Logo EtudesBibliques.net

Nouveau Testament

Étude 06 - L’annonce de la passion (Marc 7:24 à 9:13)

Copyright © 2005, Bruce N. Cameron, J.D. Toutes les références bibliques se réfèrent à la version Nouvelle Bible Second (NBS), 2002, sauf indication contraire. Des réponses suggérées sont placées entre parenthèses. Cette étude est publiée sur Internet à l’adresse http://www.etudesbibliques.net.
 
Introduction : Qu’est-ce qui empêche quelqu’un d’avoir foi en Jésus ? Les offenses des membres d’église ? L’échec de la prière pour obtenir les résultats sollicités ? La cécité spirituelle ? Cette semaine nous étudions une série d’histoires encadrant les miracles de Jésus. Dans ces histoires, nous trouvons des enseignements sur l’importance de la foi. Débutons ensemble notre étude !
 
I.          Laissez les chiens manger
 
1.    Lisez Marc 7:24-26. Que ressentez-vous lorsque vous voulez être seul et que quelqu’un vous dérange ? Jésus a-t-il le même sentiment ici ?
 
a.         Lorsque vous voulez être seul, souhaitez-vous tout de même être interrompu s’il y a une raison suffisamment importante ?
 
i.         S’agit-il d’une raison suffisamment importante ?
 
2.    Lisez Marc 7:27. Pourquoi Jésus parle-t-il de jeter de la nourriture aux chiens ?
 
a.         Si Jésus compare cette femme à "un chien", que cela nous dit-il sur son attitude suite à l’interruption de cette femme ? (Il la compare à "un chien". Elle était non seulement païenne, mais également une femme. Aucun de ces deux éléments n’était un avantage dans cette culture.)

b.         Marc atténue la dureté de Jésus envers cette femme. Lisez Matthieu 15:22-23. Quelle offense supplémentaire trouvons-nous dans Matthieu ? (Jésus l’ignore. Il ne lui répond même pas dans un premier temps.)

c.         Lisez Matthieu 15:24. Cette femme se situe-t-elle au-delà de l’étendue de l’attention de Dieu ?
 
i.         À quelle réponse s’attend-elle ?
3.    Retournons à Marc 7:27 et lisons Marc 7:28. Mettez-vous à sa place. Quelle réponse donneriez-vous ? Quelle réponse le monde donnerait-il ? Quel aurait été la fin de l’histoire si le verset 28 avait annoncé qu’elle avait lancé à son tour des offenses à Jésus et avait dit : "je n’ai rien à faire avec quelle que religion que vous puissiez offrir". (Elle ne fait aucune offense. Au lieu de cela, elle l’appelle "Seigneur" !)
 
a.         Que révèlent ses mots à son sujet ? (Si vous regardez attentivement Marc 7:27, vous verrez que Jésus ne lui ferme pas la porte au nez. Il insinue que quelque chose peut être disponible après que les enfants aient mangé. Elle s’accroche à ce petit espoir dans ses paroles.)

b.         Qu’est-ce qui fait tomber les barrières de race et de sexe et permet à cette femme d’obtenir un miracle ? (La foi ! Elle n’a regardé ni à gauche ni à droite. Elle laisse de côté les offenses et les handicaps sociaux. Elle s’est très vite accrochée à la foi.)
 
4.    Lisez Marc 7:29-30. Quel enseignement trouvez-vous ici pour l’église moderne ? (Combien de fois gémissons-nous sur nos problèmes "hérités" ? J’ai ce problème à cause de ma race, mon sexe, mon éducation, mes parents, etc. Nous sommes si contrariés lorsque quelqu’un met le pied sur notre "problème". Si cela est le centre de votre vie, vous passez à côté du message de cette histoire. La foi est le grand niveleur. La foi vous amène au trône de Dieu.)

5.    Maintenant, à tous les fanatiques d’entre vous (et, honnêtement, nous en sommes tous, y compris vous), quel est l’enseignement de tout cela pour nous ? Devrions-nous faire des distinctions basées sur la race et le sexe ? S’agit-il de l’enseignement de Jésus ? (Non. Jésus nous enseigne que la foi est notre obligation commune. Quel que soit le côté de l’équation où vous vous trouvez, d’une race ou d’un sexe favorable ou défavorable, nous devons regarder uniquement au travers des yeux de la foi.)
 
a.         Jésus aurait-il ainsi offensé cette femme si elle avait manqué de foi ? (Il est difficile d’imaginer que quelqu’un se tenant debout, frappant à la porte de notre cœur (Apocalypse 3:20), attende pour lancer des offenses. Jésus connaissait le cœur de cette femme.)
 
