Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 02 – Débuts du Ministère (Matthieu 3 et 4)

Copyright © 2016, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Aimeriez-vous que Jésus dise qu’il n’y a personne « de plus grand que vous » ? Pas vraiment, dites-vous ? Notre étude de cette semaine porte sur quelqu’un pour qui cela est vrai. Jésus a dit au sujet de Jean le Baptiseur : « Parmi ceux qui sont nés de femmes, il ne s’en est pas levé de plus grand que Jean le Baptiseur » (Matthieu 11.11). Débutons notre étude de Matthieu et voyons quels enseignements Matthieu a pour nous au travers de Jean le Baptiseur !
 
I.  Repentez-vous
 
1.     Lisez Matthieu 3.1-2 (version à la Colombe). Que veut dire Jean le Baptiseur quand il dit : « le royaume des cieux est proche » ? (Il ne pouvait pas parler de la fin des temps, sinon il aurait été un faux prophète. Compte tenu du contexte, il parlait du ciel qui est venu sur la terre par la personne de Jésus.)
 
a.      Je peux comprendre « repentez-vous » dans le contexte du jugement de la fin des temps et des justes qui vont au ciel, mais quel sens cela a-t-il dans le contexte de Jésus qui est sur la terre ?
 
2.     Lisez Matthieu 3.3 et Ésaïe 40.3-4. À combien de personnes est-il fait référence dans Matthieu 3.3 (sans inclure Ésaïe) ? (Jean le Baptiseur, il est « celui qui crie dans le désert ». Jésus est le « Seigneur ». Ses auditeurs sont ceux qui rendent les sentiers droits.)
 
a.      Quelle lumière cela apporte-t-il à l’appel à se repentir parce que Jésus arrive ? (La meilleure façon de se préparer pour Jésus est de décider qu’il est temps de changer. La décision de faire quelque chose de différent permet au message de Jésus d’entrer plus facilement dans votre cœur (rendez les chemins de Jésus droits et plats).)
 
3.     Lisez Matthieu 3.4. Les manteaux de poils de chameau sont prisés aujourd’hui. Le message est-il que Jean est un homme bien habillé qui a une alimentation biologique ? (Lisez 2 Rois 1.8 et Zacharie 13.4. Ces textes nous disent que Jean était vêtu de l’habit traditionnel des prophètes. À nouveau, nous voyons Matthieu qui soutient la bonne foi de Jésus au travers du témoignage de Jean.)
 
4.     Lisez Matthieu 3.5-8 (version à la Colombe). Pourquoi Jean n’appelle-t-il pas les responsables religieux à se faire baptiser, mais au lieu de cela à produire « du fruit digne de repentance » ? (Cela est cohérent avec l’idée que nous avons discutée précédemment, selon laquelle venir à Jésus implique une décision que vous devez changer. Jean les appelle « vipères », avertit d’une colère à venir, et dit que vous devez changer.)
 
5.     Lisez Matthieu 3.9-10. Qu’attend Dieu de nous ? (Il ne se satisfait pas de notre affiliation religieuse. Il veut que nous soyons des Chrétiens productifs. Ces responsables religieux ne peuvent pas se reposer sur leur lien de parenté avec Abraham. Ils doivent comprendre que le changement est nécessaire.)
 
a.      La référence au fait de produire du fruit signifie-t-elle que les œuvres sont essentielles au salut ? (Discutons de cela dans la suite.)
 
II.  Le baptême
 
1.     Lisez à nouveau Matthieu 3.6 et lisez Matthieu 3.11. Notez que la confession des péchés et le baptême vont ensemble. Pourquoi cela ?
 
2.     Lisez Colossiens 2.11-12. Quel est l’équivalent chrétien de la circoncision ? (Le baptême.)
 
3.     Lisez Colossiens 2.13-15. Quand Jean parle de repentance et de baptême, quel est sont but ? J’ai demandé ci-dessus pourquoi la confession et le baptême vont ensemble. (Parce qu’ils constituent la nouvelle circoncision, ils sont votre acceptation de la grâce, votre participation avec Jésus à sa mort et à sa résurrection !)
 
4.     Avez-vous déjà entendu parler de produits qui sont « prêts » pour le prochain niveau de technologie, par exemple « HD-ready » pour citer un ancien exemple ? Quand Jean dit qu’il baptisait pour rendre le chemin plus facile pour Jésus, je pense qu’il parlait de rendre les gens prêts pour la grâce. Qu’en pensez-vous ?
 
5.     Avez-vous déjà entendu des Chrétiens dire que vous deviez être sûr(e) que chaque péché soit confessé afin que vous puissiez être sauvé(e) ? Pensez-vous que le salut s’avère être une chasse au péché caché afin de le confesser ? N’est-ce pas là une forme d’œuvre – œuvre qui vous oblige à avoir une très bonne mémoire ?
 
a.      Est-ce qu’une sensibilité à l’Esprit saint rend inutile une bonne mémoire ?
 
