Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 06 – Évangéliser et témoigner de façon personnelle (1 Pierre 2 & 3, Jean 1)

Copyright © 2012, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : De toutes les personnes que vous aimeriez gagner au Christ, laquelle est la plus importante pour vous ? Je parie qu’il s’agit d’un membre de votre famille ! Parfois j’observe que les gens sont plus gentils envers les personnes extérieures à leur famille qu’envers les membres de leur famille. Cela a-t-il du sens ? Dans notre étude de cette semaine nous abordons la façon dont nous pouvons être un témoin pour notre famille, puis nous étudions si ces principes sont les mêmes pour le témoignage personnel envers ceux qui nous entourent. Débutons sans attendre notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre !
 
I.       L’ajustement d’attitude
 
1.     Lisez 1 Pierre 2.18-21. Sommes-nous, vous et moi, appelés à prendre une raclée ? (C’est ce que dit le texte ! En réalité, cela veut dire que nous sommes appelés à « endurer » les mauvais coups auxquels nous sommes exposés en faisant le bien.)
 
2.     Lisez 1 Pierre 2.23-24. Pourquoi sommes-nous appelés à prendre des coups ? (Parce que Jésus, comme notre exemple, a pris des coups pour nos péchés ! Ses blessures nous ont guéris.)

3.     Lisez 1 Pierre 3.1-2. Que veut dire Pierre en disant : « Vous de même » ? (Pierre réfère à ce qu’il vient juste de dire ; les esclaves doivent accepter de prendre des coups parce que Jésus a pris des coups pour nous.)

a.      Cela touche chez moi (et chez beaucoup d’autres) un nerf très sensible. Quand j’entends parler d’un homme qui bat sa femme ou ses enfants, je ressens l’envie de le corriger. Les hommes qui battent ou abusent de leur femme sont des vers méprisables. Si vous attaquez quelqu’un qui ne peut pas se battre en retour, comme votre femme, vos enfants, vos employés, vos subordonnés ou le personnel d’un restaurant, alors vous êtes un tyran. Comment Pierre peut-il suggérer que des femmes prennent des coups ?
 
4.     Regardons plus attentivement Jésus, notre exemple, afin de mieux comprendre son attitude. Lisez à nouveau 1 Pierre 2.24. Pourquoi Jésus s’est-il fait battre ? (Il portait nos péchés. Il était l’Agneau de Dieu.)
 
a.      Jésus était-il régulièrement battu durant sa vie ? (Non. Il n’a été battu qu’à la fin.)

b.      Quand Pierre écrit : « Vous de même […] soyez soumises à votre mari » Cela signifie-t-il endurer des coups réguliers ? (Non. Ce n’est pas ce dont Jésus a souffert. De façon plus importante, Jésus avait un objectif très important à l’esprit : nous sauver. Si une femme prenait des coups pour sauver son mari, alors je verrais le parallèle. Mais si une femme prend des coups juste pour prendre des coups, alors cela n’est pas « de même » !)

5.     Si Pierre ne parle pas du fait d’être battu, de quoi parle-t-il ? (Le cœur de la mission de Jésus était de renoncer à lui-même en notre faveur. Je pense qu’il s’agit de l’attitude à laquelle Pierre nous exhorte. L’abnégation.)
 
6.     Lisez 1 Pierre 3.3-6. Avec cet arrière-plan, que dit Pierre au sujet de la beauté, des bijoux, des coiffures et de l’habillement ? (Je ne pense pas qu’il parle vraiment de ce que porte une femme. Il affirme que la vraie beauté vient du fait d’avoir la même attitude envers son conjoint que Jésus a envers nous.)
 
a.      Notez que la femme d’Abraham, Sara, est mentionnée par son nom. Que nous dit ce texte sur Sara et les bijoux ? (Lisez Genèse 24.51-53. Si Abraham donne des bijoux à sa future belle-fille, sa femme portait vraisemblablement également des bijoux. Cela confirme le fait que Pierre parlait de l’importance de la beauté qui vient de l’attitude, par opposition aux ornements.)

b.      Que peuvent dire nos ornements au sujet de notre attitude envers les autres ? (La plupart de ce qui est appelé « bijoux » aux États-Unis d’Amérique aujourd’hui n’en est pas. Il s’agit de métal bon marché et de plastique que tout le monde peut s’offrir. Cependant, si vous portez des bijoux dans le but de dire que vous êtes meilleur(e) que les autres, cela est contraire à l’attitude d’abnégation de Jésus.)

II.     L’évangélisation familiale personnelle
 
1.     Jusqu’ici nous avons vu qu’une femme devrait témoigner envers son mari en ayant une attitude d’abnégation. Lisez 1 Pierre 3.7. Quelle sorte d’attitude est requise d’un mari qui veut témoigner envers sa femme ?
 
a.      Notez que Pierre commence par : « Vous de même ». De même que quoi ? (De la même manière que Jésus a donné sa vie pour nous. De la même manière qu’une femme est pleine d’abnégation envers son mari. Les maris ont une obligation semblable.)

