Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 01 - Sur les métiers à tisser célestes (Ésaïe 64, Romains 3, Matthieu 22)

Copyright © 2011, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Si tout au long de votre vie vous avez agi sagement en obéissant généralement à vos parents et à Dieu, vous avez un désavantage distinct dans un domaine important : la justification par la foi. Il n’y a rien de tel que de tomber dans un terrible péché pour nous enseigner que nous ne pouvons rien faire par nous-mêmes pour nous sauver. Nous pouvons être meilleurs que la plupart de ceux que nous connaissons, mais nous sommes complètement perdus si nous ne dépendons pas totalement de la vie, de la mort et de la résurrection de Jésus à notre place. Avec cette étude nous commençons une nouvelle série qui se focalise sur la symbolique dans la Bible qui nous enseigne notre besoin d’un Sauveur. Débutons sans plus attendre notre étude et voyons ce que signifie le manteau de la justice de Jésus !
 
I.       Indignes de notre Dieu
 
1.     Lisez Ésaïe 64:1. La Bible dit que Dieu est comme le feu et nous sommes comme du bois sec et de l’eau (version NEG). Que fait le feu au bois sec et à l’eau ? (Il change leur forme. Il fait bouger leurs molécules ! Il les détruit.)
 
a.      Sommes-nous les ennemis de Dieu ? Ou alors, Ésaïe parle-t-il de quelqu’un d’autre ?

2.     Lisez Ésaïe 64:3-4. En quoi notre Dieu est-il différent des autres dieux ? (Il nous aide. Les autres dieux veulent que les humains les aident. En cela, notre Dieu est unique.)

a.      Quelle est la source du problème entre nous et notre Dieu aidant ? (Dieu désire un partenariat avec nous dans lequel nous sommes "contents d’agir selon la justice". Mais nous faillons à cette tâche. Nous avons péché contre les voies de Dieu et nous continuons à pécher.)
 
3.     Lisez Ésaïe 64:5. À quel point sommes-nous mauvais ? (Notre meilleur comportement, "tout ce que nous faisons pour la justice", est (cela vient pas de moi, c’est ce que signifie l’hébreux) semblable à un tampon Tampax usagé - un habit qui a été utilisé pour absorber les menstruations d’une femme.)
 
a.      Quand je suis allé à la rencontre d’anciens élèves que j’ai connus alors que j’avais vingt ans, ma pensée était bien plus claire au sujet des relations. Maintenant je sais que chacun avait à l’époque des sentiments d’infériorité - alors que je pensais que tous (ou du moins la plupart) avaient une grande confiance en eux. Nous avions tous une fausse attitude pendant les études - une attitude qui rendait la vie encore plus difficile ! Quelle sorte d’attitude devrions-nous avoir en ce qui concerne notre justice qui est "comme un vêtement souillé" ? (Je lutte contre le péché et je suis dégoûté par mes faiblesses. C’est un grand soulagement de savoir que c’est la norme, même parmi ceux qui désirent agir avec justice.)

4.     Lisez Ésaïe 64:8. Quelle était l’espérance dans l’Ancien Testament ? (Nous sommes le peuple de Dieu. Nous espérons qu’il ne sera pas trop en colère, nous nous tournons vers lui pour qu’il nous sauve de nos péchés.)

5.     Lisez Psaumes 14:2-3. Combien de gens justes Dieu voit-il en regardant du haut des cieux ? (Aucun !)
 
6.     Lisez Psaumes 14:7. Selon ce verset, quelle est l’espérance des humains corrompus ? (Ce texte nous donne plus de détails sur le salut : notre espérance est que Dieu restaurera notre salut.)
 
II.     La restauration

1.     Lisez Romains 3:9-12. Avons-nous déjà lu cela quelque part auparavant ? (Oui ! Paul cite le passage du Psaume 14 que nous venons de lire.)

2.     Lisez Romains 3:19-20. Quelles sont nos chances de devenir justes en obéissant à la loi de Dieu ? (Nulles !)
 
a.      Quel est alors le but de la loi ? (Simplement de nous rendre conscients de nos péchés.)
 
3.     Lisez Romains 3:21. Quelle est l’unique source de notre justification ? (Dieu.)

a.      La loi a-t-elle une quelconque relation avec notre justification ?

i.       Si tel est le cas, quel est son rôle ? (Notre justification est "en dehors de la loi". Cependant, la loi "atteste" le fait que notre unique source de justice est Dieu.)
 
(1)   Comment cela est-il possible ? (Soyez honnête. Comment votre obéissance à la loi est-elle possible ? Le fait que vous luttiez pour obéir est l’attestation de la loi que la justice ne vient que de Dieu.)
 
b.      De quelle façon les prophètes attestent-ils que la justice ne vient que de Dieu ? (Considérez vos héros de l’Ancien Testament. Combien d’entre eux ont commis des péchés que vous pensez être suffisamment intelligent(e) pour éviter ?)

