Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 07 – Le Christ, la fin de la loi (Romains 5 à 8)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Que signifie « la fin de la loi » ? Si quelqu’un parlait de « votre fin », vous seriez sérieusement préoccupé(e) de savoir si la « fin » signifie la « mort ». Quoi d’autre cela pourrait-il signifier ? Si l’un de vos patrons quittait l’entreprise vous pourriez raisonnablement dire : « C’est la fin du patron ! » S’agit-il de ce que veut dire la Bible quand il est écrit que « Christ est la fin de la loi » (Romains 10.4) ? Débutons notre étude de la Bible et découvrons !
 
I.       Un meilleur Adam
 
1.     Lisez Romains 5.12-13. Qui est ce « un seul homme » ? (Cela réfère à Adam.)
 
a.      Quelle loi a été affectée quand Adam a péché ? Cela dit que le péché n’est pas pris en compte lorsqu’il n’y a pas de loi, et les Dix Commandements ont été donnés à Moïse bien après le péché d’Adam ! (Lisez Genèse 2.15-17. Dieu a donné à Adam la loi de ne pas manger du fruit de la connaissance du bon et du mauvais. Dieu a peut-être donné d’autres lois, mais au moins nous connaissons celle-là de manière spécifique.)
 
2.     Lisez Romains 5.14. Qu’a apporté le péché d’Adam ? (La mort, selon l’avertissement de Dieu dans Genèse 2.)
 
a.      Qui est « celui qui allait venir », et en quoi Adam est-il la figure de cette personne ? (Cela réfère à Jésus. Parmi les multiples similitudes entre Jésus et Adam, la plus pertinente ici est qu’ils ont tous les deux eu un grand impact sur la vie et la mort de ceux qui leur ont succédé.)
 
b.      Pourquoi trouvons-nous une référence à la mort qui a régné « depuis Adam jusqu’à Moïse » ? Pourquoi introduire Moïse dans la discussion ? (Cela clarifie le fait que la loi en question est la loi des Dix Commandements.)
 
II.     Le bouclier du péché
 
1.     Lisez Romains 5.15-16. En quoi la « faute » d’Adam et le « don » de Jésus sont-ils si différents ? (Adam a apporté la mort et Jésus a apporté la vie !)
 
2.     Lisez Romains 5.17-19. Dans une bataille, chaque camp aime se vanter du nombre de soldats ennemis qu’il faut pour égaler un seul de ses propres soldats. Quelle est la déclaration « d’équivalence » ici ? (Le seul péché d’Adam a apporté la mort à tous ses successeurs. Le don de Jésus a apporté la grâce à tous. Il efface beaucoup de péchés et apporte la justice à tous « ceux qui [la] reçoivent ». C’est une grâce puissante.)
 
3.     Lisez Romains 5.20-21. Adam avait une loi et devait éviter un arbre, c’est du moins ce qu’il semble. Pourquoi Dieu ajouterait-il les Dix Commandements qui augmenteraient le nombre de péchés ? (La raison est l’augmentation de notre connaissance. Rappelez-vous que la loi morale a été donnée par un Dieu aimant pour nous aider à éviter les conséquences négatives de la violation de la loi naturelle. Nous avons maintenant une meilleure connaissance de la direction à prendre, nous avons maintenant la guidance pour éviter de faire de terribles erreurs dans la vie, et la très bonne nouvelle est que la grâce augmente avec le nombre de lois.)
 
4.     Imaginez-vous être un parent. En tant que tel, vous donnez une règle à votre enfant. Supposons que la règle est d’être à la maison à 22h. Seriez-vous un bon parent ? Auriez-vous un bon enfant ? (Votre enfant aurait une opportunité très limitée de vous désobéir. Mais votre enfant serait exposé à tous les dangers auxquels sont exposés les autres enfants – d’autant plus que votre enfant n’a reçu aucune directive de votre part !)
 
III.  La loi et la grâce
 
1.     Lisez Romains 6.1. Nous avons appris que Jésus nous a apporté la vie, que sa grâce couvre beaucoup de péchés, et que la loi a été donnée pour augmenter le péché. Nous pourrions être pardonnés de penser que le péché n’est pas une si mauvaise chose. Devrions-nous continuer à pécher pour que la grâce augmente ? (Si nous donnons à nos enfants davantage qu’une règle, cela signifie-t-il qu’ils devraient violer autant de règles que nous pouvons en donner ?)
 
