Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 07 - L’homme Abram (Genèse 12 à 14)

Copyright © 2006, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Dieu vous a-t-il appelé à le servir ? Avez-vous laissé tombé Dieu ? Si vous avez ressenti l’appel, mais vous vous êtes écarté de Dieu par une attitude indigne, alors cette étude est pour vous ! Abram nous montre ce que veut dire "s’écarter" de Dieu et ce que Dieu fera pour ceux qui apprennent de leurs erreurs passées. Débutons ensemble notre étude !
 
I.          L’appel

1.       Lisez Genèse 11:31-32. Qui a apparemment initié ce voyage ? (Térah.)

a.         Quelle en était la destination ? (Canaan.)

i.         L’ont-ils accompli ? (Non. Ils s’installèrent à Harrân (ou Charan, selon les traductions bibliques).)

ii.        Si vous le pouvez, regardez sur une carte et dites-moi où se trouve Harrân sur la route menant de Our à Canaan ?

2.       Lisez Actes 7:2-4. Quels éléments de notre histoire ces versets clarifient-ils ? (L’appel était à Abram, et non à son père Térah. L’implication est que Térah aurait pu être un obstacle à l’obéissance à Dieu parce qu’ils se sont établis à Harrân et n’ont pas terminé leur voyage après la mort de Térah.)

3.       Avez-vous déjà expérimenté l’appel de Dieu à changer quelque chose dans votre vie, et vous l’avez fait petit à petit et non en une seule fois ?

4.       Lisez à nouveau Actes 7:3. Un tel appel serait-il difficile pour vous ? (Dieu appelle Abram à quitter son pays et les siens pour aller quelque part où Abram n’est jamais allé.)

5.       Lisez Genèse 12:1-3. Que promet Dieu à Abram ?

a.         Lisez Genèse 11:29-30. À quel problème est confronté Abram en croyant à la promesse de Dieu ? (Dieu lui avait promis de faire de lui une "grande nation", mais sa femme ne pouvait avoir d’enfants.)

b.         Lisez Genèse 11:4. À quel autre problème est confronté Abram en faisant confiance à Dieu ? (La philosophie de l’époque était de rester ensemble et de bâtir une ville et une tour pour se faire un nom pour soi-même.)

c.         J’ai déjà parlé au sujet du problème de l’orgueil dans les péchés de Ève et de la tour de Babel. Dieu encourage-t-il l’orgueil d’Abram ? (Dieu lui promet honneur et grandeur s’il obéit. Le problème avec Ève et les bâtisseurs de la tour est qu’ils voulaient acquérir un plus grand honneur en s’opposant aux instructions de Dieu.)

II.        Le vacillement

1.       Le chapitre 12 de la Genèse continue en nous racontant qu’Abram partit en Canaan. Continuons notre histoire en lisant Genèse 12:10-13. Qu’est-il arrivé à la foi d’Abram ? (Si Dieu lui avait dit la vérité sur le fait qu’il deviendrait une grande nation, il ne pouvait certainement pas être assassiné par les Égyptiens.)

a.         Quel impact peut avoir la famine sur la foi d’Abram en Dieu ?

b.         Que cela suggère-t-il quant à la façon dont Saraï devait être habillée ? (Étant donné les diverses façons dont les femmes ont de s’habiller dans cette région du monde, je me demande comment Saraï était habillée. Cela nous dit que Saraï a dû s’habiller de telle sorte que son visage au moins était visible.)

2.       Lisez Genèse 12:14-16. Le mensonge d’Abram s’est-il avéré être à son avantage ? Sa prévision était-elle correcte ? (La prévision d’Abram est correcte. Il "tire profit" de son mensonge.)

a.         Devinez où Abram avait acquis Hagar (un sujet dont que nous aborderons plus tard) qui était une "servante égyptienne" (Genèse 16:1) ?

3.       Lisez Genèse 12:17-20. Pourquoi Dieu fait-il cela ? Pourquoi ne pas simplement laisser Abram continuer son chemin et trouver quelqu’un d’autre pour en faire une grande nation ? (Cela indique plusieurs aspects de Dieu. D’abord, il discipline (légèrement, je pourrais ajouter) Abram à cause de son mensonge. Le Pharaon innocent semble souffrir le plus. Deuxièmement, Dieu est plus fidèle qu’Abram (ce pour quoi nous pouvons tous être reconnaissants). Troisièmement, Dieu intervient afin d’être sûr que sa volonté soit suivie.)

a.         Abram a dévié du droit chemin. Comment peut-il revenir sur ses traces ? Est-ce en se repentant et en se tournant volontairement vers Dieu ? (Il est poussé hors du pays suite à un scandale.)

