Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 03 – Le sermon sur la montagne (Matthieu 5)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Le sermon sur la montagne est une présentation surprenante. Cependant, il y a des points de vue variés à son sujet. Certains pensent qu’il s’agit du « livre des règles » pour quand nous serons au ciel – et de ce fait il n’est pas pour nous maintenant. D’autres pensent que son objectif est de nous amener à la conclusion que le standard de Dieu est impossible à atteindre, et donc nous sommes amenés à nous appuyer sur la grâce. Certains le considèrent comme un défi pour amener leurs œuvres à un plus haut niveau. Mon point de vue est que le sermon sur la montagne nous montre que la grâce n’est pas juste une question de salut, mais un style de vie. Dieu nous appelle à dépendre de sa puissance en toutes choses, et cela inclut la façon dont nous vivons. Débutons cette étude stimulante et apprenons-en davantage !
 
I.  Un avenir positif
 
1.     Lisez Matthieu 5.3-6. Aimeriez-vous faire partie de l’une de ces catégories : les pauvres, ceux qui pleurent, ceux qui sont doux, ceux qui ont faim ou soif ? (Personne ne veut être dans l’une de ces catégories.)
 
a.      Que dit Jésus au sujet des gens qui appartiennent à l’une de ces catégories ? (Ils seront bénis par Dieu et leur situation s’améliorera.)
 
b.      Quelqu’un vous a-t-il déjà dit que vous devriez aspirer à appartenir à l’une de ces catégories ? (On m’a dit un jour que je devrais désirer faire partie de l’une de ces catégories parce que ceux-ci sont bénis et les choses tournent à leur avantage. Je doute qu’il s’agisse là de buts – autre que de désirer la justice. Nous avons récemment étudié que nous devons nous efforcer de faire partie de la « première résurrection » - qui concerne les morts justes. Cela ne signifie pas que je devrais désirer être mort ! Au lieu de cela, cela semble difficilement être un message de miséricorde pour ceux qui se trouvent dans des situations difficiles.)
 
2.     Lisez Matthieu 5.7-9. Aimeriez-vous être l’un(e) d’entre eux ? (Je le souhaiterais. C’est une vertu que d’être compatissant, d’avoir le cœur pur et d’être un artisan de paix.)
 
a.      Quelles choses positives apprenons-nous sur leur avenir ? (Il leur arrivera des bonnes choses.)
 
b.      Faisons un pas en arrière un instant. Nous avons lu une liste de choses que nous n’aimerions généralement pas être, ainsi qu’une liste de choses que nous aimerions être. Quelle est la bonne nouvelle au sujet de ces deux listes ? (De bonnes choses les attendent.)
 
3.     Lisez Matthieu 5.10-12. Nous voyons à nouveau une liste de choses que nous n’aimerions pas voir nous arriver. Quel point positif fait Jésus pour ceux qui se trouvent dans cette situation ? (À nouveau, Jésus promet une bonne fin. Il ajoute que nous ne sommes pas seuls. Des gens spéciaux ayant une relation particulière avec Dieu (des prophètes) se sont trouvés dans la même situation. L’enseignement est que nous ne sommes pas seuls si ces choses nous arrivent.)
 
II.  Une loi positive
 
1.     Lisez Matthieu 5.13-16. Que Dieu veut-il que nous fassions ? (Il veut que nous lui apportions louange et gloire en faisant des bonnes œuvres.)
 
a.      Que nous suggère cette référence au sel qui perd sa saveur ? (Si nous n’apportons pas louange et gloire à Dieu, nous ne remplissons pas la tâche qui nous a été donnée.)
 
2.     Lisez Matthieu 5.17. Quelle est la mission de Jésus relativement à la loi ? (L’accomplir !)
 
a.      S’agit-il d’un message de grâce ? (Oui ! Jésus a vécu, est mort et est ressuscité, de telle sorte que nous pouvons accepter son œuvre complète à notre place.)
 
b.      Que veut alors dire Jésus lorsqu’il dit : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi » ? (La grâce ne diminue pas logiquement la loi. Au lieu de cela, elle montre à quel point elle est importante. Si la règle de droit n’importait pas, Dieu aurait simplement aboli la loi et aurait évité beaucoup de souffrance.)
 
3.     Lisez Matthieu 5.18-19. Pourquoi des gens qui non seulement transgressent la loi, mais enseignent aux autres à le faire, seront également dans le royaume des cieux ? (La grâce ! Mais, cher(ère) ami(e), voulez-vous avoir une mauvaise réputation pour toute l’éternité ? Cela montre que ceux qui s’opposent au fait de garder la loi ne comprennent pas l’image globale de la grâce. Ils ne comprennent pas l’importance d’apporter louange et gloire à Dieu par la façon dont nous vivons.)
 
4.     Lisez Matthieu 5.20. Les scribes et les pharisiens sont les plus hauts chefs religieux de l’époque. Comment notre justice peut-elle surpasser la leur ? Pourquoi même est-ce un but ? (La personne qui accepte par la grâce la justice de Jésus sera toujours plus juste que la personne la plus religieuse qui travaille pour la justice. Travailler pour le salut est la course d’un fou. Cela veut dire faire confiance à soi-même (comme ceux qui adorent des idoles), plutôt que de faire confiance à Dieu.)
 
