Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 - L’unité de l’Évangile (Galates 2:1-14)

Copyright © 2011, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière nous avons appris que Paul a fait des déclarations incroyables concernant la source de son message. Il a affirmé que Jésus l’avait enseigné personnellement et que personne n’était responsable du message qu’il proclamait. Quand nous investiguons cela davantage nous apprenons que tant Luc que Paul croyaient la revendication de Paul et pensaient que Paul partageait un message qu’il avait reçu directement de Dieu. Cette semaine nous continuons la discussion pour savoir si Paul avait un message différent du reste des responsables de l’église primitive. L’unité est-elle importante ? Les divergences sont-elles saines dans l’église ? Devrions-nous avoir des "Chrétiens" et des "Pauliniens" ? Ou alors, l’évangile de la justification par la foi est-il le message unifié de l’église de Dieu ? Débutons notre étude sur l’épître aux Galates et apprenons-en davantage !
 
I.       Le voyage de retour
 
1.     Lisez Galates 2:1-2. Rappelez-vous que dans le premier chapitre de l’épître aux Galates, Paul dit qu’il est allé à Jérusalem rendre visite à Pierre et à Jacques. Paul est maintenant sur le chemin du retour. Pourquoi ? (Dieu lui a dit de revenir. Il dit que cela était "par suite d’une révélation".)
 
a.      Selon vous, dans quel but Dieu fait-il revenir Paul à "l’office général" ? (Notez que Paul dit qu’il a "exposé la bonne nouvelle que je proclame parmi les non-Juifs". Dieu doit avoir été soucieux qu’un évangile uniforme soit enseigné, tant aux Juifs qu’aux non-Juifs.)

b.      Paul dit qu’il a quelques peurs, et que c’est pour cette raison qu’il parle en privé aux responsables. De quelle peur parle Paul vraisemblablement ?

i.       Paul a-t-il peur qu’il se trompe dans sa théologie ?
 
ii.     S’agit-il d’une peur sur laquelle les responsables à Jérusalem ne seront pas d’accord avec Paul ? (Tout le ton de l’épître aux Galates jusqu’à présent a été que Paul a reçu son message de Jésus. Il n’est pas redevable de son message à l’un ou l’autre des responsables de retour à l’office général. Ainsi, il semble difficile qu’il ait peur d’avoir tort. Il ne semble pas non plus être trop soucieux de la gestion de l’office général. Il doit certainement être plus soucieux de l’unité de l’église.)
 
c.       Comment Paul peut-il avoir peur d’avoir couru quatorze ans en vain ? (Rappelez-vous que Paul se bat contre un faux évangile dans l’église des Galates. S’il n’avait pas le soutien de l’office général, comment pourrait-il s’attendre à convaincre les Galates qu’il a raison ? À moins d’une unité dans le message, ses détracteurs affirmeront qu’il a tort.)

d.      Pourquoi Paul demande-t-il une rencontre privée ? (De façon évidente, il avait des opposants à Jérusalem et en Galatie. De grandes réunions sont souvent influencées par les émotions, plutôt que par la raison. En rencontrant les hauts responsables, il pouvait expliquer exactement ce qu’il faisait et enseignait, ainsi que les raisons pour lesquelles il le faisait.)

i.       Que cela nous enseigne-t-il sur la démocratie dans l’église ?
 
2.     Lisez Galates 2:3. Paul avait-il du succès ? (Rappelez-vous que l’un des problèmes était la circoncision. Les responsables n’ont pas suggéré qu’un des premiers assistants de Paul soit circoncis.)
 
3.     Lisez Galates 2:4-5. Expliquez comment vous pensez que cette histoire "d’espion" s’est passée. (Paul ne travaillait pas à l’époque des téléphones, des courriels et de la télévision. Comment les responsables de l’église de Jérusalem connaissaient-ils ce que Paul enseignait, à moins qu’il (ou quelqu’un d’autre) n’ait rapporté ce qu’il faisait ? La suggestion est que les ennemis théologiques de Paul faisaient de faux rapports aux responsables à Jérusalem. Dieu a révélé à Paul qu’il devait se rendre à l’office général pour apporter la vérité avant eux.)

a.      De qui parle Paul quand il dit : "À ceux-là nous n’avons pas cédé un seul instant" ? (Paul parle des membres de l’église de Galatie et il réfère à ses opposants théologiques.)

i.       Quelle est la motivation de Paul pour affirmer cela ? Mettez-vous à la place d’un membre de l’église de Galatie quand vous répondez à cette question. (Tout comme les responsables de l’office général ne savaient pas ce que Paul enseignait aux non-Juifs, de la même manière les membres de l’église de Galatie ne savaient pas ce que Paul disait dans ses rapports à l’office général. Il pouvait dire à chaque groupe ce qu’il voulait entendre. Paul assure les Galates qu’il n’agit pas ainsi. Il a un message cohérent, que son audience soit l’office général ou les églises des non-Juifs.)
 
