Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 – Supporter la tentation (Jacques 1.12-21)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Passons en revue nos deux dernières études. Jacques écrit aux Juifs convertis à Christ qui ont fui leur maison à cause de la persécution. Jacques leur dit qu’ils devraient trouver de la joie dans les épreuves. Ceux qui ont quitté leur maison étaient probablement dans l’impossibilité de prendre avec eux leurs richesses. Ainsi, Jacques suggère qu’ils devraient gagner en fierté dans leur « basse condition ». La joie et la fierté pour ceux qui font face à l’adversité. Ce sont là des enseignements difficiles et délicats. Si vous pouviez avoir de la joie et de la fierté au milieu des difficultés, cela serait merveilleux ! Débutons notre étude de la Bible pour voir quelle solution amène Jacques dans la suite de son épître !
 
I.  La couronne de la vie
 
1.     Lisez Jacques 1.12. Quelle est la récompense à la fin de tous ces problèmes ? (« La couronne de la vie » !)
 
a.      Comment acquiert-on cette couronne ? Comment acquiert-on la vie éternelle ? Jacques nous donne deux possibilités :
 
i.       Endurer l’épreuve avec succès, ou
 
ii.       Aimer Dieu. Selon vous, s’agit-il de l’une, de l’autre, ou des deux ?
 
2.     Lisez Tite 3.4-7. Quelle lumière cela apporte-t-il sur Jacques 1.12 ? (Tite dit que nous ne sommes pas sauvés « parce que nous aurions fait des œuvres de justice ». Cela signifie que « endurer l’épreuve avec succès » n’est pas la bonne réponse si « l’épreuve » est une certaine forme d’œuvres. Tite dit que nous sommes sauvés « lorsque la bonté de Dieu, notre Sauveur, et son amour […] se sont manifestés ». Aimer le Dieu qui nous a aimés le premier doit être la bonne réponse.)
 
a.      Si vous aimez également « endurer l’épreuve avec succès » comme bonne réponse, selon vous en quoi consiste « l’épreuve » ? (L’épreuve de la foi pourrait suffire. Rappelez-vous que Jacques a écrit que le fait de croire est essentiel pour recevoir quelque chose de la part de Dieu (Jacques 1.6-7).)
 
II.  La tentation
 
1.     Lisez Jacques 1.13. Pensez à nouveau au contexte de ceux à qui écrit Jacques. Pourquoi seraient-ils tentés de penser que Dieu les met à l’épreuve ? (Ils sont des nouveaux convertis au christianisme. Juste après leur conversion, ils doivent fuir. Dans leur nouvelle maison ils sont de pauvres immigrés. À qui revient la faute pour leurs épreuves actuelles ? (Vous pouvez voir où ils peuvent être tentés de blâmer Dieu. C’est une raison pour Jacques d’écrire que Dieu leur donnera une couronne !)
 
2.     Lisez Jacques 1.14. Comment sommes-nous mis à l’épreuve ? (Nous savons à partir de l’histoire d’Ève (Genèse 3.1-6) que Satan et notre conjoint peuvent nous tenter. Mais, cela dit que nous nous tentons nous-mêmes.)
 
a.      Cela signifie-t-il que nous avons des tendances naturelles vers le mal ? (Oui !)
 
b.      Lisez Ésaïe 64.5. Que cela dit-il au sujet de nos œuvres ? (Elles sont comme un vêtement souillé. Clairement, nous avons un problème.)
 
3.     Lisez à nouveau Jacques 1.14. Quelle est la force de ces mises à l’épreuve ? (Apparemment suffisamment grande pour que nous soyons « attirés ».)
 
4.     Lisez Jacques 1.15. Vous êtes-vous déjà demandé en voyant une grande rivière où elle commençait ? Où commence le péché qui nous tue ? (Il commence avec notre propre désir mauvais. Il commence dans notre esprit.)
 
a.      Cela vous semble-t-il juste ou faux selon votre expérience ? Combien de fois avez-vous juste « trébuché » dans le péché ? C’était purement un accident. Combien de fois votre péché est-il la conséquence du fait d’y avoir pensé, ou peut-être d’avoir pensé à une forme plus petite du péché ?
 
5.     Lisez Matthieu 15.17-19. D’après Jésus, quelle est la source du péché ? (Le « cœur ». Quand Jésus parle du « cœur » il veut dire nos pensées, nos désirs. Jacques et Jésus sont d’accord sur le fait que le péché est un modèle prévisible. Nous laissons premièrement l’idée tourner dans notre esprit. Après cela, nous y pensons suffisamment pour que nous commencions à agir. À un certain point, le péché arrive « à son terme » (Jacques 1.15) et si nous continuons il nous tue.)
 
6.     Lisez Romains 8.5-8. Que devrions-nous faire au sujet de nos désirs mauvais ? (Ne focalisez pas votre esprit sur ces choses.)
 
a.      Selon vous, que signifie « s’accorder » ? Cela signifie-t-il que nous ne devrions pas penser aux mauvaises choses qui nous créent des problèmes ?
 
b.      Lisez Romains 7.7-11. Quelle est la source de la convoitise ? (Le péché et le commandement de ne pas convoiter.)
 
c.      Réfléchissez-y. Si nous laissons notre esprit penser à quelque chose de mauvais, cela mène au péché. Mais si nous nous concentrons sur le commandement qui nous dit de ne pas faire de mauvaises choses, cela produit un désir mauvais. Quelle est la solution ? (Si ma compréhension est correcte, nous devrions éviter de penser au péché, et éviter de penser au commandement qui nous dit de ne pas faire le péché.)
 