III.     La résolution de conflit

1.       Lisez Genèse 13:1-7. Abram a un problème à bien des égards. Abram avait quitté cette région bien des années auparavant à cause de la famine. Il y retourne étant riche. Loth a également été béni. Les deux ensemble ont plus d’animaux dans leurs troupeaux que la terre ne peut en accueillir, et cela crée un grave problème. Supposez qu’ils viennent vers vous, comme juge, pour décider comment résoudre ce problème. Comment le résoudriez-vous ? (Je dirais qu’Abram avait été le bienfaiteur de Loth. Abram était aussi l’aîné. Il était sans doute plus riche. Loth devrait logiquement être celui qui quitte la région pour trouver son propre pâturage. De plus, Abram s’était vu donné cette terre par Dieu ! Voir Genèse 12:7.)

2.       Lisez Genèse 13:8-9. Abram suit-il ma "sagesse" pour résoudre le problème ? (Non. Il laisse décider Loth.)

a.         Que cela nous montre-t-il au sujet du caractère d’Abram ? (Il est généreux. Il ne revendique pas des droits qui sont les siens.)

3.       Lisez Genèse 13:10-12. Sur quelle base Loth fait-il son choix ?

a.         Est-ce le choix que vous feriez ? Ou alors, "diviseriez-vous" la plaine du Jourdain, de telle sorte que votre oncle Abram pourrait avoir une partie de la meilleure place ?

b.         Quel autre avantage représente la plaine du Jourdain pour Loth ? (Il s’y trouve des villes. Cela veut dire que les divertissements et le commerce étaient à portée de la main.)

4.       Lisez Genèse 13:13. Pourquoi Loth n’en tient-il pas compte en allant à Sodome ?

a.         S’agit-il d’une question actuelle pour nous aujourd’hui ?

5.       Lisez Genèse 13:14-17. Je pensais que nous venions d’avoir une division de propriété dans laquelle Abram était le "perdant". Qu’en est-il ? (Dieu nie la décision de Loth. Il dit à Abram qu’il ne lui a abandonné aucune terre. Elle sera entièrement sienne.)

a.         Y a-t-il un lien entre la décision d’Abram vis-à-vis de Loth et l’annonce de Dieu à Abram ? (Je le pense. Lorsque nous témoignons de générosité, Dieu est généreux envers nous.)

b.         Quelle leçon de vie trouvons-nous pour nous dans cette partie de l’histoire ? (Les hommes peuvent décider tout ce qu’ils veulent. C’est Dieu qui dirige le chemin des hommes. Abram dépendait de Dieu.)

IV.      Le secours

1.       Lisez Genèse 14:8-12. Qu’arrive-t-il d’autre à Loth, qui avait choisi de vivre où se trouvaient les villes ? (Il est pris dans une histoire politique locale qui se termine par une guerre. La décision de Loth lui a finalement fait perdre tout ce qu’il avait acquis - y compris sa propre liberté.)

2.       Lisez Genèse 14:13-14. Selon vous, que signifie le fait d’avoir "318 hommes qui étaient nés dans sa maison" ? (Abram avait une armée de serviteurs. La traduction anglaise (NIV) mentionne que ceux-ci étaient "entraînés", tout comme la version Darby (DRB) qui mentionne qu’ils étaient "exercés". Je comprends par là qu’ils étaient formés au combat.)

a.         Nous venons de passer au travers d’une histoire où la dépendance complète d’Abram envers Dieu lui redonne l’entier du pays - malgré la décision de Loth. Diriez-vous que le fait qu’Abram eût une armée entraînée démontre un manque de confiance en Dieu ?

b.         Quand j’étais enfant, je connaissais un pasteur qui n’avait contracté aucune assurance pour sa maison parce qu’il comptait sur Dieu pour la protéger, ainsi que son mobilier. Que suggère l’exemple d’Abram à propos de la sagesse de ne pas contracter d’assurance ?

3.       Lisez Genèse 14:15-16. Quelles nouvelles compétences trouvons-nous en Abram ? (Il comprend l’art de la guerre.)

4.       Lisez Genèse 14:18-20. Qu’est-ce qui a habilité Abram à donner un dixième de ce qu’il avait saisi ? L’entier du butin appartenait-il à Abram ?

a.         Quel message donne Abram en donnant un dixième du butin à Malki-Tsédeq ? (J’ai parlé de la sagesse humaine d’une armée et des compétences militaires d’Abram. Cet acte indique qu’Abram attribue la victoire à Dieu.)

5.       Lisez Genèse 14:21-24. Le roi de Sodome est-il généreux ? (Je ne pense pas qu’il fût en mesure de marchander. C’est uniquement pour se donner un air de bravoure.)

a.         Malgré qu’Abram pût garder le butin du pillage, pourquoi le refusa-t-il ? Pourquoi se soucier de ce que dira le roi de Sodome ? (Nous percevons un "développement" en Abram. Dieu l’a béni. Il ne veut pas que le roi de Sodome retire du crédit de ce que Dieu a fait pour lui.)

6.       Cher ami, quelle leçon tirez-vous de notre étude d’Abram ? Dieu était fidèle envers Abram, même lorsqu’il n’était pas fidèle envers Dieu. Pourtant, la patience de Dieu avec Abram a aboutit à une attitude généreuse et une confiance en Dieu. Dieu l’a bénit pour cela.

V.        La semaine prochaine : Foi et fragilité.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don