Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 04 – Les leçons du sanctuaire (Exode 25 & 31, 1 Rois 8, Psaumes 73)

Copyright © 2013, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Que signifie être saint ? Ce qui vient probablement à l’esprit est un quelconque homme d’église. Quelqu’un qui est dévoué exclusivement au travail religieux. Si je vous disais que vous devriez être saint dans tout ce que vous faites, cela signifierait-il que vous devriez changer de profession ? Le sanctuaire nous enseigne quelque chose sur le fait d’être saint. Débutons donc notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre !
 
I.      Saint
 
1.     Lisez Exode 25.8 et Lévitique 19.2. Quand un véhicule de police vous suit, conduisez-vous plus prudemment ? Quand votre chef vous regarde, travaillez-vous mieux ? Quand vos parents sont aux alentours, vous comportez-vous mieux ?
 
a.      Si la réponse à ces questions est affirmative, pensez-vous que c’est la raison pour laquelle Dieu veut être dans notre environnement – pour améliorer notre comportement, nous aider à être saints ?
 
b.      Est-ce la raison pour laquelle les parents veulent être près de leurs enfants – pour être sûrs de la façon dont ils se comportent ? (Non. Les parents veulent être près de leurs enfants parce qu’ils les aiment.)
 
c.       Supposez que ce que je crois est vrai, Dieu veut être près de nous parce qu’il nous aime. Pourquoi nous dit-il d’être saints parce qu’il est saint ?
 
i.      Dieu espère-t-il que nous ne le dérangerons pas ? (Si vous relisez Job 1.6-11, le texte suggère que Dieu prend du plaisir dans notre obéissance. Ainsi, l’opposé devrait également être vrai.)
 
2.     Lisez Genèse 2.3. Que veut dire le fait que le sabbat est un jour « sacré » ?
 
a.      Quand Dieu nous dit d’être saints, cela vous fait-il vous sentir bien ou cela vous décourage-t-il ?
 
b.      Si je vous demandais : « Selon vous, quel jour de la semaine vous ressemble le plus », que me répondriez-vous ? (Qui veut être lundi ? Pourquoi ne pas être samedi, le jour que Dieu a mis à part comme jour spécial.)
 
c.       Est-ce juste de voir le commandement de Dieu pour nous d’être saints comme la volonté de Dieu que nous soyons quelque chose de spécial ?
 
i.      Considérez à nouveau le sabbat. Est-ce le fait d’être mis à part qui le rend saint ? Ou alors, cela implique-t-il quelque chose d’autre ? (Réfléchissez au fait que le but du sabbat est de nous faire tourner notre esprit vers Dieu. Cela suggère que le fait d’être saint est être mis à part, et d’attirer l’attention vers Dieu.)
 
II.    Le travail saint
 
1.     Lisez Exode 31.1-5. Aimeriez-vous être Betsaléel ?
 
a.      Est-il un travailleur en « col bleu » ou en « col blanc » ? (Il est un col bleu, il travaille avec ses mains.)
 
b.      Quelle est la première chose avec laquelle Dieu a équipé Betsaléel pour son travail manuel ? (« Rempli du souffle de Dieu ».)
 
i.      Cela a-t-il un quelconque sens ?
 
ii.    Cela a-t-il un quelconque rapport avec le fait d’être saint ? (Si être saint signifie être mis à part, être spécial, alors la réponse est clairement affirmative ! La première étape pour que Betsaléel soit un grand artisan est de le définir comme spécial, de le mettre à part du reste des ouvriers.)
 
2.     Lisez à nouveau Exode 31.3-5. Quelles compétences a Betsaléel ? (Il travaille le métal, la pierre et le bois.)
 
a.      Qui lui a donné ces compétences ? (Dieu dit qu’il a rempli Betsaléel « de sagesse, d’intelligence et de connaissance ».)
 
b.      Nous pensons à Dieu qui donne des dons aux responsables. Qu’en est-il des dons aux gens qui ne dirigent pas ? (Dieu leur donne des dons pour être spéciaux. Pour être des travailleurs saints – avec des compétences au-delà des autres travailleurs.)
 
c.       Est-il correct de désirer être meilleur(e) que les autres ? D’être le sabbat parmi la multitude d’ouvriers mardi, mercredi ou jeudi ? (Cela fait partie du fait d’être saint. Dieu vous donne le don d’être un(e) meilleur(e) travailleur(euse). Dieu vous donne le désir d’être excellent(e) !)
 
i.      Le texte que nous allons lire ensuite nous dit que Betsaléel utilise ses compétences pour créer des objets pour le sanctuaire. Quand nous pensons à la nature du travail de Betsaléel, son désir d’être meilleur procure-t-il de la gloire à lui-même ? (Il fabrique des objets pour le sanctuaire. Ainsi, son excellent savoir-faire fait que les autres pensent à Dieu. Ils tournent leur esprit vers Dieu. Et Betsaléel a également un état d’esprit qui loue Dieu.)
 
