaison avec la loi de Moïse dans l’Ancien Testament ? Il apparaît également qu’il a renforcé les lois relatives à l’adultère (Matthieu 5.27-28). S’il est faux de penser que le Nouveau Testament a remplacé des lois strictes par l’amour, qu’en est-il du sabbat ? Les lois sur le sabbat ont-elles été renforcées ou adoucies dans le Nouveau Testament ? Serait-il possible que toute la question du renforcement des lois passe à côté de l’enseignement fondamental ? Peut-être que Jésus restaure simplement l’application originelle des lois. Débutons notre étude de l’évangile de Luc et découvrons-en davantage !
 
I.  La récolte le sabbat
 
1.     Lisez Luc 6.1-2. Pourquoi les Pharisiens jugent-ils cela comme une activité défendue ?
 
a.      Lisez Deutéronome 23.25. Volent-ils du grain ? (Non. Ce qu’ils faisaient était parfaitement légal n’importe quel autre jour que le sabbat. Le commentaire biblique Robertson’s New Testament Word Pictures nous dit que « selon les notions rabbiniques », l’action des disciples « était récolte, battage, vannage et préparation des aliments, tout cela à la fois » - ce qui ne devait pas être fait le jour du sabbat.)
 
b.      Jésus est-il impliqué dans cette activité ? (Non, du moins le texte ne mentionne pas qu’il soit impliqué.)
 
2.     Lisez Luc 6.3-4. Si Jésus n’est pas impliqué, pourquoi répond-il ? (Soit Jésus pensait qu’il s’agissait d’une question théologique importante, ou alors il se sentait responsable des actions de ses disciples.)
 
a.      Que pensez-vous de la réponse de Jésus ? Seriez-vous satisfait(e) si l’un de vos enfants vous répondait : « Mes amis font la même chose » ?
 
i.       Ou alors, Jésus a-t-il dit autre chose ?
 
3.     Lisez à nouveau Luc 6.4. Ma question précédente sur « les autres le font aussi » suppose que ce qu’a fait David est illégal. Jésus semble aussi supposer que ce qu’ils font est illégal. L’était-ce ?
 
a.      Alors que nous sommes sur le sujet du comportement illégal, pourquoi Jésus ne dit-il pas simplement : « Mes disciples ne travaillent pas. Ils ne font rien de mal. » ?
 
4.     Lisez Luc 6.5. Que dit Jésus ici ? Quel est le lien, s’il y en a un, avec sa réponse précédente « les autres le font aussi » ? (Au premier abord, il semble s’agit d’une déclaration sans rapport. Mais réfléchissez-y un instant. Jésus dit qu’il est le « maître du sabbat ». La requête de David pour les pains du temple (1 Samuel 21) est totalement sans précédent. Cependant, cela a servi à promouvoir le but ultime de Dieu en établissant David comme roi. Y a-t-il une « exception du roi/maître » ?)
 
5.     Lisez Osée 6.6. Qu’ajoute ce verset à notre discussion sur Jésus comme maître du sabbat et sur la bonne observance du sabbat ? (Nous devons nous focaliser sur ce qui est primordial – la connaissance de Dieu. Jésus était maître du sabbat et il avait le droit de déterminer ce qui pouvait se faire le sabbat.)
 
6.     Il nous faut regarder les détails additionnels que nous trouvons dans Matthieu. Lisez Matthieu 12.5-8. Notez que Jésus cite Osée 6.6. Comment comprenez-vous ce qu’enseigne Jésus ? (Premièrement, Jésus dit qu’il est au cœur de la question, il est Dieu, et ses disciples le servent. Jésus dit que la « compassion » est un concept-clé du sabbat.)
 
a.      Que veut dire Jésus quand il rejette le « sacrifice » à la faveur de la compassion le sabbat ?
 
b.      Une part importante de l’observance traditionnelle du sabbat est-elle relative au sacrifice – ce que nous ne faisons pas, ce que nous avons abandonné ?
 
7.     Revenons à la question que j’ai posée précédemment : pourquoi Jésus n’a-t-il pas simplement dit : « Ce n’est pas du travail » ? (Jésus focalise notre attention sur la question plus importante de la compassion. Abordons l’histoire suivante pour mieux comprendre cette idée.)
 
II.  La guérison le sabbat
 
1.     Lisez Luc 6.6-7. Pourquoi les Pharisiens pensent-ils que Jésus pourrait guérir le jour du sabbat ? (Ils en avaient suffisamment compris pour savoir que c’était quelque chose qu’il pourrait faire !)
 
2.     Lisez Luc 6.8-9. Pourquoi Jésus demande-t-il à l’homme à la main paralysée de se tenir debout au milieu avant de poser cette question ? (Jésus signale par là que c’est quelque chose d’important. Maintenant nous sommes certains de la raison pour laquelle Jésus a répondu pour ses disciples dans l’histoire de la « récolte » que nous venons de discuter.)
 
a.      Réfléchissez à la question de Jésus. Si vous étiez un Pharisien intelligent, comment y répondriez-vous ? (Évidemment, le bien et non le mal est la bonne réponse. Mais qui argumente en faveur du mal ?)
 