4.     Lisez Romains 3:22-26. Comment acquérons-nous cette justice de Dieu ? Comment participons-nous au salut que Dieu offre aux humains corrompus ? (Par la foi en Jésus.)

a.      Comment Jésus a-t-il rendu cette justice accessible à nous tous ? ("C’est lui que Dieu s’est proposé de constituer en expiation". Cela fait penser au service du sanctuaire de l’Ancien Testament, où le sang (la mort) d’un animal était présenté pour les péchés d’un humain. La théorie était que l’humain ne devait pas mourir parce que l’animal mourait à sa place.)
 
i.       Sous le système de l’Ancien Testament l’humain méritait-il le pardon de ses péchés ? (Il s’agit d’un point important : à aucun moment dans la Bible le péché n’a été effacé par des œuvres de justice. Jamais. Le concept de base du système n’a pas changé. Maintenant nous avons un sanctuaire céleste et Jésus comme sacrifice. Pour plus de détails lisez Hébreux 9:11-14.)
 
b.      Notez que Romains 3:22 dit "il n’y a pas de distinction". De quelle sorte de distinction s’agit-il ? (Des distinctions dans notre justice. Le niveau de notre obéissance supposée ne fait aucune différence. Nous sommes tous perdus sans la grâce de Dieu. Nous sommes tous perdus si nous n’acceptons pas le substitut constitué par la vie, la mort et la résurrection de Jésus.)

III.  Le manteau de la justice

1.     Lisez Matthieu 22:1-7. Que devrait-il nous arriver sur la base de nos péchés ? (Si nous rejetons Dieu, la pénalité est sérieuse.)
 
a.      Il s’agit d’une parabole. Selon vous, que symbolise les "noces de son fils" ? (Le commentaire biblique Adam Clarke’s Commentary répond : "l’économie de l’Évangile, durant lequel les êtres humains sont invités à prendre part aux bénédictions issues de [...] l’incarnation et la mort de notre Seigneur béni".)
 
2.     Lisez Matthieu 22:8-10. Notez que les premiers invités "n’en étaient pas dignes". Ce nouveau groupe est-il "digne" ?

a.      Si cela est "l’économie de l’Évangile", que cela nous enseigne-t-il quant à ceux qui sont dignes du salut ? (Ceux qui ne s’en préoccupent pas et qui y sont hostiles ne méritent pas d’y prendre part. Ceux qui acceptent l’invitation, même s’ils sont "mauvais", sont dignes d’y prendre part !)

3.     Lisez Matthieu 22:11-12. Ces gens viennent tout droit de la rue. Comment peuvent-ils avoir des habits de noces ? (Le commentaire biblique Adam Clarke’s Commentary explique que la personne qui conviait les invités préparait un vêtement à leur attention. "Cela était de coutume chez les anciens Grecs, afin de permettre à des invités accidentellement mal vêtus de participer à la fête de mariage de façon appropriée.")
 
a.      Pourquoi l’homme qui n’a pas revêtu d’habit de noces reste-t-il muet ? (C’est la façon dont nous réagissons quand nous n’avons pas d’excuse valable. Il s’agit d’une preuve supplémentaire que le roi avait fourni les habits de noces. Sinon, la première réponse de l’homme aurait été : "J’étais occupé à faire des courses et on m’a dit de venir tout de suite !")
 
4.     Lisez Matthieu 22:13-14. Comment le roi peut-il dire que "peu sont choisis" ? Qui fait le choix ? (Le roi a choisi de chasser l’homme de la fête.)

a.      Sur quelles bases le roi a-t-il et n’a-t-il pas fait son choix ? (Il n’a pas fait son choix en se basant sur qui était son ami - ceux qu’il avait premièrement invités. Il n’a pas choisi sur la base de savoir si l’invité était bon ou mauvais. Il a fait son choix uniquement sur base de l’habit de noces.)

i.       Cela signifie-t-il que les gens mauvais sont sauvés ?
 
ii.     Que dit le symbolisme de l’habit de noces au sujet du caractère de ceux qui sont sauvés ? (Quoi que revêtent ces invités aux noces (et il ne s’agissait certainement pas d’habits de noces), leurs propres vêtements ont été recouverts par l’habit de noces. Notre caractère plein de défauts est recouvert par le manteau de la justice de Jésus !)
 
5.     Nous avons commencé notre étude avec Ésaïe. Revenons-y en lisant Ésaïe 61:10. La justification par la foi (par le manteau) est-elle un concept du Nouveau Testament seulement ? (Non.)

a.      Quelle est concrètement la nature du manteau que Dieu nous donne ? (Le revêtement du salut et de la justice !)

6.     Cher(ère) ami(e), voulez-vous revêtir le manteau de la justice que notre Roi Jésus nous offre ? Ou au contraire serez-vous sans voix parce que vous pensez que vos propres habits sont suffisamment biens ?
 
IV.    La semaine prochaine : D’une position élevée à la chute.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don