2.     Lisez Romains 6.2-4. Comment sommes-nous « morts » au péché ? Si le fait de violer la loi morale signifie que nous pouvons nous ouvrir pour subir les conséquences de la violation de la loi naturelle, comment pourrions-nous jamais mourir au péché ? (Cela est très important. Le péché nous affecte de deux façons. La première est très concrète et immédiate : vous péchez et vous avez des problèmes. Certaines lois naturelles sont comme des coups de pied. Vous perdez votre calme et vous vous emportez contre quelqu’un, et il va vraisemblablement contre-attaquer. La seconde est l’effet à long terme du péché. Il apporte la mort éternelle. Quand nous sommes baptisés nous mourons symboliquement en Jésus. De la même manière que Jésus a payé le prix de nos péchés par sa mort, ainsi nous mourons pour nos péchés. Tandis que nous nous relevons des eaux du baptême, nous nous relevons avec Jésus pour vivre une nouvelle vie. La pénalité de la mort éternelle a été payée par l’intermédiaire de Jésus.)
 
a.      S’agit-il de la fin de la loi ? Si tel est le cas, de quelle façon ? (C’est la fin de la puissance de la loi qui nous donne la mort définitivement à cause de nos péchés. Tout comme le conjoint décédé n’est plus lié par les vœux du mariage, de la même manière quand nous mourons en Jésus la pénalité pour notre péché est payée. Cependant, dès lors que le péché a causé la mort de Jésus (et en lui notre mort), pourquoi voudrions-nous pécher ? Pourquoi voudrions-nous être assez stupides pour ignorer les problèmes immédiats qu’apporte le péché ?)
 
IV.    Les cartes et l’esclavage
 
1.     Lisez Romains 6.5-7. Avez-vous déjà entendu parler de zombies ? Aux États-Unis d’Amérique il y a cette idée farfelue, non-biblique et fictive dans les livres, à la télévision et dans les films, selon laquelle des personnes mortes continuent à vivre avec certaines capacités réduites. Elles sont appelées « zombies ». Si vous étiez un(e) zombie, vous inquiéteriez-vous de mourir ? (Non. Vous seriez déjà mort(e). L’épître aux Romains nous dit que dès lors que nous sommes déjà morts en Jésus, nous n’avons pas à craindre la mort due au péché. Nous entrons dans une nouvelle vie avec Jésus par l’intermédiaire de sa résurrection.)
 
2.     Lisez Romains 6.15-18. Qu’est-ce qui devrait nous motiver à essayer de vivre en accord avec la loi, même si elle ne peut plus nous faire mourir quand nous sommes unis à Jésus ? (Avez-vous déjà eu une addiction à quelque chose ? Avez-vous déjà subi des conséquences négatives suites à vos péchés ? Les lois naturelles sont toujours vivantes et se portent bien. Si vous voulez éviter l’esclavage qui résulte du péché, alors vous devez éviter le péché.)
 
3.     Lisez Romains 6.19. Nous sommes faibles, comment pouvons-nous éviter l’esclavage du péché ? (Nous prenons une décision. Nous décidons de nous mettre nous-mêmes soit à la disposition « de l’impureté et du mal », soit « comme des esclaves, à la disposition de la justice, pour aboutir à une consécration. » Vous êtes sauvé(e) par la grâce. Vous êtes mort(e) en Jésus pour vos péchés. Maintenant choisissez qui vous voulez servir !)
 
a.      Combien d’entre vous peuvent attester le fait que le péché est addictif ? Qu’il « aboutit au mal » ? (Si vous constatez que cela est vrai, alors cela montre l’importance de se détourner du péché.)
 
V.      La pure grâce !
 
1.     Lisez Romains 7.14-20. Vous identifiez-vous à cela ?
 
2.     Lisez Romains 7.21-23. Vous identifiez-vous à cela ?
 
a.      Notez que cette discussion suit la discussion sur la mort au péché que nous venons de parcourir dans le chapitre précédent (Romains 6). Paul décrit-il la vie de quelqu’un sauvé par la grâce ? (Paul se décrit lui-même ! La personne qui a été inspirée par Dieu pour écrire Romains 6 est évidemment quelqu’un sauvé par la grâce.)
 
3.     Lisez Romains 7.24-25. Je viens de vous encourager à choisir d’être un(e) esclave de la justice. Est-il possible d’être un(e) esclave des deux ? (Paul dit que son esprit est un esclave de Dieu et que sa nature pécheresse est une esclave du péché.)
 
4.     Lisez Romains 8.1-3. Si vous vous sentez comme Paul, quel est le message de la Bible pour vous ? (« Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » Louez Dieu !)
 
