Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 07 - Lutte de pouvoir (Nombres 16 & 17)

Copyright © 2009, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà vécu une dispute au sein de votre église ? (C’est une question stupide, n’est-ce pas ?) Comment savoir qui a raison et qui a tort ? Parfois c’est évident, mais parfois les deux parties ont de bons arguments. Que se passe-t-il si vous soutenez la partie "perdante" ? Comment gérer cela ? Cette semaine nous assistons à une lutte de pouvoir au sein de la communauté israélite. Entamons notre étude et voyons quels enseignements nous pouvons tirer pour notre communauté ecclésiale aujourd’hui !
 
I.         Le litige
 
1.      Lisez Nombres 16:1-2. Quelles références avait Coré ? (De très hautes références. Non seulement il était l’arrière-petit-fils de Lévi, mais il était le fils de Qehath. Les Qehatites "assuraient le service du sanctuaire" (Nombres 3:27-28). De tous les travaux spéciaux des lévites, les Qehatites avaient un travail très élevé.)
 
2.      Lisez Nombres 16:3 et Nombres 16:12-14. Quelle est l’accusation portée contre Moïse et Aaron ? (Ils se considéraient eux-mêmes comme au-dessus de quiconque, alors que leur leadership apportait de façon évidente de piètres résultats.)

a.        Si vous étiez un des auditeurs des accusations portées contre Moïse, l’évidence vous ferait-elle penser qu’elles sont fondées ?

3.      Lisez Nombres 16:8-10 et Nombres 16:15. Quelle est la défense de Moïse face à ces accusations ? (Les gens qui portaient ces accusations contre Moïse avaient déjà une grande autorité, et ils en voulaient simplement davantage parce qu’ils étaient avides de pouvoir. Moïse ne leur avait jamais rien pris, et il ne les avait jamais trompés d’aucune façon.)
 
a.        Moïse répond-il aux accusations portées contre lui ? (Quand il est accusé de faible leadership, la réponse "je n’ai pris aucun de vos biens" ne correspond pas à l’accusation. Quant à l’autorité, chacun semble accuser l’autre d’avoir outrepassé son autorité légitime.)
 
4.      Relisons l’une des accusations de Coré. Lisez à nouveau Nombres 16:3. Avez-vous l’impression que toute la communauté était sainte ? (Si j’étais l’avocat de Moïse, j’argumenterais que la raison pour laquelle ils se trouvaient dans cette situation n’était pas due à un manque de leadership de la part de Moïse, mais plutôt au fait que le peuple était loin d’être saint !)

5.      Lisez Nombres 16:4-7. Que propose Moïse ? (Que Dieu règle cela.)

a.        Est-ce un argument ? (Dans chaque dispute, nous devrions premièrement nous tourner vers Dieu. À la place de Moïse, je me serais défendu en disant : "Dieu m’a choisi. Je n’usurpe ton autorité d’aucune manière. C’est Dieu qui a décidé cela." Dire que Dieu règlera le cas est équivalent.)
 
II.       L’épreuve de force
 
1.      Lisez Nombres 16:16-19. Imaginez la scène. Il me semble que Moïse et Aaron se tiennent en présence d’un grand groupe qui s’oppose à eux. En termes humains, ils sont méchamment sous numéraires !

a.        Pourquoi toute l’assemblée est-elle là ? (Cela a dû créer une grande excitation dans le camp. Maintenant on va avoir quelque chose à raconter !)

i.        Si vous faisiez un sondage au sein du peuple, comment pensez-vous qu’il voterait ? Supporterait-il Moïse ou Coré ? (Dès lors que les lévites étaient les seuls qui étaient restés fidèles auparavant (Exode 32:26), et qu’ils sont maintenant en révolte, je suis amené à croire que Coré a le soutien de la foule. En particulier, il argumentait qu’ils étaient tous saints - quel message encourageant ! Il semble que la foule donnait son soutien à Coré et n’était pas simplement là par curiosité.)
 
2.      Lisez Nombres 16:20-22. Qui la foule aurait-elle dû soutenir ? (Il est clair de la réponse de Dieu que le peuple soutenait Coré. Dieu va exécuter un jugement sur eux, mais Moïse et Aaron intercèdent en leur faveur. Vous ne pourriez pas avoir meilleur ami que Moïse.)
 
a.        Combien de fois avez-vous demandé à Dieu de ne pas faire de mal à vos accusateurs ? De ne pas faire de mal à ceux qui aimeraient vous faire du mal ?

3.      Lisez Nombres 16:23-27. Pensez-vous que Coré et ses partisans sont toujours confiant que le jugement de Dieu est en leur faveur ?

4.      Lisez Nombres 16:28-30. Est-ce ainsi que nous devrions régler les litiges dans l’église ?
 
a.        Qu’en est-il si vous êtes du mauvais côté entre les deux parties ?
 
b.        Lisez le conseil de Gamaliel dans Actes 5:38-39. S’agit-il de l’équivalent pratique de ce que fait Moïse ?