4.     Lisez Galates 2:6-9. Qui sont les hauts responsables ? (Paul les nomme : Jacques, Pierre (Céphas) et Jean.)
 
a.      Paul ressemble-t-il à un rebelle ici ? (Oui. Avez-vous remarqué que quelqu’un va "surcompenser", à cause de certains problèmes de fond ? J’ai déjà vu cela - une église focalisée sur un quelconque problème va au-delà des limites dans ce domaine. Paul n’a pas besoin de semer le doute sur l’importance de Jacques, Pierre et Jean pour faire valoir sa propre autorité. Ainsi, c’est de cette façon que je lis ses déclarations qui semblent amoindrir l’importance des responsables de l’office général.)

b.      Est-il curieux que Paul ait certains défauts de personnalité ? (L’époque, la culture, le contexte et la traduction rendent incertaines mes conclusions au sujet de l’attitude de Paul. Cependant, si cela est correct, cela ne fait qu’augmenter l’importance de la grâce !)

5.     Je vous ai questionné précédemment au sujet de la démocratie dans l’église. Paul dit qu’il a reçu son message directement de Jésus (Galates 1:11), et qu’il l’a partagé premièrement avec les hauts responsables. Il semble clair que Paul ne recherche pas une majorité de voix parmi le peuple pour confirmer ses idées. Il semble rechercher une confirmation de ses idées de la part des responsables de l’office général, plutôt que de vouloir recevoir une direction de la part des responsables. Quelle sorte d’organisation d’église résulterait de ces différents types d’attitude ? (La seule façon de réconcilier les déclarations et le comportement de Paul avec l’organisation de l’église est de croire que Paul était certain que son message était de Dieu, et que Dieu voulait rendre sa volonté très claire aux responsables.)
 
II.     Les pauvres
 
1.     Lisez Galates 2:10 et Actes 2:44-47. La pauvreté mentionnée dans Galates 2 est-elle la conséquence des décisions économiques de l’église primitive ? (Historiquement, si on enlève l’incitation du travail à but lucratif, la pauvreté s’ensuit (voir Proverbes 16:26 & Proverbes 14:23). Cependant, Actes 11:27-29 suggère qu’une famine peut faire partie du problème. Notez que cette famine a touché l’empire romain tout entier.)

a.      De toutes les exigences théologiques que les responsables de l’église auraient pu attribuer à Paul, il s’agit de la seule. Que cela suggère-t-il quant à l’importance d’aider les pauvres ? Ou alors, cela enseigne-t-il qu’il n’est que suggéré d’aider les pauvres ?

b.      Notez que d’après Actes 2:44-47 il n’était pas demandé aux non-Juifs de se conformer à un modèle. Pour quelle raison ? (Attendez. Actes 2:45 affirme qu’ils recevaient ce dont ils avaient besoin. La suggestion aux non-Juifs dans Galates 2:10 est d’aider les pauvres - ceux dans le besoin.)
 
III.  Pierre par rapport à Paul
 
1.     Lisez Galates 2:11-14. Discutons cela plus en détail. Paul confronte publiquement Pierre, un responsable d’église proéminent. Devrions-nous confronter publiquement nos responsables d’église quand nous pensons qu’ils ont tort ?

a.      Si la réponse est affirmative, alors qui devrait le faire ? N’importe qui, ou d’autres responsables comme Paul ?

b.      Quelle est la nature du problème créé par Pierre ? (Le problème est public. Non seulement Pierre fait des compromis sur un problème théologique important, mais les non-Juifs sont dans la honte pensant qu’ils sont des Chrétiens de seconde classe. Je ne pense pas que les responsables devraient se confronter publiquement au sujet de problèmes privés, mais uniquement au sujet de problèmes publics.)
 
i.       Qu’en est-il de la question de savoir qui a le droit de confronter un responsable ? (Paul a reçu son message de la part de Jésus. Son message a été confirmé par les responsables de l’église. Ces deux faits sont très importants concernant la problématique de confronter des responsables d’église.)
 
c.       Regardez attentivement le texte et notez la différence entre ce que pense Paul et ce qu’il dit. Quelle sorte de différence y a-t-il entre les deux ? (Ses pensées sont sévères, mais ce qu’il dit est principalement une liste de faits incontestés, suivis d’une question.)

i.       Pour quelle raison Paul utilise-t-il une question pour confronter Pierre ? (Il voulait que Pierre réponde à la question de façon à convaincre Pierre de son erreur. Comparez 2 Samuel 12:1-10 où Nathan cherche le conseil du roi David. La question est présentée comme une histoire, et la réponse de David le convainc de péché.)

ii.     S’agit-il là d’un enseignement sur la façon dont nous (ou les responsables d’église) devrions confronter les responsables d’église ? (Cela semble être un magnifique exemple. Ne confrontez qu’en cas de problèmes publics. La confrontation ne devrait pas être sévère, mais devrait plutôt chercher à convaincre le responsable au sujet du problème du péché. Il est préférable pour des responsables de confronter d’autres responsables. La confrontation ne devrait pas avoir lieu sans le soutien de la direction d’église sur le sujet et sans la direction de l’Esprit saint.)
 
2.     Cher(ère) ami(e), Dieu se soucie de l’unité de son église. Voulez-vous prier et œuvrer pour une église unie ?
 
IV.    La semaine prochaine : La justification par la foi seule.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don