5.     Lisez Romains 8.4-5. Paul se contredit-il ? Je pensais que son esprit était un esclave de Dieu et que sa nature pécheresse une esclave du péché. Paul vient d’affirmer qu’il a fait des choses qu’il ne voulait pas faire. Comment peut-il dire que nous ne devons pas vivre « selon la chair » ? (Romains 8.3-4 nous dit que nous devons remplir les exigences de la loi par l’intermédiaire de Jésus. Cependant, il y a une guerre qui se déroule dans notre vie, comme chez Paul. Alors même que cette guerre fait rage, nous sommes sauvés ! « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. » (Romains 8.1) Mais nous devons choisir de vivre en accord avec la loi de Dieu.)
 
6.     Comment choisir correctement ? (Lisez Romains 8.9 et Romains 8.5. Demandez à l’Esprit saint d’habiter en vous. Focalisez votre esprit sur ce que désire l’Esprit saint.)
 
7.     Cela n’est toujours pas clair. Paul nous a déjà dit que son esprit était à la bonne place (Romains 7.22-25), mais que son corps ne l’était pas. Son esprit est déjà focalisé sur les désirs de l’Esprit. Que pouvons-nous faire d’autre ? Ou alors, le fait de « faire » nous amène-t-il hors du bon chemin ? N’est-ce que Dieu qui doit « faire » ?
 
8.     Lisez Romains 8.12-14. Que cela nous dit-il quant à notre obligation ? (Nous avons une part importante à jouer. Mais notre part est un partenariat avec l’Esprit saint pour « faire mourir les agissements du corps ».)
 
9.     S’agit-il là d’un résumé correct ? La loi ne nous menace plus de mort, parce qu’à notre baptême nous sommes morts pour nos péchés en Jésus et nous avons commencé une nouvelle vie. Cependant, la loi est toujours importante pour nous. Entre autres choses, elle constitue une carte qui nous évite de devenir esclave de notre addition au péché. Même dans la nouvelle vie, nous voyons que la bataille concrète contre le péché faire rage tous les jours. Mais la clé de tout cela est de choisir chaque jour de demander à l’Esprit saint de nous aider à focaliser notre esprit sur ce que désire Dieu, et de mettre à mort le péché dans notre vie.
 
10. Cher(ère) ami(e), voulez-vous accepter ce défi ? Voulez-vous accepter le don gratuit de la vie éternelle, et relever le défi quotidien de vivre une vie guidée par l’Esprit saint, une vie dans laquelle vous choisissez de vivre comme un fils ou une fille de Dieu ?
 
VI.    La semaine prochaine : La loi de Dieu et la loi du Christ.
Le soupir de la terre

Le soupir de la terre

Un commentaire sur le livre de Daniel qui fait preuve d’une grande sensibilité prophétique et d’une solide connaissance de la culture hébraïque.
1844 simplifié

1844 simplifié

Quel est, pour les chrétiens d’aujourd’hui, la signification, s’il y en a une, de l’année 1844 et des événements qui y sont associés ? Ce livre est destiné à devenir l’un des ouvrages les plus importants pour un chrétien qui attend l’imminent retour du Christ.
Islam & christianisme dans la prophetie

Islam & christianisme dans la prophetie

Ce livre explore soigneusement le mystérieux livre de Daniel, les chapitres 11 et 12 en particulier, et dévoile un tableau fascinant de la prophétie concernant le Catholicisme, le Protestantisme, l’Islam et les États-Unis. Il examine leur rôle passé, présent et futur dans le conflit final qui est à nos portes.
Le dernier échelon de la prophétie biblique

Le dernier échelon de la prophétie biblique

Ce livre se concentre sur les dernières prophéties de Daniel qui couvrent les temps du prophète jusqu’à nos jours. Les derniers chapitres constituent un échelon prophétique que nous pouvons gravir et duquel nous pouvons attendre l’avenir avec espérance.
Nabuchodonosor II, roi de Babylone

Nabuchodonosor II, roi de Babylone

Cette biographie replace l’homme et le roi dans son époque et dans son cadre, la Babylonie et l’ensemble du Proche-Orient antique. Ainsi fait-on connaissance avec un souverain à la personnalité exceptionnelle, et peut-on en admirer l’oeuvre, dont les ruines retrouvées à Babylone et ailleurs portent encore témoignage. En achevant son propos sur ce règne, ce livre porte ainsi un jugement équilibré sur Nabuchodonosor et ressuscite la civilisation dont il se voulut le symbole dans son plus bel éclat.
Les prophéties de Daniel

Les prophéties de Daniel

Coffret de 5 DVD avec 12 conférences du Dr. Jean-Paul Lagarde sur les prophéties de Daniel. Le Dr. Lagarde nous dévoile avec beaucoup de simplicité le fruit de plusieurs dizaines d'années de recherche et d'étude sur le livre de Daniel. Une référence sur le sujet.
 

faire un don