Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 10 – Pleurez, hurlez ! (Jacques 5.1-6)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Parmi les livres du New York Times, un best-seller appelé Drive fait un rapport sur ce qui satisfait les employés. Il révèle que le simple fait de payer davantage les employés n’est pas un facteur-clé de la satisfaction au travail. L’argent est important, bien sûr, mais seulement jusqu’à un certain point. Une fois que l’employé peut vivre raisonnablement confortablement, ce qui prend davantage d’importance est l’habilité à être créatif, à croire que vous faites quelque chose qui a de la valeur, et à se voir attribuer la liberté de prendre des décisions de travail. Est-ce également vrai pour les autres aspects de la vie ? L’argent n’est-il pas le facteur principal du bonheur ? Jacques semble avoir un préjugé négatif contre les riches. Débutons notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre de Jacques concernant la richesse et le bonheur !
 
I.  Un riche misérable
 
1.     Préféreriez-vous être plutôt riche ou pauvre ? Je suppose que presque tous répondront « riche ». Lisez Jacques 5.1. Comment Jacques répondrait-il à ma question ? (Il semble qu’il serait d’accord avec vous – être riche est mieux. Jacques dit que les misères viennent sur les riches, et non qu’ils sont misérables maintenant. Cela me rappelle un commentaire précédent de Jacques (Jacques 1.10-11) où il dit au riche qu’il mourra bientôt. Tous les deux commentaires supposent que les riches vont bien sur le moment, mais Jacques dit que des mauvaises choses arrivent.)
 
2.     Lisez Jacques 5.2-3. Quelle est exactement la misère à laquelle doit faire face le riche ? (Étonnamment, Jacques dit que la misère à venir sur le riche est qu’il perdra sa richesse ! La richesse du riche va rouiller. Jacques semble approuver le fait qu’être riche est une bénédiction, puisque le fait d’en être dépossédé cause la misère.)
 
a.      Un autre best-seller du New York Times, intitulé Nudge, traite de la structure des choix. Il donne un exemple intéressant sur le choix. Supposez que votre employeur vous dise que l’année prochaine (2015) vous pourrez choisir d’avoir 30 jours de plus de vacances ou €10'000.- de plus de salaire. Vous prenez les €10'000.-, même si vous seriez également content(e) de prendre les 30 jours de vacances à la place. Si l’année suivante (2016) votre employeur décide de changer et vous donne 30 jours supplémentaires de vacances à la place, vous serez alors très mécontent(e) – bien que vous n’aviez initialement pas une préférence très marquée entre les deux. Nudge rapporte que les gens ressentent deux fois plus la perte de quelque chose qu’ils possèdent actuellement que s’ils ne l’avaient jamais eu. Que nous enseigne cela relativement à la prédiction de Jacques selon laquelle le riche perdra son argent ? (C’est vraiment une cause de pleurs et de hurlements.)
 
3.     Lisez à nouveau Jacques 5.3. Pourquoi la « rouille » de l’or et de l’argent des riches sera un « témoignage » contre eux ? (L’allégation semble être qu’ils n’ont pas utilisé leur argent pour des bonnes choses. « Rouillé » indique une faible utilisation.)
 
a.      De quoi parle Jacques quand il dit qu’ils ont amassé des richesses dans les « derniers jours » ? Ses destinataires n’ont pas vu la seconde venue de Jésus. Selon vous, que veut dire Jacques ? (Les commentateurs que j’ai consultés divergent quant à l’explication. Cela pourrait être une déclaration prophétique sur le riche juste avant le retour de Jésus, ou alors cela pourrait avoir été une déclaration sur la destruction de la nation juive, qui a eu lieu quelques années plus tard. Je vote pour la seconde interprétation.)
 
b.      Supposons que j’aie raison, pourquoi la richesse est-elle un « témoignage » contre les riches et pourquoi « dévorera[-t-elle] leur chair comme un feu » à cause de la destruction de Jérusalem par les Romains ? (Les riches amassaient de l’argent pour se protéger eux-mêmes, mais ils ne pouvaient se protéger contre les Romains. Ainsi, cela témoigne du fait qu’ils ont placé leur confiance dans la mauvaise chose.)
 
c.      Commencez-vous à voir pourquoi Jacques peut prédire correctement la misère future du riche ? Ses déclarations ne proviennent pas d’un préjugé personnel.
 
d.      Selon vous, qu’auraient dû faire les riches avec leur argent ?
 