5.      Lisez Nombres 16:31-33. Avons-nous une réponse claire au sujet de qui avait raison et qui avait tort ?

a.        Dans Nombres 16:27 nous voyons une référence aux "fils" des rebelles. Que pensez-vous de la justice de les engloutir tous ? (Dieu rendra un jugement pour la vie éternelle ou la mort éternelle. Cependant, certains de ces enfants avaient simplement les mauvais parents.)
 
i.        Est-ce vrai aujourd’hui ? Si vous êtes parent, dans quelle mesure est-il important que vous soyez fidèle à Dieu ? (Nous pouvons croire que Dieu est plus que juste parce qu’il est mort pour nous, mais cela montre une réalité qui fait réfléchir au sujet de l’influence que les parents ont sur le bien-être de leurs enfants.)
 
6.      Lisez Nombres 16:34. Pourquoi disent-ils cela ? (Cela rend clair le fait qu’ils avaient choisi d’être du côté de Coré.)

7.      Lisez Nombres 16:35 et Nombres 17:6. Je suis sûr que certains de mes lecteurs secouent leur tête et pensent : "Dieu est plutôt rude". Si vous pensez cela, comment expliquer Nombres 17:6 ?

a.        Qu’auriez-vous fait, à la place de Dieu, pour montrer au peuple que c’est vous qui aviez établi Moïse et Aaron ? (Le peuple pense d’une certaine façon que Moïse et Aaron ont fait cela de leur propre pouvoir. Il pense qu’ils ont manipulé un dieu pour faire leur volonté propre. Le peuple ne comprend pas que le grand Dieu du ciel leur montre sa propre décision au sujet du leadership. N’importe quoi d’autre de moins dramatique que la terre qui se fend et que le feu qui descend du ciel n’aurait certainement pas convaincu le peuple.)
 
8.      Lisez Nombres 17:7-10. Dieu a-t-il raison ? (Cher ami, je vote pour Dieu ici. Comment sa volonté pourrait-elle être plus claire ? Il a besoin d’une nouvelle équipe.)
 
9.      Lisez Nombres 17:11-13. Aaron le grand prêtre "se tint debout entre les morts et les vivants". Que cela vous rappelle-t-il ? (Lisez Hébreux 8:1-2. Mon jugement est que ce peuple mérite la mort. Mon jugement est que je mérite la mort. Louons Dieu pour Jésus qui a payé la pénalité de mort à notre place et qui se tient maintenant comme notre Grand Prêtre pour nous donner la vie éternelle !)

III.    Les arguments pour les gens stupides

1.      Lisez Nombres 17:16-20. Qu’est-ce qui persiste malgré tous ces signes terribles de la puissance et du jugement de Dieu ? (Les récriminations !)
 
a.        Selon Dieu, qu’est-ce qui va résoudre le problème ? (Un miracle qui n’implique aucune mort.)
 
i.        Que pensez-vous de cette approche ?

2.      Lisez Nombres 17:21-26. Qui Dieu a-t-il clairement choisi ? (Aaron.)

a.        Pourquoi Dieu fait-il montrer les bâtons à tous les Israélites ? (Afin que tous puissent voir et comprendre le miracle et le choix de Dieu.)
 
3.      Lisez Nombres 17:27. À quel point sont-ils stupides ? Autant que nous le sommes ?
 
a.        Y a-t-il un quelconque enseignement à tirer de cette expérience ? (Oui. Dans Nombres 17:6 le peuple pensait que Moïse avait quelque puissance spéciale (mauvaise) pour tuer le "peuple du Seigneur". Maintenant, au moins il comprend que c’est Dieu qui fait cela aux "perdus".)

b.        Prenons comme hypothèse que nous croyons ne pas être aussi stupides que le peuple semble l’être. Quelle est l’enseignement qu’ils auraient dû tirer ? (Dieu dirige, Dieu a ses dirigeants. La rébellion contre Dieu et contre ses dirigeants amène la mort. Seule l’intervention du grand prêtre peut nous sauver d’une mort méritée.)

4.      Repensons à quelques études précédentes et considérons les enseignements que nous devrions avoir appris.
 
a.        Quelle est l’enseignement que nous devrions avoir appris de l’échec de l’entrée du peuple en Canaan ? (Nous devons faire confiance à Dieu quand nos vies sont en danger. Nous devons faire confiance à Dieu lorsque des difficultés se dressent devant nous. La peur n’est pas uniquement une défiance envers Dieu, elle nous tient à l’écart de grandes bénédictions.)
 
b.        Quel est l’enseignement que nous devrions avoir appris de l’homme qui ramassait du bois le jour du sabbat ? (Nous pouvons parfois croire que Dieu nous a laissé tomber, alors que c’est notre propre foi qui fait défaut. Le fait de se détourner de Dieu avec défiance et de pécher se termine toujours par la destruction.)

5.      Alors que vous reliez cette étude avec les deux dernières, comment résumeriez-vous notre choix dans la vie ? (Dieu est cette puissance merveilleuse et effrayante. Si vous lui faites confiance, des choses fabuleuses sont possibles. Si vous vous rebellez contre lui, vous êtes stupide. Au milieu de cette terrifiante Présence se trouve Jésus, qui offre de nous sauver de nos péchés.)

6.      Cher ami, les choix sont clairs. Lequel allez-vous faire aujourd’hui ?
 
IV.     La semaine prochaine : Prêtres et lévites.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don