Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 - Guérisons sabbatiques et cœurs endurcis (Marc 2:23-3:35)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Récemment, je parcourais un article qui soutenait que la façon dont Jésus observait le sabbat nous enseigne que nous ne devrions plus l’observer. Est-ce le cas ? Que Jésus essayait-il de nous apprendre par la façon dont il gardait le sabbat ? Plongeons-nous dans la Parole de Dieu et voyons si nous pouvons comprendre l’enseignement de Jésus pour nous !
 
I.          La moisson le jour du sabbat

1.       Lisez Marc 2:23-24. Les chefs juifs étaient-ils concernés par le vol ou la non-observation du jour du sabbat ? (Lisez Deutéronome 23:25-26. Ce que les disciples faisaient n’était pas considéré comme du vol.)
 
a.         Pourquoi avoir considéré cela comme une violation du sabbat ? (Moïse avait interdit un certain nombre de choses durant le jour du sabbat, comme faire un feu (Exode 35:3). Cependant, rien n’était écrit sur le fait de grignoter quelques grains. Les chefs juifs ont dû alléguer que les disciples travaillaient (moissonnaient) le jour du sabbat (Exode 20:8-10, Exode 34:21).)

b.         À la place de Jésus, comment auriez-vous répondu à cette accusation ? ("Vous êtes fous ! Ce qu’ils font n’est pas un travail.")
 
2.       Lisez Marc 2:25-26. Comment Jésus y a-t-il répondu ? (Il a dit : "David a aussi transgressé les règles.")
 
a.         Parents, j’ai besoin de votre avis ici. Imaginez votre enfant faire quelque chose qui viole les règles de la maison. Lorsque vous le réprimandez, celui-ci vous dit : "Anne désobéit aussi !" Que pensez-vous de ce type de défense ?

b.         Jésus a une défense parfaitement bonne et simple : "ce n’est pas du travail". Il ne peut pas choisir une défense que nous n’accepterions pas de la part de nos enfants. Il doit argumenter avec quelque chose d’autre. Mais quoi d’autre ?

c.         Y a-t-il des circonstances dans lesquelles la défense du type "les autres le font" est valable ? (Oui. Il y en a trois. Premièrement, les exceptions personnelles. La personne violant la loi est exceptionnelle et a le droit de violer la loi : par exemple les employés d’un aéroport ont le droit de stationner dans des parkings spéciaux, proches des aéroports. Si vous garez là, il n’y a aucun problème si vous pouvez dire : "je suis aussi un employé de l’aéroport". David était sur le point de devenir le roi d’Israël. Jésus pouvait soutenir que lui aussi avait droit aux privilèges royaux. Deuxièmement, les exceptions de circonstance. Peut-être qu’être "dans le besoin et avoir faim" (verset 25) est une exception valable à la règle du sabbat ; le besoin humain dépasse la règle du sabbat. Troisièmement, une règle invalide. On parle d’autres qui violent la loi si celle-ci n’est pas vraiment valable, mise en application. On pense souvent : "Il n’y a pas de problème si on conduit quelques km/h au-dessus de la limitation de vitesse. Tout le monde le fait, la police ne nous arrêtera pas.")
 
i.         Lequel de ces trois arguments Jésus utilisait-il ? (Lisez Marc 2:27-28. Si dans le verset 28 Jésus ne dit pas qu’il avait des privilèges personnels spéciaux (l’argument du type "je suis également un roi"), il dit au moins : "En tant que roi, je suis habilité à dire ce qui viole le sabbat". Dans le verset 27, Jésus enseigne quelque chose sur la nature du sabbat. Cela semble être l’argument du type "besoin humain".)
 
3.       Pour en avoir une meilleure compréhension, consultons Matthieu 12:3-7. Matthieu nous donne une vision plus complète du raisonnement de Jésus. Avec cette vue plus large, lequel de ces deux arguments alternatifs Jésus a-t-il employé ? (David est une exception, les prêtres constituent des exceptions à la règle. Jésus soutenait simplement qu’il était une exception à la règle.)
 
a.         Que pensez-vous que Jésus voulait dire dans Matthieu 12:7 quand il cite Osée 6:6 : "Je veux la compassion et non le sacrifice" ? (Ne vous hâtez pas à lancer des accusations.)
 