II.  L’honnêteté
 
1.     Lisez Jacques 5.4. Ceux d’entre vous qui suivent mes études connaissent Deutéronome 28 qui dit que le fait de suivre Dieu apporte la richesse, et le fait de désobéir à Dieu apporte la pauvreté. Parfois nous ajoutons Hébreux 11 au tableau parce qu’il dit que la vie sur la terre est imprévisible pour les fidèles, certains jouissent du succès et d’autres souffrent. Ainsi, le point de vue de Jacques, selon lequel avoir de la richesse signifie avoir un caractère imparfait, doit être réconcilié avec Deutéronome 28 et Hébreux 11. Quelle est la raison pour laquelle Jacques condamne les riches ici ? (Les riches propriétaires des champs n’ont pas payé les salaires des ouvriers.)
 
a.      Que signifie la référence au salaire qui « crie » au Seigneur ? (Ces ouvriers croient en Dieu et ont demandé la justice à Dieu. Cela nous dit que les riches dont il est question ici ont trompé leurs employés.)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 5.4. Pensez-vous que la condamnation de Jacques comprend le fait de payer des bas salaires, par opposition à ne payer aucun salaire ?
 
a.      Si vous répondez par l’affirmative, à quel niveau de bas salaire est-ce un péché ?
 
b.      L’AFL-CIO (une fédération de syndicats américains) a une liste appelée Executive Pay Watch, qui contient le revenu des dirigeants des grandes sociétés. Dès lors que l’AFL-CIO ne représente aucun de ces dirigeants, elle ne se vante pas de ce qu’elle a fait pour eux. Au lieu de cela, elle fait appel à la convoitise des employés qu’elle représente. Je me souviens d’une membre d’église qui avait l’habitude de se plaindre de la différence entre ce que gagnait son mari (un ingénieur bien rémunéré) et le dirigeant de son entreprise. S’agit-il de ce que condamne Jacques – que les propriétaires et les dirigeants en font plus que les ouvriers ?
 
c.      Considérons Henry Ford. Ce dernier figure parmi les premiers inventeurs d’automobiles. Il a utilisé la production de masse pour assembler des voitures que des gens ordinaires pourraient acquérir. Quelle valeur avait un homme qui travaillait dans les lignes d’assemblage d’Henry Ford ? Supposons que chaque voiture vendue apporte €50.- de profit, que cinquante hommes travaillent sur chaque voiture, et que les cinquante hommes assemblent cinquante voitures par année. Cela signifierait que la valeur maximale à payer à chacun de ces cinquante homme est de €50.- par année, n’est-ce pas ?
 
i.       Serait-il juste de redistribuer tous les profits aux ouvriers et rien à Henry Ford ?
 
ii.       Quelle est la valeur de l’homme qui a inventé cette voiture, qui a inventé la méthode de production, et qui a construit l’usine ? (Admettons qu’une répartition équivalente des profits entre Henry et les ouvriers soit juste (50% de part et d’autre). Un ouvrier individuel reçoit maintenant €25.- par année. Si vous êtes d’accord avec la répartition de 50% pour la personne qui a créé la voiture, l’usine et les places de travail, vous pouvez voir qu’Henry a fait bien plus qu’un ouvrier individuel.)
 
(1)   Qu’en est-il si nous laissions de côté Henry et que nous disions que c’est vous qui avez inventé quelque chose, inventé une façon efficace de la réaliser, et que vous possédez la fabrique et la machinerie pour la réaliser : seriez-vous d’accord de répartir 50% du profit avec quelqu’un qui a fait le travail d’assemblage ?
 
(2)   Le fait de payer les ouvriers moins que le propriétaire constitue-t-il le problème de péché identifié par Jacques ? (Cette discussion suggère qu’il ne s’agit pas d’un péché.)
 
