Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 08 – Pierre et la pierre (Matthieu 16 et 17)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà été dans une situation où la solution à un problème est juste en face de vous, mais que vous ne le voyez pas ? Quelqu’un d’autre arrive, montre la solution et vous n’arrivez pas à croire que vous n’avez pas vu quelque chose d’aussi évident ! Dans notre étude de l’évangile de Matthieu de cette semaine, il illustre ce genre de situation avec ceux qui ont croisé leur chemin avec Jésus. Débutons notre étude et apprenons-en davantage, afin de ne pas passer à côté de l’évidence spirituelle !
 
I.  Le signe
 
1.     Lisez Matthieu 16.1. Jésus fait toutes sortes de miracles. Devrait-il en faire un maintenant ? (Bien que je pense que les miracles de Jésus ont l’effet de confirmer qui il est, des textes tels que Matthieu 14.14 nous disent que les miracles de Jésus sont motivés par la compassion. Ces chefs religieux sont simplement en train de « tester » Jésus.)
 
2.     Lisez Matthieu 16.2-3. Quel est le problème avec les chefs religieux ? (Ils ignorent l’évidence : que Jésus accomplit la prophétie.)
 
a.      Sommes-nous comme ces responsables religieux ? Ignorons-nous ce que dit la Bible, ainsi que la façon dont elle s’applique dans notre vie, et demandons-nous à Jésus un signe spécial à la place ?
 
3.     Lisez Matthieu 16.4. Jésus dit que le « signe de Jonas » leur sera donné. Que signifie cela ? (La réponse la plus sophistiquée et obscure est que Jonas est descendu dans l’eau et est revenu à la vie quand le poisson l’a recraché (Jonas 2). Jésus descendra sur la terre, et ressuscitera pour la vie éternelle. La réponse la plus évidente est que les évènements ordonnés par Dieu ont dépassé Jonas. Les évènements ordonnés par Dieu ont dépassé les chefs religieux. Le rejet de Jésus a mené à la destruction de Jérusalem.)
 
II.  Le pain
 
1.     Lisez Matthieu 16.5-11. Pourquoi Jésus se plaint-il que les disciples manquent de foi, plutôt que de leur manque d’intelligence ? (Aucun problème auquel ils faisaient face n’était dû à un manque de pain – ils venaient de voir ces miracles. À ce moment, ils supposaient que l’enseignement de Jésus était en rapport avec le manque de pain.)
 
a.      Quand nous sommes face à des difficultés, pourrions-nous seulement imaginer la possibilité que Jésus ne nous aide pas ?
 
2.     Lisez Matthieu 16.12. Pourquoi Jésus utilise-t-il le « levain » pour représenter les enseignements des chefs religieux ? (Lévitique 2.11 interdit l’utilisation du levain (la levure) dans les offrandes à Dieu. Le commentaire biblique New Unger’s Bible Dictionary relève que le levain cause « la désintégration et la corruption, qui symbolise le mal et l’énergie du péché ». Vous n’aimeriez pas que votre enseignement soit décrit ainsi !)
 
III.  La pierre
 
1.     Lisez Matthieu 16.13-14. Ces réponses vous décourageraient-elles à la place de Jésus ?
 
2.     Lisez Matthieu 16.15-18. Il s’agit d’un texte longuement débattu. Sur quoi Jésus construit-il son église ? (Jésus dit qu’il la construira sur Pierre.)
 
a.      Êtes-vous sûr(e) de cette réponse si je vous dis que Pierre signifie « roc » ? Si Pierre signifie « roc », alors à quoi fait référence Jésus quand il parle de construire son église sur le roc ? (Il semble difficile de d’accorder trop de crédit à la réponse « Pierre », parce que Jésus dit que la réponse correcte a été donnée par « mon Père qui est dans les cieux » - et non par Pierre. Peut-être que nous devons en conclure que le roc sur lequel est construit l’église est ces individus (comme Pierre) qui disent ce que Dieu leur a révélé.)
 
b.      Quelle est la révélation donnée à Pierre ? (Jésus est « le Fils du Dieu vivant ».)
 
c.      Attendez ! Cela modifie-t-il votre compréhension de la signification du « roc » dont parle Jésus, sur lequel il construira son église ? (Le « roc » n’est pas simplement ceux par lesquels l’Esprit saint donne la compréhension, mais c’est plutôt comprendre le point spirituel le plus important – que Jésus est Dieu. Il est le Messie. Il est le « Fils du Dieu vivant ». L’église de Jésus sera construite sur des individus remplis d’Esprit saint qui comprennent que Jésus est Dieu.)
 
d.      Vous savez que je vous encourage souvent à regarder le contexte quand nous essayons de comprendre la signification d’un texte. Que fait Matthieu au travers de son évangile ? (Il démontre que Jésus est le Messie, que Jésus est Dieu.)
 
i.       Cela bouscule-t-il quelque peu notre compréhension du roc ? (Matthieu n’a pas promu Pierre, il a promu la divinité de Jésus. Il s’agit d’un autre élément de preuve au regard de ce que Jésus signifie ici.)
 
