Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 04 - Le paradis perdu (Genèse 3 & 4)

Copyright © 2006, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Il y a un vieux dicton anglais qui dit : "Vous n’avez qu’un seul coup contre le roi ; soit vous le tuez, soit c’est lui qui vous tue." Imaginez la pensée de Satan : si on vous donnait une occasion d’expérimenter la loyauté d’Adam et de Ève, n’utiliseriez-vous pas votre meilleur argument, votre meilleure tentation ? Tout reposait sur ce "seul coup". Débutons notre étude et considérons la décision de Satan sur sa manière de tester la loyauté des hommes nouvellement créés par Dieu !
 
I.          Le coup

1.       Lisez Genèse 3:1. Jusqu’ici, j’ai affirmé que le récit biblique de la Création était littéral. Faut-il aussi comprendre ce texte de manière littérale ? Un serpent parle-t-il vraiment à Ève ?

a.         Pourquoi la Bible nous dit-elle que le serpent était le plus avisé de tous les animaux de la campagne ? (Cela suggère que si un seul animal pouvait parler, ce serait celui-ci.)

b.         S’agit-il seulement d’un serpent très intelligent ? (Une histoire du Nouveau Testament nous donne un indice important. Marc 5 nous parle des démons "Légion" qui possédaient d’abord un homme puis un troupeau de cochons. Les démons parlaient à travers l’homme, d’après le récit biblique, et ils auraient pu parler à travers les cochons. Je pense que c’est ce qui se produit ici. Satan prend possession d’un serpent. Parce que les serpents sont si intelligents, Ève n’est pas choquée d’entendre un serpent parler.)

c.         Pourquoi Satan questionne-t-il au sujet de la nourriture provenant des arbres ? (Rappelez-vous qu’il s’agit du "test", du "seul coup". Vous ne voulez pas que quelqu’un dise plus tard que Ève "n’était pas présente" lors de la mise en garde de Dieu sur la consommation du fruit des arbres. Satan ne voulait pas entrer dans une discussion sur la compréhension de Ève du commandement de Dieu.)

2.       Lisez Genèse 3:2-3. Repensez à la semaine passée. La réponse de Ève est-elle correcte ? (Elle est à la fois fausse et ambiguë. Relisez Genèse 2:16-17. Dieu n’a rien dit sur le fait de "toucher" le fruit. D’après la Bible, il a simplement dit : "Tu n’en mangeras pas". De plus, il y avait deux arbres au milieu du jardin : l’arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais et l’arbre de la vie (Genèse 2:9).)

a.         Était-ce une bonne idée de s’abstenir de toucher le fruit ? (Si vous voulez éviter de le manger, il est préférable d’éviter de le toucher.)

b.         Était-ce juste de la part de Ève de dire que si elle touchait de ce fruit elle mourrait ? (Lisez Deutéronome 4:1-2. Je pense que c’est une grave erreur de confondre ce qui semble être une "bonne idée" avec ce que Dieu a réellement dit. Lorsque vous enseignez à vos enfants ce qu’est le péché, ne confondez pas dans leur esprit ce qu’est réellement le péché avec ce qui est une bonne idée pour éviter de pécher. Autrement, quand ils enfreindront votre "bonne idée" et n’y trouveront aucun mal, ils penseront qu’il en sera de même avec le péché.)

3.       Lisez Genèse 3:4-5. Il s’agit du "coup" de Satan pour obtenir la loyauté des hommes. Analysez l’approche de Satan. Que fait-il ? (Tout d’abord, il contredit catégoriquement Dieu. Ensuite, Satan suggère que Dieu a menti à Ève pour qu’elle reste inférieure. Elle peut être comme Dieu.)

a.         Comment caractériseriez-vous la tentation de Satan envers Ève ? S’agit-il d’appétit ? De confiance ? D’avidité ? De vanité ? D’orgueil ?

b.         Comparez Genèse 3:22 avec Genèse 3:5. Satan dit-il la vérité ? (En partie.)

c.         Dieu avait-il caché le fait qu’il ne voulait pas que les hommes connaissent le mal ? (Relisez Genèse 2:17. Dieu donne à l’arbre l’étiquette "connaissance de ce qui est bon ou mauvais". Il ne donne aucune explication sur la raison de l’interdiction d’en manger du fruit. Il les informe uniquement de la pénalité.)

i.         Quelle leçon y trouvons-nous pour nous aujourd’hui ? (Nous rions des parents qui répondent aux "pourquoi ?" de leurs enfants avec un "parce que je vous le dis !". J’avais décidé de toujours donner à mes enfants la raison de mes règles. C’était peut-être une mauvaise approche. Pour certaines choses nous avons besoin d’apprendre que Dieu n’a pas besoin d’expliquer ses règles à des hommes autrement qu’en disant : "Je suis Dieu et vous ne l’êtes pas".)

ii.        Le simple fait de raconter à nouveau la chute de l’homme constitue-t-il une explication des règles de Dieu ?