4.       Revenons à Marc 2:27. Comment comprenez-vous ce verset ? (Jésus disait plus que simplement "je suis le roi, ceux qui m’accompagnent ont un "laissez-passer" quant aux règles du sabbat". Il disait aux chefs juifs qu’il n’était pas d’accord avec leur point de vue sur le sabbat. Le sabbat a été fait pour être une bénédiction aux hommes. Son but était de leur être profitable, bénéfique. Ce n’était pas un règlement arbitraire qui se plaçait au-dessus des besoins humains.)
 
II.        La guérison le jour du sabbat
 
1.       Lisez Marc 3:1-2. Qu’est-ce qui leur a fait penser que Jésus pourrait guérir le jour du sabbat ?

2.       Lisez Marc 3:3. Les chefs juifs pensaient qu’ils avaient besoin d’observer Jésus de près pour voir s’il violait la loi. Ils allaient "l’attraper", le prendre sur le fait. Comment Jésus a-t-il réagi ? (Il dit à l’homme à la main paralysée "lève-toi, là, au milieu", de telle sorte que personne ne pouvait le manquer !)

3.       Lisez Marc 3:4-5. Comment Jésus nous enseigne-t-il sur l’observation du sabbat ?
 
a.         Y a-t-il quoi que ce soit dans ce que Jésus a dit qui vous laisse penser qu’il ne croyait pas en l’observation du sabbat ? (Jésus affirmait clairement quelle devrait être la norme appropriée pour l’observation du sabbat, mais ne discutait pas le principe d’une norme.)

b.         Jésus aurait pu guérir l’homme à la main paralysée le jour suivant. Pourquoi était-il en colère contre ceux qui se trompaient et restaient volontairement du côté "conservateur" ? (Tout au long de ma fréquentation des écoles religieuses, j’ai connu toutes sortes de règles. Il ne m’est cependant jamais arrivé de penser qu’avoir toutes ces règles pût en soi être un péché. Il me semblait que seule la violation des règles pouvait être un péché. Il n’y a que quelques années que j’ai commencé à comprendre le principe de Deutéronome 4:2 : il est tout aussi faux d’ajouter des règles que Dieu n’a pas exigées que d’enseigner que l’on peut ignorer les règles que Dieu a fixées. Les deux vous mettent dans une position d’usurpation de Dieu.)
 
III.     Des nouveaux noms
 
1.       Lisez Marc 3:13-19. J’ai déjà entendu dire que Jésus n’avais jamais "appelé" Judas. Ces versets montrent que ce n’est pas vrai. Pourquoi Jésus a-t-il appelé à devenir apôtre quelqu’un qui finalement le trahirait ?
 
a.         Dans "l’appel" des apôtres, lequel est nommé en premier ? (Pierre. Il s’agit d’une nouvelle évidence que Marc a travaillé avec Pierre et que ce récit de l’Évangile reflète les sermons de Pierre.)

b.         Quels apôtres se virent-ils attribuer des "surnoms" ? Que cela montre-t-il ? (Cela montre généralement une affection spéciale. Ma femme me taquine en relevant le fait que mon père avait un surnom pour mon frère mais pas pour moi !)
 
IV.      L’affliction de l’Esprit saint
 
1.       Revenons à Marc 3:6, puis sautons quelques versets pour lire Marc 3:22. Pensez-vous que les chefs juifs croyaient que Jésus fût allié avec le prince des démons ? (Marc 3:6 révèle qu’ils voulaient se débarrasser de lui. Dès lors, je pense qu’il est peu probable qu’ils croyaient vraiment à la véracité de cette accusation.)

2.       Lisez Marc 3:23-27. Quelle logique Jésus utilise-t-il pour s’opposer à l’accusation du "prince des démons" ?
 
a.         Devrions-nous appliquer aujourd’hui la logique de Jésus aux religions non-chrétiennes concurrentes qui enseignent des valeurs morales positives ?

b.         Le monde a été secoué cette semaine par la mort du pape Jean-Paul II. Je l’admirais pour ses positions fermes sur les questions morales les plus controversées. Par exemple, il avait une position solide comme un roc contre l’avortement, tandis que ma propre église autorise la pratique de l’avortement dans ses hôpitaux. Durant ces dernières années, la position morale la plus marquée de mon église relative à une question sociale publique était contre le tabac ! ("Quand tous seront d’accord, nous poserons fermement notre pied !") Actuellement, certaines personnes que je connais soutiendraient que le pape était allié à Béelzéboul. Comment comprenez-vous et appliquez-vous les enseignements de Jésus face à ces accusations contre le pape ?
 
