Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 05 – L’amour et la loi (Jacques 2.1-13)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : À plusieurs reprises, en relation avec un évènement d’église, je peux me rappeler des conversations qui m’ont choquées. Je me souviens de quelques fois où j’ai parlé à des membres d’église que je ne connaissais pas très bien, et ils m’ont remercié de leur avoir parlé. Pourquoi devraient-ils me remercier, leur ai-je demandé. Parce qu’ils ressentaient une différence de classe entre nous. Un jour un ami m’a dit qu’il était étonné que je sois son ami, à cause de la différence entre nos professions. Une autre fois, un docteur en médecine dans l’église a relevé que nous portions tous deux des complets, et suggérait par là que ceux qui n’en portaient pas étaient de moindre valeur. J’ai alors relevé que nous portions des complets au travail, et que cela pouvait être la raison principale pour laquelle nous les portions à l’église. Ce n’était pas une question de valeur. Je pourrais encore citer d’autres exemples. Chaque fois que quelqu’un a suggéré que ma formation ou ma profession me rendait davantage digne d’intérêt que quelqu’un d’autre, j’ai toujours été soit surpris, soit choqué. Jacques parle de ce sujet dans notre étude de cette semaine, mais ce qu’il dit (au moins au premier abord) me choque également. Débutons notre étude de la Bible et ayons une discussion honnête sur la question des « classes » !
 
I.  Le favoritisme
 
1.     Lisez Jacques 2.1-4. Selon vous, tous ceux qui viennent à l’église méritent-ils une place d’honneur où s’asseoir ? (Oui, bien sûr.)
 
a.      Pensez-vous à une quelconque raison de faire une discrimination, sur la base de la richesse, entre les visiteurs qui viennent dans votre église ? (Si je pouvais convaincre une personne très riche de devenir membre, cela serait une grande bénédiction pour l’église. Une personne très pauvre peut devenir une charge financière pour l’église.)
 
b.      Jacques appelle cela de la « discrimination » et des « raisonnements mauvais ». À quel point la discrimination utilise-t-elle le bon sens et à quel point cela est-il mauvais ? (Le fait de ne pas bien traiter les gens pauvres est mal. Le fait de reconnaître l’avantage qu’une personne peut apporter à votre église est du bon sens.)
 
c.      Laissons un instant de côté la discussion sur la richesse et la classe sociale. Feriez-vous plus d’effort plutôt pour convaincre un chanteur célèbre ou un grand enseignant de la Bible de joindre votre église, ou alors pour convaincre quelqu’un qui viendra juste réchauffer un banc ?
 
2.     Lisez Jacques 2.5. Si la discrimination basée sur la richesse est mauvaise, Dieu n’use-t-il pas de discrimination pour favoriser le pauvre plutôt que le riche ?
 
a.      Notez que Jacques pose une question. Je pense qu’il use de rhétorique, mais traitons cela comme une vraie question. Comment y répondriez-vous ? (Ma réponse est négative, Dieu n’a pas choisi ceux qui sont pauvres pour être riches dans la foi. Considérez plusieurs grands personnages de l’Ancien Testament : Moïse, Abraham, Job, le roi David, Daniel – aucun d’entre eux n’était pauvre.)
 
b.      Lisez Hébreux 11.32-39. Que cela suggère-t-il sur le succès, la richesse et la foi ? (Tous ces personnages avaient la foi – bien que la fin de leurs vies respectives fût bien différente. L’enseignement ici est que l’argent et le succès sur la terre ne sont pas liés à la foi.)
 
c.      Parcourez Deutéronome 28. Quel est le message ici relatif à l’obéissance et à la richesse ? (Je fais souvent référence à ce chapitre. Il dit obéissez et prospérez. Désobéissez à Dieu et votre vie sera un désastre. En particulier, il affirme que la désobéissance apporte la pauvreté.)
 
d.      Cela signifie que nous avons trois messages apparemment différents : Jacques dit que Dieu favorise le pauvre avec la foi, Hébreux dit que la foi n’a pas de lien avec le succès sur la terre, et Deutéronome dit que l’obéissance (la foi) apporte la richesse. Comment réconcilier ces trois messages bibliques ?
 