II.        Le pain et le levain
 
1.    Parlons un peu plus d’alimentation. Dans Marc 8:1-10 Jésus donne à nouveau à manger à des milliers de personnes en multipliant la faible quantité de nourriture qu’ils avaient à disposition. Jésus et ses disciples sont ensuite montés dans un bateau. Lisez Marc 8:14-16. De quel ingrédient du pain est-il fait mention ? (Du levain.)
 
a.         Quand les disciples vont acheter des provisions, ils devraient éviter d’acheter du levain des Pharisiens ou d’Hérode, n’est-ce pas ? Le levain de la marque "Hérode" est prohibée.
 
2.    Lisez Marc 8:17-18. Selon Jésus, à quels problèmes font face les disciples ? (Ils ne peuvent pas correctement voir, entendre, penser ou se souvenir. Et ils ne sont pas spirituels.)
 
a.         Faisons un auto-contrôle. Jésus parle-t-il du pain ?
 
3.    Lisez Marc 8:19-21. Qu’y a-t-il à comprendre ? (Jésus parle du pain à un certain niveau. Pourquoi les disciples devraient-ils s’inquiéter d’avoir suffisamment de pain alors que Jésus, l’homme qui avait par deux fois nourri des milliers des gens à partir de pratiquement rien, est avec eux ?)
 
a.         Devriez-vous vous inquiéter de ce type de besoins dans votre vie ? (Oui, si vous avez effectivement des problèmes de vue, d’audition, de réflexion ou de mémoire. De même si vous n’êtes pas spirituel. Les disciples s’inquiétaient de ne pas avoir assez de pain et Jésus disait ces choses à leur sujet !)

b.         Comparez la femme païenne aux disciples. (Elle a fait preuve de foi face à l’adversité. Les disciples n’ont pas fait preuve de foi alors que les choses allaient parfaitement bien pour eux.)
 
4.    Revenons à la question initiale : l’avertissement de Jésus sur le levain des Pharisiens et d’Hérode. Jésus parle-t-il du pain dans ce contexte ?
 
a.         Quel est le rôle du levain dans le pain ? (Il le fait monter, s’étendre.)

b.         Que faisait Jésus au pain pour nourrir les milliers de personnes ? (Il le faisait s’étendre.)
 
i.         Qu’est alors le "levain de Jésus", par opposition au "levain des Pharisiens" ? (Jésus a fait ces miracles par la puissance de Dieu. Hérode et les Pharisiens travaillaient par leurs propres forces. Les disciples utilisaient le "levain des Pharisiens" quand ils se sont inquiétés d’avoir oublié d’apporter plus de pain. Ils étaient focalisés sur ce qu’ils pouvaient faire ou ce qu’ils avaient. Bien que le levain soit utilisé pour représenter un certain nombre de péchés spécifiques (voir 1 Corinthiens 5:6-7; Galates 5:7-9; Luc 12:1), il semble que Jésus parle d’une attitude de foi par opposition à une attitude du monde et d’une fausse religion. Nous devons avoir une foi que Jésus puisse "étendre", quel que soit notre besoin.)
 
c.         À qui revient la faute d’avoir oublié le pain ? (Aux disciples.)
 
i.         L’enseignement spirituel s’oriente-t-il sur le fautif, sur la personne à l’origine du problème ? (L’enseignement est centré sur qui est la solution, et non qui est le fautif. L’enseignement est centré sur la foi.)
 
III.     Voir des arbres
 
1.    Lisez Marc 8:22. Qui a demandé à Jésus de guérir l’aveugle : lui-même ou quelqu’un d’autre ? (Il apparaît que ceux qui l’ont amené ont demandé à Jésus de le guérir.)

2.    Lisez Marc 8:23-24. Que signifie "voir les gens comme des arbres qui marchent" ? (Je le sais parfaitement. Jusqu’à une récente intervention chirurgicale, ma vue avait empiré au cours des années (trop de lecture !). Quand j’étais à l’université, je reconnaissais les gens sur le campus par leur façon de marcher, parce que je ne voyais pas bien à une certaine distance. Cet homme dit à Jésus que la seule distinction qu’il peut faire entre des arbres et des gens est que ces derniers se déplacent.)

