Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 08 – L’Église (Matthieu 5, 7 & 16, Jean 17)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Une part importante de mon travail depuis des années est la défense de cas de liberté religieuse. Je ne représente que des « petites gens », soit des employés, dans une mince zone que couvre la liberté religieuse sur le lieu de travail. Cependant, une question très importante dans ce genre d’affaires est de savoir si l’employé(e) a des croyances religieuses sincères. J’ai appris à éviter de représenter des employé(e)s qui n’ont pas de lien solide avec une communauté religieuse locale. Ceux qui adorent avec un groupe de croyants sont bien plus susceptibles d’avoir des convictions religieuses sincères. Pourquoi cela ? Explorons ce qu’enseigne la Bible au sujet du croyant et de l’Église !
 
I.  La pierre
 
1.     Lisez Matthieu 16.13. Selon vous, pourquoi Jésus pose-t-il cette question à ses disciples ?
 
2.     Lisez Matthieu 16.14. Que pensez-vous de ces réponses ? (Il s’agit d’une liste impressionnante de possibilités. Bien entendu, elles ne sont pas la bonne réponse.)
 
3.     Lisez Matthieu 16.15-17. Pierre a la bonne réponse ! Qui la lui a inspirée ? (Dieu.)
 
4.     Lisez Matthieu 16.18. Y a-t-il une quelconque confusion concernant le nom de Pierre ? Pourquoi Jésus dit-il à Pierre : « Je te dis que tu es Pierre » ? (Le grec est important ici. Le terme grec pour Pierre signifie une petite pierre, ou un morceau de pierre. Jésus fait un jeu de mot : « Je te dis petite pierre que je vais construire mon Église sur un grand roc ».)
 
a.      Selon vous, que signifie cela ? (Lisez ce que dit Pierre à ce sujet dans 1 Pierre 2.4-6. Pierre dit que les Chrétiens sont des « pierres vivantes » qui forment une « maison spirituelle ». Jésus est la pierre angulaire de cette maison.)
 
b.      Revenons au grand roc de Matthieu 16.18. Tandis que vous réfléchissez au dialogue avec Jésus, que pensez-vous que représente « cette pierre » (le grand roc) ? (Je pense que la pierre sur laquelle est construite l’Église est la déclaration de Pierre selon laquelle Jésus est « le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Jésus est la pierre angulaire, et sa divinité est la croyance en la pierre angulaire.)
 
c.      Revenons en arrière un instant. Selon vous, quelle est la signification complète de Matthieu 16.18 ? (L’Église est bâtie sur la « pierre » de la connaissance que Jésus est Dieu, et l’Église est constituée de petites pierres qui comprennent cela, comme Pierre et vous et moi, et le séjours des morts ne nous vaincra pas.)
 
5.     Lisez Matthieu 16.19. Qui reçoit les « clés » ici ? (Il semble que ce soit l’Église – ou au moins les membres de l’Église. Cela peut difficilement être Jésus, dès lors que Jésus ne se donnerait pas les clés à lui-même.)
 
a.      Il s’agit là d’une déclaration très sérieuse. Selon vous que veut dire Jésus quand il dit que les « clés du royaume des cieux » sont données à l’Église, ou au moins aux membres d’Église qui agissent ensemble en tant qu’Église ? (Je suis certain de ne pas comprendre l’étendue complète de cette déclaration, mais au moins elle affirme que l’Église révèle le chemin vers le ciel. Le fait d’être une communauté de croyants nous aide à comprendre la grâce et le cheminement chrétien.)
 
6.     Lisez Matthieu 16.20. Si le fait que Jésus soit Dieu est la pierre sur laquelle est construite l’Église, pourquoi cela doit-il être gardé secret ? (Dieu a son calendrier pour toute chose. Il s’agit d’une vérité que nous devons garder à l’esprit quand nous sommes frustrés par les inactions des autres.)
 
II.  L’attitude
 
1.     Lisez Jean 17.20-23. Nous trouvons beaucoup de concepts imbriqués dans ces versets. Quelle est la raison d’avoir une attitude d’unité parmi les croyants ? (« Pour que le monde croie que c’est toi qui m’as envoyé. » L’unité dans l’église donne un message positif au monde des incroyants.)
 
a.      Quel est le cœur de ce message ? (L’unité émerge de l’amour. Dieu nous aime et nous nous aimons les uns les autres.)
 
b.      Où se situe l’Église à ce sujet ? (Vous avez peut-être remarqué que lorsque nous avons commenté Matthieu 16.19 j’ai sauté la partie concernant l’Église qui lie et délie des choses sur la terre et dans le ciel. Il m’est difficile de comprendre comment cela s’applique maintenant avec autant d’églises qui ont des normes différentes.)
 
c.      Une autre déclaration dans Jean 17.22 est que Jésus nous a « donné la gloire que [Dieu le Père a donnée à Jésus] ». Quelle est cette gloire divine que vous et moi avons ? (Je pense qu’il s’agit de la gloire d’être associé à Dieu. Y a-t-il des associations dans la vie qui vous font paraître bien ? En ce moment j’ai une nouvelle voiture et les gens vont m’arrêter pour m’en parler. Si vous avez un conjoint qui a du succès, des enfants qui ont du succès, une entreprise qui a du succès, ces associations vous apportent toutes de la « gloire ». Le fait d’être un proche associé du Créateur de l’univers nous apporte de la gloire.)
 
