Logo EtudesBibliques.net

Ancien Testament

Étude 06 – Des actes symboliques (Genèse 4, Nombres 21, Jérémie 13)

Copyright © 2015, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà réfléchi à la façon dont Dieu utilise les symboles ? Le service de l’Ancien Testament est entièrement un symbole de ce que Jésus fait pour nous. Appeler Jésus « l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jean 1.29) amène à l’esprit le symbolisme du sacrifice d’un agneau pour nos péchés. Dans notre dernière étude nous avons introduit l’idée selon laquelle Dieu a enseigné à Jérémie à utiliser les symboles dans ses enseignements sur ce que Dieu voulait que le peuple apprenne. Cette semaine nous entrons bien plus profondément dans le sujet. Voyons quels nouveaux éléments nous pouvons apprendre de la Bible et des symboles !
 
I.  Les pommes et les serpents
 
1.     Lisez Genèse 4.1-2. Dans la relation entre les deux frères, selon vous, quelle est la signification du fait que Caïn soit l’aîné ? (Caïn étant plus âgé, Abel regardait vraisemblablement Caïn avec admiration. Il ne fait aucun doute que les parents de Caïn l’ont inondé d’affection.)
 
a.      À quel degré évalueriez-vous l’importance relative des carrières choisies par les deux fils ? (Genèse 3.17-19 nous dit que Dieu a dirigé les hommes à faire le genre de chose que faisait Caïn.)
 
i.       Quel était le but du travail d’Abel ? (Ce n’était pas de créer de la nourriture. Ce n’est qu’après le déluge qu’il a été dit aux humains qu’ils pouvaient manger de la viande (Genèse 9.1-3). Abel a élevé des troupeaux pour faire des habits (Genèse 3.21) et pour les sacrifices (Genèse 4.4).)
 
2.     Lisez Genèse 4.3-5. Si vous étiez Caïn, quelles seraient les raisons pour lesquelles vous apporteriez des fruits comme offrande ? (Cela reflète ce que vous faites ! Comment cela pourrait-il être un sacrifice s’il ne reflète pas votre dur labeur ?)
 
a.      Pourquoi Dieu n’accepte-t-il pas les efforts de bonne foi de Caïn pour présenter son propre travail ? (Les sacrifices n’étaient pas « au sujet de Caïn », ils concernaient le symbolisme de Dieu. Le symbolisme entre une pomme et Jésus crucifié pour nos péchés est difficilement équivalent à la mort d’un agneau.)
 
3.     Lisez Genèse 4.6-7. Dieu est-il clair dans ses instructions à Caïn ? (Cela affirme que Dieu lui a dit ce qui est « bien », mais Caïn a fait ce qu’il pensait être approprié.)
 
a.      Quel est l’enseignement pour nous ? (Nous pouvons avoir des raisons logiques pour ce que nous faisons, mais nous pouvons voir dans cet exemple que la connaissance de Dieu de « l’image globale » nous montre que nous devons lui faire confiance et nous soumettre à lui.)
 
4.     Lisez Nombres 21.1-3. Dans quelle mesure Dieu est-il important dans la victoire de son peuple ? (Il perdait jusqu’à ce que Dieu intervienne en sa faveur.)
 
5.     Lisez Nombres 21.4-5. À la lumière de ce qui vient d’arriver, comment caractériseriez-vous l’attitude du peuple de Dieu ? (Il est rebelle. Il perd la foi en Dieu. Il est ingrat.)
 
6.     Lisez Nombres 21.6-7. Pourquoi Dieu envoie-t-il les serpents ?
 
7.     Lisez Nombres 21.8-9. En quoi ce symbole a-t-il un quelconque sens ? Le serpent était la face du péché originel (Genèse 3.1-4), et maintenant les serpents les tuent ! Pourquoi ne pas mettre un agneau sur un poteau, pour que le peuple le regarde ? (Le problème était que, comme Caïn, ils ne faisaient pas face à leurs péchés. En regardant le serpent, ils faisaient face à leur péché. Pour que nos péchés soient pardonnés, nous devons les reconnaître et demander le pardon. Le symbole de l’agneau et, dans une moindre mesure, le symbole du serpent, montrent que nous devons avoir foi en les dispositions de Dieu.)
 
a.      Qu’est supposé faire le peuple avec ce serpent de bronze ? (Il doit le « regarder ».)
 
8.     Il s’avère que le peuple de Dieu non seulement a gardé ce serpent de bronze, mais il l’a appelé « Nehoushtân ». Lisez 2 Rois 18.4 pour voir ce que le roi Ézéchias a fait à Nehoushtân et pourquoi.
 
a.      Que faisait le peuple avec Nehoushtân ? (Il l’adorait en lui offrant de l’encens.)
 
b.      Quel est l’enseignement au sujet des symboles et de l’adoration ? (Dieu a dit de regarder le serpent de bronze et de tirer un enseignement. Le peuple est allé bien plus loin que cela et a commencé à l’adorer. (Le symbolisme de cela est l’adoration du péché !) Il n’y a rien de mal avec les symboles qui nous rappellent la volonté de Dieu, le problème arrive lorsque nous commençons à les adorer. Voir Exode 20.3-6.)
 