II.        La chute

1.       Lisez Genèse 3:6. Pourquoi Ève a-t-elle mangé du fruit alors qu’elle savait ce que Dieu avait dit ? (Le texte dit que le fruit était plaisant pour la vue. Il semblait être une bonne nourriture. Il lui donnerait de la sagesse.)

a.         Pourquoi l’apparence du fruit a-t-il été un facteur majeur dans la décision de Ève ? (Ce qu’elle voyait contredisait ce à quoi elle s’attendait d’un arbre dont Dieu avait dit qu’il causerait la mort. Sûrement qu’un "arbre de mort" devait être laid, ou qu’il aurait au moins un fruit suspect au premier regard.)

b.         Le péché de Ève était-il progressif ? (Je pense qu’un problème majeur était que Ève avait une fausse idée de la loi de Dieu (Genèse 3:3). Elle a touché le fruit avant d’en manger. Et parce qu’elle n’était pas morte en touchant le fruit, elle a été amenée à penser que Dieu n’était pas crédible et qu’elle gagnerait de la sagesse en en mangeant.)

c.         Combien de fois avez-vous pensé que Dieu n’était pas crédible alors que le réel problème était un manque de votre part de lecture et de compréhension de la Parole de Dieu ?

2.       Pourquoi Adam a-t-il mangé du fruit en violation du commandement de Dieu ? (Lisez 1 Timothée 2:14. Paul nous dit qu’Adam n’a pas été trompé.)

a.         Paul semble conclure qu’Adam a droit à quelque crédit parce qu’il n’a pas été trompé alors que Ève a été trompée. Qu’en pensez-vous ? (Tout péché est péché, mais je considère la désobéissance délibérée comme étant bien pire. Considérez la façon dont vous comparez ces deux aspects lorsque vos enfants vous désobéissent.)

3.       Si vous deviez donner un conseil à Ève, quel serait-il ? (Elle aurait dû être en alerte totale quand le serpent contredisait Dieu (Genèse 3:4). Elle aurait dû être plus familière avec la Parole de Dieu. Elle aurait dû faire confiance à Dieu et non à sa propre intelligence. Elle aurait dû se contenter de la connaissance que Dieu lui avait donnée.)

4.       Quel conseil donneriez-vous à Adam ? (Dans le cas de Ève, il semble qu’il y ait une chance pour qu’elle fasse juste la fois suivante. Dans le cas d’Adam, il semble qu’il ait catégoriquement désobéi à Dieu.)

III.     La promesse

1.       Lisons les conséquences ultimes de cette histoire. Lisez Genèse 3:14-15. Dieu parle-t-il de manière littérale ou figurée ?

a.         Si vous répondez "de manière littérale", quelle "progéniture" a Satan ?

b.         Cela signifie-t-il simplement que nous n’aimerons pas les serpents, qu’ils nous mordront le talon et que nous leur écraserons la tête quand nous en verrons ?

c.         Si vous répondez "de manière figurée", expliquez-moi :

i.         Que signifie "mordre le talon" par rapport à "écraser la tête" ?

ii.        Que veut dire la Bible en parlant d’hostilité contre le serpent et sa progéniture ?

iii.      Nous disons : "aime le pécheur et hais le péché". Si vous dites que la "progéniture" correspond de manière figurée aux partisans de Satan, alors n’est-il pas attendu de nous d’avoir de l’hostilité contre "ces personnes" ? (Apocalypse 12:17 dit clairement que nous sommes en guerre contre Satan. Logiquement, cela inclut ses partisans.)

(1)    Comment vous réconciliez Luc 6:35 ("aimez vos ennemis") ou Romains 5:8 ("Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs") avec l’idée d’hostilité contre la progéniture ? (L’amour pour nos ennemis est une arme de guerre contre eux (Romains 12:20).)

d.         Que nous dit le fait "d’écraser la tête" quant à l’issue de la guerre avec Satan ? (Nous gagnerons. Il perdra.)

IV.      Les résultats de la chute

1.       Lisez Genèse 4:1-2. Quelle est l’attitude de Ève envers ses fils ?

2.       Lisez Genèse 4:3-7. Quel est le problème de Caïn ? (Il ne faisait "pas juste" quant à son propre choix d’offrandes.)

a.         Approfondissons cela. En quoi est-ce un sujet important ? (Le sacrifice d’un agneau préfigurait la mort de Jésus à notre place. Le fait d’apporter à Dieu ce qui est logique - compte tenu de votre domaine d’activité - correspond l’approche du salut par les "œuvres". De même que sa mère, Caïn a décidé qu’il pouvait avoir son propre jugement quant à la manière appropriée d’obéir à Dieu.)

3.       Lisez Genèse 4:8. Quelle raison Caïn a-t-il pour tuer Abel ?

a.         Que cela nous dit-il sur Satan ? Quelle est son attitude envers les hommes ? Quelle est son attitude envers vous ?

b.         Imaginez les pensées d’Adam et de Ève à propos de ce meurtre. Chacun rejetterait la responsabilité sur l’autre ?

4.       Cher ami, considérez la nature du péché. Nous partons d’une simple tromperie, de méfiance et d’un désir d’être comme Dieu, pour finir à un meurtre prémédité, et ce dans l’intervalle d’une seule génération. Considérez ce que Satan a en tête pour vous ! Quel camp voulez-vous choisir ?

V.        La semaine prochaine : Destruction et régénération.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don