2.     Lisez Colossiens 3.19. Qu’est-il requis des maris ? (Pierre dit aux maris d’avoir de la considération et du respect. Paul leur dit d’aimer leur femme. L’instruction de ne pas s’aigrir est clairement une prohibition de la violence contre la femme.)

3.     Lisez Colossiens 3.21 et Éphésiens 6.4. Quelle attitude devraient avoir les parents envers leurs enfants ? (Rien de ce que font les parents ne devrait irriter ou exaspérer les enfants. Je pense que le même genre d’attitude d’abnégation que Jésus a envers nous est le meilleur outil d’évangélisation pour les membres de notre famille, nos enfants inclus.)
 
III.  L’évangélisation communautaire personnelle
 
1.     Lisez 1 Pierre 2.11-12. Qu’est-ce qui est important pour évangéliser le monde ? (Une bonne conduite.)

a.      Cela signifie-t-il que les non-Chrétiens ne nous accuseront pas de faire le mal ? (Non. Ils feront des fausses accusations, mais par nos actes nous leur prouvons qu’ils ont tort.)

2.     Lisez 1 Pierre 2.13-17. Quelle attitude devons-nous avoir vis-à-vis du monde ? (Nous nous soumettons aux autorités. Nous montrons, par notre vie, que Dieu doit être loué.)
 
3.     Alors que vous considérez ce que nous avons discuté, existe-t-il une ligne commune entre d’une part l’évangélisation de notre famille et d’autre part l’évangélisation du monde ? (Oui ! La ligne commune est l’abnégation. Votre vie doit être une bénédiction pour les autres.)
 
a.      Comment cela s’accorde-t-il avec l’attitude du monde ? (Le monde poursuit l’autoglorification. Les Chrétiens attirent l’attention de ceux qui les entourent en étant l’opposé du monde. Un « opposé » qui bénit ceux qui vous entourent, qui les pousse à chercher la raison de votre attitude.)

IV.    Un exemple

1.     Lisez Jean 1.32-34. Jean le Baptiseur parle de Jésus. Quel témoignage donne Jean sur Jésus ? (Que Jésus est le Fils de Dieu.)
 
a.      Y a-t-il une quelconque abnégation dans la déclaration de Jean ?
 
2.     Lisez Jean 1.35-37. Qu’est-ce qui a motivé ces deux disciples à chercher à en savoir davantage sur Jésus ? (Ce que Jean a dit à son sujet.)

3.     Lisez Jean 1.38-42. Quelle est la première priorité d’André ? (Parler à un membre de sa famille au sujet de Jésus.)

a.      Comment l’action d’André s’accorde-t-elle avec notre discussion sur l’abnégation ? (Au lieu de rester plus longtemps avec Jésus, André va chercher son frère pour partager la bonne nouvelle.)
 
4.     Lisez Jean 1.43-46. Supposez que Nathanaël dise cela au sujet de votre importante découverte. Quelle est la réponse du type « autoglorification » ? (Argumenter avec Nathanaël pour lui montrer que vous avez raison. Au lieu de cela, Philippe dit simplement : « Viens voir ».)
 
5.     Lisez Jean 1.47-48. Nous pouvons assumer que Jésus connaissait aussi ce que Nathanaël avait dit. Dans quelle mesure apprécieriez-vous que quelqu’un vous dise : « Quelque chose de bon peut-il venir de votre famille, ville, etc. ? » Quelle sorte de réponse du type « autoglorification » donneriez-vous ?

a.      Au lieu de dire quelque chose de positif sur lui-même ou quelque chose de négatif sur Nathanaël, que dit Jésus ? (Il complimente Nathanaël. Au lieu de penser à l’insulte personnelle, Jésus élève Nathanaël. Il s’agit d’abnégation.)

6.     Lisez Jean 1.49. Dans quelle mesure l’évangélisation avec une approche d’abnégation fonctionne-t-elle ? (Nathanaël est immédiatement converti.)
 
7.     Lisez Jean 1.50-51. Attendez une minute ! Jésus nous dit-il que de la « magie » a converti Nathanaël au lieu de l’abnégation ? (L’approche de Jésus vis-à-vis de Nathanaël était de focaliser sur lui. La « magie » (la puissance de Dieu) a suivi et a contribué à la conversion.)
 
8.     Cher(ère) ami(e), êtes-vous focalisé(e) sur les autres, ou focalisé(e) sur vous-même ? Quand je célèbre des mariages, j’inclus une citation tirée de la cérémonie de mon propre mariage : « Chaque jour levez-vous et dites : "Que puis-je faire aujourd’hui pour mon conjoint ?" » Voulez-vous demander à l’Esprit saint de vous donner l’attitude d’abnégation, l’attitude qui gagnera votre famille, vos amis et le monde à Jésus ?

V.      La semaine prochaine : Évangéliser et témoigner de façon collective.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don