Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 09 - Derniers jours au temple (Marc 11:27 à 12:44)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière nous avons étudié comment Jésus est entré à Jérusalem en tant que Messie et roi. Cette semaine nous étudions la contre-réaction des chefs juifs, non pas par la force brutale, mais par des questions subtiles, destinées à placer Jésus dans une situation de conflit avec les autorités romaines ou avec le peuple. Comment Jésus réagira-t-il ? Notre étude de cette semaine montre que Jésus œuvre toujours pour le salut de ceux qui lui ont déclaré la guerre. Ouvrons la Bible et découvrons-en davantage !
 
I.          De quelle autorité ?
 
1.    Lisez Marc 11:27-28. Puisque nous avons laissé de côté ce récit la semaine dernière, lisons Marc 11:15-17. D’après vous, qui a la responsabilité des affaires courantes du temple et de ce qui s’y passe ? (Marc 11:27 : "les grands prêtres, les scribes et les anciens", les mêmes qui viennent lui poser la question.)
 
a.         Pourquoi le questionnent-ils à ce sujet ? (Ils considèrent probablement comme une offense le fait que Jésus usurpe leur autorité. Jésus n’aime clairement pas leur façon de faire leur travail.)
 
b.         En lisant Marc 11:17, quelle autorité revendique Jésus ? (Il s’appuie sur la Bible (Ésaïe 56:7) pour affirmer son autorité.)
 
i.         Qu’en est-il de vous ? La Bible est-elle votre autorité ultime, malgré ce que les gens peuvent dire ou faire dans le sens contraire ?
2.    Lisez Marc 11:29-32. Nous avons un aperçu de ce qui se passe dans le petit groupe des chefs juifs. Que pensez-vous de cette discussion ?
 
a.         Quelle est la base de leur réponse ? (La crainte. Ils ont rejeté Jean, donc ils doivent penser que son autorité vient des hommes.)
 
b.         Y a-t-il ne serait-ce qu’une de vos croyances religieuses qui est basée sur la crainte des autres ?
 
3.    Lisez Marc 11:33. Les chefs juifs essayent toujours de duper Jésus avec leurs questions. C’est maintenant Jésus qui leur pose une question-piège. Est-ce vraiment le cas ? (Non, il ne s’agit pas d’une question-piège. Jésus agit avec la même autorité que Jean. Il leur rappelle qu’ils ont rejeté Jean et maintenant ils le rejettent.)
 
II.        Le rejet du fils
 
1.    Continuons avec une parabole sur le rejet. Lisez Marc 12:1-8. Que (ou qui) symbolise cette parabole ? (Jésus est le fils. Dieu est le propriétaire de la vigne. Les gens choisis par Dieu sont les vignerons locataires. Les esclaves (serviteurs) qui sont envoyés sont les prophètes. La haie est la protection historique de Dieu envers son peuple. La tour est le temple. Le pressoir illustre les Écritures saintes. Les fruits de la vigne symbolisent les potentiels convertis.)
 
2.    Approfondissons la parabole. Quel est le péché des vignerons ? (Ils ne respectent pas l’autorité et sont donc indociles. Ils sont égoïstes au point de vouloir battre et assassiner pour garder la propriété.)
 
a.         Les chefs juifs comprennent-ils cette parabole ? (Oui. Lisez Marc 12:12.)
 