3.     Lisez Proverbes 10.15 et Proverbes 4.6. Que disent ces textes sur la richesse et la sagesse ? (Elles protègent celui qui les possède.)
 
a.      Un livre populaire, The Bell Curve, fait le lien entre un haut niveau d’intelligence et une haute formation, ainsi qu’entre une haute formation et un revenu élevé. Je réalise que la sagesse et l’intelligence ne sont pas la même chose, mais je crois ces deux textes bibliques et ce livre tendent à prouver un point sur les personnes riches – elles sont protégées par leur argent et par leur intelligence. Comment rapprocheriez-vous cette idée de Jacques 2.5 ? (Ceux qui n’ont pas d’argent ou une grande intelligence pour les protéger sont davantage enclins à se tourner vers Dieu pour la protection. Ceux qui peuvent se fier à leur argent et à leur intelligence pour résoudre les problèmes sont moins enclins à se tourner vers Dieu pour résoudre les problèmes.)
 
4.     Lisez à nouveau Jacques 2.5. Si Jacques doit être compris d’une manière cohérente avec Hébreux et Deutéronome, serait-il juste de dire que les « choisis » sont en réalité les pauvres qui sont plus enclins à se tourner vers la foi en Dieu pour résoudre les problèmes ?
 
5.     Lisez Jacques 2.6. Revenons à la question d’origine – faire asseoir le pauvre sur le sol, tandis que l’on donne au riche une place honorable. Si vous deviez vous engager dans une discrimination de bon sens basée sur le revenu, que concluriez-vous au sujet des pauvres ? (Ils sont plus susceptibles d’avoir de la foi – et ainsi ce sont des gens que vous voudriez avoir dans votre église.)
 
a.      Lisez Matthieu 28.19-20 et Apocalypse 3.15-17. Si vous avez accepté Matthieu 28 comme votre mandat dans la vie, quelle sorte de places devriez-vous donner aux riches dans l’église ? (Des places honorables, à l’avant, parce qu’ils doivent être convertis et davantage se fier à la foi.)
 
II.  La lutte des classes
 
1.     Lisez Jacques 2.6-7. Si quelqu’un vous posait les trois questions de Jacques, diriez-vous que cette personne montre du favoritisme envers les pauvres ? Cette personne ne ferait-elle pas preuve d’un manque d’objectivité contre les riches ?
 
a.      Notez que les questions de Jacques se basent sur des affirmations factuelles – le riche vous exploite. Si cela n’était pas vrai, Jacques aurait-il un argument convaincant ? (Jacques écrivait vraisemblablement à des gens qui était devenus pauvres, de telle sorte qu’il put manquer d’objectivité, mais si ce qu’il dit ne provenait que d’un manque d’objectivité, je doute qu’il aurait été cru. Cela doit refléter le contexte de l’époque.)
 
b.      Qu’en est-il de votre contexte : le riche exploite le pauvre ou le pauvre exploite le riche ? (Je vis dans une démocratie. Du fait que nous avons davantage de gens pauvres que de gens riches, les riches sont minoritaires dans les votes. Quand Dieu s’occupait du peuple d’Israël, il a créé une taxe basique de 10% (la dîme) du revenu, sans égard au montant du revenu (Lévitique 27.30). Là où je vis, le riche paye davantage parce qu’il gagne davantage, mais il paye un pourcentage plus élevé de son revenu. À un moment donné, le riche était taxé à un taux marginal de 90% de son revenu (ce qui a depuis été abrogé). Que cela suggère-t-il sur l’exploitation dans ma culture ?
 
c.      Heureusement, aucune bagarre n’a éclaté au cours de cette discussion biblique ! Revenons à la question initiale de Jacques concernant le manque d’objectivité. Notre point de vue sur la richesse devrait-il nous amener à ne pas bien traiter les gens quand ils viennent à l’église ? Si vous pensez que les riches profitent de vous ou si vous pensez que les pauvres profitent de vous, comment devriez-vous traiter ceux que vous pensez qui profitent ? (Nous ne devrions insulter personne en le traitant mal.)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 2.7. Cela est-il vrai dans votre culture : les riches calomnient-ils le nom de Jésus ? (S’il y a une relation inverse entre l’argent et la dépendance à Dieu, alors cela est vraisemblablement vrai.)
 
a.      Quelle place aimerions-nous donner à ceux qui calomnient Jésus ? (S’ils viennent régulièrement à l’église, nous voudrons certainement leur donner des place honorables afin qu’ils puissent entendre le message de l’évangile.)
 
i.       Selon vous, Jacques serait-il en désaccord avec ce que je viens de suggérer ? (Je ne l’espère pas ! Jacques condamne le fait d’insulter les pauvres. Je suis d’accord. Jacques ne dit rien sur la façon dont nous devrions placer ceux qui ont le plus besoin de convertir leur cœur.)
 
