Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 05 – Croître en Christ (Romains 6, 1 Jean 3, Éphésiens 6)

Copyright © 2012, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La semaine dernière nous avons appris le cœur de l’évangile : le salut est gratuit et uniquement par la grâce, il n’y a rien que nous puissions faire pour le gagner. L’étude de cette semaine et celles des deux prochaines semaines abordent la façon dont ceux qui sont sauvés devraient vivre. Avez-vous déjà été gêné(e) par un membre de votre « groupe » ? Cela peut être dans votre famille, votre église, votre association, ou peut-être par un responsable chrétien. Quelqu’un vous a dit quelque chose qui vous a fait ressentir de la honte. Dès lors qu’une bataille fait rage entre le bien et le mal, et que ceux qui sont sauvés par la grâce ont choisi le camp du bien, ne devrions-nous pas faire tout ce que nous pouvons pour faciliter le bien, pour répondre à l’amour avec de l’amour, et à ne pas nuire au nom de Jésus ? Ouvrons la Bible et voyons ce qu’elle nous enseigne sur la façon dont devraient vivre ceux qui ont l’assurance de leur salut !
 
I.       La mort au péché
 
1.     Lisez Romains 6.8. Comment sommes-nous « morts avec le Christ » ? (Lisez Romains 6.1-3. Il s’agit de l’une des choses les plus incroyables au sujet de la grâce. La pénalité du péché est la mort. La Bible dit que quand nous sommes baptisés nous participons à la mort de Jésus à notre place. Notre dette est payée !)
 
2.     Lisez Romains 6.4-7. Quelle est notre relation au péché après le baptême ? (Notre ancien moi est mort, ainsi nous sommes « quittes du péché ».)

a.      Le sentez-vous ainsi ? (Je lutte contre le péché. Si vous dites que vous ne luttez pas contre le péché, vous luttez vraisemblablement contre l’honnêteté.)

b.      Quand Paul écrit que nous sommes « quittes du péché », comment change notre relation avec le péché ? (Je pense qu’il veut dire que nous sommes quittes d’être forcés à choisir le péché. Le péché n’est désormais plus notre maître involontaire.)
 
II.     Le choix
 
1.     Lisez Romains 6.8-10. Prêtez attention ici. Si nous sommes morts avec le Christ, cela signifie-t-il que d’une façon surnaturelle je suis mort au péché, bien qu’il semble me tourmenter encore ?

2.     Lisez Romains 6.11. Si nous sommes morts au péché dans le baptême, pourquoi Paul nous demande-t-il de nous estimer « morts pour le péché » ? (Je pense que Paul utilise un argument de bon sens, par opposition à un argument surnaturel. Il dit que le salut a été gagné pour vous par Jésus. Au travers du baptême vous avez participé à la mort de Jésus à votre place ! Désormais vous vivez comme si vous étiez mort(e) au péché.)

3.     Lisez Romains 6.12. Si quelque chose de surnaturel m’est arrivé pour faire mourir mon ancien moi pécheur, pourquoi la Bible me dit-elle de ne pas laisser le péché régner dans mon corps ? (Cela montre que vivre une vie sainte est un choix. Paul nous demande de choisir de rejeter le péché.)
 
a.      De qui est-il question en parlant de ses désirs mauvais ? (Le péché dans mon « corps mortel » a des désirs mauvais. Ce texte nous apporte une grande lumière. La personne baptisée, dont l’ancien moi a été crucifié, a des désirs mauvais ! Maintenant nous parlons de quelque chose qui s’accorde avec mon expérience de vie.)
 
b.      Notez un mot très important : « règne ». Que dit Paul au sujet de la nature du péché dans notre vie quand il dit : « Que le péché ne règne donc pas dans votre corps mortel » ? Que ne dit-il pas au sujet du péché ? (Il ne dit pas : « Aucune molécule du péché ne peut exister dans votre vie ». Non, il dit : « Ne laissez pas le péché diriger votre vie ! » Si vous vous (une personne sûre de son salut) trouvez en lutte contre le péché, bienvenue sur le chemin vers la sainteté !)

4.     Lisez Romains 6.13. Comment devons-nous lutter contre le péché ? (Par nos choix. Choisissez Dieu, pas le péché. Utilisez votre corps pour faire ce qui plaît à Dieu, n’utilisez pas votre corps pour faire ce qui est mauvais.)

5.     Lisez Romains 6.14. Quel est le résultat en jeu ? (Aussi longtemps que vous êtes sauvé(e) par la grâce, vous savez que le péché ne peut pas devenir votre maître. Vous pouvez peut-être vous poser la question, mais le résultat est clair. Paul dit : « Vivez comme étant assuré(e) du salut ». Notez à nouveau que la question en jeu est de savoir si le péché règnera sur vous, par opposition à la lutte ordinaire contre le péché.)
 
6.     Lisez Romains 6.15. Pourquoi Paul ajoute-t-il cette question ici ? (Les gens disent la même chose aujourd’hui qu’il y a des milliers d’années : « Si je suis sauvé par la grâce qui m’est donnée, et qu’il n’y a rien que je puisse faire pour gagner le salut, alors je peux tout aussi bien pécher ! » Ou alors, si vous êtes un critique de la grâce, vous direz : « La grâce est donnée gratuitement, donc cela signifie que ce que vous faites n’importe pas ! »)
 
7.     Lisez Romains 6.16-18. Pourquoi le péché est-il encore important pour ceux qui ont l’assurance de leur salut ? (Nous avons fait un choix. Nous avons choisi Dieu comme notre Maître. Dieu nous a libérés de la pénalité de nos péchés. Ainsi, nous devons être plein d’amour et de loyauté envers notre Seigneur.)