III.  Quand l’unité a un pneu crevé
 
1.     Lisez Matthieu 7.1-2. Cela ressemble à une leçon pratique. Quel est le problème avec le fait de juger les autres ? (Vous serez jugé(e) par la même mesure avec laquelle vous jugez.)
 
a.      Parlons-nous du jugement final ? A-t-il une échelle mobile ? Ceux qui ne s’intéressent à rien se verront-ils appliquer la norme la plus basse ? (À nouveau, cela ressemble à une leçon de vie pratique, plutôt qu’à une déclaration sur le jugement final.)
 
2.     Lisez Matthieu 7.3-4. Selon vous, pourquoi les deux exemples, la paille et la poutre, sont en bois ? (Je pense que nous avons tendance à remarquer nos propres péchés chez les autres. Il s’agit du même péché, à l’exception que l’autre personne l’a. Bien sûr, le texte suggère que celui qui juge a le plus grand problème.)
 
3.     Lisez Matthieu 7.5. Sommes-nous supposés enlever des pailles ? Le problème est-il simplement de savoir si nous sommes correctement préparés ?
 
a.      Dans quelle mesure aimeriez-vous avoir une paille dans l’œil ? (Les problèmes de péché dans notre vie nous irritent. Ils nous rendent mal à l’aise. Quand quelqu’un ayant le même problème commence à nous critiquer, cela nous met en colère – même si nous serions vraiment mieux sans le problème du péché.)
 
i.       J’ai toujours pensé que quelqu’un qui avait de l’expérience avec un certain péché est mieux à même de conseiller les autres au sujet de ce péché. Est-ce vrai ? (Je pense que c’est ce que signifie « tu verras comment ôter la paille ». Si, par la puissance de l’Esprit saint, vous avez surmonté un grand problème de péché, vous voyez clairement la solution.)
 
4.     Quel est le rapport de tout cela avec l’unité ? (Le fait de critiquer les autres sur les mêmes péchés que ceux dans votre vie crée des conflits et la division. Le fait d’aider quelqu’un à surmonter un péché que vous avez surmonté apporte une bénédiction.)
 
a.      Cela devrait-il être une règle dans l’Église – seuls ceux qui ont auparavant lutté contre un péché peuvent commenter le même péché chez les autres ?
 
5.     Lisez Matthieu 7.6. Jésus a-t-il changé de sujet ?
 
a.      Si nous sommes toujours dans le même sujet, que sont les perles et ce qui est sacré ? (Votre conseil basé sur votre propre expérience. Votre discussion sur votre addiction dans ce domaine. Les chiens et les cochons ne bénéficient pas de votre révélation sincère sur des problèmes passés, ils se « retournent contre vous pour vous lacérer ».)
 
IV.  Réparer le pneu crevé
 
1.     Lisez Matthieu 5.23-24. Que font ces gens en se souvenant d’un conflit ? (Ils sont sur l’autel – ce qui signifie qu’ils se mettent en ordre avec Dieu. Souvent, se mettre en ordre avec Dieu implique un péché qui a eu un impact sur les autres. Vous pensez naturellement à cette personne quand vous confessez votre péché à Dieu.)
 
a.      Est-il question de quelqu’un qui vous a offensé ? (Non. « Ton frère a quelque chose contre toi. »)
 
b.      Est-il question d’une situation où vous n’êtes pas en faute ? (Le texte ne dit pas qui est en faute. Il dit simplement que quelqu’un d’autre a quelque chose contre vous.)
 
c.      Que devons-nous faire pour ces frères qui ont de la rancœur contre nous ? (Aller à leur rencontre et se réconcilier.)
 
d.      Je remarque que Jésus utilise le terme « frère ». Est-ce important ? (Lisez Luc 6.22-23. Ces gens ont quelque chose contre vous, et cette fois-ci c’est une bénédiction. Je pense que cela nous ramène à notre discussion des chiens et des cochons dans Matthieu 7.6. Quand le problème se trouve entre les membres d’Église vous devez continuer à y travailler. Quand le problème se produit avec des non-croyants parce que vous êtes fidèle à Dieu, alors essayer de se réconcilier est impossible. Les cochons vont se retourner contre vous et vous lacérer.)
 
2.     Cher(ère) ami(e), faites-vous partie d’une Église et votre Église est-elle unie ? L’Église est le véhicule spécial de Dieu pour faire avancer l’évangile. Si vous ou votre Église avez un pneu crevé relativement à l’unité, voulez-vous vous engager aujourd’hui à essayer de restaurer l’unité ?
 
V.    La semaine prochaine : Notre mission.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don