3.     Lisez Luc 6.10-11. Quelqu’un argumente-t-il en faveur du mal ? (Cela montre que les Pharisiens complotaient sur la façon de faire du mal à Jésus le sabbat.)
 
4.     Lisez Jean 7.21-24. Les bébés mâles devaient être circoncis le huitième jour (Genèse 17.12). Ainsi, les théologiens juifs avaient un conflit quand le huitième jour tombait un sabbat. Jésus avait-il un conflit en guérissant le sabbat ? (Il ne devait pas guérir le sabbat. Il aurait pu guérir n’importe quel autre jour.)
 
a.      De quoi parle alors Jésus ? Il ne se défend pas comme lors d’un conflit, n’est-ce pas ? (Jean 7.24 nous dit que Jésus voit un conflit entre la vision traditionnelle du sabbat et sa propre vision. Sa vision est que le sabbat est pour faire le bien. Il est pour témoigner de compassion et non de sacrifice.)
 
5.     Contemplons ces deux histoires et ce qu’elles nous enseignent sur le sabbat. Lisez Exode 20.8-11. Quel est le cœur de l’instruction de garder le sabbat saint ? (Ne travaille pas le sabbat. La même règle s’applique à vos serviteurs et à vos animaux – ne les faites pas travailler.)
 
a.      Jésus a-t-il étendu l’instruction de l’Ancien Testament sur le sabbat ?
 
b.      Jésus l’a-t-il rendue plus ou moins stricte ? (Tout comme l’enseignement sur le mariage et sur l’adultère, je pense qu’il le refocalise pour nous aider à comprendre l’intention originelle. Il nous dit que le simple repos n’est pas l’enseignement principal du sabbat. Il s’agit plutôt de faire preuve de compassion.)
 
i.       Le repos du sabbat est-il un acte de compassion ? (Oui ! Après les six jours de la Création, Dieu a donné le septième jour aux humains comme un acte d’amour et de compassion. Mais la compassion couvre davantage que le simple fait de ne pas travailler. Certaines tâches du sabbat témoignent de compassion (Matthieu 12.5).)
 
III.  Faire comme il faut
 
1.     Lisez Luc 4.16. Qu’enseigne Jésus sur le sabbat ici ? (C’était la coutume de Jésus. Ces histoires sur le sabbat montrent que Jésus n’était pas dans une démarche d’abandon de ce sujet. L’importance continue du sabbat est démontrée, comme avec le mariage, par le désir de Jésus que les humains comprennent correctement la loi de Dieu.)
 
2.     Lisez Marc 2.27-28. Qui est censé être le bénéficiaire du sabbat ? (Les humains ! Dieu a fait le sabbat pour notre bien. Il ne s’agit pas d’une loi arbitraire pour voir si les humains sont à la hauteur.)
 
3.     Lisez Luc 13.10-13. Qui est glorifié par cela ? (Elle glorifie Dieu !)
 
a.      Qui bénéficie de tout cela ? (Cette pauvre femme.)
 
4.     Lisez Luc 13.14. À qui est adressé ce message ? (À ceux dans la synagogue qui adoraient et qui voulaient être guéris.)
 
5.     Lisez Luc 13.15-17. Dans quelle mesure est-il important d’être du bon côté de l’enseignement sur le sabbat ? (Jésus les appelle « hypocrites » et il les rend pleins de « honte ». Il est important de comprendre cet enseignement sur la compassion. Nous ne devons pas dire : « toutes les visions sur le sabbat sont valables de manière égales ». Au lieu de cela, Jésus dit qu’élever le sacrifice au-dessus de la compassion est une erreur, et pas seulement une variation acceptable dans l’enseignement.)
 
a.      Revenons à David et aux pains. Selon vous, quel est maintenant l’enseignement de Jésus sur « les autres le font aussi » ? (La compassion est le parallèle. Cela a montré de la compassion envers David et ses hommes.)
 
b.      Selon vous, quel est l’équivalent actuel d’un bœuf ou d’un âne qui boit le jour du sabbat ?
 
6.     Quand je réfléchis au récit de la Création et du sabbat, ma première pensée est que le sabbat célèbre notre Dieu Créateur. Dans quelle mesure cela s’accorde-t-il à l’idée de la compassion du sabbat envers les humains ? (Il nous a créés ! Le point culminant de la semaine de la Création est la création des humains. Rappelez-vous qu’après la crucifixion de Jésus, il s’est reposé le sabbat. Il s’agit là d’un autre acte de compassion étonnant à notre égard.)
 
7.     Cher(ère) ami(e), avez-vous la bonne attitude au sujet du sabbat ? Jésus pense que le fait de comprendre correctement le sabbat est quelque chose de très important. Son désir est un repos qui se focalise sur la compassion – la compassion au bénéfice des humains. Voulez-vous vous engager aujourd’hui à observer le sabbat de façon adéquate ?
 
IV.    La semaine prochaine : Les femmes dans le ministère de Jésus.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don