3.    Lisez Marc 12:9. Quelles sont les pénalités consécutives à ces péchés ? (Ils seront tués et l’occasion d’accomplir le travail convenu sera donnée à d’autres vignerons.)
 
a.         Êtes-vous à l’aise avec cette image de Dieu ?
 
b.         S’agit-il d’une image réelle de Dieu ? (Jésus l’a dit. Ceux qui agissent mal l’ont compris. Ils sont sur le point de passer une période terrible avec la destruction du temple en l’an 70 ans de notre ère. Pourtant, aujourd’hui quelques Chrétiens sont incapables de comprendre que notre Dieu exécutera le jugement sur ses ennemis. Cher ami, le salut et l’obéissance sont des sujets sérieux.)
 
c.         Qui s’occupe de la vigne aujourd’hui ? (Nous.)
 
i.         Dans quelle mesure accomplissez-vous la tâche correctement ?
III.     Le ciel
 
1.    Lisez Marc 12:18-23. Ce récit commence par la déclaration selon laquelle les sadducéens ne croient pas en la résurrection. S’ils ne croient pas, pourquoi posent-ils cette question ? (Ils veulent se moquer de Jésus et de sa croyance en la résurrection.)
 
a.         Lisez Deutéronome 25:5-6. Quelle est la raison de cette règle ? (Notez que le premier fils doit porter le nom du frère défunt. Le but est d’empêcher l’extinction de la ligne de la famille, ainsi que de créer un héritier masculin.)
 
i.         Pourquoi cette pratique n’est-elle pas nécessaire dans le ciel ? (Nous ne mourrons pas (Apocalypse 21:4) et donc nous n’aurons pas besoin de descendance. Nous ne serons pas dans la situation de Genèse 1:28 où Dieu nous dit "d’être féconds et de nous multiplier".)
2.    Lisez Marc 12:24-25. Qu’est-ce qui n’arrivera pas dans le ciel ? (Selon le commentaire biblique The Bible Knowledge Commentary, quand Jésus dit qu’un homme ne prendra pas de femme, cela signifie que nous n’arrangerons pas notre propre mariage. Quand il dit qu’une femme ne prendra pas de mari, il signifie que nos parents n’arrangeront pas notre mariage.)
a.         Cela ne dit rien sur ceux qui sont déjà mariés. Que leur arrivera-t-il ? Resteront-ils mariés ? (La règle mosaïque était nécessaire à cause de la mort et à cause de la nécessité du mariage pour assurer une postérité. Dès lors que la mort n’existe plus dans le ciel, le mariage n’est pas nécessaire. Cependant, il n’est pas clair si des mariages auront lieu ou non. Marc 10:8-9 donne de l’espoir à ceux qui veulent rester mariés dans le ciel. Dieu peut préparer un ordre des choses plus glorieux encore.)
 
3.    Nous ne voulons pas passer à côté de la déclaration glorieuse de Marc 12:25. Que dit Jésus à ceux qui ne croient pas en la résurrection des morts ? (Qu’elle aura lieu !)
a.         Que suggère également Jésus quant à la nature des ressuscités ? (Qu’ils sont morts avant la résurrection.)
4.    Lisez Marc 12:26-27. Jésus aborde maintenant la question principale : y a-t-il une résurrection ? Ces patriarches étaient-ils vivants à l’époque de la loi mosaïque ? Le sont-ils aujourd’hui ?
 
a.         Lisez Deutéronome 34:5-6 et Jude 1:9. Quelle est la nature de l’altercation dans Jude ?
 
b.         Lisez Marc 9:2-4. Comment ces versets clarifient-ils Jude 1:9 ? (Ils montrent que Moïse est mort et a été enseveli. Dieu a alors ressuscité le corps de Moïse et Moïse était là pour parler avec Jésus. Dès lors que Moïse a été ressuscité et enlevé physiquement au ciel, il est parfaitement possible qu’Abraham, Isaac et Jacob soient vivants dans le ciel.)
 
c.         Y a-t-il une autre interprétation possible de Marc 12:26 ? (Puisque le sujet est la résurrection des morts, il est possible que Jésus parle de ce qui arrivera : Dieu regarde ceux qui sont morts dans la lumière de la résurrection à venir.)
 
