Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 07 - Vivre comme des enfants de Dieu (1 Jean 3:1-10)

Copyright © 2009, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Au cours de la semaine dernière, j’ai eu des échanges avec un chrétien qui soutenait que le fait de garder les Dix Commandements ne vous sauve pas. Je suis d’accord. Ce chrétien a ensuite continué son argumentation en affirmant que vous pouvez choisir et prendre le(s) Commandement(s) que vous voulez parmi les dix et toujours garder une bonne relation avec Dieu. Maintenant je ne suis pas sûr d’être d’accord. Jean dit-il quoi que ce soit à ce sujet ? Je le pense. Notre étude de cette semaine sur 1 Jean 3 se penche sur la relation entre la justification par la foi et le fait de vivre de façon juste. Jean nous dit que le péché est quelque chose de sérieux. Débutons notre étude et voyons à quel point il est sérieux !
 
I.         Les enfants de Dieu
 
1.      Lisez 1 Jean 3:1. Souvenez-vous du temps où vous étiez enfant. Avez-vous déjà souhaité être né dans une autre famille ?
 
a.        Si tel est le cas, pourquoi ? (Ma famille était merveilleuse. Mais je me souviens avoir été invité un jour dans un foyer et avoir constaté que le garçon qui vivait là avait un attique plein de magnifiques trains électriques ! Ces modèles réduits passaient au travers de différents types de paysages miniatures. De plus, je me souviens qu’ils avaient un yacht. Je me souviens avoir imaginé comment ce serait si je faisais partie de cette famille.)

2.      Selon vous, pourquoi Jean aime-t-il être appelé un enfant de Dieu ? (Si Dieu est l’Être le plus important de l’univers, et a toutes sortes de choses, qu’est-ce qui pourrait être mieux ?)

a.        Pensez-vous que mon explication reflète la pensée de Jean ? (Jean semble focaliser sur l’amour plutôt que sur les "choses". À ce propos, environ 1 an après avoir visité la famille aux "trains miniatures", la mère de cette famille s’est suicidée. J’étais reconnaissant de continuer à avoir une mère affectueuse et non pas un super train. Je pense qu’il s’agit de ce que Jean veut nous dire. Dieu nous aime au point de nous appeler ses enfants.)
 
3.      Quel sens voyez-vous dans la déclaration de Jean selon laquelle le monde ne nous connaît pas ? Quel est le rapport avec la première partie du verset qui dit que Dieu nous couvre d’amour ?
 
a.        Imaginez trois cercles concentriques de tailles différentes. Dans le plus petit se trouvent vos enfants. Dans le cercle de taille intermédiaire se trouvent tous les enfants que vous connaissez personnellement. Dans le cercle le plus large, celui à l’extérieur, se trouvent tous les enfants du monde. Quels enfants aimez-vous le plus ? (Vos propres enfants ! En passant d’un cercle à un autre plus grand, votre amour diminue. Jean dit que lorsqu’il s’agit d’amour, le monde nous met dans le cercle le plus grand parce qu’il ne nous connaît pas. Mais Dieu nous met dans le cercle le plus petit.)

b.        Pourquoi Jean dit-il que le monde ne connaît pas Dieu ? (Nous devons faire confiance à Dieu et non aux autres. Si le monde a traité Jésus de façon si atroce, pourquoi devrions-nous nous attendre à un bon traitement ? La relation entre Dieu et nous est comme la relation entre des parents aimants et leurs enfants. La relation entre le monde et nous est (au mieux) comme notre relation avec les enfants que nous ne connaissons pas.)

II.       Les enfants qui croissent
 
1.      Lisez 1 Jean  3:2-3. J’ai écrit une étude sur ce même texte il y a dix ans. Mes enfants n’étaient alors pas encore adolescents. À l’époque, j’ai écrit : "Je me demande ce que l’avenir leur réserve". Que pensez-vous que j’espérais à ce moment-là ?
 
a.        Quel parallèle avec notre Dieu le Père Jean trace-t-il ? (De la même manière que j’espérais le meilleur pour mes enfants, ainsi Dieu espère le meilleur pour nous alors que nous marchons sur le chemin de la lumière. Ma fille est en année terminale du Collège et mon fils termine une école médicale. C’était le genre de choses que j’espérais pour eux il y a dix ans.)

b.        Suis-je dans l’erreur à ce sujet et Jean parle-t-il de nous qui nous posons des questions quant à notre avenir ? (Tout comme nous nous demandons et espérons au sujet de l’avenir de nos enfants, ceux-ci devraient se sentir concernés par leur avenir.)

2.      Notez que Jean écrit : "Quiconque a cette espérance en lui se purifie". Dans ma comparaison avec les parents terrestres, j’étais celui qui espérait pour mes enfants. Pourquoi les enfants se purifient-ils ? (J’espère pour mes enfants, mais leur vie n’est pas la mienne. Ils doivent travailler pour avoir du succès dans la vie. Jean nous dit d’être diligents dans l’action de notre purification et ce qu’il en ressortira sera bon.)
 