III.  La loi sur les stéroïdes ?
 
1.     Lisez Matthieu 5.21-22 et Matthieu 5.27-28. Réfléchissez quelques minutes à ces versets. Contre quoi nous met en garde Jésus, qui semble aller bien plus loin que ce qu’exigent les Dix Commandements ? (Jésus parle de notre esprit, de notre attitude. La colère, les paroles colériques, le ressentiment, et la convoitise sont tous des états de l’esprit.)
 
a.      Lisez Romains 8.5-8. Cela a-t-il du sens à vos yeux – que les choses sur lesquelles vous fixez votre esprit détermineront la façon dont vous agirez ? (Je pense que c’est l’enseignement de Jésus. Soyez attentif(ve) à vos pensées si vous voulez éviter d’avoir des problèmes avec le péché.)
 
b.      Si j’ai raison, que cela nous dit-il quant à la nature de la colère, de la convoitise et des paroles dures ? (Je doute que le fait d’apprécier une belle femme ou d’être fâché soit de l’ordre de l’adultère ou du meurtre. Au lieu de cela, je pense que Jésus nous enseigne que se fâcher jusqu’au point de vouloir tuer, et désirer jusqu’au point d’avoir des pensées adultères, sont des péchés. Si nous avons le désir de commettre le péché mais que l’opportunité manque, alors nous n’évitons pas le péché.)
 
2.     Revenons en arrière et prenons quelques versets que nous avons auparavant sautés. Lisez Matthieu 5.23-26. Quel est le conseil général ici ? Comment résumeriez-vous cela en une ligne ? (Faites de votre mieux pour vivre en paix avec les autres.)
 
a.      Entendez-vous souvent des Chrétiens dire qu’ils ont des difficultés avec les autres, qu’ils sont des victimes, à cause de leurs croyances religieuses ? (Il ne fait aucun doute que les non-croyants créent parfois quelques problèmes aux Chrétiens. Cependant, la plupart des gens que j’entends dire cela n’essayent pas de vivre en paix avec les autres.)
 
3.     Lisez Matthieu 5.29-30. Cela a-t-il du sens à vos yeux ? Jésus vient de nous dire que le fait de penser à quelque chose était identique au fait de commettre le péché. En quoi le fait d’enlever votre œil ou votre main empêcherait votre cerveau de pécher ? (Cela ne l’empêchera pas. Un jour un membre de mon groupe d’étude de la Bible qui perdait la vue m’a dit que cela ne lui évitait pas les problèmes de convoitise. Je pense que Jésus veut attirer notre attention sur l’importance de son enseignement. Il ne fait aucun doute que nous sommes tous d’accord sur le fait que perdre une partie de notre corps est mieux que de manquer le ciel.)
 
IV.  La loi du talion
 
1.     Lisez Matthieu 5.38-41. Que veut dire Jésus quand il dit : « Vous avez entendu qu’il a été dit » ? (La loi du talion est écrite trois fois comme étant une instruction explicite de Dieu. Voir Exode 20.22 et Exode 21.23-25, Lévitique 24.17-20, et Deutéronome 19.21.)
 
2.     Lisez à nouveau Matthieu 5.39 et Jean 18.22-23. Pourquoi Jésus ne suit-il pas son propre conseil ? Au lieu de tendre son autre joue, il exprime une contestation judiciaire sous forme de défi après avoir été giflé !
 
3.     Parcourez Matthieu 18.23-35 et lisez Matthieu 18.32-34. La loi du talion est-elle un principe biblique ? (Oui ! Le maître change la condition du serviteur qui n’a pas pardonné en le torturant. Mais la vengeance n’est pas notre affaire. Jésus n’a pas donné une gifle en retour quand il s’est fait gifler. Nous devons laisser la vengeance à Dieu. Dieu nous a tant pardonné, comment pouvons-nous manquer de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal ?)
 
a.      Lisez Psaumes 84.5. Jésus nous enseigne la grâce comme style de vie. De la même manière que nous dépendons de Jésus pour notre salut, ainsi devrions-nous dépendre de Dieu pour la réponse à ceux qui nous ont fait du tort.)
 
b.      Lisez Romains 12.19. Quelle promesse partage Paul avec nous au sujet de la loi du talion ?
 
c.      Avez-vous essayé de répondre par vous-même dans le passé ? Comment cela s’est-il terminé ? (Je parie que cela ne s’est pas bien terminé. Le fait de prolonger le conflit ne vous a pas fait vous sentir mieux. De la même manière que la grâce vous donne la paix concernant votre salut, ainsi la grâce en tant que style de vie vous donne la paix dans la vie.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), je pense que le sermon sur la montagne est un appel à faire confiance à Dieu sur le fait qu’il prend soin de nous et qu’il résout les problèmes difficiles dans la vie. Voulez-vous décider, maintenant, de vous appuyer sur la puissance de Dieu et de faire de la grâce votre style de vie ?
 
V.    La semaine prochaine : « Lève-toi et marche ! » – Foi et guérison.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don