3.     Lisez Matthieu 16.19. Jésus donne-t-il le jugement aux disciples, qui quelques minutes auparavant ne pouvaient même pas déterminer s’il parlait de pain ? (J’espère que non ! Si le « roc » est une compréhension, inspirée par l’Esprit saint, de qui est Jésus, alors nous pouvons voir que chacun qui accepte cette compréhension critique est libéré pour la vie éternelle, et ceux qui rejettent cette compréhension critique sont liés pour la mort éternelle.)
 
4.     Lisez Matthieu 16.20. Pourquoi ne pas partager cette importante nouvelle ? (Ce n’était pas le bon moment. Dans nos efforts d’évangélisation nous devons écouter l’Esprit saint pour savoir quand est le bon moment pour partager.)
 
IV.  Le rabrouement
 
1.     Lisez Matthieu 16.21-23. À un moment Dieu parle au-travers de Pierre et l’instant d’après c’est Satan qui parle par lui. Cela semble-t-il normal ? (Lisez Jacques 3.10-12. Par le passé je comprenais que Jacques disait que cela n’était pas possible. Pierre montre que cela est possible – et franchement je suis reconnaissant pour le récit de Matthieu qui montre que nous donnons souvent des messages contradictoires. Mais Jacques a raison que « il ne faut pas […] qu’il en soit ainsi ».)
 
a.      Lisez à nouveau Matthieu 16.23. Quand Jésus dit à Pierre qu’il « pense comme les humains », à quoi pense-t-il concrètement ?
 
b.      Semble-t-il faux de conclure que « le Fils du Dieu vivant » ne peut pas être tué ? (Pierre voulait que Jésus soit le Messie qui dirige, et Jésus savait qu’il devait être le Messie qui meurt pour son peuple.)
 
2.     Lisez Matthieu 16.24. Cela vous semble-t-il macabre ? Qui voudrait faire cela ? (Rappelez-vous que le contexte est important. La déclaration de Jésus ici est forte parce qu’il veut corriger la vision des disciples d’une puissance terrestre.)
 
3.     Lisez Jean 15.10-13. Il s’agit là d’une autre discussion sur le fait de « se donner », mais dans un contexte de « joie ». Comment expliquez-vous cela ? (L’obédience envers Dieu implique d’abandonner sa propre voie égoïste. Parce que Dieu sait ce qu’il y a de mieux pour nous, cela nous donne de la joie.)
 
V.  La récompense
 
1.     Lisez Matthieu 16.25-27. Êtes-vous d’accord ? (Un signe de maturité est de se sacrifier maintenant pour une plus grande récompense à venir. Ce que nous sacrifions maintenant ne peut pas être comparé à la gloire éternelle dont nous jouirons.)
 
2.     Lisez Matthieu 16.28. Jésus trompe-t-il les disciples ? Nous sommes maintenant plusieurs milliers d’années plus tard et Jésus n’est pas encore venu ! (Beaucoup disent que Jésus ne parle pas de sa seconde venue, et le verset précédent nous dit de quoi parle Jésus.)
 
3.     Lisez Matthieu 17.1-5. Comment appelleriez-vous cet événement ? (N’est-ce pas un avant-goût de la seconde venue de Jésus ? N’est-pas là la puissance des cieux visible à certains des disciples ? Le contexte montre que c’est ce que voulait dire Jésus quand il disait que certains de ses disciples verraient « le Fils de l’homme venant dans sa royauté ».)
 
VI.  Faire offense
 
1.     Lisez Matthieu 17.24. Selon vous, à quoi pensait Pierre en répondant à cette question ? (Il se demandait si Jésus payait ses obligations religieuses.)
 
2.     Lisez Matthieu 17.25. Que suggère Jésus comme étant au cœur de la question ? (La question de savoir si Jésus est le Fils de Dieu – puisqu’il s’agit de la taxe du temple.)
 
3.     Lisez Matthieu 17.26-27. Jésus devrait-il faire un compromis sur la question de savoir qui il est ? Ne venons-nous pas de décider qu’il s’agit de la question la plus importante pour les humains ?
 
a.      Pourquoi le fait de faire offense est-il important quand nous discutons la question centrale du christianisme ? N’est-il pas pire de faire des compromis ? (Jésus ne fait pas de compromis sur la question centrale. Qui peut attraper un poisson qui a exactement le montant nécessaire dans sa bouche ? En même temps, Jésus donne un enseignement important en disant que nous ne devrions pas offenser des gens qui ne font que leur travail.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), les disciples semblent souvent passer à côté de l’évidence. Les chefs religieux manquent l’évidence. Jésus nous dit que l’Esprit saint nous révèlera ce qui est évident. Voulez-vous, maintenant, demander à l’Esprit saint de vous donner la compréhension spirituelle ?
 
VII.    La semaine prochaine : Des idoles de l’âme (et autres leçons de Jésus).
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don