Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 12 - Jugé et crucifié (Marc 14:53 à 15:41)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Cette semaine notre étude nous amène au cœur de l’évangile. Jésus a renoncé à sa vie afin que vous puissiez vivre. Débutons sans plus attendre notre étude !
 
I.          Pierre

1.    Lisez Marc 14:53-54. Mettez-vous à la place de Pierre. Est-il nerveux ?

a.         Pierre espère-t-il que Jésus fera un miracle pour se sauver ?

b.         Pourquoi Pierre suit-il à une certaine distance ?

c.         En gardant la réponse précédente en mémoire, pourquoi Pierre est-il assis avec les gardes devant un feu, là où son visage est éclairé ? (Soit Pierre n’a pas les idées claires, soit il cède à nouveau à la faiblesse humaine (pour se réchauffer). Par sécurité, il aurait mieux fait de rester dans le froid et de garder son visage dans l’obscurité.)

2.    Sautons quelques versets et lisons Marc 14:66-68. Pourquoi Pierre va-t-il dans le vestibule ? (Peut-être pour se mettre à l’abri de la lumière du feu. Peut-être pour s’enfuir rapidement si nécessaire.)

3.    Lisez Marc 14:69. Cette accusation est-elle plus dangereuse que la première ? (Oui. Cette femme partage maintenant son accusation avec d’autres.)

4.    Lisez Marc 14:70. Réussit-elle à capter l’attention des autres par son accusation ?

a.         Remarquez que le texte dit que "peu après" ils accusèrent Pierre d’être un disciple de Jésus parce qu’il était "galiléen". Pourquoi cela a-t-il pris un peu de temps ? Pourquoi disent-ils qu’il est galiléen et ne l’accusent-ils pas simplement d’avoir été en compagnie de Jésus ? (Ces gens ne l’ont pas vu avec Jésus. Ils réfléchissent à l’accusation que porte la femme et à la protestation de Pierre. Sa contestation a révélé un accent galiléen. Les gens sont soudainement frappés de constater que cet homme vient de Galilée. De ce fait, il doit certainement avoir été avec Jésus.)

5.    Lisez Marc 14:71. Pierre dit-il des gros mots ? Que signifie "il se mit à jurer, sous peine d’anathème" ? (Il ne jurait pas dans le sens que nous pensons aujourd’hui. La Bible en français courant (BFC) traduit bien l’idée de Pierre : "Que Dieu me punisse si je mens !".)

a.         Pourquoi fait-il des imprécations contre lui-même, alors qu’il sait qu’il ment ? (Il supposait que des choses pires lui arriveraient s’il disait la vérité.)
 
b.         Pierre désire-t-il mourir pour Jésus à ce moment-là ? (Lisez Marc 14:30-31. Il a dit qu’il le désirait et je crois que c’était vrai. Mais il a changé d’avis. Il ne veut pas vraiment mourir.)

6.    Revenons en arrière un court instant. Supposez que Jésus ne fût pas ressuscité des morts. Pierre continuerait-il à témoigner de Jésus et à risquer sa vie ? (Pierre était prêt à mourir alors qu’il s’imaginait que Jésus serait le roi. Mais en voyant les évènements prendre une autre tournure que celle espérée, Pierre ne voulait plus perdre sa vie. Il est évident que durant le reste de sa vie, son témoignage était basé sur sa croyance que Jésus était ressuscité et qu’il était le Messie.)

7.    Lisez Marc 14:72. Pierre pleure-t-il devant le groupe ? Pourquoi pleure-t-il ? (Son cœur est brisé parce qu’il n’a pas réussi à rester fidèle à Jésus.)

II.        Jésus devant le sanhédrin

1.    Lisez Marc 14:55-56. Jésus comparait en jugement devant "tout le sanhédrin". Nous requérons la justice et des juges impartiaux. Comment sont ces juges ?

a.         Selon vous, qui a organisé les faux témoignages ?

b.         Quel est le but du sanhédrin avec tous ces témoins ? (Lisez Deutéronome 17:6. Leur problème est qu’ils ont besoin d’au moins deux témoins disant approximativement la même chose pour pouvoir condamner Jésus à mort.)

c.         Quelle est la mesure de la gravité d’un faux témoignage ? (Un faux témoin viole non seulement un des Dix Commandements (Exode 20:16), mais il est également mis à mort si son faux témoignage contribue à une condamnation à mort (Deutéronome 19:16-21).)

i.         Pourquoi le sanhédrin n’a-t-il pas arrêté le procès de Jésus et poursuivi ces faux témoins ?

2.    Lisez Marc 14:57-61. Pourquoi Jésus ne répond pas à ces accusations ? (Il n’avait pas à témoigner contre lui-même.)

a.         Comment se sent le grand prêtre maintenant ? (Il est prêt à étrangler ses assistants. Ils font preuve d’incompétence avec les faux témoins. Il ne fait aucun doute que le grand prêtre est exaspéré et décide de faire dire à Jésus quelque chose d’incriminant.)