3.    Lisez Marc 8:25. Combien de fois Jésus a-t-il dû faire ce miracle pour obtenir un résultat parfait ?
 
a.         Comment expliquez-vous un miracle imparfait ?
 
i.         Pourquoi Jésus guérit-il la cécité de cet homme de façon imparfaite la première fois ? (Commençons par la supposition, basée sur ses autres miracles, que Jésus avait la puissance de le faire parfaitement dès le premier "essai". Rappelez-vous deux choses. Premièrement, Marc nous donne des enseignements sur la foi. Deuxièmement, il semble que l’aveugle soit venu sur la base de la foi des autres. En faisant un miracle en "deux étapes", Jésus a travaillé et développé la foi de cet homme.)

ii.        Quel enseignement y trouvons-nous pour nous ? (Quand il semble que Dieu n’a pas parfaitement résolu nos problèmes, peut-être doit-il travailler et développer notre foi.)
 
4.    Cher ami, qu’en est-il de vous ? Avez-vous laissé les offenses des autres vous tenir à l’écart de la foi ? S’il en est ainsi, considérez la foi de la femme païenne. Avez-vous laissé des réponses "imparfaites" à vos prières vous tenir à l’écart de la foi ? S’il en est ainsi, considérez l’aveugle guéri en deux étapes. Votre foi a-t-elle failli simplement parce que vous n’ouvrez pas vos yeux devant ce que Jésus a fait dans votre vie ? S’il en est ainsi, considérez les disciples de Jésus et leur inquiétude relative au pain. La foi en Jésus est l’élément central de votre vie spirituelle.
 
IV.      La semaine prochaine : L’enseignement aux disciples.
Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ils rebâtiront sur d'anciennes ruines

Ce livre suit pas à pas la grande œuvre de Dieu pour la restauration de son peuple, au travers du service de Néhémie, exemplaire pour nous encore aujourd'hui. A la fois pratique et vivant, ce commentaire conviendra à ceux qui cherchent une explication accessible et fidèle de ce texte merveilleux. Ils y trouveront la profondeur d'une approche pastorale riche et ancrée dans le concret de nos besoins.
Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Méditations sur les livres d'Esdras, Néhémie et Esther

Les livres d’Esdras et de Néhémie ouvrent une nouvelle page de l’histoire des voies de Dieu : l’intervention de sa grâce envers un résidu qu’il ramène de la captivité dans le pays. Ces deux livres nous présentent les deux côtés de l’oeuvre de Dieu en bonté. Nous n’y trouvons pas la puissance, mais la grâce — non pas l’institution d’un nouvel état de choses, mais cette grâce de Dieu intervenant pour soutenir un résidu.
Le livre d'Esdras et de Néhémie

Le livre d'Esdras et de Néhémie

Les deux livres d'Esdras et Néhémie sont précieux : ils sont presque nos seuls documents sur la période où le judaïsme s'est construit autour du temple de Jérusalem et de la Loi. Un bibliste lyonnais, Philippe Abadie, spécialiste de cette période, guide le lecteur au milieu des divers documents anciens qui mettent en valeur les deux grands réformateurs : le gouverneur Néhémie et le scribe (prêtre ?)
Reconstruire Sion

Reconstruire Sion

Commentaire biblique traitant chapitre par chapitre les livres de Daniel, Esdras, Néhémie, Aggée, Zacharie et Malachie, appelés livres de l'exil, parce qu'ils datent tous de la période qui a suivi la transportation du peuple à Babylone et la chute de Jérusalem. Dans un style simple, l'auteur fait de nombreuses applications pratiques pour la vie chrétienne d'aujourd'hui, personnelle et collective.
Exposé sur le livre de Néhémie

Exposé sur le livre de Néhémie

La reconstruction de la muraille de Jérusalem et le relèvement du peuple. Après Esdras, Dieu envoie Néhémie pour continuer le travail. Mais il en va du temps d’Esdras et de Néhémie comme de l’histoire de l’Eglise: chaque réveil freine le déclin seulement momentanément.
Un leader selon le coeur de Dieu

Un leader selon le coeur de Dieu

Dans Un leader selon le coeur de Dieu, vous rencontrerez Néhémie, modèle remarquable de leadership que vous pourrez suivre. Chaque homme a reçu de Dieu un formidable appel. Il est un leader ou un leader en devenir – que ce soit sur son lieu de travail, à la maison ou dans la société. Le désir de Dieu est qu’il serve de modèle et soit une source d’inspiration pour les autres.
 

faire un don