Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 11 - La liberté en Christ (Galates 5:1-15)

Copyright © 2011, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La liberté est quelque chose de très agréable ! Nous savons tous que nous désirons être libres. Nous savons quand nous ne le sommes pas. Mais que signifie exactement la liberté ? Je peux avoir la liberté de frapper mon voisin sur le nez. Mais il ne penserait pas être libre s’il était régulièrement frappé par moi ! Que veut dire Paul quand il nous dit "tenez donc ferme" dans notre liberté ? Continuons notre étude de l’épître aux Galates et voyons ce que nous pouvons apprendre !
 
I.       Tenez ferme
 
1.     Lisez Galates 5:1. Qui nous a donné la liberté ? (Jésus.)
 
a.      Quand vous considérez l’auteur de notre liberté, cela nous dit-il quelque chose sur la nature de notre liberté ? Par exemple, Jésus nous donnerait-il la liberté pour faire du tort aux autres ?

b.      De quoi sommes-nous libres ? (Paul nous dit que le "joug de l’esclavage" a été enlevé.)

2.     Lisez Galates 5:2-4. Qu’est-ce que ce joug de l’esclavage ? (Paul mentionne spécifiquement la circoncision, mais il mentionne également "la loi toute entière".)
 
a.      Si la loi est le reflet du caractère de Dieu, comme je l’ai souvent entendu, alors comment peut-elle être un joug d’esclavage ? (Je ne pense pas que la loi ou la circoncision soient des "jougs", mais je pense plutôt que c’est l’exigence, selon laquelle soit nous gardons la loi entière soit nous mourrons, qui est le joug de l’esclavage. C’est du travail que d’accomplir l’impossible. C’est Sisyphe qui pousse le rocher en haut de la colline.)
 
b.      Quand Paul dit : "Voici, moi Paul, je vous dis…" (version NEG), que pensez-vous qu’il dise ? (Cela est important !)

c.       La justification par les œuvres est-elle "anti-Christ" ? (Oui. C’est la raison pour laquelle cette conversation est si importante. Si vous croyez que vos œuvres sont essentielles pour votre salut, alors vous avez rejeté Jésus et vos œuvres ont pris sa place. Vous êtes alors anti-Christ.)

d.      N’y a-t-il pas une sorte de degré intermédiaire - dans lequel je crois au salut par la foi, tout en croyant également que les bonnes œuvres sont nécessaires pour mon salut ? (Si nous pensons que nos œuvres nous justifient, alors nous sommes "séparés" de Jésus. Nous ne pouvons pas réclamer la grâce dès lors que nous sommes "déchus de la grâce".)
 
II.     La liberté
 
1.     Lisez Galates 5:5-6. Si la justification par les œuvres doit être évitée, que devons-nous rechercher ? (L’Esprit saint. L’Esprit saint est l’agent qui nous apporte la justification.)

a.      La foi est-elle une simple déclaration ? (Paul réfère à la "foi qui opère par l’amour". C’est davantage qu’une simple déclaration.)

2.     Cette idée d’exprimer notre foi par l’amour nous ramène à notre discussion sur la signification de la liberté. Si vous étiez vraiment libre, vous pourriez faire n’importe quoi, n’est-ce pas ? Sautons quelques versets un instant. Lisez Galates 5:19-21. Si vous étiez vraiment libre, vous pourriez faire ces choses, n’est-ce pas ? (Paul nous dit que nous ne pouvons pas faire ces choses et hériter le royaume de Dieu. Paul doit avoir une autre définition de la liberté.)
 
3.     Considérez une illustration. Supposez que vous ayez un enfant de 2 ans. Vous dites à votre enfant : "Je te donne la liberté. Tu peux faire ce que tu veux. Mais si tu veux que je te guide et que je t’aide, tu dois vivre avec moi et suivre mes instructions." Si vous étiez l’enfant de 2 ans, quelle serait la voie de la liberté ? (Vous mourriez si vous choisissiez de sortir et de prendre votre propre chemin. La mort enlève la liberté de choix. La seule façon de vivre est de choisir de rester avec les parents. Jésus nous a donné l’opportunité d’être libres de la mort éternelle. Mais, la vraie liberté exige de nous que nous marchions avec lui.)
 
4.     Regardons cela sous un autre angle. De quelle sorte de liberté voulez-vous jouir au ciel ? Aimeriez-vous que vos semblables dans le ciel puissent prendre plaisir dans des éléments tels que : "hostilités, disputes, passions jalouses, fureurs, ambitions personnelles, divisions, dissensions, envie" ? (Si la source de la souffrance sur la terre fait son chemin dans le ciel, vous n’auriez pas de plaisir dans la liberté.)