7.     Lisez à nouveau Romains 8.5. Quelle est la solution à la bataille de l’esprit ? (Au lieu de se concentrer sur notre péché – soit le péché, soit la prohibition – pensons plutôt à ce que Dieu a à l’esprit pour nous. Focalisons-nous sur ce que nous pouvons faire pour faire avancer le royaume de Dieu.)
 
8.     Lisez Jacques 1.16. Parcourez le contexte. Selon vous, quelle description Jacques a-t-il à l’esprit ? (Jacques vient de réfuter l’idée selon laquelle Dieu nous met à l’épreuve. Le contexte suggère que nous ne devrions pas être déçus par l’idée que Dieu nous mettra à l’épreuve.)
 
9.     Lisez Jacques 1.17. De quelle sorte de don parle Jacques ? Que suggère le contexte ? (Le contexte suggère qu’il est toujours question de tentation. Si j’ai raison, cela soutient l’idée selon laquelle nous ne devrions pas nous étendre sur le péché, nous ne devrions pas nous étendre sur le commandement qui nous amène à vouloir pécher, et nous ne devrions pas nous étendre sur nos problèmes. Au lieu de cela, nous devrions nous étendre sur les grandes bénédictions que Dieu nous a données et sur la façon dont nous pouvons faire avancer l’œuvre de Dieu.)
 
a.      Mon interprétation de tout cela a-t-elle du sens pour les gens qui ont dû quitter leur maison et qui ont tout perdu ? (Pouvez-vous voir que l’argumentation de Jacques devient une boucle ? Jacques dit que la joie et la fierté peuvent être réalisées dans de telles circonstances. La joie et la fierté sont des dons. Attardez-vous sur les dons de Dieu.)
 
III.  Le don de la vie
 
1.     Lisez Jacques 1.18. De quelle naissance est-il question ici ? (Lisez 1 Pierre 1.3-4. Jacques ne parle pas de notre naissance, mais de notre salut.)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 1.18. Comment sommes-nous sauvés ? (« Par une parole de vérité ».)
 
a.      Qu’est-ce qu’une « parole de vérité » ? (Jean 1.1 nous dit que Jésus est la « Parole », mais je pense que Jacques pense à quelque chose de plus large – les enseignements sur Jésus.)
 
b.      Les « prémices » des fruits sont-ils bons ? (Le commentaire biblique Fausset’s nous dit : « Le produit de la terre entière était consacré à Dieu par la consécration des prémices ». Jacques encourage ces premiers Chrétiens en leur disant qu’ils sont spéciaux aux yeux de Dieu, qu’ils représentent le début de la récolte. Soyez encouragés !)
 
i.       Quel est le message global à ces Chrétiens persécutés ? (Vous êtes spéciaux. Vous êtes les premiers. Votre mise à l’épreuve vous apporte une attitude de maturité qui vous donne de la joie. Dieu n’a pas généré ces difficultés, Dieu ne vous donne que de bonnes choses.)
 
IV.  La sagesse en action
 
1.     Lisez Jacques 1.19-20. Nous avons discuté ces versets dans une étude précédente et nous avons conclu qu’il s’agit d’un conseil qui nous apporte une plus grande intelligence émotionnelle. Lisez à nouveau Jacques 1.13. Quel est le problème principal pour ces premiers Chrétiens ? (Ils pouvaient penser que parce que Jésus a souffert et est mort, Dieu leur apporterait la souffrance, la persécution et la pauvreté. Jacques dit fondamentalement : « Cela n’est pas vrai. Dieu n’apporte que des bonnes choses. Cela est l’œuvre de Satan. Gravez ce conseil dans votre esprit. Pensez-y, plutôt que de parler. Ne soyez pas trop pressés de vous mettre en colère. »)
 
2.     Lisez Jacques 1.21. Jacques écrit : « la Parole […] qui peut vous sauver ». Nous sauver de quoi ? (Nous avons appris précédemment que nous ne gagnons pas la vie éternelle par nos œuvres. Cela doit vouloir dire que le fait d’accepter la parole de Dieu, le fait de s’écarter de « toute saleté et [de] tout débordement de malfaisance », nous sauve des difficultés.)
 
a.      Pourquoi Jacques nous dit-il d’accueillir « avec douceur la Parole de Dieu ? (L’enseignement de Jacques semble contre-intuitif. Il leur dit que la persécution amène la joie. Nous pouvons penser que la « saleté » apporte la joie, mais en vérité elle apporte les problèmes. Jacques dit que nous devons mettre de côté notre orgueil et accepter les paroles qui nous apporterons la joie et la paix.)
 
3.     Cher(ère) ami(e), qu’en est-il de vous ? Voulez-vous accepter les paroles de Jacques qui semblent contraires au message du monde ? Voulez-vous, en commençant maintenant, donner à ce conseil une chance dans votre vie ?
 
V.    La semaine prochaine : Être et faire.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don