III.  L’image globale

1.     Pensez à vos péchés favoris (ou aux plus embarrassants). Les avez-vous à l’esprit ? De quelle façon ont-ils un impact sur les autres ? Cet impact sur les autres reflète-t-il de l’amour ou de l’égoïsme de votre part ? Vos actes font-ils avancer ou entravent-ils le Royaume de Dieu ?
 
a.      Passez-vous beaucoup de temps à penser à la façon dont vos péchés (ou des péchés que vous contemplez) font du tort aux autres ?
 
2.     Lisez Éphésiens 6.10-13. Quelle est la nature du conflit contre le péché ? (Il s’agit de Dieu face aux « puissances spirituelles mauvaises qui sont dans les lieux célestes ».)

a.      De quelle façon faisons-nous partie de ce conflit ? (Le conseil de revêtir « toutes les armes » fait penser à nous comme des guerriers. Nous sommes des soldats.)

b.      Quelle est la source de notre puissance ? (Dieu.)
 
c.       Qui est notre ennemi ? (Pas les autres pécheurs.)
 
d.      De quel type de combat s’agit-il ? Comment pouvons-nous combattre Satan et les démons ?

3.     Parcourez Éphésiens 6.14-18. Qu’ont en commun tous ces articles de guerre ? (À l’exception de l’épée, ils sont tous des armes purement défensives.)

a.      Que cela suggère-t-il quant à la nature de notre bataille ? (Vous êtes le champ de bataille ! Votre vie constitue le champ de bataille.)
 
b.      Si votre vie constitue le champ de bataille, la façon dont vous agissez est-elle importante ?
 
4.     Lisez 1 Jean 3.1-3. Quel est le sentiment des enfants au sujet de leurs parents normaux, pleins d’amour ? (Ils se tiennent ensemble comme une famille contre le monde.)

a.      Qu’arrive-t-il si quelqu’un attaque un membre de votre famille ? (Votre réaction naturelle est de défendre le membre de la famille.)

5.     Lisez 1 Jean 3.4-5. Comment notre compréhension de la famille guide-t-elle nos pensées au sujet du péché ? (Dieu est dans une bataille contre le péché. En tant que membre de sa famille nous sommes également dans cette bataille. Jésus est mort pour nous sauver du péché. Si nous regardons à « l’image globale », au lieu de nous focaliser sur l’excitation temporaire de nos problèmes de péché, nous réaliserons à quel point il est important de prendre position contre le péché dans notre vie.)
 
a.      Comment cette analogie sur la famille s’accorde-t-elle avec l’analogie sur les armes dans Éphésiens 6 ? (Cela s’accorde parfaitement. Nous sommes sauvés par la grâce, mais nous sommes en combat pour préserver l’intégrité de notre « famille » (Dieu et les autres Chrétiens). Nous évitons d’apporter la honte sur la famille. Nous aidons les autres membres de la famille.)
 
6.     Lisez à nouveau 1 Jean 3.4-7, puis lisez Romains 7.14-18. Comment réconcilier l’apparente contradiction entre Jean et Paul ? (Je pense que Paul défend « la petite image », c’est-à-dire qu’à la question « Que signifie le péché dans ma vie ? », il répond : « Il signifie que vous êtes humain ». À l’inverse, Jean défend « l’image globale ». Si nous faisons partie de la « famille de Dieu », si notre famille est impliquée dans un combat mondial contre le mal, alors nous voulons éviter le péché et le mal dans notre vie. Les hommes de loi américains ont une phrase qui illustre le point de Jean et qui se traduirait ainsi : « Comment pouvez-vous rouler avec les policiers et encourager les voleurs ? »)

7.     Lisez 1 Jean 3.8-10, Romains 8.1-4 et Romains 8.9-11. Nous voyons ici que le fossé apparent entre Jean et Paul s’est réduit. C’est là où l’image globale et la petite image entrent dans le même cadre. Comment cela nous aide-t-il à mieux comprendre la grâce ? (Nous sommes sauvés par la grâce seule. La décision d’accepter Jésus est une décision de choisir de vivre en accord avec l’Esprit saint et non en accord avec notre nature pécheresse. Notre objectif doit être la sainteté – et nous devons être sérieux au sujet de notre objectif.)

8.     Lisez Colossiens 2.13-17. Que cela suggère-t-il quant à la nature du péché ? (Dans notre objectif de sainteté, nous devons réaliser que le péché se focalise sur notre relation avec Jésus. Il s’agit d’un point que nous continuerons à explorer.)
 
9.     Cher(ère) ami(e), vous souciez-vous du péché dans votre vie ? Le salut par la grâce seule vous a-t-il rendu négligeant(e) dès lors qu’il s’agit d’obéir à la volonté de Dieu ? Pourquoi ne pas décider aujourd’hui de faire de la sainteté votre objectif ?
 
IV.    La semaine prochaine : La victoire sur les forces mauvaises.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don