Logo EtudesBibliques.net

Études thématiques

Étude 03 - Le fruit de l’Esprit est : joie (Philippiens 4, Luc 15, Jean 15 & 16)

Copyright © 2010, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : La vie est-elle un peu décourageante ? Vous vous levez chaque jour et suivez la même routine. Puis vous allez vous coucher. Le jour suivant vous recommencez. C’est un peu comme un rat qui court dans une roue en métal. Souhaitez-vous un peu plus de joie ? Notre étude de cette semaine révèle comment un chrétien peut avoir de la joie non seulement dans la vie de tous les jours, mais également dans les moments difficiles. Débutons ensemble notre étude et découvrons-y le secret de la joie !
 
I.       La joie en conflit ?
 
1.     Lisez Philippiens 4:2-3. Selon ce texte, que se passe-t-il entre ces deux femmes ? Sont-elles des "bonnes" personnes ? (Elles sont de bonnes chrétiennes qui ne sont simplement pas d’accord entre elles. Paul aimerait qu’elles arrêtent de se disputer.)
 
2.     Lisez Philippiens 4:4-5. Existe-t-il un lien entre la dispute et la déclaration suivante de Paul sur la réjouissance ?

a.      Si vous répondez par l’affirmative, comment une personne peut-elle à la fois se disputer et se réjouir ? (Certaines personnes ont une mauvaise attitude et prennent plaisir aux conflits, mais les gens normaux n’aiment pas être impliqués dans une dispute. Quelque chose de différent se passe ici.)

b.      Si vous répondez par la négative, est-ce que cette dispute illustre au moins que l’on ne peut pas "toujours" se réjouir ? Paul suggère-t-il l’impossible ?
 
c.      La semaine dernière nous avons étudié le thème de l’amour et nous avons vu que nous avons besoin de beaucoup d’aide pour aimer certaines personnes de la façon dont Dieu veut que nous les aimions. La joie et la réjouissance sont-elles simplement comme cela - nous avons besoin de beaucoup d’aide pour y arriver ?
 
d.      Que signifie l’invitation de Paul à se réjouir "dans le Seigneur" ? Que cela suggère-t-il pour notre discussion sur la réjouissance dans les moments difficiles ? (Quand notre joie dépend des humains, nous avons le problème du changement de leur humeur. Quand notre joie vient de Dieu, nous avons un Père qui ne change pas et qui continuellement nous aime et prend soin de nous. Ces deux femmes avaient une raison commune de se réjouir - leur relation avec Dieu. Cela est également valable pour nous aujourd’hui.)

II.     La joie du mouton

1.     Lisez Luc 15:3-6. Le berger invite-t-il à venir faire la fête ?
 
2.     Lisez Luc 15:7. Nous voyons que Dieu et ses anges ont de la joie quand nous acceptons Jésus. Si nous étions le mouton égaré, que ressentiriez-vous en pensant au fait d’être retrouvé ?
 
a.      Comparez la joie du mouton à celle du berger. Qui devrait être le plus content ? (Le berger a 99 autres moutons. Pour lui, ce mouton perdu ne représente qu’un pour-cent de ses préoccupations. Pour le mouton lui-même, son bien-être représente cent pour-cent de ses préoccupations. Le mouton devrait être cent fois plus content que le berger.)

b.      De quelle façon cette pensée devrait-elle jouer un rôle pour notre joie dans le Seigneur ? (Le simple fait que Dieu nous a sauvés de la mort éternelle et nous a pardonné nos horribles péchés devrait être une source d’immense joie !)

III.    La joie de l’obéissance
 
1.     Lisez Jean 15:9-10. Si nous désobéissons à Dieu, cesse-t-il de nous aimer ?
 
a.      Si vous répondez "Dieu nous aime toujours, indépendamment de nos actions", que veut-il dire en affirmant : "Si" vous obéissez, vous demeurez dans mon amour ? Cela n’est-il pas clairement conditionnel ?

2.     Lisez Matthieu 7:21. L’obéissance est-elle non seulement la clé de l’amour de Dieu, mais également la clé du royaume des cieux ?

3.     Lisez Psaumes 19:9. Les directives de Dieu (ses commandements) nous procurent-elles de la joie même quand nous n’y obéissons pas ?
 
a.      Si tel n’est pas le cas, cela signifie-t-il que la joie, tout comme l’amour de Dieu, est conditionnée par l’obéissance ?
 
4.     Revenons à Jean 15. Lisez Jean 15:10-11. Il semble que Dieu prenne de la joie à notre obéissance envers lui. Comment pouvons-nous avoir une joie complète dans l’obéissance ? En pensant à l’obéissance, qu’est-ce qui nous procure de la joie ? (J’en arrive à croire que la Bible n’est pas tant un livre sur la récompense à l’obéissance, puisqu’elle est un livre qui révèle les lois secrètes de l’univers. Quand Psaumes 19:9 parle de "faire briller les yeux", cela signifie que nous voyons quelque chose sur la façon dont fonctionne l’univers, quelque chose que nous ne voyions pas auparavant. Dieu nous aime même si nous sommes pécheurs (Romains 5:8). Mais, dans son grand amour, Dieu nous révèle les règles pour mieux vivre. Si nous obéissons à ces règles nous bénéficions de la sagesse de Dieu. Vivre mieux nous procure de la joie. Si nous dévions de ces règles nous souffrons, ce qui enlève notre joie.)

