Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 02 – Celui qui mène notre foi à la perfection (Jacques 1.2-11)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Dans Matthieu 5.10-12 Jésus dit que ceux qui sont persécutés « à cause de la justice » sont heureux, et ceux qui sont insultés et qui sont victimes de méchanceté sont heureux. La plupart des gens appelleraient cela une plaisanterie de mauvais goût ! Le dalaï lama, un Bouddhiste, a des choses intéressantes à dire sur le fait d’être maltraité par des ennemis. Il dit quelque chose comme : « Combien d’ennemis avez-vous ? Combien de personnes vous maltraitent ? Considérez cela comme une opportunité unique d’améliorer votre caractère ! » Jésus et Jacques nous montrent le chemin du ciel, contrairement au dalaï lama, mais ils comprennent tous la relation entre les problèmes et le développement du caractère. Débutons notre étude de la Bible et apprenons-en davantage !
 
I.  La persécution
 
1.     Lisez Jacques 1.2-4. Quel effet ont les épreuves sur nous ? (Nous avons discuté cela dans notre dernière étude. Les épreuves nous rendent accomplis et parfaits – nous avons tous les outils dont nous avons besoin pour être sur le chemin d’une vie juste.)
 
2.     Lisez Jacques 1.5. Attendez une minute ! Si le fait d’être accompli et parfait constitue la panoplie complète, pourquoi Jacques mentionne-t-il la sagesse ?
 
a.      La sagesse est-elle la même chose que le fait d’être « accompli » ? (Être accompli peut simplement signifier « être âgé » et nous connaissons tous certaines personnes âgées qui ne sont pas sages.)
 
b.      Réfléchissez-y un instant. Jacques dit que les moments difficiles nous enseignent la persévérance et contribuent à notre accomplissement. En quoi est-ce différent de la sagesse ?
 
c.      Si la sagesse est différente, quel est le lien avec le fait d’être persécuté ? (Une expérience difficile peut enseigner la sagesse pour gérer ce genre de problème. Mais la sagesse est nécessaire pour le réaliser. Jacques nous dit des choses que nous n’aimons pas entendre – les épreuves nous font du bien. Ensuite il dit, si cela n’a pas de sens à vos yeux, demandez la sagesse à Dieu.)
 
II.  La sagesse
 
1.     Lisez à nouveau Jacques 1.5. Comment acquérir la sagesse ? (Demandez-la à Dieu !)
 
a.      Si vous êtes honnête, combien de vos « persécutions » et autres « difficultés » sont dues à votre propre faute ? Si vous aviez été sage au début, auriez-vous évité ces problèmes ?
 
i.       S’agit-il d’un autre aspect de la sagesse – la sagesse ne nous montre pas seulement l’avantage des épreuves, mais elle nous aide à éviter de passer par les épreuves ?
 
b.      Dans Matthieu 5.10 Jésus dit que nous sommes heureux quand nos problèmes viennent du fait d’avoir fait ce qui est juste, de s’être levé pour Jésus. Jacques ne limite pas la source des difficultés, bien qu’il réfère à « l’épreuve de votre foi » (Jacques 1.3). Est-ce que les difficultés constituent une opportunité pour apprendre, quelle qu’en soit leur origine ? (Je le pense.)
 
c.      À quelle fréquence enseignons-nous la sagesse à nos jeunes ? Vous pouvez apprendre des choses soit de manière dure, soit de manière simple. Si vous créez votre propre difficulté vous avez l’opportunité d’apprendre. Mais si vous demandez à Dieu la sagesse, vous pouvez apprendre sans en subir les conséquences négatives. S’agit-il de quelque chose sur lequel nous insistons ?
 
i.       Une certaine douleur est-elle inévitable ? (Jésus réfère aux conséquences négatives qui résultent du fait de faire ce qui est juste. Le fait de vivre dans un monde de péché nous expose à la douleur.)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 1.5. Pourquoi le texte réfère-t-il à Dieu qui « ne fait pas de reproche » ? Pourquoi mentionner cela dans le contexte d’une demande de sagesse à Dieu ? (Dieu ne va pas dire : « Tu as été trop stupide dans le passé, ou tu as fait trop d’erreurs, pour mériter la sagesse ».)
 
a.      Dans quelle mesure l’intelligence est-elle différente de la sagesse ? Ou alors, s’agit-il de la même chose ? (La sagesse peut être appelée « intelligence émotionnelle », et elle est quelque chose qui peut s’apprendre. Vous êtes né(e) avec un certain potentiel d’intelligence – et il est difficile de l’augmenter. Mais votre sagesse peut croître considérablement.)
 
3.     Lisez Jacques 1.19-20. Quelle leçon de sagesse trouvons-nous ici ? (Il s’agit de règles d’intelligence émotionnelle. Écoutez avant de parler. Écoutez attentivement. Pensez à ce que vous allez dire et ne parlez pas immédiatement quand vous êtes en colère. La règle est que l’écoute devrait être automatique. Parler ou se mettre en colère doit être considéré avec une grande attention.)
 
a.      Quel est le rapport avec les épreuves ? (Si vous suivez cette règle, le nombre d’épreuves auxquelles vous serez confrontées diminuera grandement.)
 