5.     Une dernière illustration. Pensez au péché que vous avez commis et que vous regrettez le plus. Avez-vous "pris plaisir" à la liberté dans ce péché ? (Clairement, vous étiez libre de commettre le péché, mais ce qui s’en est suivi était de la souffrance ! Cher(ère) ami(e), nous pouvons regarder à nos propres expériences pour savoir que la seule façon de jouir de la liberté de choix est de prendre les bonnes décisions.)

III.  La liberté et l’amour
 
1.     Lisez Galates 5:13-14. Où avez-vous entendu cela auparavant ? (Vous pouvez être surpris(e) de savoir que vous l’avez déjà entendu plus d’une fois ! Lisez Lévitique 19:18 et Matthieu 22:37-40.)
 
a.      La liberté que Jésus me donne signifie-t-elle que je suis sans obligation ? (Non ! Elle signifie que j’ai l’obligation d’aimer les autres comme moi-même, ainsi que l’obligation d’éviter de gratifier les désirs de ma nature pécheresse.)

2.     Les déclarations de Paul correspondent-elles à ce que nous comprenons comme étant la vraie liberté ? (Il ne nous dit rien qui soit hors de nos propres expériences.)

a.      Sommes-nous d’accord sur le fait que quand nous faisons du tort à une tierce personne, nous nous faisons du tort à nous-mêmes ? Et quand nous aimons une tierce personne nous nous aimons nous-mêmes ?
 
3.     Lisez Galates 5:15. Que cela nous dit-il, que nous savons déjà, sur le fait de blesser quelqu’un avec notre "liberté" ? (Ils mordent en retour ! Ils vont vous prendre un gros morceau de votre peau !)
 
IV.    L’avocat du camp adverse

1.     Nous avons laissé de côté quelques versets de Galates 5. Revenons un peu en arrière et prenons ces versets. Lisez Galates 5:7. Il s’agit là d’une étrange façon de décrire la justification par la foi : "obéir à la vérité" ! (Ce n’est pas étrange. La décision de croire Dieu et de faire confiance à Dieu (comme dans le cas d’Abraham) est identique à la décision de l’enfant de 2 ans d’obéir et de faire confiance à ses parents. Il s’agit d’une décision d’allégeance.)

2.     Lisez Galates 5:8. Qui pouvons-nous éliminer comme auteur de la justification par les œuvres ? (Jésus.)
 
3.     Lisez Galates 5:9. Dans quelle mesure est-il difficile de combattre l’erreur ? (Elle est insidieuse ! Elle se glisse dans l’église et l’infecte dans son entier.)
 
4.     Lisez Galates 5:10. Pouvons-nous prendre Paul au mot ? Pourquoi est-il être confiant, compte tenu de ce qu’il a écrit jusqu’ici ?

a.      Si nous avons une sorte de "nouvelle" idée pour soulever l’église, que devrions-nous considérer ? (Si notre idée n’est pas basée sur la Bible, si nous glissons la confusion dans l’église, alors nous en payerons une pénalité.)

i.       Savons-nous qui crée la confusion ? (À la base, c’est Satan. Paul nous dit que cela ne peut pas être Jésus. Ainsi, cela doit être l’adversaire de Jésus (Satan) et ses disciples qui font ces choses dans l’église.)
 
5.     Sautons quelques versets et lisons Galates 5:12. Pour comparer, lisez à nouveau Galates 5:6. Comment conciliez-vous ces deux déclarations ? (Une erreur fondamentale nécessite une forte réponse.)
 
6.     Lisez Galates 5:11. Pourquoi l’erreur de la justification par les œuvres est-elle une "erreur fondamentale" ? (Elle annule la croix. Notre Dieu a été crucifié. L’idée d’un dieu crucifié est un "scandale" (version NEG). Qui suivrait un dieu qui a été mis à mort ? Nous le faisons ! Les chrétiens comprennent que la vie, la mort et la résurrection de notre Dieu est la clé pour la vie éternelle. Si vous ne comprenez pas cela correctement, vous n’êtes pas un(e) chrétien(ne).

7.     Cher(ère) ami(e), saisissez-vous l’argument de Paul selon lequel le chemin de Dieu vers la vraie liberté est de le croire, lui faire confiance et lui obéir ? Nous sommes sauvés par la grâce, en choisissant Jésus, mais il ne s’agit pas que de paroles, il s’agit d’un choix de vie. Il s’agit du choix d’aimer Dieu et d’aimer les autres de telle sorte que la culpabilité, la tristesse et les conflits d’orgueil sont laissés derrière. Nous pouvons être dans la lumière et dans la joie de la vraie liberté. Voulez-vous faire ce choix de vie aujourd’hui ?

V.      La semaine prochaine : Vivre par l’Esprit.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don