5.     Continuons à lire ce que dit Jésus sur la relation entre l’obéissance et le ciel. Lisez Matthieu 7:21-23. En ajoutant les deux versets suivants, il semble que ceux qui sont perdus ont aussi des œuvres à leur actif. Si ni l’obéissance et ni les œuvres ne sont la clé du royaume des cieux, alors quelle est-elle ?

6.     Continuons la réflexion de Jésus en lisant Matthieu 7:24-27. Quelle relation trouvons-nous entre l’obéissance et le fait de mieux vivre ? (Il s’agit d’un autre exemple de ma théorie du livre des lois secrètes. Si les œuvres pouvaient nous sauver, ceux qui ont fait des miracles et qui ont chassé des démons auraient dus être sauvés. Au lieu de cela, la personne qui a survécu et prospéré est celle qui comprend le principe de construire sur de bons fondements. La personne qui connaissait ce secret, et qui a utilisé cette connaissance, était capable de résister aux tempêtes de la vie.)
 
IV.    La joie ultime
 
1.     Lisez Jean 16:16-18. Comprenez-vous ce que les disciples de Jésus ne comprenaient pas ? (Que Jésus était sur le point de les quitter, mais qu’il reviendrait les voir après sa crucifixion.)

2.     Lisez Jean 16:19-24. Jésus mentionne la joie à plusieurs reprises dans ces versets. Alors que vous pensez au contexte, qu’est-ce qui constitue une source de joie pour vous aujourd’hui ? (Tout comme les disciples auraient de la joie dans la résurrection de Jésus, de la même manière nous pouvons avoir de la joie dans le fait que Jésus a vaincu le péché pour nous.)

3.     Lisez Jean 16:33. Dans la première section, j’ai suggéré que l’obéissance aux lois secrètes du livre de Dieu nous apporte une meilleure vie. Ce texte montre-t-il que j’ai tort ? (Les disciples étaient en route vers des problèmes inévitables et de notre côté nous aurons des problèmes dans la vie. Suivre les règles de Dieu non seulement nous tient à l’écart de problème inutiles, mais lorsque nous faisons face à des problèmes nécessaires, le fait de savoir que Jésus a vaincu le péché est une source tant de joie que d’espoir.)
 
V.      La joie de l’Esprit
 
1.     Notre série actuelle d’études porte sur le fruit de l’Esprit. Nous n’avons encore rien dit sur la relation entre l’Esprit saint et la joie. Explorons cela. Lisez Galates 5:22-25. La nature pécheresse est-elle en opposition avec la joie ? Comment l’Esprit saint nous aide-t-il à avoir de la joie ? (La suggestion est que les passions pécheresses et les mauvais désirs sont contraires à une vie dirigée par l’Esprit. Ils nous créent des problèmes.)

a.      Est-ce pour cela que nous expérimentons la joie dans l’Esprit - parce que nous sommes libérés des passions pécheresses et des mauvais désirs ?

2.     Lisez Actes 2:28. Nous avons ici une référence au livre de règles secrètes pour la vie, dont Dieu est l’auteur, mais il nous est également dit que la présence de Dieu nous apporte la joie. Comment pouvons-nous entrer en présence de Dieu ? (Il s’agit de l’Esprit saint. L’esprit de Dieu peut être partout - ce qui vous permet de vivre dans la présence de Dieu. Ce texte (citant David) met en relation la présence de Dieu et le fait de connaître et de suivre les "chemins de la vie" - le livre des règles secrètes de Dieu.)
 
3.     Lisez Actes 8:6-8. Par quelle puissance les gens sont-ils guéris ? Quelle est la relation entre cette joie et la présence de Dieu ? (Philippe guérissait par la puissance de l’Esprit saint. La puissance de l’Esprit saint qui nous aide dans les problèmes de la vie nous donne de la joie.)
 
4.     Lisez Actes 13:49-52. Vous a-t-il déjà été demandé de partir ? Avez-vous déjà été jeté hors d’une ville, d’une église ou d’une maison ?

a.      Diriez-vous que vous étiez content ?

b.      Le texte dit que les disciples étaient remplis de joie "et" d’Esprit saint. Pourquoi sont-ils remplis de joie du fait d’avoir été jetés dehors ? Quel est le rapport avec l’Esprit saint ? (Normalement, nous ne prenons pas de plaisir à être rejeté. Cependant, la présence de Dieu a rassuré les disciples que ce qu’ils faisaient était bien. Cela leur procurait de la joie.)
 
5.     Cher ami, voulez-vous avoir davantage de joie dans votre vie ? J’en suis persuadé. Pourquoi alors ne pas demander à l’Esprit saint de venir dans votre vie et de diriger vos pensées et vos actions dans l’obéissance à Dieu ?
 
VI.    La semaine prochaine : Le fruit de l’Esprit est : paix.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don