3.       Lisez Marc 3:28-29. Jésus a-t-il changé de sujet ? A-t-il dévié sur un autre thème ? (Non.)
 
a.         Il s’agit de certains des mots les plus effrayants de la Bible. Que Jésus dit-il quant à l’attribution à tort du travail de Dieu à Satan ? (Jésus dit qu’il s’agit d’un "péché éternel". Certains s’y réfèrent comme étant le "péché impardonnable".)

b.         Les guérisons de Jésus constituent le contexte des accusations portées contre lui. Cela signifie-t-il que si je vois un guérisseur mystique qui prêche Jésus et que je le l’accuse de travailler par la puissance de Satan, alors je commets le péché impardonnable ?

i.         Et si j’accuse n’importe quel leader chrétien d’être en coalition avec Satan, commets-je le péché impardonnable ?
 
c.         Ou alors, Jésus veut-il seulement dire que si je ferme mon esprit au travail de l’Esprit saint, je commets le péché impardonnable ?
 
i.         Jésus se réfère-t-il ici à une simple déclaration, ou à une attitude du cœur ? (Mon avis est que Jésus parle d’une attitude du cœur et que des déclarations inexactes et diffamatoires contre d’autres Chrétiens ne constituent pas le péché impardonnable. Cependant, je conseille beaucoup de prudence dans ce domaine, parce que vous ne voulez pas vous tromper !)
 
4.       Cher ami, Jésus ne nous a pas enseigné à violer le sabbat. Au lieu de cela, il nous a appris comment mieux comprendre ce que signifie garder le sabbat. La controverse sur l’observation du sabbat et les accusations portées contre Jésus nous enseignent que nous devons être prudents sur les accusations portées contre d’autres Chrétiens simplement parce qu’ils ne sont peut-être pas d’accord avec nous sur certains points. Dieu nous demande de faire preuve d’indulgence. Le désirez-vous ?
 
V.        La semaine prochaine : Près du lac de Galilée.
Une Bible, du café... des disciples

Une Bible, du café... des disciples

Rempli d’aventures et d’humour, le livre de Neil Cole retient le coeur et l’imagination de ses lecteurs. Il donnera les clés d’une transformation durable pour devenir un disciple authentique et rayonnant pour Christ.
Vous serez mes témoins

Vous serez mes témoins

Gabriel Monet propose, à travers ce livre, un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses fi gures missionnaires un encouragement à considérer à nouveau notre situation de témoins.
Un admirable christianisme

Un admirable christianisme

On le sait, à la fi n du 1er siècle, la situation des chrétiens n’était guère enviable. Rupture avec le judaïsme, séduction d’un marché religieux foisonnant, brimades romaines... Dans tout cela, quel avenir pour le christianisme ?
L'Église au quotidien

L'Église au quotidien

Nous devons rencontrer ceux qui n’ont pas d’église là où ils se trouvent, dans le contexte de leur vie de tous les jours - en mettant l’accent sur la création de communautés attrayantes plutôt que sur l’organisation d’événements attractifs.
Vivre et partager l'Évangile

Vivre et partager l'Évangile

Qu’est-ce que l’Évangile change dans les relations humaines et sociales ? Ce livre décrit la mission des Églises au près comme au loin, qui s’accomplit par la vie communautaire, la justice, la guérison et le partage d’Évangile.
Dire la foi aujourd'hui

Dire la foi aujourd'hui

Rien de plus intime que la relation qui unit le croyant au Christ. Comme l’amour, la foi échappe d’emblée au langage. Il faut pourtant bien trouver des mots pour la dire. Car dire, c’est comprendre. Pédagogie subtile, où il ne s’agit pas d’imposer à quiconque ce qu’il doit croire, mais de l’inviter à trouver dans l’Évangile les mots capables de traduire dans l’existence son expérience de croyant.
L'évangélisation durable

L'évangélisation durable

Pourquoi évangéliser ? Comment le faire avec sagesse ? Comment déjouer les 7 freins principaux qui font obstacle à notre témoignage ? L’auteur part de la métaphore de l’agriculteur et propose un quadruple mouvement : labourer, semer, récolter et arroser. Un processus pertinent, biblique et global qu’il agrémente de nombreuses illustrations, tableaux, exemples et questions personnelles.
 

faire un don