Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 08 – L’humilité de la sagesse d’en haut (Jacques 3.13 à 4.10)

Copyright © 2014, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Avez-vous déjà dit : « Cette personne a besoin de changer son attitude » ? Avez-vous déjà pensé que votre attitude pourrait s’améliorer ? Dans notre étude de cette semaine, Jacques partage quelques pensées pratiques sur la sagesse et sur notre attitude. À nouveau, il suggère certaines choses qui peuvent sembler incompatibles avec d’autres textes bibliques. Nous allons tenter d’élucider ces conflits apparents. Débutons notre étude de la Bible et voyons ce que nous pouvons apprendre sur les attitudes et la sagesse !
 
I.  La sagesse et l’intelligence
 
1.     Lisez Jacques 3.13. Regardez la question. Selon vous, qu’attend Jacques ? Que certaines personnes lèvent leur main et disent : « Oui, c’est moi. Je suis sage et intelligent. » (J’ai connu des gens qui, je pense, auraient levé leur main. Mais je pense que Jacques pose la question pour nous amener à réfléchir : « Comment puis-je devenir sage et intelligent ? » Que signifie être sage et intelligent ?)
 
2.     Lisez à nouveau Jacques 3.13, mais cette fois regardez la réponse de Jacques à la question. Jacques dit-il plus ou moins que nos œuvres prouvent notre foi ? (Oui, c’est plus ou moins la même chose, mais il s’agit également d’une ouverture à la discussion sur ce que signifie être sage et intelligent.)
 
3.     Lisez Jacques 3.14-15. La passion et l’ambition ne posent-elles pas de problème si elles ne sont pas respectivement « jalouse » et « personnelle » ? (La passion et l’ambition nous motivent à nous lever et à faire quelque chose. Mais vous pouvez franchir une ligne. Jaloux fait penser à un conflit, et le grec à l’origine du mot traduit par « ambition » a un élément de conflit.)
 
a.      Pourquoi se vanterait-on d’une passion jalouse et d’une ambition personnelle ? (Nous voyons cela continuellement. Fondamentalement le raisonnement sous-jacent est : « Je vais me battre pour arriver au sommet. »)
 
i.       Jacques mentionne également le fait de « mentir contre la vérité ». De quelle « vérité » est-il question ? (La vérité selon laquelle nous abritons, en effet, la passion jalouse et l’ambition personnelle.)
 
b.      Attendez une minute ! Jacques appelle la « passion jalouse et l’ambition personnelle » de la « sagesse ». Quelle était la question originelle de Jacques ? (« Qui est sage et intelligent ? »)
 
4.     Lisez à nouveau Jacques 3.13-15. Jacques compare-t-il deux points de vue de la sagesse ? (Oui. La sagesse de Dieu produit une bonne vie et des œuvres faites avec une attitude d’humilité. La sagesse de Satan produit une attitude de passion jalouse et d’ambition personnelle.)
 
a.      Pourquoi Jacques compare-t-il les deux ? (Il veut que nous choisissions la bonne sagesse, la sagesse qui vient de Dieu.)
 
5.     Lisez Jacques 3.16. Quelle sorte de vie la sagesse de Satan produit-elle ? (Le « désordre et toutes sortes de pratiques mauvaises. » Cela nous motive à rechercher la sagesse de Dieu.)
 
6.     Lisez Jacques 3.17. Nous avons le problème de « l’œuf et la poule », à savoir « qu’est-ce qui existait en premier ? » Ces attitudes sont-elles issues de la sagesse du ciel (de la même manière que le désordre et les pratiques mauvaises sont issus de la sagesse de Satan), ou alors Jacques décrit-il les sortes d’attitudes que nous devons cultiver pour obtenir la sagesse du ciel ? (Et pourquoi pas une troisième réponse : je pense qu’il s’agit d’un test. Comment décririez-vous la sagesse du ciel ? Elle ressemble à ceci : pure, paisible, sincère, impartiale, miséricordieuse, empreinte de bonnes œuvres, soumise et générant une attitude prévenante.)
 
7.     Lisez Jacques 3.18. Selon vous, pourquoi Jacques distingue-t-il les « artisans de paix » ? La « paix » est juste l’une des attitudes résultant de la sagesse de Dieu, ainsi pourquoi la mettre en évidence ? (Je parie que vous êtes d’accord avec Jacques : le fait d’avoir quelqu’un dans votre vie qui promeut la paix, et non les troubles, est très important. La paix apporte une moisson de justice.)
 
II.  Les fauteurs de troubles
 
1.     Lisez Jacques 4.1-2. Regardez à la question de Jacques : « D’où viennent les conflits ? » Que pensez-vous de sa réponse à la question ? (Cela semble juste. Nous entrons en conflit parce que nous pensons que nous devrions avoir quelque chose que nous n’avons pas.)
 
a.      Réfléchissons-y en relation avec la sagesse de Satan. Qu’est-ce qui attire les gens vers la sagesse de Satan ? (Une attitude ou quelque chose dont ils ont été privés. Cela provient de la passion jalouse et de l’ambition personnelle. Le résultat est la convoitise, les querelles, les conflits et les meurtres.)
 
b.      Quelle est la solution à ce problème sérieux ? (Demander à Dieu pour ces choses que nous convoitons.)
 