5.    Il y a une croyance très courante selon laquelle quand un croyant meurt, son esprit va au ciel, mais son corps reste ici jusqu’à la résurrection, où son corps sera alors réuni avec son esprit. Les textes que nous venons de lire sont très clairs sur la résurrection de Moïse. Que nous enseigne cette résurrection ? (Dieu est venu pour son corps. Si Moïse était un esprit vivant dans le ciel, quel besoin y aurait-il de prendre son corps de la terre ? Cet exemple biblique de la mort d’un homme qui va ensuite au ciel établit clairement que Dieu prend le corps (Jude 1:9).)
 
6.    Y a-t-il d’autres exemples de résurrection dans la Bible ? (Oui. Jésus ressuscitera quelques jours après cette discussion avec les Sadducéens.)
 
a.         Que savons-nous de la résurrection de Jésus ? Son esprit a-t-il devancé son corps en allant au ciel ? (Lisez Jean 20:16-17. Le dimanche matin Jésus dit à Marie qu’il n’est pas encore monté vers son Père, et elle doit transmettre ce message aux disciples. Si Jésus avait été dans le ciel en esprit, cette déclaration n’aurait pas de sens. Dans les deux exemples concrets de résurrection dans la Bible, les détails sont clairs. La résurrection est un "forfait" : le corps et l’esprit vont ensemble au ciel. Cela peut arriver peu après la mort (comme dans le cas de Moïse et de Jésus) ou cela peut arriver dans l’avenir, à la seconde venue de Jésus (comme Jésus le suggère dans Marc 12:25). Voir aussi Jean 11:21-27, 1 Corinthiens 15:42-44, 1 Thessaloniciens 4:16-18.)
 
7.    Cher ami, acceptez-vous Jésus comme votre Messie et Sauveur ? Acceptez-vous son offre de résurrection et de vie éternelle ?
 
IV.      La semaine prochaine : Prophéties sur la fin du monde.
Une Bible, du café... des disciples

Une Bible, du café... des disciples

Rempli d’aventures et d’humour, le livre de Neil Cole retient le coeur et l’imagination de ses lecteurs. Il donnera les clés d’une transformation durable pour devenir un disciple authentique et rayonnant pour Christ.
Vous serez mes témoins

Vous serez mes témoins

Gabriel Monet propose, à travers ce livre, un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses fi gures missionnaires un encouragement à considérer à nouveau notre situation de témoins.
Un admirable christianisme

Un admirable christianisme

On le sait, à la fi n du 1er siècle, la situation des chrétiens n’était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d’un marché religieux foisonnant, brimades romaines... Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
L'Église au quotidien

L'Église au quotidien

Nous devons rencontrer ceux qui n’ont pas d’église là où ils se trouvent, dans le contexte de leur vie de tous les jours - en mettant l’accent sur la création de communautés attrayantes plutôt que sur l’organisation d’événements attractifs.
Vivre et partager l'Évangile

Vivre et partager l'Évangile

Qu’est-ce que l’Évangile change dans les relations humaines et sociales ? Ce livre décrit la mission des Églises au près comme au loin, qui s’accomplit par la vie communautaire, la justice, la guérison et le partage d’Évangile.
Dire la foi aujourd'hui

Dire la foi aujourd'hui

Rien de plus intime que la relation qui unit le croyant au Christ. Comme l’amour, la foi échappe d’emblée au langage. Il faut pourtant bien trouver des mots pour la dire. Car dire, c’est comprendre. Pédagogie subtile, où il ne s’agit pas d’imposer à quiconque ce qu’il doit croire, mais de l’inviter à trouver dans l’Évangile les mots capables de traduire dans l’existence son expérience de croyant.
L'évangélisation durable

L'évangélisation durable

Pourquoi évangéliser ? Comment le faire avec sagesse ? Comment déjouer les 7 freins principaux qui font obstacle à notre témoignage ? L’auteur part de la métaphore de l’agriculteur et propose un quadruple mouvement : labourer, semer, récolter et arroser. Un processus pertinent, biblique et global qu’il agrémente de nombreuses illustrations, tableaux, exemples et questions personnelles.
 

faire un don