3.     Lisez Jacques 5.5. « Vous vous êtes repus au jour de la tuerie. » Il s’agit d’une phrase intéressante. Que pourrait-elle signifier pour le bétail ? (Nous voulons que le bétail soit bien gras au jour de l’abattage.)
 
a.      Si cela est correct, que cela signifie-t-il pour les humains ? (Le fait d’être riches a fait d’eux une cible quand leur nation a été détruite. L’image globale est que ces personnes riches ont fait les mauvais choix. Elles ont triché et aliéné leurs ouvriers, elles ont utilisé de l’argent qui appartenait à d’autres pour leur propre auto-indulgence. Cela a fait d’elles une cible quand la nation a commencé à s’effondrer.)
 
b.      Les nations dirigeantes du monde occidental portent une charge extraordinaire de dettes. Cela rend d’autant plus probable un effondrement économique. Je connais des gens qui ont des réserves de nourriture pour d’éventuels cas de désastre. Cependant, ils ont également des armes à feu pour protéger leurs réserves de nourriture contre ceux qui auraient faim parce qu’ils ne se seraient pas suffisamment bien préparés au désastre. Qu’en pensez-vous ? Est-ce comparable aux riches qui mettent leurs richesses de côté et à la nation juive qui s’effondre ?
 
4.     Lisez Jacques 5.6. Est-il bien de condamner et de tuer des gens innocents qui s’opposent à vous ? (Non. Jacques nous dit que ce sont des cas scandaleux. Il est évidemment mal de condamner et de tuer des gens innocents. Mais si vous tuez des gens qui ne n’opposaient même pas à vous, quelle excuse avez-vous ? Aucune. Ces gens riches ont tué l’innocent parce qu’ils le pouvaient.)
 
5.     Cher(ère) ami(e), quel est le message de Jacques sur la richesse et le bonheur ? Jacques nous dit que la richesse est volatile. Pire, une mauvaise utilisation des richesses et du pouvoir a pour conséquences un jugement. Jacques vous décrit-il ? Si tel est le cas, pourquoi ne pas demander à l’Esprit saint de vous guider pour l’utilisation de votre richesse et de votre pouvoir ?
 
III.    La semaine prochaine : Se préparer pour la moisson.
Révélation et inspiration (tome 1)

Révélation et inspiration (tome 1)

Comprendre le processus de l’inspiration des auteurs bibliques et chercher l’équilibre entre la part divine et la part humaine des Ecritures s’avère essentiel si l’Eglise souhaite fonder sur la Bible l’ensemble de ses croyances.
L'interprétation de la Bible (tome 2)

L'interprétation de la Bible (tome 2)

Ce volume sur l’interprétation de la Bible prône une approche « historico-biblique » qui analyse un passage biblique à la lumière d’autres textes des Écritures.
Passion pour la Bible

Passion pour la Bible

Dans cet ouvrage très complet, l’auteur nous stimule à donner plus de place à la Bible dans notre vie personnelle et à la prendre autant comme nourriture quotidienne que comme fondement. Une grande place est donnée à la manière de la transmettre à nos enfants, dans nos familles ou à l’église.
Introduction à l'herméneutique et à la méthode d'étude biblique

Introduction à l'herméneutique et à la méthode d'étude biblique

Ce livre explore les quatre piliers fondamentaux qui supportent la théologie biblique.
L'Écriture vive

L'Écriture vive

La diversité actuelle des approches de la Bible crée parfois une forme de désarroi chez les lecteurs. Que penser des différentes méthodes exégétiques et quels sont leurs postulats ?
Creuser l'Écriture

Creuser l'Écriture

Une boîte à outils précieuse pour découvrir le sens et la sagesse de tout passage de l’Écriture. Ces conseils nous aident à développer des convictions solides sur l’enseignement de la Parole de Dieu.
Comment interpréter la Bible

Comment interpréter la Bible

Nature et nécessité de l’interprétation. Les conditions d’une bonne interprétation. Règles générales et particulières. Règles relatives aux différents genres littéraires (textes narratifs, poétiques, les Psaumes, la loi, les prophètes, paraboles, etc.).
 

faire un don