2.     Lisez Jacques 4.3. Jacques vient de suggérer de demander à Dieu quand nous nous sentons privés de quelque chose. Maintenant il limite notre capacité à une demande. Que pensez-vous de la limite de Jacques ?
 
a.      Quelle proportion de tout ce que vous demandez à Dieu implique votre propre plaisir ?
 
b.      Lisez Matthieu 7.9-11. Donnez-vous à vos enfants des bonnes choses qui leur apportent du plaisir ?
 
i.       Donneriez-vous à votre enfant un cadeau qui ne lui apporte aucun plaisir ?
 
(1)   Si vous répondez : « Non, je veux que mon enfant ait du plaisir à recevoir mon cadeau », s’agit-il de ce dont parle Jacques ? (Je suppose que cela a un rapport avec la signification des « bonnes » choses et avec le type de plaisir dont parle Jacques.)
 
3.     Lisez Jacques 4.4-5. Jacques est-il passé à un autre sujet ?
 
a.      Si vous répondez négativement, quel est le lien avec la sagesse de Dieu – la sagesse qui demande les bonnes choses ? (Je ne pense pas que Jacques ait changé de sujet. Au lieu de cela, il dit que ce qui nous apporte du plaisir s’avère être en relation avec les amis que nous avons. Si nous avons l’attitude du monde, nous convoiterons toujours (et intensément), ce qui nous rendra malheureux et amènera des querelles et des conflits dans notre vie. Nous ne devons pas attendre que Dieu remplisse le trou créé par cette convoitise. Si Dieu le faisait, il promulguerait le mauvais but.)
 
III.  Le remède
 
1.     Lisez Jacques 4.6. Quel est le remède d’une part contre la sagesse de Satan et d’autre part contre la convoitise et les troubles qui en découlent ? (La grâce. Dieu offre d’envoyer son Esprit saint pour convertir notre cœur. Nous devons laisser de côté notre orgueil et réaliser notre besoin de grâce.)
 
2.     Lisez Jacques 4.7-8. Aimeriez-vous avoir une vie plus paisible ? Quelles étapes prescrit Jacques ? (Une attitude de soumission à Dieu et de résistance à Satan.)
 
a.      Quand Jacques nous dit de « purifier » nos mains et de « nettoyer » notre cœur, plaide-t-il en faveur de davantage d’hygiène ? (Nos mains représentent ce que nous faisons, et notre cœur représente ce que nous pensons.)
 
i.       Jacques plaide-t-il en faveur des œuvres ? (Notez que Jacques introduit ceci en disant « approchez-vous de Dieu » et Dieu « s’approchera de vous ». Je comprends cela comme la grâce.)
 
3.     Lisez Jacques 4.9. S’agit-il là de la sagesse de Dieu : être dans la misère, mener le deuil et avoir de la tristesse ? Ces attitudes et pratiques devraient rendre le christianisme attractif !
 
a.      Lisez Jean 15.9-11 et Galates 5.22. Jésus nous dit que l’obéissance apporte la joie. Paul nous dit que l’Esprit saint qui vit en nous apporte la joie. Jacques est-il sur une tangente ? Il s’agit là d’une question sérieuse parce que j’ai déjà entendu des soi-disant Chrétiens défendre une attitude de tristesse et de deuil. (Regardez le contexte. Jacques donne des conseils à ceux qui viennent du côté obscur. Il s’agit de gens qui ont besoin d’un changement d’attitude et d’un changement dans leurs actes. Ainsi, je pense que Jacques dit d’être sérieux concernant nos péchés. Faites le deuil de votre vie de péché. Quand nous aurons amené notre péché à Dieu pour le pardon, la joie sera l’un des dons de l’Esprit saint qui vit en nous.)
 
4.     Lisez Jacques 4.10. À quelle sorte d’humilité nous appelle Jacques ? (À nouveau, regardez le contexte. L’humilité est la soumission au désir de Dieu pour votre vie. Si nous avons cette attitude, Dieu nous « élèvera ».)
 
a.      Cela ressemble-t-il au conseil sur la tristesse et la joie ? (Il s’agit d’un parfait parallèle. La tristesse de vos péchés apporte la joie pour l’avenir. La soumission à Dieu de votre volonté vous apporte la joie pour l’avenir.)
 
5.     Supposons que vous donniez des conseils à des jeunes gens. Comment exprimeriez-vous les deux voies possibles et comment les encourageriez-vous à suivre le chemin de la sagesse de Dieu ? (Demandez quelle sorte de vie ils veulent avoir. Veulent-ils être constamment envieux et amères du succès de ceux qui les entourent ? Veulent-ils voir le trouble, les querelles et les conflits comme des éléments naturels et réguliers dans leur vie ? S’ils préfèrent la paix, la satisfaction et l’honneur, alors ils doivent prendre la décision de choisir le chemin de Dieu et les attitudes de Dieu.)
 
6.     Cher(ère) ami(e), qu’en est-il de vous ? Comment est votre vie ? Comment est votre attitude ? Lisez à nouveau Jacques 3.17 et voyez si la sagesse de votre vie y ressemble. Si ce n’est pas le cas, pourquoi ne pas demander à l’Esprit saint de changer votre attitude et de vous donner la sagesse de Dieu ?
 
IV.    La semaine prochaine : Un seul législateur et juge.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don