3.     Lisez Exode 31.6-11. Est-il terrible d’être Oholiab ? Betsaléel est excellent, mais Oholiab est un aide. (Vous pouvez être un excellent aide. Peut-être qu’un jour Oholiab deviendra un travailleur avec le même savoir-faire que Betsaléel. Mais, quel que soit le travail effectué, nous devons être excellents.)
 
a.      En tant qu’aide, le travail d’Oholiab attire-t-il les esprits vers Dieu ? (Oui, parce qu’il travaille avec Betsaléel qui, à son tour, fabrique des objets qui tournent l’esprit vers Dieu. Il s’agit d’un effort conjoint.)
 
4.     Lisez à nouveau Exode 31.7-11. Combien de compétences artisanales trouvez-vous ici ?
 
a.      Dans quelle mesure la tâche des travailleurs qui fabriquent ces objets est-elle importante ? (Ils fabriquent des objets qui seront utilisés en présence de Dieu, et ils fabriquent des objets qui permettent aux humains de réfléchir sur les choses dans le ciel.)
 
i.      Le prêtre qui fait le sacrifice sur l’autel est-il plus important que la personne qui a réalisé l’autel ?
 
III.  La vie sainte
 
1.     Lisez 1 Rois 8.31-32. Supposez que vous ayez laissé votre voiture chez un ami pour bonne garde. Votre ami vous appelle plus tard et vous dit que votre voiture a disparu. Que pourrait-il bien être arrivé à votre voiture ? (La voiture pourrait avoir été volée. Ou alors, elle pourrait avoir été volée par votre ami.)
 
a.      Il s’agit du genre de situation décrite dans 1 Rois 8.31-32 (comparez Exode 22.10-11). Le propriétaire de la voiture ne sait pas ce qui est arrivé, donc l’ami vient à l’autel dans le sanctuaire et prête serment qu’il n’a pas vendu la voiture – qu’il n’a aucune idée de ce qui est arrivé à la voiture. Quel est le rapport avec le fait de vivre une vie sainte ? (Vivre en la présence de Dieu rend honnête. Nos amis connaissent notre honnêteté et comptent sur elle.)
 
2.     Lisez 1 Rois 8.33-34. Que nous enseigne ce texte sur une vie sainte ? (Si nous péchons contre Dieu, nos ennemis peuvent nous vaincre.)
 
a.      Quel espoir y a-t-il pour ceux qui aspirent à vivre une vie sainte ? (Même si nous tombons, Dieu se tient prêt à nous pardonner et à nous réhabiliter.)
 
3.     Lisez 1 Rois 8.35-36. Ne s’agit-il pas de quelque chose appelé un « acte de Dieu » ? Que cela suggère-t-il au sujet des problèmes apparemment aléatoires ? (Ils peuvent avoir un lien avec nos péchés.)
 
a.      Quel espoir y a-t-il pour nous ? (À nouveau, nous nous tournons vers Dieu et il résout le problème.)
 
4.     Lisez 1 Rois 8.41-43. Si nous vivons une vie en accord avec la volonté de Dieu, est-il vraisemblable que les autres le verront et voudront en connaître davantage sur Dieu ? (C’est là l’essence du fait d’être saint. Œuvrer avec excellence en attirant l’attention vers Dieu.)
 
a.      Que fera Dieu dans une telle circonstance ? (Salomon prie que Dieu confirme dans la vie de « l’étranger » que Dieu est le grand Dieu du Ciel.)
 
5.     Lisez Psaumes 73.1-3. Qu’est-il décrit ici qui semble être en conflit avec la discussion que nous venons d’avoir au sujet de 1 Rois 8 ? (La théorie sous-jacente à 1 Rois 8 était que si nous obéissons alors de bonnes choses nous arriverons, et si nous désobéissons alors de mauvaises choses arriveront. Ici, les méchants prospèrent.)
 
6.     Lisez Psaumes 73.4-6 et Psaumes 73.12-14. La vie se déroule-t-elle pour cette bonne personne de la façon dont elle est supposée se dérouler pour quelqu’un de saint ? (Non !)
 
7.     Lisez Psaumes 73.15-17. Comment le fait de garder vos doutes pour vous-même et d’entrer dans le sanctuaire résout-il le problème que la vie ne se déroule pas comme elle le devrait pour une personne sainte ? (Le péché amène à la mort. Dieu est mort pour nous parce qu’il nous a tellement aimés. Les méchants mourront à la fin, même s’ils semblent prospérer actuellement. Ceux qui cherchent à vivre une vie sainte, une vie guidée par l’Esprit saint, vivront éternellement avec Dieu qui les aime au-dessus de tout !)
 
8.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous vous engager à demander à l’Esprit saint de vous aider à vivre une vie sainte ? Une vie dans laquelle vous rechercher l’excellence dans tout ce que vous faites, dans le but d’amener les autres à Dieu ?
 
IV.   La semaine prochaine : L’expiation : l’offrande de purification.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don