II.  La ceinture
 
1.     Lisez Jérémie 13.1-2. J’ai lu que le lin était parfois utilisé comme monnaie dans l’ancienne Égypte. Proverbes 31.22 nous dit que la femme idéale porte « des vêtements de fin lin et de pourpre rouge ». Compte tenu de cela, pourquoi pensez-vous que Dieu ait dit à Jérémie d’acheter une ceinture de lin ? (Je pense que cela devait être quelque chose qu’il était fier de porter. C’était un bon accessoire de mode pour sa tenue vestimentaire.)
 
a.      Pourquoi ne pas la mettre dans l’eau ? (Certains commentaires disent que cela représente le manque général de pureté spirituelle du peuple. Au moins un commentateur dit (et je suis d’accord avec lui) que cela est en relation avec la dégradation de cette belle ceinture. Si elle était lavée, son état et son apparence se dégraderaient.)
 
2.     Lisez Jérémie 13.3-5. La ceinture est-elle maintenant d’une quelconque aide pour Jérémie ?
 
a.      Peut-elle être d’une quelconque aide ? (Si elle est cachée, cela suggère que Jérémie sera capable de la garder et de l’utiliser à l’avenir.)
 
b.      Il y a un débat sur la traduction du mot « Perath » (utilisé dans la version TOB) et « Euphrate » (utilisé dans d’autres versions). L’un des problèmes en traduisant cela par « Euphrate » est que l’Euphrate se trouve à 400 kilomètres, et un tel voyage semble sans rapport avec l’enseignement de Dieu.)
 
3.     Lisez Jérémie 13.6-7. Si la ceinture était cachée dans la fente d’un rocher, que signifie cela ? (Que la ceinture soit mouillée par l’eau d’une rivière, ou qu’elle soit humide et sale à cause du trou, tous les deux sont mauvais pour la ceinture favorite de Jérémie !)
 
4.     Lisez Jérémie 13.8-10. Qu’arrive-t-il à notre orgueil quand nous suivons nos propres voies plutôt que les paroles de Dieu ? (Notre orgueil devient comme un chiffon sale.)
 
5.     Lisez Jérémie 13.11. Notez que nous avons un second enseignement à tirer de la ceinture de lin. Quels sont les buts que Dieu dit avoir à l’esprit pour cette ceinture ? (Si le peuple avait suivi Dieu, au lieu de suivre ses propres dieux et ses propres opinions, Dieu l’aurait « attaché » à lui. Le peuple aurait été proche du grand Dieu de l’univers !)
 
a.      Quelle est l’attitude de Dieu vis-à-vis de son peuple ? (Si le peuple de Dieu l’avait suivi, Dieu aurait joui de « louange et splendeur » et aurait eu une plus grande réputation. Cela renforce l’interprétation selon laquelle la ceinture de Jérémie était un accessoire vestimentaire dont il pouvait être fier !)
 
b.      Réfléchissez à ce que Dieu nous enseigne. Combien de fois évaluez-vous si vous allez suivre le conseil de Dieu en vous basant sur l’impact que cela aura sur vous, sur votre famille, ou sur votre richesse ? (Jérémie dit plusieurs fois au peuple quel sera l’impact du fait de suivre Dieu, mais je pense que la raison la plus importante pour suivre Dieu est que c’est une bénédiction pour Dieu. Considérez à quel point nous sommes redevables envers Dieu pour avoir sauvé notre vie et la vie de ceux que nous aimons ! Votre obéissance à Dieu et votre confiance en Dieu lui apporte de l’honneur !)
 
III.  Les outres
 
1.     Lisez Jérémie 13.12. Quel est le problème évident avec ce message ? (Chacun sait ce qu’il faut faire avec les outres. C’est comme dire au gens de laver leurs dents.)
 
2.     Lisez Jérémie 13.13-14. Quel est le message que Dieu nous donne par l’intermédiaire de ce symbolisme ? (Quand on est ivre, on a beaucoup de difficulté à déterminer ce qu’il faut faire. On est confus. Dieu dit à son peuple que s’il n’écoute pas ses paroles, la vie deviendra de plus en plus confuse jusqu’à ce qu’il n’ait plus aucune idée de ce qu’il faut faire. Cela mènera le peuple à sa destruction.)
 
3.     Cher(ère) ami(e), qu’avons-nous appris de ces symboles ? Nous avons appris que nous devons obéir à Dieu, et non à notre propre logique qui est contraire à la parole de Dieu. Non seulement cela nous évitera une destruction pour nous-mêmes et notre famille, mais plus important, cela donnera gloire à Dieu. Voulez-vous vous engager aujourd’hui à chercher à donner gloire à Dieu dans tout ce que vous faites ?
 
IV.    La semaine prochaine : La crise continue.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don