6.     Revenons à ce que dit Jean aux responsables religieux qu’il appelle « vipères ». Lisez à nouveau Matthieu 3.7-10 (version à la Colombe). Jean appelle ceux qui doivent être de mauvaises personnes à produire « du fruit digne de la repentance ». Cela ressemble à un appelle aux œuvres, mais en tenant compte de ce que nous venons d’étudier que cela semble-t-il signifier maintenant ? (Cela ressemble à une attitude qui reconnaît le besoin de changement et une volonté d’accepter la grâce. C’est quelqu’un qui est ouvert pour comprendre que le baptême est le chemin par lequel nous mourrons pour nos péchés et nous ressusciterons pour une nouvelle vie.)
 
7.     Revenons en arrière et lisons à nouveau Colossiens 2.11. Que signifie le dépouillement du corps de la chair ? (La circoncision enlève de la chair. Ainsi, cela signifiait symboliquement enlever la nature pécheresse. Le fait d’accepter la grâce doit résulter en une nature changée. Pour mieux comprendre cela, lisez Colossiens 3.)
 
8.     Lisez Matthieu 3.13-15. Jean a-t-il raison dans le fait que c’est Jésus qui devrait le baptiser, plutôt que l’inverse ?
 
a.      Si tel est le cas, pourquoi est-ce que Jésus s’est fait baptiser par Jean ? Spécifiquement, que veut dire Jésus par « il convient qu’ainsi nous accomplissions toute justice » ? (Il s’agit du pont entre d’une part le service du sanctuaire, dans lequel la mise à mort d’un animal pour la rémission des péchés symbolisait Jésus, et d’autre part le nouveau système de rémission des péchés par le baptême. Dans le système du sanctuaire un animal représentait Jésus. Dans le système de la grâce, Jésus nous représente. Rappelez-vous que Colossiens 2.11-12 nous dit que nous sommes morts et ressuscités « en lui » quand nous sommes baptisés. De cette façon les paroles de Jésus, selon lesquelles ce qu’il fait est bon pour « accomplir toute justice » ont du sens.)
 
9.     Lisez Matthieu 3.16-17. Selon vous, pourquoi Matthieu inclut-il cet évènement dans son histoire ? (L’entier de la divinité est ensemble : Jésus, l’Esprit saint et le Père. Avez-vous des doutes sur la divinité de Jésus ? Tant Dieu le Père que l’Esprit saint approuvent Jésus et ce qu’il fait !)
 
III.  La tentation
 
1.     Parcourez Matthieu 4.1-7 et lisez Matthieu 4.3 et Matthieu 4.6. Sur quel point Satan défie-t-il Jésus ? (Satan défie Jésus sur le fait qu’il est le « Fils de Dieu ».)
 
2.     Lisez à nouveau Matthieu 3.17. Que nous enseigne cela sur notre Dieu et sur nos tentations ? (Dieu le Père fortifie spécifiquement Jésus sur le point que Satan attaque.)
 
a.      Si vous êtes prêt(e), pensez-vous que Dieu en fera moins pour vous ?
 
3.     Lisez Matthieu 4.8-10. Pourquoi Satan ne tente-t-il pas Jésus à voler, maudire, calomnier ou convoiter ? (Parce que tout cela n’est pas le problème principal dans la vie d’un Chrétien. Le point central est de faire confiance à Dieu et de s’appuyer sur lui. Dans son histoire, le peuple juif a fait confiance à des idoles ou à d’autres nations et n’a pas fait confiance à Dieu. La confiance en Dieu est toujours la question centrale aujourd’hui, cela n’a pas changé.)
 
IV.  Le ministère
 
1.     Lisez Matthieu 4.12 et Matthieu 4.17 (version à la Colombe). Jésus reprend le message de Jean le Baptiseur. Pourquoi Dieu permet-il au message de Jean d’être coupé court de la sorte ? Jean n’avait-il pas encore un travail productif à faire ? (C’est la question que nous venons de discuter. Le point central dans notre vie est de savoir si nous ferons confiance à Dieu.)
 
2.     Lisez Matthieu 4.18-22. Au lieu de choisir des disciples, pourquoi ne pas secourir Jean – dès lors qu’il n’y avait personne de meilleur que lui et qu’il était un prédicateur expérimenté ? (La logique dit d’utiliser Jean. Mais la vie de foi dit que nous devons accepter les décisions de Dieu dans notre vie.)
 
a.      Notez que Jésus appelle des gens spécifiques. Que cela signifie-t-il pour vous ?
 
3.     Lisez Matthieu 4.23-25. Comment pouvez-vous reproduire la méthode d’évangélisation de Jésus ? Ou alors, cela n’est-il pas possible ? (Lisez à nouveau Matthieu 3.5. Jean le Baptiseur n’avait pas besoin de faire des miracles pour attirer les gens à lui. Nous devons demander à l’Esprit saint de nous montrer ce que nous devons faire pour amener les gens dans notre vie pour partager l’évangile.)
 
a.      Pourquoi Jean ne faisait-il pas de miracles ? (À nouveau, cela est en rapport avec la souveraineté de Dieu. Nous devons être reconnaissants pour les opportunités qui nous sont données de faire avancer l’évangile. Tout le monde ne fait pas avancer l’évangile de la même manière.)
 
4.     Cher(ère) ami(e), avez-vous besoin de changement dans votre vie ? Voulez-vous faire confiance à la direction de Dieu pour votre vie ? Pourquoi ne pas vous repentir maintenant et ouvrir votre cœur aux changements que Dieu veut dans votre vie ?
 
V.    La semaine prochaine : Le sermon sur la montagne.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don