III.  La foi
 
1.     Lisez Jacques 1.6-8. Quel est le contexte ici – que demande cette personne ? (La sagesse.)
 
a.      Le don de Dieu de la sagesse est-il garanti si nous demandons et croyons ? (Oui ! Jacques dit que seul le doute nous empêchera d’avoir le don.)
 
b.      Quel est le problème avec le doute ? (Il permet à nos émotions d’aller dans tous les sens. Il nous rend inconstants. Pire, il nous refuse le don de la sagesse.)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 1.8. Dans quelle mesure le problème de douter de Dieu est-il sérieux ? (Il nous rend inconstants dans tout ce que nous faisons.)
 
3.     Connaissez-vous des gens comme cela ? Ils ont une faible foi. Ils traversent toujours une sorte d’épreuve. La conséquence est que leur vie est « agitée et soulevée » (Jacques 1.6). Jacques dit que le remède est de faire confiance à Dieu.)
 
IV.  L’orgueil
 
1.     Lisez Jacques 1.9 et Proverbes 8.12-13. Jacques vient de nous dire que si nous demandons la sagesse à Dieu, il nous la donnera. Les Proverbes ajoutent que la sagesse hait l’orgueil. Maintenant Jacques nous dit que ceux qui se trouvent dans une « basse condition » doivent gagner de la fierté. Jacques est-il confus ?
 
a.      Ces gens de « basse condition » sont-ils ceux qui doutent et qui passent à côté de la sagesse ? (Il est difficile de croire que Jacques parle réellement d’orgueil. Au lieu de cela, je pense qu’il dit que si nous vivons modestement parce que nous sommes pauvres, il n’y a en cela aucune honte.)
 
2.     Lisez Jacques 1.10. Laissez-moi paraphraser : « Ces riches qui s’abaissent devraient être contents de savoir qu’ils vont bientôt mourir ». Selon vous, cela reflète-t-il l’enseignement général de la Bible ?
 
a.      Lisez Ecclésiaste 5.19 et Deutéronome 28.12-13. Que disent ces versets au sujet de la richesse ? (Ils disent que la richesse, et la jouissance de la richesse, est un don de Dieu. Il s’agit d’une récompense pour l’obéissance.)
 
b.      Quel est votre avis : y a-t-il un lien entre le fait d’être pauvre et le fait d’être riche ?
 
3.     Lisez Jacques 1.11. Il y a ici une allusion à la richesse – le riche meurt alors qu’il travaille encore ! Sa richesse n’importe pas. Jacques dit-il que les riches meurent plus facilement ?
 
a.      Je crois que la Bible entière est inspirée par Dieu. Comment devons-nous comprendre la note déplaisante de Jacques sur la richesse quand la Bible dit ailleurs que la richesse est une bénédiction de la part de Dieu ? (Je ne pense pas que Jacques dise que les gens pauvres devraient être fiers et que les gens riches devraient s’attendre à mourir bientôt – comme si la richesse causait la mort. Au lieu de cela, Jacques dit que quelle que soit notre condition – riche ou pauvre – nous sommes tous sujets à la mort. La dignité humaine existe pour tous aussi longtemps qu’ils ont la vie. Le riche peut encore être riche (« le riche se flétrira dans ses entreprises »), mais cela ne l’empêchera pas de mourir, exactement comme le pauvre.)
 
b.      Lisez Ecclésiaste 9.4. Préféreriez-vous être plutôt un lion ou un chien ? (Un lion !)
 
i.       Préféreriez-vous être un chien vivant ou un lion mort ? (Salomon vote pour le chien vivant. Je pense que c’est ce que nous dit Jacques – la mort est le grand égaliseur. Le riche ne devrait pas penser qu’il est supérieur, parce que lui aussi mourra.)
 
4.     Lisez Luc 8.14. Ce verset fait partie de la parabole de Jésus sur le royaume de Dieu qui est semblable à un semeur. Quelle est la mise en garde au sujet de la richesse ici ? (Le riche peut commencer à se préoccuper de ses richesses et de ses plaisirs et ainsi se détourner de l’évangile.)
 
5.     Lisez Proverbes 18.11. Est-ce vrai ? (Oui. L’argent peut vous protéger contre beaucoup de mauvaises choses.)
 
a.      Quel est le problème avec cela ? (Vous dépendez de votre argent et pas de Dieu. Quand vous comptez davantage sur votre argent que sur Dieu, l’argent est votre idole. Vous êtes trompé(e) parce que vous le considérez comme « une muraille hors d’atteinte », ce qui n’est pas le cas.)
 
6.     Réfléchissez à ce que nous avons étudié. Nous devrions attribuer une grande valeur à la persécution. Nous devrions avoir de la fierté quand nous sommes dans une « basse condition ». Le riche mourra bientôt. Y a-t-il un thème général qui se dessine ici ? (Oui, le thème commun est de faire confiance à Dieu. Il s’agit également de la clé de la sagesse, en faisant confiance à Dieu qu’il nous donnera la compréhension des choses importantes dans la vie.)
 
7.     Cher(ère) ami(e), pourquoi ne pas demander la sagesse à Dieu maintenant ?
 
V.    La semaine prochaine : Supporter la tentation.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don