III.  Les transgresseurs de la loi universelle
 
1.     Lisez Jacques 2.8. Attendez une minute ! Selon Jacques, quelle est la règle de droit universelle ? (Aimer les autres comme nous nous aimons nous-mêmes.)
 
a.      Comment appliquer cette règle à notre discussion de lutte de classes ? (Aucune défaveur n’est autorisée. Aucune défaveur à l’encontre du pauvre. Aucune défaveur à l’encontre du riche. Aucune défaveur à l’encontre de celui qui est au milieu. Nous traitons chacun juste comme nous aimerions être traités.)
 
2.     Lisez Jacques 2.9-11. Jacques nous dit-il que le fait de montrer du favoritisme envers le riche est comparable à tuer le pauvre, et inversement ?
 
a.      Êtes-vous reconnaissant(e) pour la grâce en ce moment ? (Lisez Romains 3.19-24. Jacques donne un enseignement très important : si vous violez une quelconque partie de la loi, alors vous la violez dans son entier. La loi place devant nous l’objectif de laisser la défaveur derrière nous, et de traiter les autres avec amour. Mais grâce à Dieu, nous sommes sauvés par la foi en Jésus.)
 
3.     Lisez Jacques 2.12-13. Allez-vous être jugé(e) par la loi ? (Pas selon le texte que nous venons de lire dans l’épître aux Romains, si vous comptez sur la justice de Jésus.)
 
a.      Quel est alors l’enseignement de Jacques ? (Ceux qui ne sont pas sauvés par la grâce seront jugés par la loi de Dieu. N’y a-t-il pas du sens à vivre en accord avec la loi de Dieu ? La loi de Dieu est pour notre bien, par conséquent elle nous donne la liberté pour ceux qui sont sauvés par la grâce.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), cette étude, au fond, porte sur le favoritisme. S’agit-il d’un problème dans votre vie ? Si vous répondez négativement je doute de votre parole. Pourquoi ne pas être honnête et demander maintenant à l’Esprit saint de vous aider à témoigner d’un amour équitable envers tous ceux qui vous entourent ?
 
IV.    La semaine prochaine : La foi qui œuvre.
Une Bible, du café... des disciples

Une Bible, du café... des disciples

Rempli d’aventures et d’humour, le livre de Neil Cole retient le coeur et l’imagination de ses lecteurs. Il donnera les clés d’une transformation durable pour devenir un disciple authentique et rayonnant pour Christ.
Vous serez mes témoins

Vous serez mes témoins

Gabriel Monet propose, à travers ce livre, un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses fi gures missionnaires un encouragement à considérer à nouveau notre situation de témoins.
Un admirable christianisme

Un admirable christianisme

On le sait, à la fi n du 1er siècle, la situation des chrétiens n’était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d’un marché religieux foisonnant, brimades romaines... Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
L'Église au quotidien

L'Église au quotidien

Nous devons rencontrer ceux qui n’ont pas d’église là où ils se trouvent, dans le contexte de leur vie de tous les jours - en mettant l’accent sur la création de communautés attrayantes plutôt que sur l’organisation d’événements attractifs.
Vivre et partager l'Évangile

Vivre et partager l'Évangile

Qu’est-ce que l’Évangile change dans les relations humaines et sociales ? Ce livre décrit la mission des Églises au près comme au loin, qui s’accomplit par la vie communautaire, la justice, la guérison et le partage d’Évangile.
Dire la foi aujourd'hui

Dire la foi aujourd'hui

Rien de plus intime que la relation qui unit le croyant au Christ. Comme l’amour, la foi échappe d’emblée au langage. Il faut pourtant bien trouver des mots pour la dire. Car dire, c’est comprendre. Pédagogie subtile, où il ne s’agit pas d’imposer à quiconque ce qu’il doit croire, mais de l’inviter à trouver dans l’Évangile les mots capables de traduire dans l’existence son expérience de croyant.
L'évangélisation durable

L'évangélisation durable

Pourquoi évangéliser ? Comment le faire avec sagesse ? Comment déjouer les 7 freins principaux qui font obstacle à notre témoignage ? L’auteur part de la métaphore de l’agriculteur et propose un quadruple mouvement : labourer, semer, récolter et arroser. Un processus pertinent, biblique et global qu’il agrémente de nombreuses illustrations, tableaux, exemples et questions personnelles.
 

faire un don