3.      J’ai fait mention de l’éducation en ce qui concerne mes propres enfants. Quel est notre but en tant qu’enfants de Dieu sur le chemin de la lumière ? (Ressembler à notre Dieu le Père.)
 
a.        Revenons à ce chrétien qui m’écrivait au sujet des Dix Commandements. Si vous avez l’intention de vous purifier (ce que chaque vrai chrétien fait, selon l’affirmation de Jean), par où commenceriez-vous ?

b.        Les Dix Commandements seraient-ils un bon point de départ ?

c.        Lisez Matthieu 22:36-40. Que cela suggère-t-il concernant notre point de départ ?
 
d.        Êtes-vous nerveux en disant que "nous" nous purifions ? (Je le suis. Mais je ne vois pas de quelle autre façon 1 Jean 3:3 peut être lu. Je suis convaincu que l’Esprit saint doit faire le gros œuvre ici (Actes 15:8-9), mais je dois définir mes buts et prendre les décisions.)
 
III.    La norme

1.      Lisez 1 Jean 3:4. Que dit ce verset au sujet de vous, du péché et des Dix Commandements ? (Si vous voulez savoir ce qu’est le péché, Jean dit de consulter la loi. Si vous cassez la loi, vous péchez. L’essence du péché, selon Jean, est de ne pas prêter attention à la loi.)

a.        Lisez Galates 4:21-26. Comment concilier Paul (qui écrit aux Galates) et Jean ?
 
b.        Lisez Galates 5:13-14 et Galates 5:24. Cela montre-t-il que Paul et Jean jouent sur le même accord ?
 
2.      Lisez 1 Jean 3:5-6. Selon l’argumentation de Jean, pour quelle raison Jésus est-il venu sur la terre, a vécu une vie parfaite, est mort pour nous et est ressuscité ? (Pour enlever les péchés.)

a.        Si cela était le but de sa venue, quel devrait être notre but dans notre vie ? (Vivre sans péché. Il s’agit là d’un de ces moments du genre "J’ai réussi". Ceux qui disent que l’expiation de Jésus signifie que nous sommes affranchis de toute préoccupation au sujet du péché passent à côté du message principal. Le message principal est que Jésus est venu pour résoudre le problème du péché. Ainsi, si vous êtes du côté de Jésus, vous serez très intentionné à ne pas être impliqué dans le péché.)

b.        Revenons en arrière et lisons 1 Jean 1:8 et comparons-le avec 1 Jean 3:6. Le même homme, inspiré par l’Esprit saint, a écrit ces deux versets. Comment les réconcilier ? (Nous sommes pécheurs, mais notre but est d’être sans péché. C’est la raison pour laquelle nous avons désespérément besoin de Jésus et de sa justification. Il enlève nos péchés. Mais, au même moment nous réalisons que le péché est quelque chose de terrible. Nous faisons de notre mieux pour nous en éloigner.)
 
3.      Lisez 1 Jean 3:7-10. Comment différentions-nous quelqu’un de bien de quelqu’un de mauvais ? (En nous basant sur ses œuvres.)
 
a.        À nouveau, lisez 1 Jean 1:8. Comment cela peut-il être vrai ? Ceux qui sont sur le chemin de la lumière portent le péché. S’ils portent le péché, alors ils sont de mauvaises personnes, n’est-ce pas ?

b.        Prenez quelques minutes et repensez à tout ce que nous avons étudié jusqu’à présent dans les épîtres de Jean. Selon vous, quel est son thème général ? (Jean commence par nous expliquer que dans la vie nous avons un choix de chemins à prendre. Soit nous prenons le chemin de la lumière, soit nous prenons le chemin des ténèbres. Ceux qui prennent le chemin de la lumière ne sont pas parfaits, mais ils ont deux caractéristiques très importantes. Premièrement, ils savent que s’ils pèchent Jésus intercède en leur faveur et les défend. Deuxièmement, ils comprennent que l’œuvre de Jésus était de mettre fin au péché, afin qu’ils aient un désir ardent de vivre une vie sans péché.)

i.        Sur quel chemin cela place-t-il ceux qui disent que les Dix Commandements (et la loi d’amour) sont hors de propos ? (Il est difficile d’avoir un désir ardent d’en finir avec le péché et en même temps de ne pas prêter attention à la loi.)
 
4.      Cher ami, qu’en est-il de vous ? Voulez-vous prendre le péché au sérieux ? Voulez-vous saisir la vision de la mission de Jésus et chercher à vivre une vie exempte du péché ? Pourquoi ne pas vous y engager dès aujourd’hui ?
 
IV.     La semaine prochaine : Des frères et des sœurs aimants.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don