3.    Lisez Marc 14:61-62. Pourquoi Jésus décide-t-il maintenant de répondre à cette question ? (Lisez Matthieu 26:63. Matthieu ajoute un détail que Marc ne mentionne pas. Le grand prêtre adjure Jésus à répondre, par le nom de Dieu. Un commentaire que j’ai pu lire disait, en se basant sur Lévitique 5:1, que Jésus était tenu de répondre. Je ne suis pas sûr que c’est de cette façon que Lévitique 5 doit être interprété, mais il est clair que le grand prêtre augmente la pression pour que Jésus réponde.)

a.         Considérez un instant la réponse de Jésus. Que pense le grand prêtre ? S’il pense que Jésus est fou, pourquoi le tuer ? S’il pense que Jésus est un rival, comment peut-il ignorer cela ?

4.    Lisez Marc 14:63-65. Quelle devrait être la réponse à la question du grand prêtre ? (Ils ont toujours besoin d’un autre témoin ! Le témoignage propre de Jésus n’est pas suffisant, selon Deutéronome 17:6.)

a.         Quelle attitude envers Jésus voyons-nous dans ces versets ? (Ils étaient tellement déterminés à faire condamner Jésus qu’ils étaient prêts à violer la loi à tort et à travers. Leur colère se révèle dans le crachement et les coups.)

i.         Pourquoi les chefs juifs étaient-ils tant en colère contre Jésus ?

III.     Jésus devant Pilate

1.    Lisez Marc 15:1-10. Que pense Pilate des accusations contre Jésus ? (Le mot grec traduit par "envie" (verset 10) signifie "malveillance", "jalousie", "rancune". Pilate ne pense pas que les accusations aient quelque valeur légale.)

a.         Considérez plus attentivement les versets 9 et 10. Quelle serait la réponse logique à cette question ? "Oui, nous voudrions que notre roi soit relâché, s’il vous plaît" ? Les chefs juifs reconnaissaient-ils Jésus comme leur roi ?

i.         Que pensez-vous que Pilate essaye de faire ? (Il insulte les chefs juifs. Il ne semble pas se soucier de Jésus.)

2.    Lisez Marc 15:11-14. Quel crime contre Rome Jésus a-t-il commis ? (Aucun. Si Pilate croyait vraiment que Jésus était un révolutionnaire qui essayait de devenir roi (Marc 15:2), alors il aurait un crime sur ses mains. Apparemment, il a décidé que Jésus ne constituait pas une menace pour Rome.)

3.    Lisez Marc 15:15. Sur quelle base Jésus est-il flagellé et crucifié ? (Pilate a voulu plaire à la foule.)

a.         Quelle est pour vous l’importance de plaire à ceux qui vous entourent ? Êtes-vous prêt à sacrifier des principes pour plaire ?

b.         Quel message Marc nous transmet-il ? (Ce n’était pas une sentence juste.)

IV.      Jésus et la croix

1.    Lisez Marc 15:16-19. Il reste maintenant très peu de temps à Satan pour faire pécher Jésus. Quelle(s) tentation(s) utilise-t-il comme ses meilleures armes ? (Remarquez que la raillerie et la torture font partie de la même catégorie de tentations.)

a.         Pourquoi la raillerie est-elle une arme si puissante ? (Ils se moquaient de Jésus au sujet de quelque chose qu’il était vraiment : leur roi !)

b.         Comment réagissez-vous quand les gens se moquent de vous ? Et s’ils rient parce qu’ils sont trop ignorants pour connaître la vérité ? Et s’ils sont en dessous de votre "classe" ?

2.    Lisez Marc 15:25 et 29-30. Était-il possible pour Jésus de descendre de la croix et de se sauver ?

a.         S’il l’avait fait, qui ne serait pas sauvé ?


3.    Lisez Marc 15:31-34. Tous ceux qui se trouvent autour de Jésus disent qu’il ne peut pas se sauver. Que révèlent les mots de Jésus quant à sa pensée ? (Lisez Psaumes 22:1-3. Jésus cite un texte qui est une supplication à Dieu pour être sauvé. Avec le poids de nos péchés sur ses épaules et la foule mettant en doute sa puissance, Jésus subissait une pression indescriptible, au point de passer à travers cela. Il ne comptait pas sur sa propre puissance. Il s’inquiétait que Dieu l’ait abandonné.)

a.         Lisez à nouveau Marc 15:31. S’agit-il d’une affirmation véridique ?

4.    Lisez Marc 15:37-39. S’agit-il du centurion qui raillait Jésus auparavant ? Pourquoi a-t-il changé d’avis ?

a.         Quelle est la signification du voile (qui séparait le Sacré du Très-Sacré, voir Exode 26:33) qui se déchire du haut en bas ? (Un signe divin que le symbolisme des sacrifices était arrivé à son terme. Tout a été accompli par la mort de Jésus.)

5.    Cher ami, Jésus a donné sa vie pour vous. Il a été torturé pour vous. Quelle est la réponse que vous voulez lui donner ? Quelle est votre attitude envers les autres ?

V.        La semaine prochaine : Enseveli, puis ressuscité !
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don